Tag Archives: TF1

jean-pierre-pernaut

Marion Maréchal-Le Pen prend la défense de Jean-Pierre Pernaut

11/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Par un tweet publié il y a moins d’une heure, Marion Maréchal-Le Pen a pris la défense de Jean-Pierre Pernaut : « Les soldats du politiquement correct se trouvent une nouvelle cible et attaquent violemment Jean-PierrePernaut : il a osé dire une vérité ! » Le présentateur vedette de TF1 est l’objet d’une vindicte depuis qu’hier, lors du journal de 13 heures, il a eu cette phrase de transition entre le reportage consacré aux SDF à Limoges et les images de centres pour migrants : « Plus de place pour les sans abri mais, en même temps, les centres pour migrants continuent d’ouvrir partout en France. »

Un « dérapage », se sont indignés plusieurs journaux, rappelant que, sur son compte Twitter personnel, Jean-Pierre Pernaut avait déjà qualifié d’« hérésie », en septembre dernier, le projet d’ouverture d’un camp pour migrants entre Versailles et Saint-Quentin, dans les Yvelines.

Aux manettes du 13 heures de TF1 depuis 1988 – il a succédé à Yves Mourousi et Marie-Laure Augry –, Jean-Pierre Pernaut attire chaque jour avec son « JT en sabots crottés révérant les belles régions, les métiers oubliés et la maouche ardéchoise cuisinée comme grand-maman », comme l’écrivit Libération, plein de mépris, plus de 6 millions de téléspectateurs, un record en Europe ! 

Téléréalité : la grosse récupération

Téléréalité : la grosse récupération (Présent 8312)

12/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Non, n’en déplaise à Manuel Valls, la France n’est pas en deuil. Cet accident d’hélicoptère est très triste. D’autant plus triste qu’il est vraiment malheureux de mourir pour une telle foutaise télévisuelle entre les mains d’une chaîne comme TF1 vouée au voyeurisme, à la publicité et au fric (comme on a encore pu le voir hier tout au long de la journée) mais le pays n’est pas en deuil. Ils n’en font pas le quart quand nos soldats meurent en opération.

Téléréalité : la grosse récupérationToute la journée d’avant-hier l’indécence l’a disputé au mauvais goût. Ou comment continuer à faire de la téléréalité sur les morts de la téléréalité. Avec l’écœurante interview de celui qui devait être le présentateur de l’émission « Dropped », Louis Bodin, devant la carcasse de l’hélicoptère au journal de 20 heures de TF1. (Il aurait dû se faire filmer à l’intérieur !) Avec les larmes du petit ami de Camille Muffat alors qu’il venait d’apprendre la nouvelle et la caméra des charognards qui ne s’arrête jamais de tourner, les vomissements du champion de judo Teddy Riner, les mises en scène répugnantes, les témoignages choquants et les images voyeuses.

Et pas moins indécente, l’hypocrisie des responsables de la chaîne comme Nonce Paolini pour lequel évidemment il n’y a rien à remettre en cause. Il avait tenu le même discours au moment de la mort par crise cardiaque du candidat de Koh Lanta et du suicide du médecin qui l’accompagnait ! A part ça tout est normal… Le grand barnum doit « go on », vite, il faut rattraper le pognon perdu en termes d’audience (et de procès à venir) et TFI s’y est employée.

A quelques semaines de la bérézina annoncée des élections départementales et si loin de l’état de grâce « Je suis Charlie », Hollande et Valls donnent le sentiment de ne pouvoir surfer que sur les morts pour espérer quelques points de popularité.

Lire la suite

Poutine s’en prend à l’impérialisme américain

Poutine s’en prend à l’impérialisme américain

06/06/2014 – MOSCOU (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Mercredi soir, le président russe Vladimir Poutine (photo) a accordé un grand entretien à deux médias français de masse, enregistré mardi à Sotchi. Jean‑Pierre Elkabbach et Gilles Bouleau ont conduit l’entretien.

Ils ont abordé tous les sujets : de l’Ukraine à la Syrie, en passant par les Pussy Riot et la relation avec les Etats-Unis…

Interrogé sur la prétendue stratégie de conquête de la Russie sur la scène internationale, Vladimir Poutine a déclaré que la politique la plus agressive était celle des Etats-Unis. Il a rejeté les accusations de présence militaire russe en Ukraine portées par les Américains, en rappelant qu’ils n’avaient pas hésité à mentir au plus haut niveau international pour justifier leur intervention en Irak. Questionné sur l’augmentation des dépenses militaires de son pays, il a là aussi rappelé que le montant du budget de défense américain était supérieur à l’ensemble des budgets des autres grandes puissances. Concernant le dossier syrien, il a souligné sa crainte de voir le pays se transformer en un second Afghanistan. Enfin, il a déploré la perte de souveraineté des pays européens en matière militaire avec l’OTAN, et a loué la figure du général de Gaulle et même de Mitterrand.

Lire la suite

Photo du jour : Jean-Luc Mélenchon et ses amis journalistes

Photo du jour : Jean-Luc Mélenchon et ses amis journalistes

01/12/2013 – 19h30
PARIS (NOVOpress) – « Est-ce Jean-Luc Mélechon qui nous prend pour des cons, ou bien ses amis journalistes ? » Telle est à peu près la question que se posent de nombreux internautes après vu cette photo montrant le chef du Front de Gauche prenant la parole en tête d’une manifestation.

En haut à droite, le rendu vu à travers la caméra d’un journaliste de TF1 nous montre Jean-Luc Mélenchon prenant la parole devant ce qui semble être une foule nombreuse et compacte de manifestants enthousiastes. Vu sous un autre angle, prenant un peu plus de champ, la réalité est toute autre et nettement moins flatteuse… Peut-on encore parler d’information à ce stade ?

Crédit photo : © @stefandevries

Les « petits pois » du Figaro entre « gauchisme larvé » et « sarkozysme disciplinaire »

Les « petits pois » du Figaro entre « gauchisme larvé » et « sarkozysme disciplinaire » [Tribune libre]

[box] Article publié avec l’aimable autorisation de Polémia.[/box]

Le Figaro obéit à une double logique : le « gauchisme » de salle de rédaction de la majorité de ses rédacteurs et le sarkozysme militant de sa direction. Le traitement de l’affaire de Karachi – une alouette d’information, un cheval de contre-attaque – a donné lieu à une passe d’armes entre la direction (Etienne Mougeotte, ex-TF1) et la Société des journalistes dont l’excellent Stéphane Durand-Souffland, Bobard d’Or 2010 [1]. Nos lecteurs trouveront le compte rendu de l’échange direction/syndicat du 26 septembre 2011.

Polémia

Traitement des « affaires » et implication personnelle d’Etienne Mougeotte auprès du président de la République La SDJ fait part des nombreuses réactions recueillies dans la rédaction, selon lesquelles Le Figaro traite de manière insuffisante et caricaturale les affaires mettant la droite en difficulté comme, pour n’évoquer que la plus récente, Karachi, dans laquelle apparaissent les noms de Nicolas Bazire, Thierry Gaubert et Brice Hortefeux, proches de Nicolas Sarkozy. Nous estimons que le déséquilibre entre le premier papier, non signé (garde à vue de Nicolas Bazire et mise en examen de Thierry Gaubert), et la pleine page de contre-attaque de l’Elysée nuit à la crédibilité du journal. D’autant que l’un des directeurs-adjoints avait donné au comité la consigne de traiter l’info par un « zoom ». Voici la réponse d’Etienne Mougeotte : « Nous faisons un journal d’opinion, politiquement engagé, qui couvre l’actualité de manière honnête. On n’est pas là pour emm… la droite, c’est comme ça. Cela dit, nous n’avons eu aucun retard sur l’information concernant Bazire, il y avait même sa photo, ce qui n’a pas dû lui faire plaisir. Je ne sais pas pourquoi ce papier n’était pas signé, il n’y avait aucune raison à cela. Si un de mes adjoints avait estimé qu’il fallait faire un « zoom », c’est une bêtise mais ce qui compte c’est ce qui a été publié. Pour être bien au Figaro, il faut épouser les idées du Figaro. Pour autant, jamais le journal ne défendra ce qui est contraire à la loi, et nous suivrons cette actualité comme les autres. Je note que nous restons excellents sur l’affaire Servier. »

DSK, Valls, Hollande et Banon

La SDJ interroge également la direction au sujet d’une manchette de cet été, faisant de la date de l’audition comme simple témoin de François Hollande dans le cadre de l’affaire DSK/Tristane Banon l’information la plus importante du jour. Cette manchette était illustrée par deux photos juxtaposées de François Hollande, candidat à la primaire socialiste, et de Tristane Banon, créant un choc visuel inapproprié. Etienne Mougeotte reconnaît « une erreur » qui doit « servir de leçon » pour l’avenir. « Ce n’est pas la manière de faire du Figaro, admet-il. Cette info ne valait pas 5 colonnes. On fait ce genre d’erreur quand l’actu est pauvre » et qu’on doit absolument monter un sujet en manchette.
Les « petits pois » du Figaro entre « gauchisme larvé » et « sarkozysme disciplinaire »Bien qu’il ne s’agisse pas en l’espèce d’un montage ou d’une retouche, la SDJ rappelle le précédent dit de « la bague de Rachida Dati » : Etienne Mougeotte l’avait également déploré, et il avait déjà promis à l’époque que cela servirait de leçon pour l’utilisation des photos.

Nous attirons l’attention de la direction sur le cas de Manuel Valls, opposant local du propriétaire du Figaro dont il est difficile de parler dans les colonnes du journal – sa photo a été récemment retirée d’un article. Etienne Mougeotte répond, laissant implicitement entendre que Manuel Valls n’est pas « tricard » au Figaro : « On le traite astucieusement… ce qui est paradoxal pour le responsable le plus à droite du PS. Nous n’avons pas de contentieux avec lui, il a été invité du Talk. »

Enfin, nous revenons sur les informations publiées dans plusieurs titres, notamment Le Monde, faisant état d’une implication personnelle d’Etienne Mougeotte dans la campagne de réélection de Nicolas Sarkozy, en particulier au sein d’un groupe de conseillers animé par Jean-René Fourtou. Voici sa réponse, extrêmement ferme : « J’ai pris un café à trois ou quatre reprises chez Fourtou. Je fais ce que je veux, avec qui je veux. Je vois beaucoup de monde – pas souvent Nicolas Sarkozy –, beaucoup de gens me demandent leur avis et vous seriez étonné de savoir de qui il s’agit. En tout état de cause, je reste un journaliste. Je n’ai jamais été encarté dans aucun parti politique et ne le serai jamais. Je ne suis pas un conseiller officiel ou officieux de Nicolas Sarkozy. Mes loisirs, je les passe au golf, pas à l’Elysée. »

La SDJ prend acte des propos d’Etienne Mougeotte, qui a toujours reçu ses représentants à leur demande et n’a jamais refusé de répondre à aucune question. Mais elle regrette que tout débat au sujet des choix éditoriaux soit systématiquement mis au compte, généralement sur le ton de l’apparente plaisanterie, d’une sorte de gauchisme larvé. La SDJ entend continuer à jouer son rôle, qui consiste à faire remonter à la direction le sentiment de la rédaction, qu’il soit positif ou critique. Cela participe de la vie d’une rédaction comme la nôtre, qui n’est pas composée de petits pois. Le débat interne appartient à l’ADN du Figaro.

Société des Journalistes du Figaro

Réunion du 26 septembre 2011

Pour la direction : Etienne Mougeotte et Jean-Michel Salvator

Pour la SDJ : Nicolas Barotte, Martin Couturié et Stéphane Durand-Souffland

[1] Communiqué de Polémia – 20/04/2010 – 23 h Première cérémonie des Bobards d’or

[box class= »info »] Source : Correspondance Polémia – 30/09/2011 [/box]

Image : de Tropical Boy, licence CC.

DSK interviewé par Claire Chazal : une opération de com

DSK interviewé par Claire Chazal : une opération de com !

[box]Extrait de l’hebdomadaire “Minute” de ce mercredi 21 septembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

De mauvais esprits se sont étonnés du choix de Chazal pour réaliser cette interview [sur TF1, dimanche soir] sous prétexte qu’elle copine avec Anne Sinclair. Regrettable suspicion ! Saluons au contraire le courage de la journaliste : quand on voit ce dont les amies de sa fille accusent DSK, celles de sa femme ont toutes les raisons de se méfier. De docteur Strauss-Kahn en mister Kro, interviewer ce client-là, aujourd’hui, pour une femme, c’est presque aussi dangereux qu’un reportage de guerre – avec une ceinture de chasteté en guise de gilet pare-balles.

Commentant cette émission, la presse parle aujourd’hui d’une « opération de com ». Du m au n, il n’y a qu’une lettre. A aucun moment, la journaliste n’a insisté sur un point dérangeant, ni mis en cause les assertions de l’invité cher ami concernant, par exemple, le rapport du procureur, qui, à l’en croire, le lave de tout soupçon.

Ce n’est pas exactement ce qu’écrit le magistrat, qui argue surtout, pour demander l’abandon des poursuites, de l’impossibilité de se fier au témoignage de Nafissatou Diallo. Que la victime présumée soit une menteuse ne répond pas à toutes les interrogations, concernant notamment la brièveté de sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn – brièveté qui avait conduit le procureur new-yorkais à penser que la liaison n’avait probablement pas été consentie.

Chazal n’a pas cherché non plus à savoir pourquoi les avocats de Strauss-Kahn avaient prétendu, au début de l’affaire, qu’il n’avait pas rencontré la femme de chambre. A menteuse, menteur et demi ? De même, après avoir déclaré que rien ne s’était passé entre lui et la journaliste Tristane Banon, qui le poursuit en France pour tentative de viol, l’ancien patron du FMI aurait reconnu devant les policiers qu’il avait essayé de « l’embrasser ». Sur ce point non plus, Chazal n’a pas jugé bon d’insister…

Les sous-titres des images projetées au fond du plateau suffisaient à résumer l’intention de l’émission: d’abord « les explications » (on aurait pu écrire: les justifications); ensuite: « l’avenir »: on a eu droit à l’analyse de la crise économique par l’ancien patron du FMI. Comment se passer d’un si grand homme? Il s’agissait, en somme, de préparer le retour de DSK dans la vie politique française, dont une majorité de Français, selon un sondage publié par le « JDD », ne veulent pas. Malheureusement, l’acteur n’a pas été à la hauteur de la mise en scène: Dominique Strauss-Kahn a surjoué et pas dans le sens attendu. Il s’est montré arrogant, agressif, revanchard. L’exercice avait-il été trop bien préparé et trop souvent répété ? Strauss-Kahn s’est montré bien mauvais comédien. Si ça pouvait être la dernière séance !

François Couteil

DSK interviewé par Claire Chazal : une opération de com

Trust médiatique : TF1 prend le contrôle de Metro

Trust médiatique : TF1 prend le contrôle de “Metro”

29/07/11  21h00
PARIS (NOVOpress)
– Le groupe de médias français TF1 (appartenant à Bouygues) a annoncé qu’il contrôlait désormais en totalité le journal gratuit Metro France, grâce à l’acquisition des 65,7% du capital du quotidien qui n’appartenaient pas encore à TF1.

“Après avis favorable des instances représentatives du personnel concernées, le groupe TF1 annonce avoir finalisé ce jour l’acquisition des 65,7% du capital de Metro France détenus par Metro International, ce qui porte à 100% la participation de TF1”, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Cette nouvelle concentration médiatique est loin d’être négligeable, car Metro, premier journal gratuit distribué en France en 2002, est aujourd’hui le 2ème journal d’information du pays avec plus de 2,4 millions de lecteurs quotidiens et une diffusion moyenne de 760 000 exemplaires dans les 15 plus grandes villes de France.

Pas forcément une très bonne nouvelle pour la pluralité et la liberté de l’information en France…

TF1 : des bénéfices en hausse de 60% au premier semestre

TF1 : des bénéfices en hausse de 60% au premier semestre

26/07/11 – 13h00
PARIS (NOVOpress)
– La « vente de temps de cerveau disponible pour la publicité » est une activité fortement rémunératrice.

En effet, le groupe de télévision français TF1 a publié mardi un bénéfice net en hausse de 60% à 118,6 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros. Ces chiffres concernent le premier semestre 2011.

Ce bénéfice net est supérieur aux prévisions des analystes dans un contexte économique instable.

Pour l’ensemble du groupe TF1, les recettes tirées de la publicité progressent de 4,7% à 905,2 millions d’euros. Le résultat opérationnel s’élève lui à 186,5 millions d’euros au premier semestre, ce qui permet au groupe d’améliorer son taux de marge opérationnelle, qui atteint 14,6% sur les six premiers mois de l’année, contre 8,1% sur la même période un an plus tôt.

Les secrets inavouables de la production de “Secret Story”

Les secrets inavouables de la production de “Secret Story”

19/07/11 – 21h30
PARIS (NOVOpress)
– Cette fois-ci, l’émision de TF1 “Secret Story” ne crée pas la polémique à cause de ses participants. Il est vrai que les années précédentes la bêtise la plus crasse concurrençait la vulgarité la plus abjecte. Non, pour l’édition 2011, la polémique pourrait venir de TF1 et de la production.

En effet, si l’on en croit un entretien qu’un ancien salarié chargé du casting pour “Secret Story” a accordé à Voici, TF1 et la production de l’émission seraient peu soucieuses de la promotion de la diversité. Selon ce salarié, “on avait trouvé un super candidat avec un secret très lourd. Mais TF1 a refusé car il était noir […] Ils étaient ok pour un candidat noir ou une beurette dans la Maison mais pas plus. Peu avant le début du jeu, TF1 nous a demandé de revoir une partie du casting. Ils nous ont dit: ‘Il faut davantage de François, de Pierre et de blonds !’

Et toujours selon ce salarié, “Plusieurs casteurs sont partis dans la foulée à Biarritz pour essayer de dénicher un surfeur blond pour compléter le casting.”

Interrogée par Voici, la responsable du département télé-réalité de TF1 répond en affirmant que “de ‘L’île de la tentation’ à ‘Secret Story’ en passant par ‘Koh-Lanta’, nous nous sommes toujours efforcés de promouvoir la diversité et la pluralité des candidats, qu’elles soient religieuses, identitaire ou sexuelles. C’est d’ailleurs la force de ces programmes !