Tag Archives: Stade rennais

Avant le Stade rennais, il y eut le Périgord, Andorre et le Pacifique…

Avant le Stade rennais, il y eut le Périgord, Andorre et le Pacifique…

26/04/2013 – 16H20
RENNES (NOVOpress Breizh) – L’Express (17/04/13) consacre un cahier de douze pages au Stade rennais. C’est l’occasion d’apprendre que « le PSG revendique 300 millions d’euros de budget. L’Olympique lyonnais, l’Olympique de Marseille et le Losc de Lille dépassent les 100 millions d’euros. Avec 50 millions, le Stade rennais doit créer le meilleur spectacle sportif avec des moyens raisonnables. Autour du match, le club doit générer du lien social et de la joie. Et même du rêve ». C’est en ces termes que Frédéric de Saint-Sernin, le président du club, plante le décor et les contraintes.

Lire la suite

Didier Deschamps en a assez de la « génération pourquoi »

Didier Deschamps en a assez de la « génération pourquoi »

01/11/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – L’affaire M’Vila/Mavinga aujourd’hui et les scandales Zidane, Anelka, Nasri ou Ben Arfa dans un passé récent, ont confirmé la tendance : de nombreux joueurs ont importé au sein de l’équipe tricolore et dans leur club une « culture racaille » outrancière, née dans les banlieues de l’immigration : refus de l’autorité, affrontement avec les supporteurs, arrogance, insultes, prosélytisme religieux… le tout sur un air de rap.  C’est cette métamorphose multiculturelle de la planète football que Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, vient d’aborder dans un entretien croisé avec Philippe Saint-André, son homologue du rugby, accordé à l’AFP.

Lire la suite

Affaire M’Vila et Mavinga : Frédéric Antonetti baisse sa culotte

Affaire M’Vila et Mavinga : Frédéric Antonetti baisse sa culotte

30/10/2012 –  08h00
RENNES (NOVOpress) –
Attitude ferme, mercredi dernier, de Frédéric Antonetti : le coach du Stade Rennais (photo) avait évoqué publiquement sa volonté de se passer de ses deux joueurs, Yann M’Vila et Chris Mavinga, « jusqu’au 30 mai prochain », afin de les punir de s’être rendus en discothèque à Paris entre les deux matches du barrage qualificatif pour l’Euro 2013 Espoirs contre la Norvège. Une fermeté de courte durée : l’entraîneur des Rouge et Noir les a réintégrés hier dans l’effectif !

Lire la suite

M’Vila et Mavinga exclus du Stade rennais jusqu’à la fin de la saison ?

M’Vila et Mavinga exclus du Stade rennais jusqu’à la fin de la saison ?

25/10/2012 –  12h00
RENNES (NOVOpress) –
Nouveau rebondissement dans l’affaire M’Vila/Mavinga. Les deux footballeurs professionnels du Stade Rennais devraient être exclus de l’équipe bretonne, actuellement neuvième de Ligue 1, jusqu’au 30 mai prochain. Cette sanction intervient suite à leur virée nocturne du 13 octobre dernier. Les deux compères étaient allés en boîte de nuit à Paris en taxi, sans autorisation et en compagnie de trois autres joueurs de l’équipe de France Espoirs, à trois jours du barrage retour à l’Euro 2013 contre la Norvège, alors que le groupe était réuni au Havre. Ce comportement irresponsable avait contribué à l’élimination de l’équipe de France espoirs à l’Euro 2013  et au départ d’Erick Mombaerts, le sélectionneur de l’équipe tricolore.

Lire la suite

rennes-kops-2

Football : les étranges supporteurs rennais du Roazhon Celtic Kop

06/03/2012 – 10h00 RENNES/ROAZHON (NOVOpress Breizh) – Fréquenter le stade de la route de Lorient à Rennes peut s’avérer dangereux pour la santé. C’est la mésaventure  survenue samedi dernier à un jeune supporter du Stade rennais qui s’est fait violemment agresser en plein centre ville. Son crime ? Il était soupçonné d’appartenir à un club de supporteurs rival de celui des agresseurs. Une situation de plus en plus fréquente dans la capitale bretonne où, sous couvert de soutien au Stade rennais, des bandes se réclamant de l’extrême gauche mondialiste se livrent à des agressions ultra-violentes totalement gratuites. Jusqu’à présent en toute impunité.

L’auteur présumé de l’agression de samedi, connu dans les tribunes sous un sobriquet breton, ferait partie du Roazhon Celtic Kop (RCK), un groupe de supporteurs « ultras » du Stade rennais, fondé en 1991. Le RCK est constitué en association loi 1901 et ses statuts précisent que sa fonction est de «supporter le Stade rennais et d’encourager les initiatives bretonnes». Derrière cette façade respectable se cacherait en réalité un certain nombre d’activistes d’extrême gauche toujours prêts, entre deux matchs, à cogner sur des supporteurs ayant le tort soit d’avoir quitté le RCK pour d’autres groupes tel Unvez Kelt, soit – faute impardonnable – de ne pas appartenir à la mouvance anarcho-marxiste rennaise.

L’agression survenue ce 3 mars fait ainsi suite à de nombreuses tentatives d’intimidation et d’agressions caractérisées perpétrées par des militants de l’extrême gauche rennaise dont certains membres, bien connus des services de police, ont été clairement identifiés comme faisant partie du RCK.

Face à cette situation, les autorités semblent rester étrangement silencieuses : malgré les plaintes déposées, malgré l’identification de certains individus, malgré des témoignages abondants et précis, aucune action judiciaire n’a, à ce jour, abouti.

Mieux : le directeur de la sécurité du Stade rennais, interrogé par Ouest-France (02/02/12), n’hésitait pas à assurer que les membres du RCK devaient être félicités pour leur comportement irréprochable dans les travées du stade de la route de Lorient ! Il est vrai que Patrick Fretel – par ailleurs très influent, avec son frère, dans les milieux culturels rennais – semble être un inconditionnel du Kop. Certains supporteurs se sont d’ailleurs plaints d’avoir été arbitrairement interdit d’accès au parcage visiteur à l’occasion de plusieurs déplacements du Stade Rennais en France ou à l’étranger, au seul prétexte qu’ils appartenaient (ou auraient appartenu) à des groupes de supporteurs en conflit avec le RCK.

Pour couronner le tout il semblerait, selon des sources sûres, que les services de police ne soient pas soutenus par la justice dans leur volonté affichée de mettre fin aux nombreuses violences perpétrées à Rennes ces dernières années par ces activistes d’extrême gauche (attaque d’une conférence organisée par d’Egalité et réconciliation, violences et menaces envers des militants identitaires bretons, agressions d’individus isolés).

Rennes serait elle devenue une ville où les bandes d’extrême gauche peuvent commettre des agressions en toute impunité ? Selon un fidèle du Stade rennais « la municipalité socialiste de Rennes et les autorités risquent en tout cas de porter une grave responsabilité au cas où des faits plus graves viendraient à se produire. Tout le monde du football a encore en tête l’assassinat de Yann Lorence, ce supporteur du PSG membre de la tribune Boulogne battu à mort un soir de Février 2010 devant le Parc des Princes par des membres d’une faction rivale. Il ne faudrait pas qu’un drame similaire se produise à Rennes.» On croise les doigts.

Le Stade rennais : avant tout Breton ?

Le Stade rennais : avant tout Breton ?

05/08/2011 – 21h00
RENNES (NOVOpress) –
Le Stade rennais football club (SRFC) s’est qualifié pour les barrages de la Ligue Europa. Rennes affrontera l’Etoile Rouge de Belgrade les 18 et 25 août. Pour arriver à ce stade de la compétition, l’équipe entraînée par Frédéric Antonetti a éliminé jeudi, au Stade de la route de Lorient, la modeste formation géorgienne Métallurgiste Roustavi (2-0).

Pendant la rencontre, diffusée sur Canal + Sport, l’un des commentateurs de la chaîne cryptée, Philippe Jeannol, a trouvé « étonnant » que l’équipe de Roustavi soit uniquement composée… de joueurs géorgiens. Le journaliste aurait pu s’étonner aussi de la démarche inverse du Stade rennais : son effectif, au coup d’envoi, alignait sur le terrain huit hommes sur onze aux racines africaines ! Les deux seuls Bretons sur la pelouse s’appelaient Romain Danzé, né en 1986 à Douarnenez et Julien Féret, né quatre ans plus tôt à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). Etrange pour un club dont le président, Patrick Le Lay, se déclare « avant tout Breton » (voir vidéo ci-dessous).

Étonnant ? Non, car depuis plusieurs saisons, les « Rouge et Noir » (surnom de l’équipe de la capitale de la Bretagne) évoluent aux couleurs de l’Afrique en terre celte, à l’image du capitaine sénégalais, Kader Mangane (photo)… naturalisé français en mai dernier. Et cela continue de plus belle pour la saison 2011/2012 avec les retours de Badiane, N’Diaye, les recrutements de Mavinga et Pitroïpa ou les premiers contrats professionnels de Sissoko et Diarra.

Cette politique outrancière ne porte pas ses fruits pourtant : le club propose un jeu très physique, laborieux et cantonné aux seconds rôles. Même si l’arrivée cet été de Julien Féret a pour but d’insuffler plus de créativité. Ainsi, la saison dernière, le Stade Rennais s’est effondré dans la dernière ligne droite du championnat. « Une vilaine habitude » peut-on lire sur le site de Sport +.

Dans les tribunes, les supporteurs se lassent, déboussolés par une équipe bien éloignée de l’identité bretonne et française de leur ville. Cette négation identitaire touche tous les clubs à des degrés divers. Alors que la première journée de Ligue 1 démarre samedi soir, le championnat français est plus que jamais coupé en deux, entre des dirigeants obnubilés par une logique financière et mondialiste, et des supporteurs en attente d’authenticité.