Tag Archives: Républicain Lorrain

Philippe Marque

Un militant anti-FN déguisé en journaliste au Républicain lorrain

31/03/2016 – STRASBOURG (NOVOpress) : Le texte que nous publions ci-dessous n’est pas issu d’un tract anti-FN du Parti de gauche ou du NPA. Il est paru hier dans Le Républicain lorrain. Au lendemain de la réunion de la commission permanente du conseil régional Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes (Acal), Philippe Marque laisse libre cours à sa vindicte contre le Front national, qui, écrit-il, a « malheureusement fait du FN » en « manifestant son opposition systématique à toute ouverture à l’autre, dès lors qu’il est différent » (sic) !

FN Republicain lorrain

« Pathétique ! », écrit-il en guise de conclusion de son billet rédigé dans un modèle d’écriture automatique, après avoir énuméré toutes les subventions auxquelles les élus du parti de Marine Le Pen se sont opposés : en faveur des migrants par exemple, ou de la Ligue de l’enseignement, et sans même avoir pris la peine de vérifier. Françoise Grolet, conseiller régionale FN, a ainsi dû préciser, sur sa page Facebook, que le FN n’avait pas voté contre la subvention au Printemps de la Palestine mais s’était abstenu, après avoir reçu un courrier du Bnai Brith l’enjoignant de voter contre.

C’est pourtant ce même Philippe Marque que Le Républicain lorrain avait envoyé, quelques jours plus tôt, pour expliquer l’essence du journalisme aux élèves du Centre de formation d’apprentis Ernest-Meyer de Metz dans le cadre de la Semaine de la presse à l’école. Dépité de découvrir « la défiance de la jeunesse, de toute une génération, vis-à-vis des médias », il était venu leur expliquer comment il faisait son métier… « dans le respect des opinions de chacun » !


Semaine de la presse au CFA Ernest Meyer de… par republicain-lorrain

NADINE MORANO : « LE FN N'EST PAS ANTI-RÉPUBLICAIN »

Nadine Morano : « Le FN n’est pas anti-républicain »

25/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Dans une entrevue accordée au Républicain Lorrain qui n’est plus en ligne, mais toujours visible en cache, Nadine Morano défend une position empreinte de bon sens. Puisque le FN est un parti qui se présente dans des élections républicaines, c’est un parti républicain.

Nadine Morano, membre du bureau politique de l’UMP et vice-présidente de la commission d’investiture défend le « ni-ni » sarkozyste. Et va même un peu plus loin.

Le « ni-ni » est-il tenable ?

C’est une position qui est la mienne, et celle adoptée par le bureau politique de l’UMP. Personne n’est propriétaire des électeurs et de leurs voix. Le vote est une affaire individuelle, chacun doit prendre ses responsabilités. Je combats à la fois la politique de déclin menée par la gauche et le programme économique du FN qui est affligeant, qui se rapproche de celui de l’extrême-gauche. Ces gens-là soutiennent Tsipras, c’est dire. Tsipras fait peser des menaces qui auront des répercussions sur nos territoires comme celle d’ouvrir les vannes de l’immigration.

Par votre position, n’allez-vous pas gêner le binôme chef de file de la droite meurthe-et-mosellane et de la présidente des maires, devancés par le FN sur Baccarat et qui auront besoin des voix de gauche ?

On ne s’adresse pas à des électeurs de droite ou de gauche, mais à des électeurs tout court.

Dans le Saintois, le binôme UMP se maintient au risque de faire élire un duo FN. Pas de regret ?

À partir du moment où le FN est autorisé par la République, en quoi serait-il antirépublicain ?

Je critique son programme désastreux mais je dis simplement : que le meilleur gagne, que les électeurs prennent leurs responsabilités. Je ne veux pas donner de consignes, ce serait infantiliser l’électorat.

Lire la suite