Tag Archives: statistiques ethniques

enfer-babel

Les prisons françaises sont devenues des enfers ethniques

22/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Les conflits ethniques dans les prisons françaises sont mis en avant dans une étude du Franco‑Iranien Farhad Khosrokhavar et son traitement par L’Express est intéressant. En effet, le journal utilise un vocabulaire sans langue de bois, détonant avec sa ligne habituelle.

Le sociologue, spécialisé dans l’étude de l’islam, a mis en avant la catastrophe humaine et la radicalisation islamiste se déroulant actuellement dans les prisons françaises malgré les promesses des hommes politiques. Le journal résume : « L’univers carcéral est une zone de non‑droit, non qu’il échappe aux règlements, mais du fait que ces derniers y sont constamment contournés, négociés et que, finalement, la force règne et l’emporte. »

L’enquête ne cache pas la poudrière ethnique que sont devenues les prisons . L’Express, dans une sémiologie ethnique, explique que « les petits Blancs sont devenus, une minorité qui se vit dans une relation conflictuelle avec les détenus musulmans, majoritaires. Ils se sentent l’objet d’un racisme inversé, habités par une véritable conscience de l’exil, la certitude d’être déracinés en Ile‑de‑France », et poursuit : « Un nombre croissant de Gaulois égarés en quête de sens se convertissent. » Le journal estime que le conflit va même au‑delà : il oppose les Antillais méprisant les Noirs africains, les Noirs et les Maghrébins des cités aux « autochtones ».

Dans ce marasme interethnique seul l’islam semble fonctionner. S’il n’existe pas de statistiques légales, l’administration pénitentiaire s’appuie sur les inscriptions au ramadan pour estimer que les musulmans pratiquants forment entre 40 % et 60 % de la population carcérale. Sous l’influence de salafistes prônant l’islam djihadiste, dénonçant une société pourrie et impie qu’il faut briser par tous les moyens, y compris viols et meurtres…

tribalat_526x297-y_F

Michèle Tribalat : « Les statistiques ethniques sont indispensables à la connaissance »

29/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)
À l’occasion de la sortie de Statistiques ethniques, une querelle bien française, Michèle Tribalat a accordé un long entretien à FigaroVox. Pour la démographe, dès lors qu’il s’agit d’immigration, l’idéologie et les condamnations morales prennent le pas sur la raison.

Michèle Tribalat revient notamment sur une certaine confusion qui entoure cette expression :

Une grande partie de la confusion provient du fait que ceux qui s’empoignent sur le sujet ne parlent pas forcément de la même chose. L’expression «statistiques ethniques» est un terme générique qui désigne le dépassement des informations habituelles – nationalité, pays de naissance des individus – pour relier à la migration des personnes qui ne l’ont jamais connue et sont françaises parfois dès la naissance. En collectant des informations sur la filiation, comme il le fait désormais régulièrement dans ses grandes enquêtes, l’Insee utilise une forme de statistique ethnique, celle pratiquée par la plupart des grands pays européens d’immigration, depuis plus ou moins longtemps. Sous l’appellation «statistiques ethniques» figurent aussi des données de type ethnoracial à l’anglaise ou à l’américaine qui mélangent la couleur de peau, l’ethnie et des pays ou continents d’origine. Figurent aussi des catégories plus subjectives sur le ressenti. Ainsi, dans le recensement de 2011, le Royaume-Uni a introduit une question sur l’identité nationale: «Comment décririez-vous votre identité nationale?» Pour y voir plus clair, le débat français devrait donc dépasser l’appellation «statistiques ethniques» pour entrer dans le vif du sujet, chacun explicitant chaque fois très précisément ce qu’il entend par là.


enfants_maternelle

Grand Remplacement : pas de statistiques ethniques, juste les prénoms les plus populaires

19/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Avec la carte interactive de BFMTV, découvrez les prénoms les plus populaires département par département. Mais attention, PADAMALGAM ! Si certains d’entre eux comptent 5 à 6 prénoms d’origine arabe parmi les 10 premiers, ce n’est pas, je répète, ce n’est pas dû à la forte concentration de populations étrangères ou d’origine étrangère. Le Grand Remplacement n’est pas, je répète, n’est pas à l’œuvre.

En Seine-Saint-Denis, Mohamed est le prénom le plus populaire chez les garçons, Rayan et Yanis arrivent en 3e et quatrième position. Chez les filles, Lina est seconde, Yasmine et Léa (d’origine hébraïque) en quatrième et cinquième position. Si ce département est le plus touché par la vague des prénoms d’origine arabe, ceux-ci sont de plus en plus présents partout en France, régulièrement dans les 10 premiers et souvent dans les 20 premiers.
Notez bien que ces données datent de 2012 et que ces tendances lourdes se confirment depuis…

Crédit photo : Jean-Marc Liotier via Flickr (CC) = Spectacle de cirque par les enfants de l ecole maternelle Charles Perrault


menard_guenole

Quand Bourdin admet le racisme anti-blanc en direct

26/09/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Lors d’un débat animé consacré aux statistiques ethniques sur RMC, opposant Robert Ménard à Thomas Guénolé, l’animateur donne raison à Robert Ménard sur le racisme anti-blanc qui sévit dans les « quartiers ».

Le débat de jeudi dernier sur Bourdin Direct (RMC) semblait assez convenu : Robert Ménard et Thomas Guénolé s’opposant sur les statistiques ethniques, c’était du classique : Guénolé est contre et fait preuve de son habituelle mauvaise foi, expliquant qu’il est impossible de comptabiliser les Bretons qui ont perdu tout attribut « ethnique », Ménard prenant appui sur son expérience de maire pour expliquer que les responsables ont besoin de connaître le réel pour agir.

C’est au détour d’un échange assez vif sur les Français de papiers et l’assimilation que la perle sort. Robert Ménard parle des Français de papiers « ni des Français de langue, de culture, d’amour de ce pays… », souvent immigrés de seconde ou troisième génération,

Des gamins de 15 ans, 16 ans 17 ans, à l’école, je les vois à l’école, ils traitent de sales petits Français, les Français de souche, alors qu’ils sont autant Français qu’eux. Ca veut dire qu’il y quoi dans leur tête ? c’est ça que vous ne voulez pas voir.

Et Jean-Jacques Bourdin de répondre :

On le sait… mais on le sait, je ne dis pas le contraire, Robert Ménard.


ménard face aux clandestins

Robert Ménard : quand les «démocrates» veulent abattre un élu… signez la pétition !

21/09/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Chantres de la liberté d’expression et de « l’esprit Charlie », des députés PS de la « gauche forte » entendent faire révoquer Robert Ménard. Face à leur pétition fleurant bon la terreur, Boulevard Voltaire a lancé son propre manifeste de soutien au maire de Béziers, à signer d’urgence.

Les réseaux sociaux sont maintenant le canal de communication privilégié de tous ceux qui ont quelque chose à dire… y compris aux « migrants » et autres « réfugiés ». Le maire d’Ásotthalom en Hongrie l’a bien compris, Robert Ménard aussi quand il a posté sa vidéo où on le voit faire le tour de logements HLM squattés par des clandestins pour leur signifier qu’ils « ne sont pas les bienvenus ».

Message insupportable pour les chantres de la démocratie, du dialogue et du Vivre-Ensemble que celui de cet élu qui défend les intérêts de ses administrés face à l’invasion migratoire. Comme précédemment avec l’affaire des soi-disant « statistiques ethniques », une seule solution, la révocation ! Ce sont les députés socialistes, membre du « club de réflexion » « la gauche forte » Alexis Bachelay et Yann Galut qui se sont lancés mercredi dernier dans cet exercice d’épuration, encouragés par le ministre de l’Intérieur, qui qualifiait au Sénat le comportement de Robert Ménard d’« abject ». À ce jour, leur pétition, pourtant complaisamment relayée par les médias officiels, a recueilli plus de 6000 signatures.
Une goutte d’eau face aux 500 000 visionnages de la vidéo du maire de Béziers, qui se rit lui-même de l’initiative des députés PS :

Tout cela n’a ni queue ni tête. C’est de l’imbécillité en barre, ils sont complètement stupides

a-t-il déclaré au scan politique du Figaro. Quant aux propos de M. Cazeneuve, la réponse de Robert Ménard sur Boulevard Voltaire est cinglante :

Bernard Cazeneuve, impuissant notoire pour ce qui est des actes contre la délinquance, condamne verbalement un élu qui lui reproche de ne pas faire son travail de ministre de l’Intérieur.

Face aux tentatives d’intimidation permanentes auxquelles font face ceux qui se lèvent contre l’invasion migratoire, il importe de se mobiliser. Ce n’est pas seulement le maire de Béziers qui est visé par cette pétition, mais tous ceux qui refusent de se soumettre à l’idéologie immigrationniste. C’est pourquoi NOVOpress appelle à signer le manifeste de soutien à Robert Ménard lancée par nos confrères de Boulevard Voltaire. Que le nombre de signataires écrase rapidement celui de la pétition liberticide et inspire à ses auteurs un peu de modestie dans leur volonté de bâillonner l’opinion.

Pour information, ce lundi 21 septembre à 12h07, la pétition appelant à la révocation de Robert Ménard recueillait 6848 signatures, celle le soutenant 7992. continuez à signer !
Pour information, ce mardi 22 septembre à 11h13, la pétition appelant à la révocation de Robert Ménard recueillait 8334 signatures, celle le soutenant 18287. continuez à signer !


Le cas Ménard ! Tribune de Vincent Revel

Le cas Ménard ! Tribune de Vincent Revel

Pendant de nombreuses années, Robert Ménard a été l’homme que l’on désirait inviter sur les plateaux télés. Sa fréquentation était recherchée voire même espérée. En tant que fondateur et président de Reporters sans frontière, sa voix était écoutée et ses actions étaient suivies avec le plus grand intérêt. Son combat s’est toujours résumé à défendre la liberté de la presse et la liberté d’expression. De ce fait nul ne pouvait contredire Monsieur Ménard. Sur les cinq continents, il fut amené à faire entendre la conception qu’il avait du métier de journaliste. Digne héritier de Voltaire et du Siècle des Lumières, il ne transigea jamais avec cet objectif.

Sur sa fin de carrière, réussie à plus d’un titre, et suite à des retours prolongés sur notre territoire, il prit du recul avec son milieu professionnel et ouvrit réellement les yeux sur la réalité politique, sociale et démographique de notre douce France et cet instant fut probablement vécu comme un choc. Les années 2000 furent sans aucun doute une révélation lui faisant comprendre que ce pourquoi il avait combattu toute sa vie n’existait plus chez lui.

Son pays était devenu un lieu où le politiquement correct pouvait envoyer des individus devant les tribunaux, où les nouveaux censeurs d’une République à l’agonie pouvaient décider arbitrairement qui avait droit à la parole et qui devait être ostracisé sans aucun moyen de défense. Cette analyse explique en grande partie l’engagement récent de Robert Ménard. La pensée unique qui tenaille les libertés individuelles, née de l’idéologie progressiste libérale, implique, comme nous le dit Jean-Claude Michéa dans son ouvrage Les Mystères de la Gauche, à déconstruire, « à désinstaller, une à une, toutes les traces et toutes les racines du passé ou à défaut, à ne devoir s’en souvenir que sur le mode religieux de la repentance. »

Lire la suite

Robert Ménard au Club de la Presse d’Europe 1

14/05/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Un entretien sans langue de bois – de la part du maire de Béziers – entre Robert Ménard et les journalistes du Club de la presse (Nicolas Poincaré, Serge July, Gérard Carreyrou et Olivier Duhamel). Au menu, le statistiques ethniques, la réalité de l’immigration à Béziers, les rebondissements au Front National…

8353-Chard

Ménard compte sur les députés (Présent 8353)

12/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Robert Ménard le sait : contrairement à ce que voudraient couvrir les hurlements des médias, il n’est pas seul. De nombreux élus, de très nombreux Français ne sont pas indifférents au fait que la majorité des élèves de leurs écoles sont musulmans. Ce qui veut dire que dans quelques années, le voile, le halal, les préceptes coraniques seront majoritaires dans ces quartiers-là, quand ce n’est pas déjà le cas.

8353-P1

8353-P1

Le tribunal a rejeté lundi le référé déposé par la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) qui demandait à la justice d’agir en urgence contre la mairie de Béziers. Pour la bonne raison que la police n’a trouvé aucun fichier sur les élèves musulmans et qu’il n’en existe aucun. Un peu de justice quand même.

Un peu de courage !

Mais Robert Ménard ne compte pas en rester là. C’est pour cela soit dit en passant que l’on a élu des maires comme lui, c’est pour que les choses bougent, pour ne pas reprendre de l’UMPS jusqu’à la mort. Le maire de Béziers a écrit aux députés, les appelant à un peu de courage à contre-courant. Pour une fois. Il leur demande de légiférer pour autoriser les statistiques ethniques. Les exhortant à « créer les conditions d’un débat » indispensable :
« Que l’on se félicite de l’immigration ou que l’on s’en inquiète, notre république ne peut pas continuer à installer des politiques sans connaître exactement la réalité statistique auxquelles on prétend les appliquer. (…) Je ne peux imaginer que je sois le seul maire de France qui ait procédé à un tel calcul. Mais, assurément, je suis le seul à l’avoir dit. »
Robert Ménard ne manque pas de rappeler que Valls s’était dit favorable en 2009 à une proposition de loi permettant les statistiques ethniques et que Rebsamen ministre du Travail, avait reconnu en 2010 que de telles listes existaient grâce aux commissions d’attribution de logements…
Selon un tout récent sondage réalisé par l’Institut Odoxa, 55 % des Français sont favorables à la constitution de statistiques ethniques. Les députés vont-ils les entendre ?

Caroline Parmentier


 

Capture d’écran conférence de presse Robert Menard

Statistiques ethniques : Robert Ménard : 1 – CRI : 0

12/05/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La CRI, l’association pour la Coordination contre le racisme et l’islamophobie, avait demandé l’interdiction du fichage des enfants musulmans de Béziers. Mais le tribunal de Montpellier a considéré que « l’existence d’un tel fichier n’a pas été démontrée ». La requête a donc été rejetée.
Pour rappel, Robert Ménard, le maire de Béziers avait déclaré dans l’émission télévisée Mots Croisés qu’il y a « 64,6 % d’enfants de confession musulmane à Béziers ».
Hier, Robert Ménard en a, d’ailleurs profité pour envoyer une lettre à tous les députés leur demandant d’ouvrir un débat parlementaire afin de proposer une loi pour légaliser les statistiques ethniques.


Roms à Perpignan

Statistiques ethniques : quand la fondation Jean Jaurès faisait du « Ménard »

Source : Fdesouche
Perpignan : quand la fondation Jean Jaurès étudiait le vote musulman à partir des prénoms des électeurs

Pour comprendre l’influence du nombre de musulmans sur le vote FN à Perpignan, la fondation Jean Jaurès s’est basée sur les prénoms des électeurs.
Ouh, la vilaine stigmatisation, car chacun sait depuis l’affaire Robert Ménard que les Français de souche appellent leurs enfants Mohamed et les immigrés les leurs François… Mieux encore, les auteurs de cette étude n’hésitent pas à déclarer que leur travail était « Une étude locale à valeur nationale. »… mais PADAMALGAM !

Crédit photo : thierry llansades via Flickr (CC) : Roms fouillant des poubelles à Perpignan


Statistiques ethniques : 55% des Français y sont favorables

Statistiques ethniques : 55% des Français y sont favorables

11/05/2015 – PARIS (NOVOpress)
Médias dominants et politiques ne cessent de souffler sur les braises de la polémique déclenchée par les révélations de Robert Ménard. Celui-ci fait part d’un pourcentage de 64,9% d’élèves musulmans dans sa ville. Au lieu de s’interroger sur ce chiffre alarmant, il est fait cas de l’emploi de statistiques ethniques.

Il se pourrait, cependant, que l’opinion ne soit pas menée là où on voudrait qu’elle aille. En effet, si une partie des Français s’avère choquée (54%), 55% d’entre eux se montrent favorables à la constitution de statistiques ethniques.

Selon un sondage Odoxa pour Itélé publié vendredi 8 mai, le clivage gauche-droite est très net.

77% des sympathisants de gauche se disent choqués, 23% non. Au contraire, 68% des sympathisants de droite ne se disent pas choqués, contre 31% qui le sont. Au sein de ces sympathisants de droite, 22% des sympathisants du FN se disent choqués, contre 77% qui ne le sont pas. 1% ne se prononce pas.
78% des sympathisants de droite favorables aux statistiques.

Les interrogés sont également sondés « de manière générale » sur « la constitution de statistiques ethniques ». 55% des sondés sont favorables à cela « car mieux connaître la réalité est le meilleur moyen de lutter contre les discriminations ». 44% sont opposés « car il est choquant de tenir compte de l’origine ou de la race des gens lorsque l’on enregistre des statistiques sur eux ». 1% des sondés ne se prononce pas.

Dans le détail, 35% des sympathisants de gauche sont favorables à de telles statistiques, contre 64% opposés. 78% des sympathisants de droite y sont favorables, contre 21% opposés. Au sein des sympathisants de droite, 91% des adhérents du FN sont favorables, contre 8% opposés.

Crédit photo : philippe leroyer via Flickr (cc)


 

Lire la suite

Capture d’écran conférence de presse Robert Menard

Tenez bon, Robert Ménard ! Le pays réel est derrière vous !

Source : Boulevard Voltaire – « Tenez bon, Robert Ménard ! Le pays réel est derrière vous ! »

La bien-pensance a trouvé un nouvel os à ronger : en cause, les déclarations choc de Robert Ménard, maire de Béziers, relatives à ce que la presse appelle « le fichage des enfants musulmans ». Les chiens sont lâchés, la meute est déchaînée !

Retour sur les faits : lundi 4 mai, sur le plateau de « Mots croisés », Robert Ménard déclare que 64,6 % des élèves des écoles de sa ville sont musulmans. Plus tard, il indique : « Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait. » Le lendemain, chez Bourdin (BFM TV), il explique : « Il faut aider les enfants […] d’origine musulmane, maghrébine » car « quand dans des écoles, vous avez plus de 80 % d’enfants qui sont d’origine musulmane, maghrébine, vous n’intégrez plus personne. Qui en paie le prix ? Les enfants en question. »

Face au tollé provoqué par ces propos, la mairie de Béziers a expliqué au cours d’une conférence de presse : « La mairie de Béziers ne constitue pas et n’a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville. Le voudrait-elle qu’elle n’en a d’ailleurs pas les moyens. Il ne peut donc exister aucun “fichage” des enfants, musulmans ou non. Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l’Éducation nationale. C’est donc à elle, et elle seule, de rendre publique cette liste. Elle ne le fera certainement pas au prétexte de motifs juridiques. »

Voilà pour les faits. Le déchaînement médiatico-politique n’a pas tardé. Toute la presse, ce mardi, parlait du « fichage des enfants musulmans », sans recul ni analyse des faits. Le Figaro.fr s’est, quant à lui, ridiculisé en titrant un article « L’esprit de 1939 est de retour : la sortie de Robert Ménard indigne la classe politique », reprenant ainsi un tweet de Taubira, aux références chronologiques douteuses : « L’esprit de 1939 est de retour, les mêmes vieux démons et ces balafres faites à la République. La même lâcheté sur des enfants. » D’Arabie saoudite, où il est en déplacement, François Hollande y est allé de son commentaire : « Le fichage d’élèves est contraire à toutes les valeurs de la République. » Bref, c’est la curée.

Que dit la loi ? L’article 8-I de la loi du 6 janvier 1978 stipule : « Il est interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, […] des personnes […] » L’article 226-1 du Code Pénal dispose que « le fait, y compris par négligence, de procéder ou de faire procéder à des traitements de données à caractère personnel sans qu’aient été respectées les formalités préalables à leur mise en œuvre prévues par la loi est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300.000 euros d’amende ».

Lire la suite

zekri_000_Par1139225

Abdallah Zekri à Robert Ménard : « Nous les Bougnoules, on vous dit ça suffit ! »

09/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Ils étaient quelques centaines à défiler vendredi, à l’appel de plusieurs associations musulmanes, contre le « fichage » d’élèves à Béziers et contre le maire de la ville Robert Ménard.

« Je suis venu dire toute ma colère et ma révolte », a déclaré le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, Abdallah Zekri, lors d’une manifestation organisée vendredi à Béziers contre Robert Ménard.

Sur des pancartes on pouvait lire ainsi « Fiche-moi la paix », « Je m’appelle Robert, je suis musulman » ou encore « Je suis Français, Biterrois et citoyen ».

Abdallah Zekri, le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, a notamment déclaré :

Ficher des Français de confession musulmane rappelle un triste épisode de notre histoire, il ne reste plus à Robert Ménard qu’à nous mettre des étoiles vertes sur la poitrine. Non ! Nous les Bougnoules, on vous dit ça suffit ! Arrêtez de faire des différences entre les Biterrois


Capture d’écran conférence de presse Robert Menard

Affaire Ménard : Les Tartuffe des statistiques ethniques

08/05/2014 – POLITIQUE (NOVOpress avec le Bulletin de Réinformation)
La meute politico-médiatique qui hurle contre Robert Ménard et ses « statistiques ethniques » fait assaut d’hypocrisie. Si elles ne sont pas toujours officielles, si elles sont parfois constituées de énième empirique, les statistiques ethniques existent et tout le monde s’en sert. Il faut bien décrire le réel.


Fichage des élèves musulmans: "La gauche n’a… par BFMTV

La vague d’indignation républicaine n’en finit plus, après que le maire de Béziers a annoncé, lundi, qu’il a effectué un recensement du nombre d’enfants musulmans dans sa ville.

Pourtant, Robert Ménard ne serait pas le seul
Dans une conférence de presse mardi, il a affirmé que les statistiques en fonction de l’origine ou de la religion sont utilisées par des politiques de gauche, mais sans le dire. Comment peuvent-ils savoir, par exemple, combien d’enfants mangent ou non des repas sans porc, à l’école ? Comment par exemple Martine Aubry, qui déclarait, en 2012, « qu’il y a 35 % de Maghrébins à Lille et que c’est génial » peut-elle le savoir ?
Lire la suite

Goutte d'Or

Statistiques ethniques, l’analyse de Michèle Tribalat…  et le fichier Saphir ?

06/05/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec Boulevard Voltaire)
L’affaire des statistiques ethniques de Robert Ménard enfle sur la toile. Michèle Tribalat, démographe et auteur du livre remarqué sur l’immigration « Les yeux grand fermés », explique à Boulevard Voltaire la position de l’INSEE sur ce sujet.

Dans cet entretien, Michèle Tribalat détaille les raisons qui interdisent à l’INSEE de collecter des statistiques ethniques, ce que ne fait d’ailleurs pas non plus Robert Ménard à Béziers. Le point intéressant est que l’organe central de statistiques français a tout de même quelques moyens légaux d’examiner le grand remplacement en cours en France. Ainsi, l’INSEE peut-il collecter des données relatives à la nationalité d’origine des nouveaux Français ou de la nationalité d’origine de leurs parents, s’agissant d’enfants nés en France.

Curieusement, elle n’évoque pas dans son entretien un outil très précieux pour tout démographe : le fichier Saphir. Cette précieuse base de données harmonise les données du recensement et d’autres enquêtes de terrain sur la

Fichier Saphir

Exemple de données extraites du fichier Saphir

période 1968 – 2008 (avec certaines mises à jour jusqu’en 2011). Elle comprend, entre autres (nombreux) critères, la nationalité d’origine des individus, comprend un niveau familial et un niveau individuel et permet donc des études sur le long terme de l’évolution de la population. C’est sur la base de cet outil que la démographe a pu mener de passionnantes études sur les jeunes d’origine étrangère en France, leur évolution numérique, l’évolution de leur implantation géographique, etc.
Malheureusement, le fichier en question n’est plus actualisé et l’INSEE l’a enterré. Plutôt que de bricoler, M. Ménard, demandez donc à l’INSEE d’actualiser Saphir et de le mettre à la disposition des élus et du public, qui a le droit de savoir. À défaut, NOVOpress, qui a retrouvé cette base de données dans les tréfonds du site de l’INSEE, le tient à disposition.

CRédit photo : David Dufresne via Flickr (CC) – Marché Dejean à la goutte d’Or, Paris


 

 

Lire la suite

Deux sénateurs déposent un rapport en faveur des statistiques ethniques

Deux sénateurs déposent un rapport en faveur des statistiques ethniques

13/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Assiste-t-on à une révolution chez les élus de la république, plutôt enclins à masquer le réel pour ne pas mettre à mal leur idéologie « vivre-ensembliste » ? En e effet, deux sénateurs ont déposé hier, mercredi 12 novembre, un rapport en faveurs des statistiques ethniques, comme nous l’indiquent nos confrères du Figaro :

La sénatrice EELV Esther Benbassa et son collègue UMP Jean-René Lecerf n’auraient jamais pensé que leur travail sur la lutte contre les discriminations serait débattu «pendant deux heures et demie», sans, finalement, être voté… «De mémoire de sénateur, ça ne s’est pas souvent vu!, observe Esther Benbassa. Il y a eu énormément de questions de la part de la gauche comme de la droite, et des interventions inattendues par leur intensité.» Ce rapport d’information, qui préconise notamment l’autorisation de statistiques ethniques, sera soumis au vote sans débat ce mercredi.

Les deux sénateurs proposent que, lors d’un recensement, «tous les cinq ans, une question sur le pays de naissance des ascendants et la nationalité antérieure» soit posée. «Vous avez beau parler de discriminations, si vous n’en connaissez pas l’ampleur…», avance Esther Benbassa. «Cela permettrait, par exemple, à ces employeurs qui ont embauché 99 % de Blancs, de se rendre compte qu’il y a 15 % de Maghrébins dans leur bassin d’emploi», précise Jean-René Lecerf, qui se dit même «d’accord pour aller au-delà, dès lors que cela ne débouche pas sur un fichage ethnique».

>> Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo Une : Romain Vincens via Wikipédia (cc/.

Manuel Valls et le Conseil représentatif des associations noires sont favorables aux statistiques ethniques

Manuel Valls et le Conseil représentatif des associations noires sont favorables aux statistiques ethniques

10/12/2012 — 16h00
PARIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) — En débat face à Marine Le Pen jeudi dernier, Manuel Valls avait affirmé qu’il était favorable à la réalisation de statistiques ethniques. Selon le ministre de l’Intérieur : « Il faut mieux connaître la réalité de notre pays ».

Vendredi, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) lui a emboîté le pas. L’association communautariste va même plus loin : « La loi à venir devrait avoir pour but non pas de rendre possibles les statistiques ethniques, mais de les rendre obligatoires » avant de préciser, prudente, « dans tous les domaines où elles sont pertinentes ».

Crédit photo : Jackolan1 via Wikipédia (cc).

Questions ethniques : la réalité revient toujours nous hanter

Questions ethniques : la réalité revient toujours nous hanter

16/08/11 – 14h15
LONDRES (NOVOpress)
-La France est un pays qui refuse le réel quand celui-ci ne colle pas avec les schémas idéologiques. Voilà la raison, par exemple, pour laquelle le ministère de la Justice ne s’intéresse pas à la composition ethnique ou religieuse des détenus dans les prisons françaises. Le résultat ne conforterait pas l’idéologie xénophile qui reste dominante dans l’administration de ce pays.

Les fonctionnaires ne sont pas les seuls coupables d’aveuglement collectif. Nous avons très régulièrement pointé les responsabilités des journalistes mais nous pourrions tout aussi bien ajouter celle des éditeurs. Le public français n’a pas accès à des ouvrages qui, dans d’autres pays, paraissent et connaissent un grand succès commercial  dans des domaines aussi différents que la critique du multiculturalisme ou celui de la génétique humaine.

Deutschland schafft sichA titre d’exemple, le livre de Thilo Sarrazin Deutschland schafft sich ab publié en 2010 n’a toujours pas été traduit et publié dans notre pays. Le lecteur qui souhaite en prendre connaissance ne peut même pas le trouver à la Bibliothèque nationale. Il lui faudra se rendre à Nanterre à la BDIC ou dans une poignée de bibliothèques universitaires.

Les Anglais sont paradoxalement à la fois plus contraints dans leur expression tant écrite qu’orale par le poids du politiquement correct, mais aussi plus sensibles aux faits. Les journalistes de toutes opinions politiques n’ont pas manqué de s’interroger sur le grand nombre de Noirs parmi les émeutiers et les pilleurs à Londres, mais aussi de souligner que dans les autres villes la majorité était claire de peau.

Le débat a été vif sur les ondes. L’historien David Starkey a été vilipendé pour avoir remarqué que les Noirs et nombre de Blancs sont les victimes d’une sous-culture criminelle en provenance de la Jamaïque. Des défenseurs de la vertu progressiste ont inondé la BBC de plaintes afin qu’il ne soit plus jamais invité à donner son avis à la télévision. Ce sont des membres de la communauté afro-caraïbe qui ont pris sa défense en rappelant que l’historien s’est contenté d’énoncer publiquement un fait connu de tous : le rôle moteur des voyous d’origine caraïbe dans le milieu du crime au Royaume Uni.

D’autres journalistes de gauche comme Dominic Lawson dans les colonnes de l’Indépendent ont rappelé des faits que nombre de leurs compatriotes ont du mal à accepter. Il va contre l’idéologie xénophile et antiraciste de mentionner que 50% des jeunes garçons afro-caraïbéens âgés de 14 ans savent à peine lire et écrire. Il est mal venu de publier le constat d’échec d’un système éducatif britannique égalitariste à l’extrême, et régenté par des syndicats parmi les plus obtus, que 63% des garçons et adolescents européens issus des classes « laborieuses » sont tout aussi illettrés.

Élève chinoisSi la question raciale ne joue aucun rôle, comment expliquer, insiste Dominic Lawson, sur le fait que les Chinois résidant au Royaume Uni ne connaissent pas une telle situation ? Que la différence entre les résultats scolaires d’un enfant de riches Chinois et celui issu d’une famille pauvre soit très réduite ? On peut ajouter que seulement 15% des familles chinoises sont monoparentales. Chiffre à comparer à celui de près de 50 % des familles afro-caraïbéennes.

Dominic Lawson n’est pas un journaliste téméraire. Il se contente courageusement de reprendre des chiffres publiés dans un rapport de décembre 2010 du Black Training and Enterprise Group, un groupe qui cherche à promouvoir au Royaume Uni le succès des minorités raciales.

Quand le journaliste de l’Indépendant a interrogé Jeremy Crook, le responsable de cette association, sur l’impact de ce rapport, il lui a répondu : « Au gouvernement, personne n’a voulu me recevoir car ces résultats ne les intéressaient pas. Peut-être seront-ils davantage intéressés aujourd’hui après les émeutes ? »