Tag Archives: RDC

bernard-lugan_1603041520090108

Mali et RCA, deux échecs du mythe du « vivre ensemble » – par Bernard Lugan

03/02/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Bernard Lugan)

Au Mali comme en RCA, des conflits récurrents et résurgents opposent des populations que tout sépare. Au nom du mythe universaliste du « vivre ensemble », la seule solution proposée par la France est électorale. Or, l’ethno-mathématique confirmant à chaque fois la domination démographique, donc démocratique, des plus nombreux, les ressentiments des peuples minoritaires en sont aggravés. Voilà pourquoi nos interventions militaires successives, pourtant couronnées de succès, sont suivies d’autant d’échecs politiques.

Un minimum de culture ethno-historique permet pourtant de bien poser le problème :

1) Dans le Sahel, et notamment au Mali, toutes les populations nomades nordistes, qu’il s’agisse des Touareg, des Maures, des Arabes et des Peul, furent esclavagistes. Durant des siècles, elles puisèrent dans le « vivier humain » sudiste du Bilad al Sudan, le « pays des Noirs », notamment chez les Bambara, les Soninké et les Malinké. Ces derniers n’ont pas oublié leurs souffrances passées dont ils furent délivrés par la colonisation.
L’indépendance leur fournit ensuite les moyens d’une vengeance historique. Devenus les maîtres d’un Etat rassemblant artificiellement nomades et sédentaires, razzieurs et razziés, esclavagistes et victimes, ils s’en prirent aux Touareg, lesquels, en réaction, se soulevèrent à maintes reprises. Sur ce terreau propice prospérèrent ensuite les trafiquants de toutes sortes, puis les islamistes.

2) Avant la colonisation, l’actuelle RCA, le Bilad el Kouti ou Dar Kouti, littéralement la « terre des esclaves », fut ravagée par les esclavagistes musulmans venus du Soudan et du Tchad. Comme au Mali, les populations sudistes conservent la mémoire de ces chasses à l’homme dont elles furent, elles aussi, libérées par la colonisation française. Pour elles, l’offensive que la Seleka lança en 2013 était donc une moderne razzia renouant avec les raids musulmans d’avant la période coloniale.

Lire la suite

Les élections congolaises mettent en évidence la submersion migratoire de l’Europe

Les élections congolaises mettent en évidence la submersion migratoire de l’Europe [vidéos]

19/12/2011 – 12h30
BRUXELLES (NOVOpress) – Les élections en République démocratique du Congo (RDC) créent des tensions un peu partout en Europe !

Après Paris et d’autres villes, c’est au tour de la capitale belge, Bruxelles, d’être le théâtre d’affrontements et d’actes de vandalisme de la part des opposants à la réélection de Joseph Kabila à la tête de la RDC.

Des vitrines de magasins ont été brisées, une bijouterie dévalisée, des véhicules endommagés et seize policiers ont été blessés au cours des incidents. La police a procédé à 95 interpellations parmi les manifestants.

Comme pour bien d’autres élections et conflits en Afrique ou en Asie, les élections en RDC créent des affrontements un peu partout en Europe parmi les personnes originaires de ces pays, mettant en évidence la substitution de population en cours acceptée ou organisée par les gouvernants européens !

Les Nantais sommés de s’impliquer dans la politique de la RDC

Les Nantais sommés de s’impliquer dans la politique de la RDC

18/12/2011 – 15h30 NANTES
(NOVOpress Breizh) –
Les opposants du président congolais Joseph Kabila voudraient rallier les Nantais à leur cause en perturbant les préparatifs de Noël. Une méthode qui risque plutôt de provoquer l’effet inverse.

Samedi après-midi : comme chaque fin de semaine, les conditions de circulation dans le centre de Nantes sont encore plus difficiles qu’en semaine. C’est le moment que choisissent quelques dizaines d’Africains pour manifester jusqu’à la préfecture en bloquant les voies de circulation sur leur chemin.

Comme à Paris et dans d’autres villes de France et d’Europe, ces immigrés voudraient que la population nantaise prenne parti dans la politique de la République démocratique du Congo. Depuis que Joseph Kabila a été réélu président de ce pays de 70 millions d’habitants (ce qui en fait le quatrième d’Afrique par sa population – mais aussi le plus grand pays francophone du monde), ses opposants tentent d’impliquer la France dans une contestation de l’élection. C’était déjà le cas à Nantes la semaine dernière.

Apparemment pas déclarée en préfecture, donc illégale, la manifestation n’a pas soulevé l’enthousiasme parmi les conducteurs Nantais. « Et l’on voudrait donner le droit de vote aux étrangers en France », gronde un automobiliste qui tapote sur son volant au milieu de l’embouteillage. « Comme si l’on n’avait pas déjà assez à faire avec le vote des étrangers chez eux ! »

Crédit photo : DR.

Les élections congolaises s’invitent en France dans l’indifférence des médias [vidéo]

Les élections congolaises s’invitent en France dans l’indifférence des médias [vidéo]

15/12/2011 – 16h15
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
On ne peut pas dire que les médias de l’oligarchie en aient beaucoup parlé. Et pourtant ! Samedi dernier, une manifestation non autorisée par la préfecture a bloqué la circulation sur les Champs‑Elysées, à Paris. Le but de l’opération était de dénoncer la réélection du président Kabila en République démocratique du Congo.

Les manifestants congolais ne se sont pas contentés de bloquer les Champs‑Elysées, puisque d’après le site Internet « Congodiaspora », ils ont pris d’assaut et occupé l’ambassade du Congo à Paris. Des habitants de la rue Jadin dans le XVIIème arrondissement affirment aussi que les manifestants ont balancé des cocktails Molotov sur l’ambassade du Rwanda, qui depuis est sous surveillance policière. Mais il semble que Paris ne soit pas un cas isolé : ainsi, à Londres des manifestants congolais ont violenté les membres d’une chorale caritative. Et à Bruxelles ou à Toronto, la tension est montée d’un cran entre immigrés congolais et immigrés rwandais.

La situation au Congo

Kabila a été officiellement réélu, mais son concurrent à l’élection présidentielle, Etienne Tshisekedi, l’accuse de fraude. Tshisekedi s’est lui‑même proclamé président élu. Les critiques contre Kabila reposent essentiellement sur des accusations de corruption, mais surtout, ses opposants affirment qu’il est la marionnette de Paul Kagamé, le président rwandais, qui souhaiterait gouverner le Congo en sous‑main et déclencher un conflit régional…