Tag Archives: redevance audiovisuelle

Martinique : la diatribe anti-FN d’un rédacteur en chef de France Télévisions

Jean-Marc Party, rédacteur en chef à Martinique 1ère (anciennement RFO), appartenant au groupe France Télévisions (service public) vient de publier un éditorial  à charge contre le Front national, au mépris de toutes les règles de neutralité politique dans le service public de l’audiovisuel.

Dans un article intitulé « Les électeurs potentiels de l’extrême-droite, de plus en plus nombreux en Martinique ? » et paru le lundi 20 février 2017, ce dernier rédige un pamphlet contre le Front national et ses électeurs. […]

« Quels électeurs de Martinique pourraient voter pour le Front national à la présidentielle ? » avant de déraper :

« Qui accepterait, en pays dominé, de contribuer à la victoire de l’extrême-droite nationaliste ? Comment comprendre que des descendants lointains de l’esclavage et des victimes collatérales de la colonisation puissent donner quitus à la formation politique incarnant la peur de l’étranger, l’inégalité entre les soi-disant races, l’islamophobie, le repli identitaire ? »

Ainsi, pour le rédacteur en chef d’une antenne locale du service public d’information, la Martinique est « un pays dominé » (par qui ?). Et le Front national une formation politique qui incarne « la peur de l’étranger, l’inégalité entre les soi-disant races, l’islamophobie, le repli identitaire ».

Jean-Marc Party Martinique anti-FNEt Jean-Marc Party de poursuivre son plaidoyer anti-FN en pensant savoir qui sont les électeurs du parti dont la candidate est donnée en tête du premier tour à l’occasion de l’élection présidentielle par les sondages :

« À question simple, réponse complexe. Ici aussi, nous avons des nostalgiques de la grandeur passée de la France, prétendument porteuse d’un message de civilisation. Des nostalgiques se recrutant aussi bien chez ceux qui ne sont pas natifs d’ici que chez nos natifs, sincèrement persuadés que leur pays a perdu son rang à cause des politiques menées depuis trente ans par la droite et par la gauche.

 Nous avons, ici aussi, des citoyens peu éduqués, souvent ignorants de la chose politique et donc influençables, prenant pour argent comptant les contre-vérités énoncées par le FN. Que ce soit sur la naturalisation des étrangers, sur leur nombre précis, sur leur activité économique, sur le radicalisme islamiste, le discours de l’extrême-droite fourmille d’inepties mais il séduit.

Autre catégorie, bien présente chez nous aussi, les xénophobes, ceux qui ont peur de l’étranger. Il a le visage du cultivateur haïtien, de la pacotilleuse haïtienne, du coupeur de canne sainte-lucien, bien utiles à notre économie. Heureusement qu’ils ou elles sont là pour que nous fournir en marchandises bon marché, en sucre pour adoucir notre punch et en légumes tropicaux toute l’année.

En somme, les électeurs potentiels de l’extrême-droite sont probablement plus nombreux qu’on ne le pense ou qu’on ne le souhaite. La Martinique n’est pas à l’abri des sirènes populistes, hélas ! »

Les électeurs FN seraient donc, d’après M. Party, un mixte entre des citoyens « peu éduqués, souvent ignorants de la chose politique et donc influençables » qui prennent pour argent comptant « les contre-vérités énoncées par le FN ». Mais aussi des xénophobes, qui font que la Martinique ne serait pas à l’abri « des sirènes populistes ».

Pour rappel, les habitants des DOM payent chaque année 88€ (contre 138€ pour les habitants de métropole) de redevance afin de contribuer à l’audiovisuel public. Pour le moment, nous ne sommes pas en mesure de dire si Marine Le Pen et le FN vont saisir le CSA pour étudier ce qui pourrait constituer une faute professionnelle grave de la part du rédacteur en chef d’une antenne publique.

Texte repris de Breizh-info.com, où il a été publié sous le titre :
« Martinique. Le dérapage anti FN d’un rédacteur en chef d’une chaîne du service public »

Le scandale des subventions aux médias (de propagande)

29/10/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)

Télévision, radio, presse… Vous ne supportez plus la propagande progressiste et immigrationniste des médias du système ? Eh bien, sachez que vous devez payer très cher pour l’entretien de ces « troupes d’occupation mentale », selon l’expression de Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia.

L’audiovisuel public reçoit environ 3,8 milliards d’euros de taxe et d’aides publiques
Soit 85 % de son budget. Pour l’essentiel, il s’agit de la redevance audiovisuelle, taxe qui a rapporté 3,5 milliards en 2014. À cela s’ajoutent 292 millions de subventions en 2014, en compensation de l’arrêt de la publicité après 20 heures sur les chaînes publiques.
2/3 de la redevance financent France Télévisions (10 000 salariés), un cinquième Radio France (4 600), le reste la chaîne Arte, France Médias Monde et l’INA.

La presse écrite en 2014 a reçu près d’un milliard d’aides publiques identifiées dans le budget de l’État
Les aides budgétaires à la presse représentent 282 millions d’euros en 2014, et 123 M€ pour l’Agence France-Presse.

Alors que quelques groupes privés possèdent la plupart des titres, plus de 200 d’entre eux sont subventionnés.
Le Figaro arrive en tête des bénéficiaires, avec 15 M€. Libération et l’Humanité touchent respectivement 8 et 6 M€. Même le journal de Mickey touche 385 000 €…

D’autres aides s’ajoutent :
— Fiscales : taux de TVA de 2,1 % sur les ventes, dépense évaluée par l’État à 165 M€.
— Sociales : par exemple, les journalistes bénéficient d’une déduction de 7 650 € par an de leurs revenus imposables.
— Postales : 150 millions d’euros ont été versés, en 2014 à la Poste pour la distribution de la presse.
Le but de ces aides est de soutenir le développement, la modernisation et le pluralisme de la presse.

Est-il atteint ?
Les résultats sont plus que médiocres. Non seulement le public boude cette presse, mais les libertés reculent.
L’édition 2014 du classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières indique que la France n’est que 39e…

Crédit photo : zoetnet via Flickr (CC) = newspaper kiosk in Paris, France (detail)