Tag Archives: Roberto Maroni

La Ligue du Nord demande un référendum sur l'euro

La Ligue du Nord demande un référendum sur l’euro

25/01/2013 – 12h00
ROME (via le site de Lionel Baland) – Suite à la déclaration du Premier ministre britannique David Cameron, la Ligue du Nord demande une nouvelle fois un référendum sur l’euro. Le dirigeant du parti Roberto Maroni désire que celui-ci se tienne en Italie en même temps que les élections européennes de 2014.

Il considère que le Premier ministre britannique David Cameron a tenu les mêmes critiques que lui à propos de l’Union européenne « qui ne fonctionne pas ». Roberto Maroni estime cependant que plutôt que quitter l’Europe, il vaut mieux la réformer.

Crédit photo : DR

Lega Nord/PDL : Roberto Maroni (Lega) ne croit pas en un accord électoral

Lega Nord/PDL : Roberto Maroni (Lega) ne croit pas en un accord électoral

24/11/2012 — 12h00
ROME (NOVOpress avec le blog de Valentin Beziau) —
Roberto Maroni (ci-dessus), ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement Berlusconi et actuel secrétaire fédéral de la Lega Nord (à la suite d’Umberto Bossi, mis en cause avec plusieurs de ses proches et des membres du parti dans un scandale de détournements de fonds publics) – dont il est l’un des fondateurs –, ne croit pas à l’heure actuelle en un accord électoral entre la Lega et le Popolo della Liberta (PdL, parti de droite). Alors que c’est l’union de ces mouvements qui avait permis les majorités dirigées par Silvio Berlusconi. Il a ainsi affirmé :  » A l’heure actuelle, il n’y a pas la moindre chance de signer un accord entre le PDL et la Ligue du Nord pour les prochaines élections ».

Lire la suite

Naples : l'extrême gauche agresse les militants du Blocco Studentesco avec l'aide de la police

Naples : l’extrême gauche agresse les militants du Blocco Studentesco avec l’aide de la police


11/10/2011 – 20h15
NAPLES (NOVOpress) —
La violence politique physique exercée à l’encontre des étudiants membres de la droite italienne “Casa Pound” a considérablement augmenté ces derniers jours dans la ville de Naples. Après l’agression contre Emmanuela Florin, jeune étudiante responsable du Blocco Studentesco passée à tabac par sept voyous se réclamant de « l’antifascisme », ce sont d’autres militants du même mouvement qui viennent de subir, lundi 10 octobre, les attaques d’une extrême gauche particulièrement violente.

Ainsi, alors que des militants du Blocco tractaient pacifiquement et de manière légale pour l’université publique, une trentaine puis une centaine de nervis gauchistes, armés et casqués, ont attaqué 2 militants isolés du Blocco. Réalisant cela, leurs camarades viennent se porter à leur secours. Mal leur en a pris, car c’est la police qui a mené la seconde attaque en chargeant les étudiants, à tel point qu’un militant a dû être hospitalisé suite à des coups portés par la police. Sans oublier les arrestations.

Cette violence policière est d’autant plus incompréhensible que les forces de l’ordre ont protégé le cortège illégal, casqué et armé des gauchistes (comme le montrent les photos ci-dessus et la vidéo en italien ci-dessous). Cette collusion est sidérante car les forces de l’ordre sont commandées au niveau national par… Roberto Maroni, membre de la Ligue du Nord… Un Roberto Maroni, interpellé dans un communiqué par Gianluca Iannone, chef national de CasaPound, pour « rétablir un minimum de droit et légalité dans une ville abandonnée à la mafia ».

[box class= »info »]Crédit photo : DR[/box]

Roberto Maroni, ministre italien de l'Intérieur : « Sans la guerre en Libye, la crise de l’immigration est terminée »

Roberto Maroni, ministre italien de l’Intérieur : « Sans la guerre en Libye, la crise de l’immigration est terminée »

17/08/11 – 15h30
ROME (NOVOpress) —
En pleine déferlante migratoire (entre deux et trois mille clandestins ce week-end), 280 Africains arrivés hier à Lampedusa, 56 Afghans recueillis au large d’Otrante, dans les Pouilles, le ministre de l’Intérieur italien et membre de la Ligue du Nord, Roberto Maroni, a une nouvelle fois affiché l’optimisme, lors de sa traditionnelle conférence de presse de mi-août. « S’il n’y avait pas la guerre en Libye, je pourrais dire que la crise de l’immigration est terminée », a-t-il affirmé.

Du début de l’année jusqu’au 31 juillet, selon les chiffres du ministre, ont débarqué en Italie 24 769 immigrés en provenance de la Tunisie et 23 267 en provenance de la Libye. Les arrivées depuis la Tunisie ont considérablement diminué depuis la signature de l’accord italo-tunisien, le 5 avril dernier : 14 390 en mars, 3 504 en avril et 597 en mai. De Libye, en revanche, les clandestins continuent à arriver : 2 055 au mois de juillet selon le ministre [chiffre officiel qui paraît très bas si on le compare à celui du seul week-end dernier, NDLR]. « Avec la Tunisie, a ajouté Maroni, il y a un interlocuteur, qui est le gouvernement tunisien et cela nous permet de garder le problème sous contrôle, avec la Libye ce n’est pas le cas. Aussi longtemps qu’il y aura la guerre en Libye, le contrôle de l’immigration ne sera pas possible, c’est pourquoi nous demandons une fin rapide des opérations militaires, qui est l’unique moyen de gérer le problème ».

Maroni avait dit exactement la même chose il y a déjà deux mois, le 13 juin à Varese : « Je pense, avait-il déclaré, qu’à partir d’octobre, les endroits où sont envoyés aujourd’hui les réfugiés commenceront à se vider, toujours en espérant que la guerre en Libye cesse entre temps et qu’on pourra trouver la même solution que j’ai trouvée avec la Tunisie pour mettre fin aux débarquements ».

Attendre que la guerre en Libye veuille bien se terminer et, entre temps, se transformer en gigantesque agence de voyage pour clandestins, en organisant leur remorquage en mer, leur débarquement à Lampedusa, leur transfert en centre d’accueil et leur répartition dans toute l’Italie, voilà donc ce qui tient lieu de politique au gouvernement italien. Les Européens sont-ils vraiment condamnés à subir toujours et ne jamais réagir ?

[box class= »info »]Source[/box]

Maroni : « Sur l’immigration, nous avons contre nous l’Europe, les juges et l’OTAN »

Maroni : « Sur l’immigration, nous avons contre nous l’Europe, les juges et l’OTAN »

19/06/2011 – 16h00
PONTIDA (NOVOpress) – Arborant fièrement une cravate et un ciré verts aux couleurs de la Padanie, le ministre de l’Intérieur italien, Roberto Maroni, a retrouvé les accents du militant devant la base de la Ligue du Nord, rassemblée aujourd’hui à Pontida. Sur l’immigration clandestine, a-t-il déclaré, « nous avons contre nous l’Europe, qui ne nous aide pas, nous avons contre nous les juges, qui sont tous en faveur des clandestins. Mais nous ne cédons pas et nous ne cédons jamais ».

« Le problème, a expliqué Maroni, est la Libye. Là, il n’y a pas de ministre de l’Intérieur avec lequel passer des accords. Là, il y a la guerre, les bombes, les missiles, qui ne sont pas intelligents. Il y a un seul moyen d’arrêter les réfugiés : halte aux bombes, pensons à un gouvernement, à quelqu’un qui gouverne en Libye ».

Mais, a poursuivi le ministre, « nous avons contre nous l’OTAN, qui a dit que nous ne pouvions pas faire de blocus maritime. J’aimerais quand même que quelqu’un m’explique pourquoi on peut le faire à l’entrée (pour imposer un embargo maritime sur la Libye) et pas à la sortie. »

Italie : « Tour de vis » sur l’immigration clandestine

17/06/2011 – 14h52
ROME (NOVOpress) – Octroi massif de permis de séjour aux Tunisiens de Lampedusa, dans l’espoir de s’en débarrasser aux dépens de la France ; intervention suicidaire dans la guerre civile libyenne ; annulation du délit de clandestinité par la Cour de justice européenne : par le fait des événements et par la faute de ses propres choix politiques, le gouvernement italien a vu réduit à néant, en quelques mois, tout le dispositif qu’il avait mis des années à édifier pour endiguer un tout petit peu l’invasion migratoire. Le ministre Roberto Maroni, comme tétanisé, ne s’est plus occupé que de gérer l’intendance des clandestins, en organisant leur sauvetage en mer, leur transfert en centre d’accueil et leur répartition dans toute l’Italie.
Lire la suite