Tag Archives: Thaïlande

aide_aux_rohingya

Malaisie et Indonésie pour le retour des migrants

20/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
S’ils ont décidé d’accueillir 7000 immigrés – pas un de plus — La Malaisie et l’Indonésie préviennent qu’il s’agit d’une solution provisoire et que les migrants devront être rapatriés d’ici un an.

La Malaisie et l’Indonésie, dans un communiqué commun, ont décidé de répondre à l’urgence sanitaire que constituent les bateaux chargés d’immigrés qui dérivent entre leurs pays et la Thaïlande.
Pour autant, ils précisent que leurs efforts visent à organiser « une relocalisation et un rapatriement » de ces migrants dans un délai d’un an avec une aide internationale et qu’ils n’ont pas l’intention l’intention d’en accueillir davantage.

Il appartiendra à la communauté internationale d’apporter à la Malaisie, l’Indonésie et la Thaïlande, le soutien, notamment financier, nécessaire à cet asile provisoire et à l’aide humanitaire aux migrants actuellement menacés

Détaille le communiqué. Le ministre malaisien de l’Intérieur, Ahmad Zahid Hamidi a précisé que

Même si une communauté de migrants tente d’entrer illégalement dans le pays, en enfreignant les lois sur l’immigration, leur situation ne peut pas être ignorée

tout en appelant les ONG internationales à prendre en charge les migrants Rohingya.

Cette minorité ethnique, de confession musulmane, vit principalement dans le Sud ouest de la Birmanie et connaît une grave crise sanitaire depuis que le gouvernement birman a chassé l’ONG Médecins sans frontières (MSF) de l’État de Rakhine, en proie aux violence interethniques depuis 2012, ce qui a causé le départ de nombre d’entre eux. Comme la plupart des minorités ethniques en Birmanie (Shan, Karen, Karenni, Mon, Meos, Kachin, Chin, Rakhine…) ils subissent une politique extrêmement répressive de la part du pouvoir birman.

Crédit photo : Mathias Eick, EU/ECHO, via Flickr (CC) ade humanitaire aux Rohingya, Etat de Rakhine, 2013

En Thaïlande, les sujets se révoltent

En Thaïlande, les sujets se révoltent

21/05/14 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
La Thaïlande est toujours plus agitée. Le pouvoir de cette monarchie constitutionnelle s’est constitué autour du palais royal, des élites urbaines, des milieux industriels, financiers et de l’armée. Cet ordre est remis en cause par le reste de la population.

Que s’est‑il passé en Thaïlande ?

Le 31 octobre dernier, le gouvernement mené par Yingluck Shinawatra (photo avec Barack Obama) décide de voter un projet de loi d’amnistie des militants politiques fidèles à l’ancien Premier ministre Thaksin, le frère de l’actuel Premier ministre. Cet acte est vu par l’opposition comme une marque de népotisme. Des manifestations sont organisées pour dénoncer le « Système Thaksin ».  Les manifestations prennent de l’ampleur au point de devenir incontrôlables. Le 8 décembre, les 150 membres du parti de l’opposition démissionnent contraignant le Premier ministre à la dissolution du Parlement. Des élections anticipées sont prévues pour le 2 février. Mais l’opposition refuse de s’y rendre et organise des « opérations paralysie » de Bangkok. Les grands carrefours de la ville sont occupés par les manifestants. Le 7 mai dernier la Premier ministre est démis de ses fonctions par la Cour constitutionnelle. Le 20 mai, la loi martiale est décrétée dans tout le royaume et des bataillons de l’armée ont pris position à Bangkok pour rétablir l’ordre.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Le maillot de l’équipe de France de football fabriqué en Thaïlande

Publié le
Quand le poulet brésilien s’invite dans les plats bretons

Quand le poulet brésilien s’invite dans les plats bretons

25/07/2013 – 15h00
GUINGAMP (NOVOpress Breizh) –
Les aviculteurs de la Coordination Rurale des Côtes-d’Armor n’en sont pas encore revenus. Lundi dernier, lors d’une visite à Farmor,  une entreprise de Guingamp qui fabrique des plats préparés, ils ont découvert que 90 % des poulets stockés dans les chambres froides étaient de provenance étrangère.

Lire la suite

Le retour des moines guerriers - La question islamiste en terre bouddhiste - Par Rémy Valat

Le retour des moines guerriers – La question islamiste en terre bouddhiste – Par Rémy Valat

Le numéro de juillet de l’hebdomadaire américain Time aborde le problème de la radicalisation du clergé bouddhiste face à l’Islam en Asie (Thaïlande du Sud et Birmanie). L’article de Beech Hannah, When Buddhists go bad, fait actuellement scandale en Birmanie. Il a notamment heurté de nombreux membres de la communauté bouddhiste qui ne se sent pas solidaire du discours du moine islamophobe Ashin Wirathu (photo en Une).

Qu’en est-il exactement ?

Lire la suite

La Thaïlande, complice de la junte birmane contre les minorités

La Thaïlande, complice de la junte birmane contre les minorités

23/09/11 – 15h30
RANGOON (NOVOpress)
– C’est une très mauvaise nouvelle pour la résistance des minorités face à la junte birmane et notamment pour le peuple karen, en lutte pour sa liberté et son identité depuis plus de 40 ans. Les autorités thaïlandaises ont déclaré qu’elles allaient renforcer le contrôle de leur frontière pour empêcher l’aide matérielle et médicale de parvenir en Birmanie.

La police thaïlandaise a en effet annoncé qu’elle punirait sévèrement tous ceux qui soutiennent les Karens. Le chef adjoint de la police, le général Palawong, a ainsi déclaré que son gouvernement ne voulait pas soutenir les mouvements impliqués dans la guerre en Birmanie et que des mesures drastiques seraient prises contre quiconque chercherait à fournir des armes à ces organisations.

Selon une source proche de l’Union nationale karen, relayée par l’association italienne Popoli qui vient en aide aux Karens depuis plusieurs années, ce ne seront pas seulement les armes qui seront sujettes à inspection, mais aussi la nourriture et les médicaments destinés aux populations civiles qui vivent sous la protection de l’armée karen.

Pour Franco Nerozzi, président de Popoli, cette aggravation de la répression est en partie due à l’accession au poste de Premier ministre de Yingluck Shinawatra,la sœur du businessman thaïlandais Thaksin Shinawatra – ancien Premier ministre exilé à Dubaï depuis 2006 pour cause de corruption –, et qui souhaiterait favoriser le commerce familial avec la junte birmane.

Et Franco Nerozzi de conclure : « La décision de la Thaïlande offre une aide considérable au régime de Rangoon et au monde des affaires qui les soutiennent. Pendant ce temps continuent les massacres, les viols et les déportations de populations civiles sans que le sommeil des bureaucrates de Bruxelles ne soit troublé. »