Tag Archives: TAFTA

tafta_328E9E0099B6321F-620x330

Tafta : les révélations de Greenpeace sur l’accord secret actuellement en discussion

02/05/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Greenpeace s’est procuré des documents inédits démontrant comment les Américains mettent la pression sur les Européens pour imposer leur point de vue.

Stefan Krug (Greenpeace) a ainsi déclaré :

Nous publions ces documents parce que ces négociations sont tellement peu transparentes que c’est un scandale. On ne peut pas négocier en secret un accord commercial qui impacte l’environnement, la protection des consommateurs ou le droit du travail de plus d’un demi-milliard d’Européens.

L’ONG s’est ainsi procuré 15 documents liés à la négociation, totalisant 248 pages, qui viennent d’être intégralement publiés ce lundi 2 mai sur le site web dédié, « TTIP Leaks ».


tafta_328E9E0099B6321F-620x330

TAFTA : les opposants donnent de la voix !

26/04/2016 – EUROPE (NOVOpress)
TTIP, TAFTA ou PTCI pour Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement. Impossible de ne pas avoir entendu parler de ce projet de « grand marché transatlantique » en négociation depuis 2013 entre les Etats-Unis et l’Union européenne.

Un projet qui suscite de plus en plus de levées de boucliers au sein de la société civile. Une manifestation organisée samedi dernier à Hanovre, en Allemagne, illustre bien la crainte grandissante des citoyens, partagée maintenant des deux côtés de l’Atlantique.

Seuls 17 % des Allemands et 15 % des Américains pensent aujourd’hui que ce sera une bonne chose, contre 50 % en 2014, selon un sondage de la fondation Bertelsmann.

Le Front national est également opposé à ce projet de Traité transatlantique. Voici un extrait du communiqué de presse publié le 25 avril :

Un an après le lancement de la campagne anti-TAFTA par le Collectif Nouvelle Ecologie et le Front national de la Jeunesse avec l’appui de Marine Le Pen, le débat autour de la prochaine ratification de ce traité émerge enfin dans notre pays.
Affirmant un jour, le 11 février 2014 exactement, au sujet des négociations autour du traité transatlantique « qu’aller vite n’est pas un problème, c’est une solution », puis le 14 avril dernier que « s’il n’y a pas de transparence, si pour les agriculteurs il y a un danger […], je ne l’accepterai pas », François Hollande doit clarifier auprès des Français sa position.
Le Collectif Nouvelle Ecologie et le Front national de la Jeunesse renouvellent leur opposition entière à la signature et à la ratification du TAFTA, et à ce danger réel qui menace nos agriculteurs, nos producteurs, notre santé, et notre environnement. De prochaines actions et conférences publiques seront menées dans ce sens.


TPP

Échéances pour le Trans-Pacific Partnership (TPP). Ce qui attend les Européens

Source : europesolidaire.eu

En poussant de toutes ses forces, diplomatiques, économiques voire militaires pour imposer la négociation du Trans-Pacific Partnership (TPP) à une série d’États asiatiques dominés par Washington, Wall Street et le Pentagone, Obama s’est montré ce qu’il a toujours été, une marionnette dans la main des oligarchies américaines.

Ces négociations se sont déroulées dans le secret quasi absolu, sans aucune consultation populaire et sous le contrôle exclusif des lobbies voulant imposer la loi d’un espace dominé par eux à des populations qui spontanément l’ont toujours refusée. L’objectif annoncé officiellement par Obama est « d’ouvrir les marchés, protéger les travailleurs et l’environnement, faire progresser le leadership américain en Asie ».
Mais le peu que l’on sait dorénavant du Traité sera qu’il ne servira en rien la protection des travailleurs et de l’environnement, non plus qu’une croissance mieux répartie socialement aux États-Unis mêmes. Il ne servira qu’à renforcer l’emprise des grandes compagnies et des banques américaines, non seulement sur l’Asie, mais sur la société américaine en tout premier lieu.
Lire la suite

commissaire_eu_commerce_Cecilia_Malmstrom

La négociatrice européenne en chef pour le TTIP : «  Je ne reçois pas mon mandat des peuples européens »

13/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Cecilia Malmström est Commissaire européenne au commerce, chargée de finaliser le TTIP avec les Américains. Interrogée sur l’opposition que suscite le traité transatlantique dans l’opinion publique européenne, elle a été claire : « Je ne reçois pas mon mandat des peuples européens ».

Cecilia Malmström, en sa qualité de Commissaire au commerce de l’Union européenne est la responsable des négociations pour le TTIP du côté européen. Elle a reçu John Hilary, directeur de l’ONG britannique War on Want (Guerre contre le Besoin) qui l’a interrogée sur l’opposition suscitée par le traité partout en Europe. La réponse de la commissaire a eu le mérite de la clarté :
« Je ne reçois pas mon mandat des peuples européens ».

Le démenti publié peu après ne faisait en fait que confirmer le propos :
Je n’ai pas dit cela. Ce que j’essayais d’expliquer, c’est que le mandat pour négocier le TTIP et les autres traités de commerce est donné par le conseil des ministres (…) le mandat ne peut être changé que par l’ensemble des États membres. Ce n’est pas de ma responsabilité.

Une preuve de plus du caractère hautement démocratique des institutions européennes. Quant au TTIP, s’il est négocié hors de tout mandat des peuples européens dans le plus grand secret, c’est assurément pour notre bien.

séance du parlement européen durant laquelle le vote sur le TAFTA a été reporté

Le président du Bundestag se rebiffe contre le traité transatlantique

Le président du Bundestag se rebiffe contre le traité transatlantique

Source : Boulevard Voltaire
Norbert Lammert menace de dire NON au traité et fait les gros titres de toute la presse outre-Rhin.

Lorsque nous n’entendons plus parler du traité transatlantique en France (TAFTA), sauf par la présidente du FN et par Jean-Luc Mélenchon, pas très relayés par les médias, il faut bien le dire, en Allemagne, il en va tout autrement. C’est la nouvelle du jour ! Le président du Bundestag, Norbert Lammert, menace de dire NON au traité et fait les gros titres de toute la presse outre-Rhin. Tout cela parce qu’une délégation de parlementaires allemands avait récemment exigé, à l’ambassade américaine de Berlin, de consulter les documents des négociations. Ce qui leur a été refusé !
Pour le lecteur français, je souligne que Norbert Lammert est le numéro deux de l’État allemand.

Depuis plus de deux ans, l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique négocient presque en catimini le nouveau traité transatlantique. La Commission européenne met à disposition beaucoup de documents, mais les détails sont réservés uniquement à quelques privilégiés. Norbert Lammert, le président du Bundestag, a désormais soumis sa décision à plus de transparence dans les négociations. « Il est hors de question que le Bundestag ratifie un contrat commercial entre l’Union européenne et les États-Unis, pour lequel il n’aura pu accompagner ou influencer les options », a déclaré le politicien CDU.

Lammert serait tombé d’accord avec Juncker pour que les documents de négociation, en particulier leurs résultats, soient soumis à tous les États membres, à leurs gouvernements, mais aussi à leurs Parlements. « Et je serai intransigeant », a lancé le président du Bundestag. La France semble absente de ces revendications justifiées. Avec le ministre des Finances, Sigmar Gabriel (SPD), Norbert Lammert estime que l’actuel accès limité, au sein des ambassades américaines, est indiscutable, aussi bien au gouvernement qu’au Parlement.

Les négociations sur le traité transatlantique ont commencé en juillet 2013. Cette création d’une zone de libre-échange doit servir au développement économique entre les deux côtés de l’Atlantique, qui verrait l’abolition des douanes et autres obstacles au commerce. Des esprits critiques craignent néanmoins une érosion des droits sociaux, environnementaux, des consommateurs et, par-delà, un affaiblissement des institutions démocratiques. 250.000 personnes avaient manifesté à Berlin le 10 octobre dernier contre ce traité controversé.

Dernièrement, c’est la chancelière Angela Merkel qui avait promu le traité auprès du syndicat IG Metall. Notons que, sur cette question, comme sur celle de l’immigration massive, Merkel est en total décalage avec son peuple qui vient de se réveiller devant la folie migratoire de leur dirigeante. Elle semble de plus en plus isolée, qui menace aujourd’hui de faire capoter l’union entre la CDU et la CSU.

Hildegard von Hessen am Rhein

berlin_anti_tafta

200 000 Allemands défilent contre le TAFTA !

12/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
C’est décidément le réveil du peuple allemand ! Après le succès des manifestations anti — invasion migratoire, c’est au tour du TAFTA d’être dans le collimateur de nos voisins, qui se sont levés en masse contre le traité de libre-échange transatlantique.

Les Allemands secouent la goug !
La République Fédérale, était jusqu‘alors perçue comme la bonne élève de la mondialisation, d’autant plus aux ordres de Washington et Bruxelles que le pays était un bénéficiaire économique du système. Mais trop, c’est trop, et les Allemands ne semblent plus décidés à se laisser endormir par la puissance de leur économie et le mirage de l’euromark. Après le succès des dernières manifestations de PEGIDA et le retournement de l’opinion face à l’invasion migratoire brutale encouragée par Angela Merkel, c’est au tour du TAFTA/TTIP et du CETA (son pendant Canada/UE) d’en prendre pour son grade chez nos cousins germains.

La fronde contre le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, ce traité discuté dans la plus grande opacité par Bruxelles et Washington a rassemblé environ 200 000 personnes à Berlin (150 000 selon la police, 250 000 selon les organisateurs. C’est la plus grande manifestation qu’a connue le pays depuis de nombreuses années.
L’ampleur de la contestation allemande se mesure également sur Internet : la pétition en ligne « Stop TTIP and CETA », remise mardi à Bruxelles, a rassemblé plus d’un million et demi de signatures outre-Rhin. C’est presque la moitié du total recueilli (3,2 millions de signatures), trois fois plus qu’au Royaume-Uni, cinq fois plus qu’en France, vingt-deux fois plus qu’en Italie.

Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance états-unienne de l’État et des citoyens allemands a été un déclencheur fort pour les Allemands, mais c’est sans doute l’affaire Vattenfall qui a été pour eux le plus grand révélateur : ce groupe énergétique suédois traîne en effet l’État allemand en justice pour sa décision d’arrêt du nucléaire devant une juridiction arbitrale basée à Washington. Vattenfall réclame 4,7 milliards d’euros de dommages et intérêts à l’État allemand devant l’un de ces fameux tribunaux privés qui permettent aux entreprises de contester les décisions des États, et que le TAFTA entend généraliser.


Globalisation économique : l’accord Transpacifique signé, un avant-goût de ce qui nous attend

07/10/10/2015 – ÉCONOMIE (NOVOpress)
Douze pays du Pacifique – Chine exclue – ont signé le « Trans Pacific Partnership » (TPP) -accord de partenariat Transpacifique-, créant la plus vaste zone de libre-échange au monde. L’occasion de voir ce qui nous attend avec TAFTA/TTIP

Douze pays du Pacifique ont scellé mardi 6 octobre à Atlanta aux États-Unis un accord donnant naissance à la plus vaste zone de libre-échange au monde, le « Trans Pacific Partnership » (TPP).
Les signataires sont l’Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis et le Vietnam, et représentant 40 % de l’économie mondiale.
La Chine, qui ne fait pas partie des signataires, est mise sous pression pour adapter ses propres règles en matière de commerce, d’investissement et de droit commercial à celles établies par le TPP.
Lire la suite

matthias_fekl

Traité transatlantique : même le « TAFTA-boy » du gouvernement français est contre !

29/09/2015 – ÉCONOMIE (NOVOpress)
Mieux vaut tard que jamais. Matthias Fekl, secrétaire d’État au commerce extérieur très en colère, menace les États-Unis de suspendre les négociations du Traité transatlantique.

C’est l’histoire d’un rond de cuir qui avait tout pour lui, mais qui va mal finir si ça continue.
A 37 ans, en 2014, Matthias Fekl, brillant élément de père allemand et de mère Française, qui a enchaîné Normale Sup, Science Po et l’ENA, entre autres diplômes, est nommé secrétaire d’État au commerce extérieur. Il faut dire qu’entre son histoire familiale et ses convictions européistes, le couple franco-allemand, la négociation, tout ça, il connaît. Il est même, honneur insigne pour un mondialiste dynamique comme lui, intégré au programme « Young Leaders » de la French-American Foundation.

Mais alors qu’est-ce qui lui prend, au petit ? Il avait été mandaté pour négocier au nom de la France le Traité transatlantique, ce machin qui vise à broyer ce qui reste de nation, d’État et d’identité au plus grand profit des firmes transnationales. Bref, il devait faire comme son grand « patron » (on hésite à employer ce mot en parlant de Hollande, avec lequel Matthias Fekl partage un petit air de famille bonhomme), suivre le mouvement bien gentiment, sortir une blaguounette de temps en temps et tâcher de ne pas trop se prendre les pieds dans le tapis pour ne pas contrarier les grands frères américains. Et on pensait qu’avec son parcours, « libre-échange », « croissance », « consommation », tout cela sonnerait doux à ses oreilles, comme à celles de Hollande quand il y a six mois à peine, il appelait à une accélération du processus et souhaitait une signature « le plus vite possible ».

Mais voilà-t’y pas qu’il nous pique sa crise, l’ado attardé ! Dans une interview parue lundi 28 septembre dans Sud-Ouest, Fekl menace les États-Unis de suspendre les négociations du TAFTA/TTIP si nos amis américains ne montrent pas un peu plus de bonne volonté.

no_ttip

C’est que voilà, il a des choses à dire et personne ne l’écoute (un peu comme Hollande, en somme). L’accès des marchés publics américains fermé aux entreprises européennes , on en parle dans le traité de libre-échange ? s’époumone-t-il. Et pour le marché agricole US tout verrouillé, on fait quoi, déjà ? Rien ? On peut au moins protéger nos indications géographiques, comme les appellations « Champagne » ou « Camembert de Normandie » ? Non, pas de réponse non plus ?
Lire la suite

no_ttip

2,5 millions de signatures contre TAFTA à la poubelle !

Source : wikistrike.com
Nous le savons bien, l’Union européenne est tout sauf démocratique. Nouvel exemple avec le rejet d’une « initiative citoyenne européenne » visant à remettre en cause les négociations autour du traité de libre-échange transatlantique (TTIP/TAFTA). Ce sont 2,5 millions de voix européennes, rassemblées dans le temps record de deux mois, qui sont bafouées. Mieux, en ignorant ce référendum d’initiative populaire, les instances bruxelloises bafouent des règles qu’elles ont elles-mêmes mises en place !

Non, ce n’est pas Legorafi. La Commission Européenne a invalidé l’initiative citoyenne de « Stop TTIP » contre TAFTA qui vient de dépasser le million de signatures. Plus de 320 organisations de la société civile européenne se sont regroupées afin de s’opposer avec fermeté aux traités entre l’UE et les États-Unis (TAFTA/TTIP), mais aussi entre l’UE et le Canada (CETA). Ces millions de voix ne seront malheureusement pas entendues…

2 mois, 1 million d’engagements

C’est du jamais vu. Il n’aura fallu que 60 jours pour rassembler le million de signatures nécessaire pour qu’une initiative citoyenne européenne soit prise en compte par la Commission européenne.
En effet, selon les règles européennes, une « ICE » (initiative citoyenne européenne) doit recueillir un million de soutiens pour orienter la politique de la Commission sur un sujet déterminé. En théorie, une audition publique devrait être organisée au Parlement européen. C’était sans compter sur la décision de la Commission aux relents antidémocratiques.

Refus catégorique de la Commission

Les négociations commerciales sont devenues une priorité pour l’exécutif européen qui vient d’opposer une fin de non-recevoir envers la pétition. Pour le million de personnes impliquées, le statut d’initiative citoyenne européenne s’est vu refusé d’une manière unilatérale. Le pouvoir estime que ces initiatives citoyennes sont prévues pour instaurer de nouvelles lois, pas pour contester un texte en cours de législation. En d’autres termes, la contestation n’est pas autorisée. L’association Stop TTIP a immédiatement saisi la Cour de justice européenne.
Un tel mouvement de masse démontre qu’il existe une véritable inquiétude citoyenne au sein de l’Union européenne concernant ces accords transatlantiques. Selon ces centaines d’associations, les accords représentent un véritable danger pour la démocratie. Nous aurions là le terreau d’une « corporacratie » (si tant est qu’elle n’existe pas déjà), un système de plus en plus gouverné par les multinationales.

lire la suite


TTIP lobbies

TAFTA, TTIP : Eldorado des lobbyistes

04/08/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Pour nos lecteurs anglophones, un passionnant article sur les lobbies et réseaux d’influence qui pilotent en sous-main les négociations du TTIP / TAFTA. On y apprend ainsi les efforts de l’industrie pharmaceutique, de la finance, des télécoms ou de l’agora-alimentaire pour peser sur le traité.

Crédit photo : Capture d’écran d’une infographie de corporateeurope.org

 

Tiziana Beghin – porte-parole du Mouvement 5 Étoiles

TAFTA : Le scandaleux forcing du président Schulz au Parlement européen

Source : ilFattoQuotidiano.fr

Cette fois, Martin Schulz n’y est pas allé par quatre chemins. Il ne lui a pas suffi de faire le forcing pour reporter le vote sur le TTIP (Grand Traité transatlantique, ou TAFTA) le mois dernier. Aujourd’hui, interprétant librement le règlement, le président du Parlement européen est allé jusqu’à interdire le vote d’un amendement contre la clause des tribunaux arbitraux privés proposée par le Mouvement 5 Étoiles. Le plan des grandes multinationales et des lobbies a donc réussi au sein du parlement de Bruxelles et de Strasbourg. En un mois, ils sont parvenus à convaincre la majorité des eurodéputés indécis, surtout italiens. Ceux qui, jusqu’au mois dernier, auraient voté contre la clause de la discorde.
Dans cette vidéo, l’eurodéputée Tiziana Beghin, porte-parole du Mouvement 5 Étoiles, nous explique ce que signifie ce vote du 8 juillet 2015.

Crédit photo : Capture d’écran de l’intervention de Tiziana Beghin – porte-parole du Mouvement 5 Étoiles, traduite en Français par ilFattoQuotidiano.fr



Lire la suite

séance du parlement européen durant laquelle le vote sur le TAFTA a été reporté

Vote sur le TAFTA au Parlement européen : interpellez vos euro-députés !

04/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le traité de libre-échange transatlantique est toujours sur la table des parlementaire européens, qui doivent approuver (ou pas) les négociations menées par la Commission et les Etats-Unis. plus que jamais il faut se mobiliser contre ce texte liberticide


Lire la suite

« Dé-dollarisation » : la Russie veut attaquer la toute puissance du pétrodollar

TAFTA, Grèce, Russie, trois grands dossiers, une seule et même logique

Source : Boulevard Voltaire
Ce vers quoi tend le Nouvel Ordre Mondial est un monde sans États ou bien avec des États croupion dirigés par des gouvernements fantoches, organisé au seul profit de l’entreprise multinationale, selon une seule et unique règle, la règle du marché.

Lorsque mes enfants me demandent de définir le Nouvel Ordre Mondial, je leur réponds ceci : le monde jusqu’à la fin du XXe siècle était organisé autour d’États souverains, selon des règles de droit conçues par les autorités politiques et acceptées par les peuples via ses représentants élus. Dans ce schéma-là, la seule et unique source du pouvoir était politique. Ce vers quoi tend le Nouvel Ordre mondial est un monde sans États ou bien avec des États croupion dirigés par des gouvernements fantoches, organisé au seul profit de l’entreprise multinationale, selon une seule et unique règle, la règle du marché. Dans ce Nouvel Ordre mondial, le pouvoir suprême siège aux conseils d’administration des grandes multinationales et particulièrement des banques et des fonds d’investissement.
Lire la suite

TPP

Wanted : contenu du traité TPP — Récompense : 100 000 dollars

15/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
100 000 dollars. C’est la récompense qu’offre le site WikiLeaks à qui révélera le « secret le mieux gardé des États-Unis » : les détails de l’accord de partenariat transpacifique (TPP).

« L’heure de la transparence a sonné pour le TPP. Stop aux secrets. Stop aux excuses », écrit Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks pour expliquer pourquoi le site offre 100 000 dollars (89 700 euros) à qui révélera le contenu de l’accord de partenariat transpacifique (TPP).
« Cet accord contient 29 chapitres, dont 26 restent secrets », explique WikiLeaks, qui en a déjà révélé trois. Le site mène une opération de financement participatif pour rassembler la somme, dont il manque plus qu’un tiers à récolter à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Dans la stratégie de domination globale des États-Unis, l’économie joue un rôle majeur, surtout sa version libre-échangiste. L’administration Obama négocie ainsi dans la plus grande opacité des traités de libre-échange, entendez « libre » pour les grosses firmes transnationales, sur ses deux rives. Côté Atlantique, l’accord sur le commerce des services (Tisa) et le traité de libre-échange transatlantique (Tafta), de l’autre, c’est le TPP.
Ce projet d’« accord de partenariat transpacifique » est en train d’être négocié dans la plus grande discrétion entre une douzaine d’États situés sur les deux rives du Pacifique, dont les États-Unis, le Canada, le Mexique, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon.
Lui aussi est de plus en plus contesté aux États-Unis même, où les opposants à la toute-puissance des transnationales son nombreux et où le caractère secret des négociations attise la méfiance des Américains, à l’instar de la sénatrice US Elizabeth Warren (Parti démocrate) : « [ils] ne peuvent pas rendre cette négociation publique, car si les Américains voyaient ce qu’il y avait dedans, il y seraient opposés ».

Crédit photo : capture d’écran de la vidéo de WikiLeaks appelant à contribuer au financement participatif destiné à financer la récompense de 100 000 US $


séance du parlement européen durant laquelle le vote sur le TAFTA a été reporté

Report du vote sur le TAFTA / TTIP : les peuples ont gagné une bataille, pas la guerre

10/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le vote sur le traité de libre-échange transatlantique au Parlement européen est reporté. La mobilisation des peuples a payé, mais doit se poursuivre.

Le projet de résolution sur le traité transatlantique (TAFTA) devait être voté en séance plénière ce mercredi 10 juin, mais le président social-démocrate du Parlement, Martin Schultz, a décidé de reporter ce vote, en raison du « grand nombre des amendements à examiner ». Le Parlement européen a aussi repoussé le débat qui devrait avoir lieu sur le TAFTA.

Si ce vote n’était pas indispensable à la poursuite des négociations avec les États-Unis, il était considéré comme indispensable pour donner une légitimité « démocratique » au traité et assurer le succès de l’opération. Le Parlement européen n’a en effet aucun rôle dans les négociations, si ce n’est que la Commission européenne est tenue d’informer les eurodéputés de leurs avancées.
Le Parlement européen ne sera autorisé à se prononcer sur le TAFTA que lorsque les négociations auront été achevées, et que l’accord aura été formellement signé par les négociateurs européens et américains. Comme pour tout accord commercial signé par l’UE, le Parlement européen aura alors le choix d’approuver ou de rejeter le texte négocié, sans possibilité d’en rediscuter les termes.
Lire la suite