Tag Archives: Survivre à l’effondrement économique

Survivre à l’effondrement économique ? Les interrogations et les réponses de Piero San Giorgio

Survivre à l’effondrement économique ? Les interrogations et les réponses de Piero San Giorgio

29/03/2012 – 14h00 NANTES (NOVOpress Breizh) – Auteur de « Survivre à l’effondrement économique », Piero San Giorgio, était à Nantes samedi 24 mars en compagnie de l’essayiste Alain Soral. Devant une salle comble – plus de 200 personnes avaient fait le déplacement et les organisateurs avaient dû refuser du monde – les deux hommes ont expliqué comment se préparer psychologiquement et s’organiser pratiquement pour affronter le chaos consécutif à l’effondrement du système économique et politique actuel qu’ils estiment inéluctable. Réalisme ou catastrophisme ?

Auteur de « Comprendre l’empire, demain la gouvernance globale ou la révolte des Nations? », Alain Soral a présenté P. San Giorgio. Après une brillante carrière dans le domaine du marketing, ce dernier, de nationalité suisse, a pris conscience de l’impasse où le conduisait ce travail. Partageant la réflexion d’Alain Soral, il a vendu son entreprise et décidé d’entrer en résistance contre ce qu’il appelle « l’Empire » tout en mettant en œuvre les moyens de survivre. Son livre est le fruit de cette expérience et se veut un manuel pour aider ceux qui veulent suivre son exemple.

Dans une première partie, Piero San Giorgio montre que le modèle de développement actuel est incompatible avec la croissance exponentielle de la population mondiale, qui a déjà atteint 7 milliards d’individus. Les ressources naturelles, comme le pétrole ou les métaux, nécessaires au maintien de la production ou celles indispensables à la vie, comme les terres arables ou l’eau potable, sont en voie d’épuisement dans de nombreux pays. Il cite le cas de l’Egypte, avec ses 80 millions d’habitants, qui importe 80% de sa nourriture ou du Pakistan, avec sa population de 180 millions de personnes, qui va manquer d’eau. Il pose la question de ce qui se passera quand tous ces gens ne pourront plus trouver ce qui est indispensable à leur survie. Dans les pays dits développés, la domination du secteur financier à l’origine de l’explosion des dettes a mis en place les conditions de la crise la plus grave que le monde ait connue car le poids de cette dette devient insupportable. Cela entrainera une récession illustrée par l’exemple de la Grèce. Cela peut aussi favoriser la naissance d’un conflit comme lors des précédentes crises ( 1907 suivi de la guerre de 1914, 1929 de celle de 1939). Le conflit latent avec l’Iran peut en être le déclencheur. Enfin, on ne peut que constater que les principales puissances comme la Chine et la Russie augmentent leur budget militaire.

Or, aujourd’hui, tous les liens sociaux, les identités ont éclaté au profit de l’individualisme. De plus, l’urbanisation et le développement des métiers dits intellectuels comme les avocats ou les financiers, ont fait perdre à la quasi-totalité des habitants des pays développés leur capacité à être autonome. Le jour où se produira le cataclysme, tous les moyens techniques actuels deviendront inopérants.

Piero San Giorgio propose sa méthode de survie à base d’enracinement autour de 7 éléments très concrets : s’assurer d’une source d’eau potable ; savoir produire sa nourriture avec un potager, un poulailler, en chassant ou pêchant, etc. ; se maintenir en bonne santé avec une bonne hygiène ( traitement des eaux usées, déchets…) et se soigner sans le recours des services hospitaliers actuels en apprenant les médecines naturelles, les bases de la petite chirurgie, etc. ; produire son énergie ; connaître les savoir-faire de base comme la menuiserie, la construction, mais aussi maintenir les savoirs intellectuels et artistiques ; être capable de se défendre contre tous les prédateurs, savoir utiliser les armes et y être préparé mentalement ; reconstruire des liens sociaux par cercle concentrique à partir de la famille, des amis, des communautés qui permettront de s’échanger des compétences dans les domaines évoquées ci-dessus.

Il précise qu’il faut investir des moyens financiers même si cette démarche n’est pas réservée aux riches mais surtout du temps. Lui-même a entrepris cette démarche depuis 10 ans et y travaille activement depuis 2005. Il est aussi nécessaire de convaincre ses proches de la justesse de cette action. Il conclut qu’à partir de ce socle culturel et génétique, il sera possible de reconstruire un monde meilleur.

Cet exposé fût suivi d’un échange élargi à l’actualité entre le public et les deux conférenciers. Alain Soral indique qu’il ne croit pas une solution politique dans le cadre électoral ou démocratique. Il pense que les dirigeants de ce qu’il appelle « l’Empire » peuvent déclencher ce qu’ils veulent et faire réélire N. Sarkozy comme ils l’avaient fait pour Boris Eltsine malgré son bilan calamiteux. Les quelques exemples de réaction réussie comme l’Islande, l’Argentine,la France avec le CNR en 1944 sont dus à des circonstances extrêmes (guerre, crise) ou à des situations spécifiques (très faible population islandaise). Il pense que l’oligarchie actuellement au pouvoir est aux antipodes du but fondamental de la politique qui est de faire le bonheur du peuple en créant le plus de solidarité possible et en donnant le maximum, ce qui caractérise la vraie force.

Interrogé par le public, Alain Soral refusera de répondre à toutes les questions de politique politicienne en précisant que cela ne l’intéresse pas, que c’est une perte de temps, que l’important est d’agir pour créer. Il voit que si nous avons raison, ce qui est une satisfaction, nous sommes impuissants. Il a donc lui-même entamé cette expérience d’autonomie et de survie en résidant le plus souvent au Pays basque, province encore traditionnelle, en ayant passé son permis de chasse, en s’entrainant au tir dans un club, en étant professeur de boxe, en pratiquant l’échange, en vivant à l’ancienne dans un réseau paysan.

Tel un Socrate contemporain qui met plus d’importance dans les questions pour élaborer un raisonnement à contre-courant des sophistes actuels que dans les réponses, il a prié ceux qui l’écoutaient de désapprendre le stérile  » Moi, je« , le pathos individualiste, les faux débats, pour canaliser leur énergie vers la survie, c’est à dire à supporter les autres, à être « bien élevé » avec le sens de la hiérarchie comme au Japon, à connaître sa place avec humilité, à pratiquer la générosité. Ayant révélé qu’il recevait de multiples menaces de mort et qu’il s’y préparait, à l’instar de Socrate contraint de boire la ciguë. Comme dans la célèbre chanson de Guy Béart « Il a dit la vérité, il doit être exécuté »…