Tag Archives: rock

LSD à l'Olympia

La Souris Déglinguée, 35 ans déjà

10/05/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Les 35 ans de la Souris Déglinguée à l’Olympia… no comment, mythique !

LSD, le 9 mai à l'Olympia

LSD, le 9 mai à l’Olympia

Crédit photo : Charles Dewotine pour NOVOpress


Lire la suite

Vu sur Twitter

Ce à quoi ressembleraient les stars disparues du rock

Publié le
La scandaleuse histoire du rock

[Chronique] « La scandaleuse histoire du rock » de Gilles Verlant et Jean-Eric Perrin

13/10/2012 – 14h00
SEATTLE (NOVOpress) – Sexe, drogue et rock’n’roll ? Oui, mais aussi vomi, sueur et sang !
Gilles Verlant et Jean-Eric Perrin publient aux éditions Gründ La scandaleuse histoire du rock. Le livre fourmille d’anecdotes sur les grandeurs et petitesses du cirque rock. On y apprend la genèse du morceau (I can’t get no) Satisfaction des Rolling Stones et sa « critique teigneuse de la société de consommation » en 1965. Un groupe opposé à son ennemi de toujours, les Beatles, qui composent des chansons pop, tandis que le groupe de Jagger puise ses racines dans le blues et « cette musique noire qu’ils adorent », peut-on lire.

Lire la suite

Coexist de The XX : nouvel album, nouveau coup de maître

11/09/2012 – 16h00
LONDRES (NOVOpress) –
  Il y a trois ans le trio londonien de The XX frappait fort avec leur premier album éponyme. Le type de disque qui frôle la perfection : onze titres envoûtants, déroulant un rock minimaliste et mélancolique. La pochette était toute noire, barrée d’un grand X blanc. Depuis lundi, un nouvel opus s’invite dans les bacs : Coexist. De nouveau, une pochette monochrome. Clin d’œil, elle est cette fois blanche bardée d’un X noir.

Message reçu cinq sur cinq. Coexist se présente comme le négatif du premier album : les sonorités sont toujours aussi épurées, mais les onze nouveaux titres, si souvent chantés à deux voix, s’ouvrent à plus de lumière, de chaleur, où les beats électroniques ne se font pas rares. Les Britanniques vêtus de noir semblent briser la glace. Une chose est sûre : Coexist est à classer, lui aussi, dans la catégorie chef-d’œuvre musical. Ouvrez grandes les oreilles.

* Les paroles de la chanson Angels de l’album Coexist sont lisibles ici.

Crédit photo : Scribe215 via Flickr (cc)

Publié le
Musiciens de black metal : morts en sursis en terre d’islam

Musiciens de black metal : morts en sursis en terre d’islam


13/06/2012 –  08h00
BAGDAD (NOVOpress) –
Les groupes de black metal, une déclinaison du hard rock, véhiculent souvent un folklore et des propos antichrétiens. Ils s’expriment librement en Europe.

Mais en terre d’islam, les musiciens qui veulent contester la religion musulmane risquent la mort. C’est ce que relate un article du site The Atlantic.com.

Le site publie le témoignage anonyme d’une jeune femme, appelée Anahita, ayant perdu en Irak ses parents et un frère dans un attentat-suicide commis par un musulman. Quand Kim Kelly, la journaliste, lui demande que ce feraient les musulmans s’ils découvraient les paroles de son groupe, elle affirme : « La réponse est simple : ils me tueraient, ainsi que tous mes amis, en nous décapitant ». La musique n’adoucit pas les mœurs dans une société sous le joug de l’islam.

Crédit photo : Maria Sarakatsiano, via Flickr, licence CC.

Rock : Yalta où le retour aux sources

Rock : Yalta où le retour aux sources

26/06/2012 – 10H00
NANTES (NOVOpress Breizh) – Artiste pop-rock indépendant, « Yalta », qui compte déjà à son répertoire une trentaine de titres, balaie des thèmes aussi larges que l’épopée, les croyances et l’intimisme. Comme beaucoup de “provinciaux”, après un long séjour en région parisienne pour raison professionnelle, Yalta revient à ses sources… à ses racines
.

Aujourd’hui, il lance un feuilleton musical en visualisation exclusive sur son site racontant les aventures d’une brigade des stups à Tours… L’artiste confie que sa série les « mornes contrées » a fixé le point d’équilibre entre ses deux passions : la vidéo et la musique.

La confession identitaire de la chanteuse de Garbage

La confession identitaire de la chanteuse de Garbage

17/05/2012 – 08h00
LOS ANGELES (NOVOpress) –
Deux bonnes nouvelles. La première : le groupe Garbage sort un très bon album, « Not Your Kind of People », après sept ans de silence.

La confession identitaire de la chanteuse de GarbageLa seconde : Shirley Manson, la chanteuse du groupe américain, révèle sa flamme identitaire aux Inrockuptibles. Dans une interview publiée le 14 mai, jour de la sortie du nouvel opus, la belle rousse déclare : « Même à Los Angeles, je porte le poids de mes ancêtres. Mon sang écossais décide de chacune de mes pensées, de mes actions ».

Ce cinquième album de Garbage propose de nouveau une écriture rock et électronique, sombre, mais truffée de tubes. Un son sous l’emprise géniale de Butch Vig, le producteur notamment de « Nevermind » (Nirvana) et « Dirty » (Sonic Youth). Garbage est à l’affiche de plusieurs festivals cet été : Solidays le 24 juin, Main Square d’Arras le 29 juin, Festival Beauregard le 8 juillet, festival Musilac le 15 juillet, Escales du Cargo le 21 juillet et Vieilles Charrues le 22 juillet.

Crédit photo : Daniele Dalledonne, via Flickr. Licence CC.

Ce soir 15 avril place au ROCK sur Méridien Zéro à 23h, avec Jack Marshal

Ce soir 15 avril place au ROCK sur Méridien Zéro de 23h à 0h30, avec Jack Marshal

Ce dimanche 15 avril Gérard Vaudan et Jean-Louis Roumégace reçoivent Jack Marshal, musicien rock et grand animateur culturel de la mouvance nationaliste depuis 30 ans, pour évoquer avec lui l’histoire et l’influence de la musique rock sur le milieu militant. Pour en savoir plus, rendez vous ce dimanche à 23 h sur :

http://meridienzero.hautetfort.com/
– ou http://www.radiobandieranera.org/
– ou http://europaradio.hautetfort.com/

Ce soir 15 avril place au ROCK sur Méridien Zéro de 23h à 0h30, avec Jack Marshal

[Exclusif] Entretien avec le groupe In Memoriam

[Exclusif] Entretien avec le groupe In Memoriam

« In Memoriam », le groupe phare du Rock identitaire français (RIF), a récemment annoncé son retour lors d’un grand concert international organisé à Rome le 26 mai prochain. Une bonne occasion de poser quelques questions aux membres du groupe:

– Qu’est-ce qui vous a conduit à vouloir retrouver le chemin des répétitions et de la scène après ces années d’inactivité musicale ?

On ne peut pas vraiment parler d’inactivité musicale. Manu, Alex et Julien ont chacun, de leur côté, continué à jouer dans des groupes. Richard a monté le sien (Hotel Stella), et Xavier est en cours de projet avec les Trouble Makers du Quebec. Il y a deux ans, il était d’ailleurs monté sur scène avec eux lors de la Tana delle Tigri 2. Mais surtout, nous nous retrouvons tous les 6 régulièrement pour rejouer ensemble, dans des cadres privés, juste pour le plaisir de rejouer ensemble devant nos potes et nos familles.

– Le groupe qui se produira à Area 19 sera-t-il identique à la formation originelle ?

Oui, nous serons tous les 6 présents ! Pour un événement comme celui-ci, nous avons tous répondu comme un seul homme !

– Pourquoi avoir choisi le cadre de la « Tana delle Tigri », la fête nationale de Casapound, pour ce concert-événement ?

Nous sommes admiratifs du mouvement Casapound dans son ensemble. Ce mouvement représente ce que nous, Français, descendants des tribus gauloises et donc par essence indisciplinés et retors à l’autorité n’avons pas réussi à faire. Casapound incarne aux yeux de la vieille Europe un mouvement jeune, populaire décomplexé et tourné vers l’avenir, qui suscite l’espoir. Ce dépassement de soi de chaque instant et cet incroyable engouement à travers l’Italie parle pour lui. Le fait de ne pas rentrer dans un jeu électoraliste nous branche bien également. Et puis il faut le dire, pour avoir assisté à plusieurs éditions de la Tana delle Tigri, que ce festival fait vraiment envie ! Est-ce que cela existe ailleurs en Europe ? Je ne pense pas…

– Votre set sera-t-il exclusivement constitué de reprises ou le public peut-il espérer des nouveaux titres ?

On a beaucoup hésité mais pour notre première réapparition publique depuis 10 ans, on va rester sur ce que les gens connaissent. Mais en adaptant nos morceaux, histoire d’essayer de les faire vivre en 2012. Comme on le disait plus haut, demain est un autre jour. Nous avons bien quelques nouveaux titres, pas mal en fait, mais chaque chose en son temps.

– Quel regard portez-vous sur l’actuelle scène musicale alternative en France et en Europe ?

Côté français, ça n’a pas beaucoup bougé, il y a eu quelques initiatives mais plus de véritable mouvement de contre-culture musicale. A l’époque les camarades du RIF étaient des musiciens militants, à 100% et nous avons parfois laissé la place à des militants qui voulaient faire de la musique, l’alchimie n’a pris autant, même si Hotel Stella a fait de bonnes choses. Mais tout est cyclique, et la nature a horreur du vide alors on ne désespère pas, bien au contraire… En Europe on a un peu perdu le contact, on suit toujours l’Italie et l’Espagne qui ont toujours été les plus proches (le côté latin sans doute) avec souvent de formidables musiciens. Pour le reste, on attend de voir les groupes à la Tana delle Tigri !

– Avec le recul, comment jugez-vous et analysez-vous l’expérience du RIF ? Qu’es-ce qui, selon-vous, a manqué pour pérenniser ce mouvement qui fut un temps florissant ?

C’était quelque chose de vraiment nouveau, d’assez rebelle qui répondait à une attente, comblait un vide. Un mouvement avec plusieurs groupes très différents et vraiment complémentaires, des labels, des concerts et un réseau. Ces groupes ont convergé au départ pour s’éloigner ensuite les uns des autres. Souvent à cause de problème d’égo, (ce qui est très humain et surtout très français), voire de visions différentes (essentiellement sur la forme). Ça a duré quelques années. De belles années. Et en fait ça n’a pas vraiment vieilli. Ce mouvement laisse des centaines de titres pour tous les goûts avec un message toujours d’actualité ! Qui sait ce que l’avenir réserve…

– Pour conclure, avez-vous un mot à dire à votre public à propos de ces retrouvailles que certains s’étaient désespérés d’attendre ?

Nous avons eu notre lot de très belles expériences mais celle de Tana delle tigri est une occasion rêvée ! Nous avons retrouvé le goût, l’envie, on prend un réel plaisir à rejouer tous les 6, on veut partager cette joie. Et puis on parle de Rome. Tout de même la ville éternelle, le temps d’un week-end et au printemps ! Que demander de plus ? C’est l’occasion de connaître Casapound, d’écouter de bon groupes comme ZZA, Ultima Frontiera et les autres, le tout dans une ambiance festive, avec une organisation en béton et un public chaleureux. Bref, c’est maintenant ou jamais, alors on vous attend nombreux, très nombreux pour faire du bruit !!!!

Evénement : le groupe « In Memoriam » en concert à Rome en mai prochain

Evénement : le groupe « In Memoriam » en concert à Rome en mai prochain

28/02/12 – 16h38
PARIS (NOVOpress)
– Comme chaque année, le mouvement social italien CasaPound organise sa fête annuelle baptisée « La Tana del Tigri » (la tanière du tigre) les 25, 26 et 27 mai prochain. Ces trois jours festifs et militants se dérouleront à « Area 19 », l’occupation romaine située à deux pas du stade olympique.

Entre autres animations (conférences, stands, librairie, et même un salon de tatouage…), un événement retiendra tout particulièrement l’attention du public français : le grand retour sur scène, après 10 ans d’absence, du groupe phare du rock identitaire français, In Memoriam.

Un concert à ne pas manquer !

Rock'n'ball

Exclusivité Novopress : Rock’N’Ball : plongée dans le monde des mauvais garçons du football français [audio]

Les anglais ont John King, les français auront désormais leur Julien Ruzé ! Loin des analyses sociologiques de « spécialistes » du hooliganisme, loin de certains romanciers cherchant à s’inventer une histoire et à faire de l’argent , le premier livre de Julien Ruzé sent le vécu, le vrai !

« A quand le prochain ? » : C’est la première question qui vient à l’esprit quand on termine le livre, véritable plongée dans un univers où l’amitié et la solidarité sont reines et où la violence, les amis, le football et le rock and roll permettent de s’échapper d’une société totalitaire et uniformisée,  de boulots déshumanisant,  de renoncement permanent.

Bienvenue dans un monde où les virées entre amis, les pintes de bières, les pogos endiablés et les poings dans la figure remplacent les soirées « boites de nuits », les journées en famille passés devant les programmes abjects de la télévision et les lundis matins au bureau à raconter sans arrêt les mêmes histoires peu intéressantes à ses collègues, le temps d’une pause café dont chacun a hâte que ça se termine.

En exclusivité pour Novopress, l’auteur a accepté de présenter son livre et de nous livrer son analyse du monde des tribunes de football, en ce début 2012

[MEDIA not found]

Extrait :

« «- Vivement jeudi, me fait le plus petit. J’emmène mon gamin dans les loges présidentielles pour voir le match contre Utrecht. J’espère bien que l’on assistera à un bon match, finit-il par dire, heureux et fier comme un coq.
– Il y a des chances, conclus-je. Nous sommes dans une bonne spirale.
Je suis horrifié par mon discours de supporter de comptoir mais je me sens obligé. Il ne manquerait plu…s que je critique les choix de l’entraîneur et la stratégie à adopter. Je préférerais lui dire que le match risque d’être folklorique dans la rue et dans les gradins. Lui expliquer que l’on attend ça depuis des semaines. Que notre bande est sur les crocs et que les Bataves vont salement manger. Mais je me retiens de lui parler de tout ça. Un monde nous sépare… »

Pour commander le livre,

https://www.facebook.com/pages/RocknBall/197386873690416