Tag Archives: RSA

alain de benoist les idees a lendroit 5

Entretien avec Alain de Benoist : « Cette droite qui veut défendre la nation, mais qui ne se soucie pas du peuple »

Source : Boulevard Voltaire

BV : François Hollande a récemment présenté son « plan de la dernière chance » pour lutter contre le chômage. Mais en son temps, François Mitterrand avait déjà dit qu’en ce domaine, « on a tout essayé ». Le chômage de masse serait-il une fatalité ?
AdB : Ce que François Hollande veut faire baisser, ce n’est pas le chômage, mais les chiffres du chômage. D’où son programme de formation des jeunes, qui vise avant tout à dégonfler les statistiques.
Pour le reste, alors que la politique libérale de l’offre ne marche manifestement pas et que, sans la dépense publique, la France serait déjà tombée dans la dépression, tout ce qu’il propose, ce sont les recettes libérales habituelles : cadeaux supplémentaires aux entreprises, réduction de l’investissement public, diminution de la protection sociale et des indemnités de chômage, etc. Comme l’écrit Dominique Jamet, « même dans leurs rêves les plus fous, M. Gattaz et le MEDEF, qui le demandaient depuis toujours, n’en espéraient pas tant ».

Le gouvernement n’a toujours pas compris que les entreprises n’embauchent que lorsqu’elles sont assurées de pouvoir vendre, et qu’elles ne vendent pas quand la politique d’austérité condamne le pouvoir d’achat à stagner ou à diminuer. « Travailler plus pour gagner plus », disait déjà Sarkozy, en oubliant que si on travaille plus, on augmente du même coup la quantité de l’offre de travail.
Or, comme en période de chômage la demande est inférieure à l’offre et n’augmente pas, la seule conséquence est l’effondrement du salaire. On reconnaît là l’influence d’Emmanuel Macron, que je considère comme le ministre le plus nocif et le plus dangereux de ce gouvernement – l’« expression politique de la domination bourgeoise », comme dit Patrick Buisson.
Lire la suite

ciotti

Le député UMP Eric Ciotti radie un allocataire du RSA parti faire le djihad en Syrie

04/11/2014 – NICE (NOVOpress)
Le président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a décidé de procéder à la radiation immédiate d’un allocataire du RSA, soupçonné d’être parti en Syrie faire le djihad.

À BFMTV, le parlementaire a expliqué que l’homme était inscrit au RSA, à Nice, depuis mars dernier. Eric Ciotti assure avoir été alerté par les services de l’Etat et a donc décidé de prendre cette mesure symbolique.

Eric Ciotti explique :

Je ne saurais concevoir que de l’argent public aille dans les poches de quelqu’un qui nourrit des desseins terroristes contre notre nation, contre ses intérêts vitaux et contre la démocratie, et que cet argent serve à financer le djihad

Cette décision logique mais symbolique est-elle suffisante ? En effet, tant que les djihadistes « français » pourront revenir chez nous, la menace terroriste demeurera très forte sur le territoire français. D’où l’urgence de procéder à la déchéance de la nationalité française pour tout djihadiste parti faire la guerre sur un front étranger.



Lunel - Djihad : nos régions ont du talent (Présent 8217)

À la CAF pour son RSA, il crie : « Vive l’Etat islamique, chaque fois qu’un Français est décapité je suis content »

09/10/2014 – STRASBOURG (NOVOpress) – Cet homme de 54 ans s’était rendu dans les bureaux de la Caisse d’allocations familiales à Strasbourg pour son RSA. En apprenant que ses droits au RSA avaient été revus à la baisse il a crié « Vive l’Etat islamique ! » puis « Chaque fois qu’un Français est décapité je suis content ».

Il a ensuite insulté copieusement l’employé de la CAF qui s’occupait de son cas, et menacé de revenir « avec une arme au nom de l’Islam ».

Détail intéressant, cet homme – dont les Dernières Nouvelles d’Alsace nous apprennent qu’il s’appelle Abdelhafid Ayadi – est lui-même « Français ».

C’était un récidiviste qui avait déjà été condamné deux fois pour des menaces, en particulier envers des agents de la CUS (Communauté Urbaine de Strasbourg) chargés de lui trouver un logement. Il a été condamné mercredi à six mois de prison par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour « apologie directe et publique d’un acte de terrorisme » et ‘ »outrage ». Depuis septembre dernier, les peines pour le délit d’apologie du terrorisme on été renforcées.


Image en Une : drapeau de l’Etat islamique, DR.