Tag Archives: sexualité

sara_giromin_ex_femen

Conversion d’une ancienne FEMEN

07/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est un retournement total ! Sara Giromin, fondatrice des FEMEN au Brésil, dénonce le féminisme et l’avortement, et s’excuse auprès des chrétiens.
Elle avait lancé le mouvement féministe en 2012. Elle menait des opérations « seins nus » pour protester contre l’exploitation des femmes. En octobre dernier, elle a publiquement renié son engagement…

Elle a dénoncé les abus dont elle a fait l’objet de la part du mouvement féministe
Comme bien d’autres FEMEN, Sara Giromin a quitté le mouvement rapidement après l’avoir intégré, en 2013, dénonçant le « business » qui en était à la base. Elle a alors créé un autre mouvement.
Elle espérait trouver dans ce milieu une aide après être entrée dans la prostitution à l’adolescence. S’en étant ouverte à une universitaire féministe, celle-ci l’avait félicitée pour cette activité… C’est une femme plus âgée, réputée « conservatrice », qui l’a aidée à en sortir.

Elle critique violemment l’idéologie féministe et rejette l’idéologie du genre, « obligatoire » au sein du mouvement
Aujourd’hui, elle dénonce le féminisme comme une « secte » qui utilise les femmes comme des objets, fait la promotion du lesbianisme et « promeut la destruction de la famille traditionnelle et de toutes les valeurs morales de la société ».
Elle écrit encore : « dans le mouvement féministe, les femmes n’ont aucune importance, mais ne servent que de carburant pour alimenter la haine que la secte féministe ne peut pas se permettre de laisser mourir ».

Elle s’est aussi excusée auprès des chrétiens…
… pour avoir échangé un baiser lesbien sur fond de crucifix et d’église, photo devenue un emblème de l’activisme homosexuel et antichrétien au Brésil.
Elle a aussi dit son regret d’avoir avorté jadis, et mis en garde les femmes qui hésitent à avorter.
Ce qui a provoqué ce revirement, c’est la naissance de son enfant, qui lui a fait prendre conscience de la signification de la vie.
L’ancienne FEMEN donne aujourd’hui des conférences pour dénoncer le féminisme, l’idéologie du genre et le marxisme culturel !
En France, ce mouvement sévit toujours…

gay_pride

Augmentation en flèche du financement des études de genre par la région Ile-de-France

08/12/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)

De 2011 à 2014, le financement de l’Institut Émilie du Châtelet (IEC) par la région Ile-de-France est passé de 0,9 à presque 8 millions d’euros. L’IEC fait partie du domaine d’intérêt majeur : « genre, inégalités, discriminations » et participe au « développement de la recherche et des enseignements sur les femmes, le sexe ou le genre ». Il compte 18 établissements, 11 laboratoires, et emploie 200 chercheurs considérants, selon le site Vigi-Gender que « le concept de genre pose les catégories de femmes, d’hommes, de sexe, de sexualité et les notions de féminin, de masculin, de féminité et de masculinité comme des constructions sociales et non comme des données naturelles intangibles ». 8 millions d’euros, c’est beaucoup pour une théorie qui n’existe pas, surtout en temps de crise et de hausse des impôts.

[Chez nos confrères] Kiosque Infos Sida, l'association qui suce vos impôts

[Chez nos confrères] Kiosque Infos Sida, l’association qui suce vos impôts

12/12/2014- PARIS (via Contribuables Associés)
La semaine dernière, à l’Université Paris III-Sorbonne-Nouvelle, étaient distribués des tracts intitulés « Tu suces ? » aux étudiants. L’association qui les a édités, Kiosque Infos Sida, est officiellement vouée à la prévention du VIH, et reçoit à ce titre de grasses subventions. Mais l’usage qui est fait de votre argent est tout autre…

La prévention du sida, en principe, consiste à expliquer aux personnes les plus susceptibles de contracter le VIH qu’elles doivent éviter les pratiques à risques afin de se prémunir elles-mêmes, et de prémunir les autres.

Si l’on s’en tient aux professions de foi de l’association Kiosque Infos Sida, c’est ce qui est fait par l’association, avec notamment un centre de dépistage du VIH et, officiellement du moins, des actions de prévention.

Mais dès que l’on se penche sur les brochures éditées par l’association à destination des jeunes, on se rend compte que l’objet de l’association est tout autre. Il s’agit tout bonnement de faire la promotion de la sexualité sans entraves (entre « hommes qui aiment les hommes ») sous couvert d’encadrement des pratiques à risques.

La semaine dernière, l’association distribuait des tracts à Censier, le campus de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Intitulée carrément « Tu suces ? », cette série de trois dépliants peut difficilement être classée dans le matériel de prévention des MST. (Attention images et mots réservés à un public averti, note de Novopress, comme l’image en Une)

>> Pour lire l’article dans son intégralité

Sexualité des enfants : les propositions délirantes de l'OMS - par Marie Vermande

Sexualité des enfants : les propositions délirantes de l’OMS – par Marie Vermande

Le siège de l’OMS à Genève.

24/01/2014 – 13h30
GENEVE (NOVOPress) –
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a rédigé en 2010 un rapport intitulé « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe ». Le gouvernement socialiste en France, et Najat Belkacem en tête, s’est rué sur le document pour préparer la mise en application de ce vaste programme !

Peillon, notre cher ministre de l’Education nationale nous a maintes fois parlé de la nouvelle religion républicaine. Une religion qui a déjà sa liturgie (le vote), ses ministres (les divers élus ou non élus d’ailleurs), il lui manquait encore quelques préceptes et commandements… Pour les trouver, on s’en va lire la Bible constituée des divers rapports de l’OMS et autres institutions aussi sombres, et on nous fait avaler le tout en nous affirmant que ce sont les scientifiques et pédagogues qui le disent, nouveaux docteurs de l’Eglise républicaine. Tandis qu’il y a quelques siècles l’enfant apprenait à l’école le catéchisme et les commandements, lui expliquant comment il devait vivre et se comporter, le jeune enfant du XXIème siècle sera désormais confronté à d’autres normes de comportements, et devra donc tout savoir sur le sexe… et ateliers pratiques à l’appui !

Lire la suite

Vu sur Twitter

Des sexes en peluche pour apprendre la sexualité en maternelle ?

Publié le
Pourquoi l’Islande veut interdire la pornographie

Pourquoi l’Islande veut interdire la pornographie

28/02/2013 – 11h00
REYKJAVIK (NOVOpress) – Alors que l’Islande souhaiterait interdire toute forme de pornographie dans le pays, le lien entre cette industrie et la violence des adolescents est toujours en question. Le Docteur Isabelle Catala constate que « depuis le début des années 1990, la pornographie a entamé une métamorphose nette : images chocs, plus violentes, actes sexuels déshumanisés, non-respect de l’altérité, humiliations… Cette nouvelle vague de la pornographie interroge sur les effets du contenu de ces images violentes chez les enfants et les adolescents ». Le 27 février, sur le site Medscape, elle ajoute : « Cette exposition précoce et régulière interroge sur l’émergence de distorsions cognitives ».

Lire la suite

« Sexe et dévoiement » : Guillaume Faye, un essayiste sans tabou

« Sexe et dévoiement » : Guillaume Faye, un essayiste sans tabou

27/02/2012 – 12h20
GUERLESQUIN (NOVOpress Breizh) – Dans le cadre des conférences organisées par l’association Ti-Breizh, samedi dernier Guillaume Faye est venu à Guerlesquin présenter « Sexe et dévoiement », l’ouvrage qu’il vient de publier aux éditions du Lore. Près de soixante personnes avaient fait le déplacement pour une rencontre avec l’auteur riche d’enseignements.

Recul du mariage et explosion du nombre de divorces, familles recomposées, influence prédominantes des lobbys gays et féministes, apparition de la théorie dite du « gender», apologie permanente du métissage, explosion de la pornographie sur internet, introduction de nouvelles traditions extra-européennes et tabous d’ordre religieux : devant un public attentif, l’auteur a abordé sans tabou et dans une démarche scientifique de sociologue tous les aspects de la sexualité et des conséquences sociales de ces pratiques telles que celles-ci se présentent dans l’Europe d’aujourd’hui.

A partir de ce constat réaliste et lucide sur un sujet fondamental Guillaume Faye recense ce qu’il appelle des « pathologies » qui, si rien ne change, pourraient entraîner la disparition pure et simple de la société européenne.

Abordant les causes de ce phénomène sans précédent dans notre histoire, il s’interroge : est-ce de manière collective et inconsciente que les Européens acceptent et organisent leur propre suicide ? Face à la submersion migratoire qui s’accélère en Europe, les Européens ont-ils les moyens d’inverser le cours des choses aujourd’hui ? Une politique nataliste et eugéniste peut-elle être mise en place par des gouvernements européens ? Quel est l’avenir des mouvements féministes vis-à-vis de l’influence grandissante de l’Islam en Europe ? Autant de questions auxquelles Guillaume Faye a répondu très librement, apportant à son auditoire des réponses étayées, lucides et nuancées, qui sont développées dans son essai.

Guillaume Faye avait accordé, en janvier dernier, un entretien exclusif à Novopress.

[MEDIA not found]

Guillaume Faye, « Sexe et dévoiement » éditions du Lore, 376 pages, 26 €

Quand les petites filles jouent trop à la poupée…

Quand les petites filles jouent trop à la poupée…

«Les élèves ne sont pas autorisées à venir maquillées à l’école (hormis le jour du carnaval), porter des talons, des jupes ou shorts courts (mi-cuisses), des chaussures de plages (tongues ou sabots en plastique). »

Ce règlement, mettant au placard les tenues vestimentaires indécentes, n’est pas en vigueur dans un collège fréquenté par des adolescentes trop dévergondées. Il est appliqué dans une école… primaire (!), à Ploudalmézeau, près de Brest, dans le Finistère. Dans le journal « Ouest-France », la directrice de l’école s’explique : « L’an passé, nous avons remarqué plusieurs filles de CM2, habillées comme des femmes. Maquillées, mini-jupes ou shorts “ras-les-fesses” et talons. Entre enseignants, nous ne savions pas quoi en penser. Nous en avons parlé en conseil d’école… »

Et le conseil d’école a prié les lolitas de se rhabiller correctement. Cette histoire illustre les effets pervers d’une mode qui veut transformer les fillettes en obscurs objets du désir. Qu’on en juge… Dans certaines grandes surfaces, on vend des soutiens-gorge destinés aux petites filles de 8 à 10 ans (image ci-dessus), rembourrés de mousse pour donner l’illusion qu’elles ont des seins ! Le 18 décembre prochain à Paris, se déroulera la finale de Mini-Miss 2012, une compétition réservée aux « jeunes filles » (sic) de 7 à 12 ans et retransmise – avis aux pédophiles – sur Internet !

Interpellée par ce phénomène de société, Roselyne Bachelot, notre ministre des Solidarités, a décidé de mettre les pieds dans le plat. Elle a confié à Chantal Jouanno, aujourd’hui sénateur, une mission sur « l’hypersexualisation » des enfants. L’idée que l’ancien ministre des Sports se fait de sa mission, comme elle l’a exposée dans « Le Parisien », nous laisse cependant perplexes : « A travers ces images, qui les mettent en scène dans des accoutrements et des postures d’adultes, on véhicule aussi des représentations qui différencient très tôt les filles et les garçons. Si je caricature, c’est la femme sexuellement ouverte et l’homme, c’est l’étalon. Ces images contribuent à démontrer qu’au fond, il est préférable d’être un garçon qu’une fille. Donc ça interroge la politique de la parité. »

Plutôt que de se lancer dans des analyses à trois balles, la Jouanno ne ferait-elle pas mieux de s’interroger sur le rôle des parents et l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants ? Ainsi à Ploudalmézeau, suite à l’interdiction faite aux élèves de venir à l’école déguisées en petites « putes », une mère de famille s’est indignée : « C’est du sexisme ! Une atteinte à la liberté des femmes ! »

Alors, plus utile qu’une mission sur « l’hypersexualisation » des enfants, Roselyne Bachelot aurait mieux fait de commander un rapport sur « l’hyperconnerie » de certains parents, (mais il est vrai que c’est un boulot titanesque).

Pierre Tanger

[box class= »info »] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 14 décembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Image : copie d’écran du site de la marque Abercrombie qui proposait des soutiens-gorge « push-up » rembourrés, pour fille « dès sept ans ». DR

Quand les petites filles jouent trop à la poupée…

Les Verts allemands en campagne contre la dangerosité des « sextoys » !

Les Verts allemands en campagne contre la dangerosité des « sextoys » !


12/08/11 – 14h30
BARLIN (NOVOpress)
– La mode médiatico-commerciale des « sextoys » aurait-elle de graves conséquences sur la santé publique ?

C’est en tout cas ce qu’affirment plusieurs députés Verts allemands qui mettent en garde leurs compatriotes contre le danger potentiel que représentent les sex-toys.

Ainsi un groupe de dix députés écologistes a rédigé un texte intitulé « Sexualité et défense des consommateurs » et exige à présent des mesures gouvernementales de prévention et de réglementation.

« Bon nombre de godemichés et autres sex-toys comme les vibromasseurs et les plugs anaux contiennent des quantités élevées de phtalates, de plastifiants cancérigènes et autres substances toxiques », écrivent les parlementaires.

Il s’agit de substances dangereuses qui sont absorbées par l’organisme à travers les muqueuses et peuvent provoquer des cas de stérilité, de déséquilibre hormonal, de diabète et d’obésité. Elles peuvent aussi être à l’origine de troubles hormonaux chez le fœtus.

Théorie du « Gender » : un crime contre l’Identité !

[Tribune libre] Théorie du « Gender » : un crime contre l’Identité !

Par Alain de Peretti.

Vous avez certainement tous entendu  parler  de la théorie du « genre » ou « gender » (cela fait plus classe en anglais…)

Pour résumer, cette théorie qui nous vient des ultra féministes américaines prétend qu’on ne nait pas homme ou femme mais qu’on le devient sous la pression (intolérable bien sûr) culturelle, mentale et physique de la société ; nos pseudos élites veulent nous imposer cette fumisterie par le biais des cours SVT ( Science de la vie et de la Terre, autrefois « sciences naturelles…)

Cette théorie nous ramène  évidemment au  vieux débat philosophique sur l’inné et l’acquis, débat qui n’a jamais été tranché de façon définitive et dans lequel nous n’entrerons pas de façon détaillée.

Il est cependant évident que les êtres humains sont déterminés de façon très importante par leur patrimoine génétique, qu’on le veuille ou non, et, parmi ces caractéristiques génétiques, la différenciation sexuelle est particulièrement facile à discerner au niveau phénotype et comportemental (le phénotype est l’expression visible des gènes). Il est à noter d’ailleurs que la science nous apprend que la différenciation sexuelle est un progrès de l’évolution des êtres vivants qu’ils soient animaux ou végétaux….  Entre autres constatations de sens commun, tous les parents ayant eu des enfants de sexe différent ont pu constater, avec la même éducation, que ces différences se voient très tôt. Il y a, comme dans toute population, des exceptions, mais c’est l’exception et cela se traduit pour un caractère donné, sur le plan statistique,  par une courbe en cloche dite courbe de Gauss. C’est valable donc également pour la différenciation sexuelle !

Bien sûr, il serait vain de nier que la culture et le milieu ambiant vont inter agir avec ces données biologiques, mais c’est la convergence de tout cela qui forge l’identité, sans laquelle les êtres humains ne seraient que des zombies sans racines et sans repères. Ces  actions extérieures de l’éducation et de la culture  ne remettent pas en cause de façon fondamentale les caractères de base.

Cette négation d’une nature humaine, pourtant observable par toute personne de bon sens, est le résultat de toutes les philosophies relativistes et constructivistes à la mode.

Elle est l’expression surtout de l’entreprise concertée de destruction  générale à l’œuvre sous nos yeux, qui voudrait faire de nous les habitants du « village planétaire », «homo economicus et festivus» soumis au métissage généralisé et obligatoire, indifférenciés sexuellement, sans passé et donc sans avenir.

Cette théorie perverse et mortifère, mise au rang de vérité intangible, est bien sûr à l’opposé de notre conception d’un être humain enraciné dans une culture et une civilisation, conscient de son identité y compris biologique, fier de son passé et de son histoire et capable de ce fait  d’affronter les défis du futur.

En conclusion, il ne faudrait pas commettre les erreurs du passé comme les habitants de Constantinople,  discutant  du sexe des anges alors que les barbares de l’islam sont à nos portes.

[box class= »info »] Source : le site du Bloc Identitaire d’Aquitaine.[/box]