Tag Archives: Roumanie

john_kerry_a_la_conference_de_munich

Conférence sur la sécurité à Munich ou chronique de l’impuissance occidentale

16/02/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Fondée, en 1963, afin de permettre à des ministres, à des députés ou encore à de hauts responsables militaires d’échanger sur les problèmes de politique étrangère et de défense auxquels les États-Unis et l’Europe sont confrontés, la conférence de Munich sur la sécurité a eu lieu le WE dernier.

Le début de la conférence a été marqué par une signature d’un accord sur la situation syrienne entre le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre des Affaires étrangères russes Sergueï Lavrov.
Tout à fait, mais il faut être prudent sur l’application de l’accord : il ne s’agit nullement d’un cessez-le-feu, mais plus d’une cessation des hostilités. En effet, le caractère définitif de l’arrêt du conflit n’est pas prévu par l’accord. Selon le texte, cet arrêt des combats interviendra après confirmation par le gouvernement syrien et l’opposition ; une perspective qualifiée par beaucoup d’ambitieuse.

Les chances de réussites de cet accord ne paraissent donc pas très élevées…
D’autant plus que même les signataires n’y croient pas vraiment. Côté américain on craint l’inaction russe. Côté russe on dénonce les divergences de discours entre le Pentagone et le département d’État. M. Lavrov a conclu « Tout cela veut dire que les États-Unis ne vont pas cesser leurs frappes aériennes, mais que la Russie doit arrêter les siennes. C’est malheureux, mais ça signifie que cet accord de Munich sera impossible à réaliser, et ce sera la faute des Américains ».

L’autre sujet de tension a été les propos de Manuel Valls sur l’accueil des migrants
En effet, celui-ci a indiqué que la France ne pourrait pas accueillir plus de 30 000 demandeurs d’asile. Sur le fond, les propos du Premier ministre n’ont pas surpris : les Allemands savent que la France ne veut pas accueillir plus de réfugiés, mais la forme est jugée inconvenante par l’entourage d’Angela Merkel.

Peut-on donc dire que tout a divisé lors de cette conférence ?
Tout sauf le constat clinique : nous n’avons jamais été aussi peu en sécurité.

Pour aller plus loin, peut-on dire que la Russie et les États-Unis sont dans une seconde guerre froide ?
En effet, James Clapper, le patron du renseignement américain, a déclaré qu’il était possible que les États-Unis et la Russie retrouvent une guerre froide. Il considère que la Russie a développé un projet de missiles croisière en violation du traité des forces nucléaires. Tout comme pendant la guerre froide, les États-Unis se servent de l’OTAN et de théâtres extérieurs pour intervenir indirectement. À ce titre, on peut rappeler que les ministres de la Défense de l’OTAN ont annoncé que l’OTAN allait renforcer sa présence militaire en Europe de l’Est afin de minimiser le risque d’une nouvelle annexion par la Russie.

soldat_americain_otan

l’OTAN renforce influence aux abords de la frontière russe

11/02/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Réunis hier à Bruxelles, les ministres de la Défense des 28 pays de l’OTAN ont décidé de renforcer encore la présence militaire en Europe de l’est et dans les pays baltes.

C’est l’annexion de la Crimée par la Russie et les tensions en Ukraine qui sont invoquées pour justifier ce déploiement militaire. Celui-ci serait défensif et dissuasif selon Michael Fallon qui déclare « Nous devons déployer des troupes et des navires pour prévenir toute agression ».
Les mesures qui seront prises devront permettre en cas de nécessité la réaction rapide de forces terrestres, aériennes et navales dans les régions menacées.

D’autres décisions de cet ordre sont prévues en juin (lors de la prochaine réunion des ministres de la Défense) et en juillet lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement à Varsovie.

Quels sont les moyens mis en œuvre ?
Selon un principe de rotation, il s’agirait de prépositionner des forces dans les États baltes et en Pologne, et d’y installer des équipements militaires.

Les effectifs de la force de réaction rapide existante tripleraient, passant de 13 000 à 40 000 hommes. La création d’une force d’intervention encore plus réactive de 5 000 hommes dotée d’un appui aérien et naval est également prévue.
À terme, l’OTAN aura un millier de soldats dans chacun des six pays qu’elle entend protéger : Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne, Bulgarie et Roumanie.

Les USA très présents

Washington va quadrupler à hauteur de 3,4 milliards de dollars, les dépenses destinées à muscler la présence américaine en Europe. Ceci en y stationnant notamment des équipements de combat lourds (tanks, lance roquettes, etc.), en y doublant la rotation de ses troupes. 3 000 à 4 000 militaires seront présents toute l’année en Europe.

Comment cela est-il perçu par la Russie ?

Pour les Américains, ce déploiement reste dans le cadre de l’Acte fondateur sur les relations entre la Russie et l’OTAN de 1997. Moscou n’est pas du même avis et met régulièrement en garde contre le « stationnement permanent » de forces de combat à sa frontière qui serait contraire à l’Acte fondateur Otan-Russie, signé en 1997.
Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN doit rencontrer le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, vendredi à Munich.

invasion_migratoire

Invasion migratoire: un sommet européen ferme… en façade

26/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Réunion au sommet pour les Etats des Balkans, convoqués par Jean-Claude Juncker pour parler invasion migratoire. Un sommet de plus avec fermeté affichée face à la crise migratoire… un sommet de plus qui montre qui est à la manœuvre en Europe.

Nouveau sommet de la dernière chance pour arrêter le flux migratoire. Dix jours après un Conseil européen déjà consacré au sujet, qui n’a donc pas eu le temps de produire le moindre résultat, cette édition rassemblait hier tous les pays concernés de près ou de loin par la « route des Balkans ». Ceux qui sont en première ligne -Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Roumanie, Slovénie- mais aussi les pays de destination : Allemagne, Autriche, Pays-Bas et Suède. De plus, trois pays non membres (Albanie, Macédoine et Serbie) étaient conviés. Notons l’absence de la France, le pays étant juste bon à accueillir les réfugiés de second ordre dont l’Allemagne ne veut pas, il est logique que le vice-chancelier n’aie pas été convié.

A croire que l’invasion migratoire finit par affoler Angela Merkel, qui a convoqué ce sommet par l’intermédiaire de son homme lige, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne et non par Donald Tusk, le président du Conseil, habituel maître de cérémonie des réunions de leaders européens. Dans des cénacles aussi épris de protocoles et de procédures, le procédé cavalier en dit long…
Peut-être Merkel est-elle d’accord avec la prophétie du Premier ministre slovène Miro Cerar : « Si nous ne prenons pas d’actions immédiates et concrètes sur le terrain dans les jours et semaines à venir, je pense que l’UE va commencer à s’effondrer »

Convocation qui sera d’ailleurs la principale mesure de fermeté que l’on retiendra de ce sommet… animé par les querelles entre pays se renvoyant la responsabilité de la crise : la Slovénie, qui a vu affluer plus de 60.000 réfugiés en quelques jours, accuse la Croatie de laisser passer tout le monde sans contrôle. De leur côté, la Serbie, la Roumanie et la Bulgarie ont menacé de fermer leurs frontières si l’Allemagne ou l’Autriche faisaient de même sur une longue période. Personne n’a toutefois eu l’outrecuidance de pointer du doigt la responsable majeure, Angela Merkel, pour avoir ouvert la boîte de Pandore que tout le monde s’efforce maintenant de refermer, avec le succès que l’on sait.
Lire la suite

controles_frontaliers_allemagne

L’Allemagne sonne-t-elle le glas de Schengen ?

14/09/2015 – EUROPE (NOVOpress)
L’Allemagne a pris tous ses « partenaires » européens de court en annonçant le rétablissement des contrôles à ses frontières. Mesure pragmatique face à la vague migratoire sans précédent, réflexe sécuritaire devant le danger terroriste ou moyen de pression à l’occasion du conseil extraordinaire de l’UE sur les migrants ? Il est en tout cas certain que les accords de Schengen ont pris un coup dont ils auront du mal à se remettre.

Impériale. La « Mutti » allemande se comporte avec les institutions européennes comme en terrain conquis. Telle l’autocrate d’un nouvel empire… non plus Saint et Romain, mais juste Germanique et Européen, Angela Merkel entend faire plier les autres pays à son interprétation des lois de l’Union Européenne quand cela l’arrange et les plie elle-même à sa volonté.

controles_frontaliers_allemagne2

Contrôle frontalier entre l’Allemagne et l’Autriche, ce lundi 14 septembre

Après avoir unilatéralement suspendu les accords de Dublin pour gérer elle-même les demandeurs d’asile présents sur son territoire, la voilà qui s’affranchit – provisoirement, bien sûr — des accords de Schengen et rétablit les contrôles aux frontières allemandes. Non que l’en blâmions sur le principe – au contraire —, mais le procédé ne manque pas d’air quand on se souvient des menaces à peines voilées de Mme Merkel à l’encontre de la Hongrie et d’autres pays qui entendaient simplement faire respecter leur intégrité territoriale… et protéger les frontières extérieures de l’UE, conformément aux fameux accords de Schengen.
Piquant aussi de constater que ce rétablissement des contrôles frontaliers intervient quelques jours seulement après qu’elle eut plaidé auprès de ses partenaires européens pour un accueil des réfugiés sans limites de nombre ni de temps…

Le tabou levé par le Grand Frère allemand, d’autres pays n’ont pas traîné à s’engouffrer dans la brèche : l’Italie, qui a fermé sa frontière avec l’Autriche, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque ont elles aussi suspendu Schengen, tandis que la Pologne affirme être prête à en faire de même. L’Autriche déploie l’armée pour tenter de maîtriser les flux migratoires, tandis qu’il y a quelques jours, le Danemark fermait partiellement sa frontière avec l’Allemagne. Même les très libéraux Pays-Bas ont annoncé un renforcement des contrôles aléatoires aux frontières
Au même moment, à Bruxelles, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn, qui présidait un conseil extraordinaire des ministres de l’Intérieur de l’UE, mettait en garde les dirigeants européens.

Si nous ne nous ressaisissons pas ensemble aujourd’hui, l’Europe sera totalement déchirée.

À noter que le gouvernement français n’envisageait pas semblable mesure, se contentant de soutenir et justifier la position de Merkel. Selon Bernard Cazeneuve, l’Allemagne

rétablit aux frontières des dispositifs de contrôle de manière à s’assurer que ceux qui viennent sur le territoire allemand ont bien le statut de réfugiés et que les pays en amont ont respecté les règles de Schengen.

Ah, les joies de la soumission ! inféodé aux Américains pour la politique internationale, fidèle vassal de l’Allemagne pour les questions européennes, le gouvernement français, par la voix de son ministre de l’intérieur, met le doigt sur l’un des nœuds de l’affaire.
Lire la suite

Photo du jour : Sighișoara (Roumanie)

Photo du jour : Sighisoara (Roumanie)

16/03/2014 – SIGHISOARA (NOVOpress) – Sighișoara est une ville et une municipalité de Transylvanie, en Roumanie, dont le centre historique est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Ses origines remontent à plusieurs siècles av. JC. Elle fut plus tard un camp romain. Dans le courant du XIIème siècle, le roi de Hongrie invita des artisans et des marchands d’origine allemande, appelés Saxons de Transylvanie, à coloniser et défendre la frontière la plus orientale du royaume. Le nom de Castrum Saxorum lui est donné à l’époque. Sighișoara devint au XIVème siècle ville royale et en 1421, Vlad II Dracul, père de Vlad L’Empaleur, s’y installa. Vlad III Basarab « Țepeș » (L’Empaleur), fils de Vlad II, y naquit en 1430 ou 1431.

Crédit photo : alugueirolares via Flickr (cc)

Photo du jour : la route de Transfagarasan

Photo du jour : la route de Transfagarasan

12/02/2014 – 19h00
BUCAREST (NOVOpress) – La route de Transfagarasan a été réalisée entre 1970-1974 sous Nicolae Ceausescu, qui avait voulu créer une route stratégique à travers les montagnes. Elle a été inaugurée le 20 septembre 1974. Cette route à travers les Fagaras a nécessité d’immenses efforts matériels, mais aussi humains, coutant la vie à de nombreux soldats et ouvriers. On ne connait pas leur nombre : il est question de 40 morts selon les chiffres officiels, mais les survivants parlent de centaines de vies perdues.

Crédit photo : blankdots via Flickr (cc)

Photo du jour : Château de Hunyad

Photo du jour : Château de Hunyad

02/12/2013 – 20h15
BUCAREST (NOVOpress) – Le Château de Hunyad (Castelul Corvinilor, en roumain) est l’un des plus beaux châteaux de Roumanie. Construit aux XIVème et XVème siècles, il a appartenu aux plus grandes familles aristocratiques roumaines, jusqu’au démembrement de l’Empire Austro-Hongrois en 1918 où il devient la propriété de l’État roumain. Menaçant ruine au XIXème siècle, il fut profondément restauré, perdant plusieurs éléments d’architecture d’origine dont toutes ses cheminées d’époque Renaissance sauf une, considérée comme ouvrage d’art remarquable. Régulièrement attribué à tort à de Vlad III « l’Empaleur » qui n’y a jamais vécu, il fait régulièrement l’objet de reportages à sensation sur le vampirisme.

Crédit photo : florin_dr via Flickr (cc)

Inquiétudes sur la fin des restrictions aux frontières dans l’Union européenne

Inquiétudes sur la fin des restrictions aux frontières dans l’Union Européenne

01/03/2013 – 16h00
BRUXELLES (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – La date du 1er janvier 2014 avait été fixée par l’Union européenne comme date limite d’application des restrictions aux frontières pour les travailleurs en provenance de la Roumanie et de la Bulgarie.

Depuis l’entrée de ces pays dans l’Union européenne, les autres pays membres étaient autorisés à appliquer aux ressortissants de ces pays les dispositions prévues en matière d’immigration pour les pays extracommunautaires. Malgré cette « régulation » aux frontières, plus de trois millions de Roumains ont déjà quitté la Roumanie pour des pays de l’Union européenne depuis 2007, comme l’a souligné le Premier ministre roumain Victor Ponta dans un entretien accordé au Times ce lundi.

Lire la suite

Les Rroms, un casse-tête millénaire

Les Rroms, un casse-tête millénaire

Que faire des Roms, ou plutôt Rroms (1), et pour les Rroms ? A peine le gouvernement avait-il annoncé le 23 août un assouplissement des règles en matière d’emploi pour les 15.000 Tziganes officiellement recensés en France afin de hâter leur insertion que l’on apprenait le lendemain par des statistiques policières – confirmées par le ministère de l’Intérieur – que cette communauté faisait preuve d’autant d’inventivité que de productivité, mais dans un domaine fort embarrassant : celui des crimes et délits en tout genre.
C.L.

Lire la suite

Voleurs roumains en Bretagne : une certaine forme d’intégration

Voleurs roumains en Bretagne : une certaine forme d’intégration

21/07/2012 – 13h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – L’arrestation de quatre Roumains convoyant des tracteurs volés près de Rennes met une fois de plus en lumière l’existence de filières de pillage organisé.

Qui vole un œuf vole un tracteur : les délits commis en Bretagne par des ressortissants roumains sont nettement montés en gamme ces dernières années. Dernier épisode notable en date : le vol de trois tracteurs chez une entreprise de machines agricoles du Rheu. Il n’est pas question d’accuser au hasard « les étrangers » : les engins ont été interceptés avant-hier par les gendarmes, en route pour la Roumanie et convoyés par quatre Roumains.

La bande n’en était pas à son coup d’essai : elle est soupçonnée d’avoir volé en dix-huit mois une cinquantaine de tracteurs neufs très perfectionnés, pour une valeur totale de l’ordre de 5 millions d’euros (70 000 à 120 000 euros par tracteur). La gendarmerie lui avait consacré une cellule de travail permanente.

Le cas est loin d’être unique. Des véhicules chargés de butin quittent régulièrement la Bretagne pour la Roumanie. De temps en temps, un convoi se fait prendre et révèle l’existence de ces trafics. Le mois dernier, la police nantaise a ainsi arrêté deux camionnettes pleines à ras bord d’objets volés, en particulier de l’outillage et des téléviseurs. Elles aussi étaient en route vers la Roumanie. Fin février, toujours à Nantes, plusieurs dizaines de mallettes d’outillage portatif avaient été retrouvées dans un camp

« On croyait qu’ils finiraient par s’intégrer », note désabusé un ancien adhérent d’une association d’accueil des migrants roumains. « D’une certaine manière, c’est vrai au-delà de toute espérance : certains d’entre eux ont su créer un business prospère. » Du chapardage de subsistance, certains sont passés à la multinationale de la délinquance.

Crédit photo : DR.

5 députés du PVV de Geert Wilders quittent le parlement européen

Le PVV de Geerts Wilders souhaite expulser la Bulgarie et la Roumanie de l’UE

24/12/2011- 14h00
MAASTRICHT (Novopress via Lionel Balland) – Lors de l’assemblée plénière de la Chambre des Représentants, le Député du PVV Ino van den Besselaar est intervenu à propos du point de vue du gouvernement CDA-VVD (Parti démocrate-chrétien – Parti libéral de droite) sur la circulation des travailleurs.

Il a dit que la Roumanie et la Bulgarie sont devenues en 2007 membres de l’Union européenne alors qu’elles ne remplissaient pas complètement les critères d’adhésion. Selon lui, cela n’aurait jamais dû être. Et s’il n’en tenait qu’au PVV, la Roumanie et la Bulgarie seraient expulsées immédiatement, mais il n’y a pas de majorité en ce sens au sein du Parlement néerlandais et il se demande quant il y en aura une. Il a ajouté que la Roumanie et la Bulgarie n’ont pas résolu les problèmes de criminalité organisée et de corruption qui les touchent.

Dans l’Oise, la majorité des médecins sont désormais Roumains

Dans l’Oise, la majorité des nouveaux médecins sont désormais étrangers

08/12/11 – 19h00
PARIS (NOVOpress)
– C’est ce que révèle la dernière étude de démographie médicale du Conseil national de l’ordre des médecins : près de 60% des nouveaux médecins qui s’inscrivent à l’ordre des médecins de l’Oise ont obtenu leur diplôme à l’étranger. Par comparaison, le taux en Ile-de-France de médecins étrangers est de 28%, un chiffre déjà considérable.

Dans l’Oise ces médecins sont parfois originaires du Maghreb mais la majorité vient de Roumanie.
Ce phénomène, bien connu des services d’urgence hospitaliers, s’étend dorénavant à la médecine générale.

Si les compétences des médecins roumains semblent reconnues par le monde médical hexagonal, cette présence massive pose néanmoins des problèmes, dont le moindre n’est pas celui de la compréhension de la langue.

Par ailleurs, les syndicats pointent l’inégalité que met en lumière cette situation car en France, contrairement par exemple à la Roumanie, le numerus clausus bloque le nombre de médecins formés et diplômés chaque année.

Une situation choquante qui laisse de nombreux étudiants français sur le carreau bien qu’ils aient le niveau nécessaire, pendant qu’hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux embauchent des médecins étrangers. Et ce n’est pas la très faible augmentation (pour la médecine à peine 100 étudiants de plus pour toute la France) du numérus clausus 2012, annoncée par Xavier Bertrand, ministre de la Santé, qui va notablement changer cette situation organisée en permanence depuis les années 1980 par nos gouvernants tant de droite que de gauche.

Crédit photo : CG 94 photos, licence CC.

Scandale en Italie : « Zlatan le gitan est raciste »

Scandale en Italie : « Zlatan le gitan est raciste »

16/11/11 – 20h15
ROME (NOVOpress) –
Quel est aujourd’hui le problème le plus criant en Italie ? La crise financière ? La misère d’une part croissante de la population ? Le remplacement d’un gouvernement, qui était ce qu’il était mais avait quand même été élu, par une agence de la banque Goldman Sachs ? La substitution accélérée de population, entre déferlement migratoire et suicide démographique des autochtones ? Vous n’y êtes pas du tout : le vrai problème de l’Italie, c’est Zlatan le gitan.

Zlatan le gitan, si vous l’ignoriez, est un personnage de l’émission satirique « Le Zoo de la 105 » sur Radio 105, qui, d’après les indices d’audience, est l’émission de radio la plus écoutée en Italie dans la tranche horaire 14h-16h. Zlatan le gitan estinterprété par le chanteur Alan Caligiuri et un de ses grands succès est une chanson intitulée « Je fais le bordel » (on en trouve plusieurs vidéos sur YouTube et l’une, qui vient d’être censurée, en était à 150.000 vues ce matin).


(si cet exemplaire de la chanson était censuré, essayez celui-là)

« Je viens de Roumanie pour vendre des trucs,
Je prends mon couteau, je fais le bordel, je prends ma famille, puis je file en Sicile.
Je prends mon marteau, je défonce la grille, puis je file, la police arrive.
En Italie je vis au paradis, je vis dans ma maison à roulettes,
Il n’y a pas de travail, je vole parce que j’aime les belles voitures.
Ça suffit, c’est pas de ma faute si je viens de Tziganie, je cultive aussi du H ».

Gazeta Românească, l’hebdomadaire des Roumains en Italie, a lancé une campagne, immédiatement relayée par le lobby immigrationniste italien, pour faire interdire le personnage. Tous les lecteurs sont invités à faire une dénonciation en ligne sur le site de l’Office national contre les Discriminations raciales  : c’est très facile, un simple clic suffit. Pour enfoncer le clou, le Ministère roumain des Affaires étrangères a présenté une note très sérieuse, samedi dernier, contre la chanson « Je fais le bordel » et a réclamé, par l’intermédiaire de l’Ambassade de Roumanie, que sa diffusion soit interdite.

Selon Sorin Cehan, directeur de Gazeta Românească, « qu’il s’agisse ou non de satire, Zlatan véhicule un message raciste et insulte toute la communauté. L’auteur a peut-être voulu se moquer des stéréotypes, mais il ne fait ainsi que les renforcer. Les jeunes qui écoutent l’émission ou la chanson ne changeront pas leur opinion sur les Roumains, opinion qui, dans l’imaginaire collectif, est déjà très mauvaise. C’est étrange : en Italie, si vous dites une plaisanterie sur les bonnes sœurs, vous êtes un blasphémateur, si vous dites quelque chose de raciste sur les Roumains, vous faites de la satire ».

Il est étonnant qu’une bonne âme n’ait pas encore suggéré à Sorin Cehan et ses amis de déménager en France, où ils seraient beaucoup plus heureux : car en France, c’est exactement l’inverse.

L’autre possibilité, que la Gazeta Românească et le gouvernement roumain ne semblent pas avoir envisagée, serait de mener une campagne pour expliquer aux Italiens la différence entre Roms et Roumains…