Tag Archives: Réorganisation territoriale

Malgré les tripatouillages, les régionales pourraient être une nouvelle victoire pour le FN

Malgré les tripatouillages, les régionales pourraient être une nouvelle victoire pour le FN

05/06/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
La nouvelle carte régionale annoncée mardi devra être avalisée dans le cadre d’une loi – qui devra aussi se prononcer sur le mode de scrutin pour les élections régionales.

Justement, la majorité socialiste est dans une impasse électorale

Première solution : elle réforme le mode de scrutin. Les socialistes pourraient le rendre plus favorable aux barons locaux, en supprimant la proportionnelle ; ils transposeraient alors le scrutin nominal à deux tours des conseillers départementaux, qui demeure défavorable au Front national. Cependant, les socialistes s’exposeraient à l’accusation d’un nouveau tripatouillage électoral.

La seconde solution est de laisser le mode de scrutin tel quel…

C’est l’option que retient le gouvernement à ce stade. Or dans la nouvelle configuration politique, le mode de scrutin actuel pourrait se révéler favorable au Front national. Les élections régionales sont en effet une élection à la proportionnelle où, comme pour les municipales, une prime est attribuée à la liste arrivée en tête. Concrètement, pour remporter la majorité absolue des sièges, il suffit d’arriver en tête au second tour avec au moins un tiers des voix.

Cette réforme-tripatouillage qui avait été introduite après les régionales de 1998, pour éviter de nouvelles alliances RPR‑FN, pourrait au contraire cette fois‑ci servir le Rassemblement bleu marine !

Lire la suite

Réorganisation territoriale : un absurde puzzle (Présent 8118)

Réorganisation territoriale : un absurde puzzle (Présent 8118)

Réorganisation territoriale : un absurde puzzleJusqu’à dimanche dernier François Hollande annonçait la création d’une douzaine de « super-régions », pour remplacer les vingt-deux existants actuellement. Foin des récalcitrants – pour la plupart présidents de conseils socialistes, puisque le PS détient 21 régions sur 22 – qui parlaient de mariages forcés et menaçaient de dire non le jour des noces. Finalement les fusions ont été revues à la baisse. Le « grand acte administratif du quinquennat, destiné à moderniser le pays et dégager des économies » a rapetissé en quelques heures, au cours d’un « ultime sommet » improvisé dans l’urgence lundi soir : il se limitera, tous comptes faits, à quatorze régions métropolitaines. Toujours ce syndrome de l’acte manqué…

Des maquignonnages ont eu lieu jusqu’à la dernière minute. Avec notamment les présidents de région les plus influents. Ou les plus proches de l’actuel président de la République. Ainsi, après maintes tergiversations, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, ancien président de région et « ardent défenseur de la spécificité bretonne » a réussi à sauvegarder l’autonomie de la Bretagne. Celle-ci demeurera célibataire. De même que la région Nord-Pas-de-Calais dont Martine Aubry refusait obstinément qu’elle soit « fusionnée avec aucune autre ». Pas le moment, quand on ne pèse plus que 3 % d’électeurs satisfaits, de fâcher celle « qui reste une grande voix chez les militants socialistes », certains au PS considérant même la « dame des trente-cinq heures » comme « porteuse d’une alternative à la politique socialo-libérale de l’actuel gouvernement ». Et tant pis si la « petitesse » du Pas-de-Calais, ridiculement disproportionnée au gigantisme du Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, donne à cette réforme sans cohérence un côté Laurel et Hardy, où de grosses et opulentes régions côtoieront des toutes malingres.

« Grand Bazar » et « petits arrangements »

Lire la suite