Tag Archives: Stade brestois

Le Stade Brestois au cœur de la polémique

Le Stade Brestois au cœur de la polémique

19/12/2011 – 18h50
BREST (NOVOpress Breizh) –
Prononcé ou pas, le mot « Arabe » transforme un incident de match tristement banal en un scandale majeur : l’altercation verbale qui a opposé un joueur de l’AJ Auxerre à un arbitre adjoint, samedi à Brest, est devenue une affaire nationale.

L’incident de samedi soir entre Kamel Chafni et Johann Perruaux lors du match Brest-Auxerre agite le monde du football.

À la 55ème minute du match, le joueur de l’AJ Auxerre s’en est violemment pris à l’arbitre assistant, lui reprochant de ne pas avoir signalé une faute brestoise. Retenu par d’autres joueurs de l’AJA, il a montré une attitude si agressive que l’arbitre du match, Tony Chapron, a sorti un carton jaune, puis un carton rouge. De retour au vestiaire dans un état de fureur extrême, Kamel Chafni a accusé Cherruaux de lui avoir dit : « Casse-toi l’Arabe », et a annoncé son intention de porter plainte.

De « graves accusations », déclare la Ligue professionnelle de football, qui a annoncé l’ouverture d’une enquête, le mot « Arabe » étant considéré comme une terrible injure raciste. (On ignore si « Marocain », car telle est la nationalité de Chafni, aurait suscité la même réaction.) Tony Chapron a nié « énergiquement » que son adjoint ait pu utiliser ce terme.

« Kamel Chafni avait des raisons d’être à cran », note un supporter brestois. « La prochaine commission de discipline, c’est jeudi prochain. » Explication : l’an dernier à la même époque, la Ligue de football professionnel avait suspendu Chafni pour un match à cause de quatre cartons jaunes, dont un contre Rennes. Avec déjà cinq cartons jaunes et un carton rouge cette saison, le joueur risque gros. D’autant plus que sa carrière paraît un peu sur le déclin : victime de différents problèmes de santé ces derniers mois, il fêtera ses 30 ans en juin prochain. Son contrat avec Auxerre viendra à échéance au même moment.

L’incident de Brest et l’enquête qui en résultera permettront peut-être à Chafni d’échapper au couperet lors de la commission de discipline du 22 décembre (contrairement à Christophe Forest, entraîneur adjoint du Stade Brestois, interdit de banc de touche et de vestiaire pour deux matchs par la commission de jeudi dernier). Mais cela pourrait n’être qu’un répit. « Si [la Ligue] ne me croit pas, je n’ai plus rien à faire dans le football français », a déclaré Chafni à L’Équipe. C’est bien possible.

Des supporters du Stade brestois lynchés par des redskins

Des supporters du Stade brestois lynchés par des activistes d’extrême gauche

16/08/2011 18h55
BREST (NOVOpress) –
« Je me suis vu mourir sur les marches du Celtic. Mon amie est défigurée ». Julien a du mal à se remettre de la violente agression dont lui, son amie et un autre couple ont été victimes dans la nuit du 6 au 7 aout dernier. Une agression commise par un groupe d’activistes d’extrême-gauche.

Alors qu’ils sortaient d’un bar pour se rendre dans une boite de nuit, les quatre jeunes brestois ont été violemment frappés par une bande d’individus appartenant à la mouvance « redskin » armés de barres de fer de serre-joints et de bâtons. Le motif de cette agression ? Julien et ses amis font partie des Ultras, un groupe de supporters du Stade brestois.

Complètement apolitiques, les Ultras – qui ont pour seule passion le foot – sont néanmoins considérés par l’ultra gauche comme des « fachos » bons à tabasser. Julien a pris une volée de coups sur le crâne, qui lui a fait perdre connaissance. Son amie, une jeune fille de 20 ans, a eu quant à elle la figure transpercée d’un coup de serre-joint. Elle en gardera des séquelles toute sa vie. Les victimes, qui ont été hospitalisées, se sont vu décerner 10 jours d’ITT.

Apparu en France au début des années 1990 le mouvement Redskin  – littéralement « peaux-rouges », ou « skins communistes » – est une branche activiste de la mouvance d’extrême gauche ainsi qu’une composante du mouvement skinhead. Jouant le rôle « d’idiot utile » du système mondialiste, ce mouvement se caractérise par un « antiracisme » radical,  un « antifascisme » de rue,  un « anti-impérialisme » proclamé etc… Ses membres, qui ne sont pas à une contradiction près, militent dans différentes organisations marxistes ou anarchistes. Ajouté à  un goût immodéré pour l’alcool, le maniement de la barre de fer ou du serre-joint semble être un élément essentiel de leur praxis politique.

Quatre des cinq agresseurs, deux Brestois, un Morlaisien et un Choletais, ont été interpellés par la police. Placés en salle de dégrisement ils ont finalement été relâchés. Un cinquième individu était recherché. Déjà agressé dans le passé – l’affaire avait été classée sans suite – Julien espère que cette fois la justice passera. Si la police brestoise fait son travail…