Tag Archives: Queer Week

Béatrice Bourges violemment prise à partie à la Queer Week de Sciences Po

31/03/2014 – PARIS (NOVOpress) – Le 28 mars dernier se tenait à Sciences Po le dernier jour de la Queer Week. À Sciences Po, la « Queer week », c’est la diffusion de films pornographiques « queer », des ateliers de travestissement dans les salles de classes, des photos de partouzes dans les halls d’entrée et de nombreuses conférences de militants LGBTIQ extrémistes.

À cette occasion, Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français, était invitée à Sciences Po par un groupe d’étudiants choqués par les dérives des gender studies dans le milieu universitaire, afin de participer au colloque « Alliances émancipatrices : au-delà du Queer »

En effet, selon les mots de l’équipe organisatrice, « tout le monde est invité à participer, tous les événements sont gratuits et ouverts à tous ». En pratique, Béatrice Bourges, bien que simple spectatrice de la conférence, a été attaquée par des participants : une partie de l’audience et un(e) des intervenants du colloque se sont précipités sur elle et l’ont violemment bousculée au point de la faire tomber au sol. Vous croyez encore que la théorie du Genre n’est qu’une rumeur ?

Publié le
Sciences-Po : tremplin pour la propagande LGBT

Sciences-Po : tremplin pour la propagande LGBT

25/03/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Hier s’est ouverte à Sciences-Po pour la cinquième année consécutive la Queer Week (photo). Se définissent comme Queer des personnes qui refusent d’être déterminées par leur sexe (homme ou femme) ou leurs pratiques sexuelles. L’école qui forme ceux qui se considèrent comme l’élite de la nation, se met donc concrètement aux couleurs du lobby LGBTIQ, Lesbien-Gay-Bisexuel-Transsexuel-Intersexué-Queer pendant une semaine.

Au programme : militantisme homosexuel et transsexuel, diffusions de films à thèmes, pornographie, et même pour les plus aventureux, des ateliers en groupe. Les participants pourront assister à des conférences sur des thèmes divers, comme « les plaisirs de l’éco-sex » ou encore « l’histoire des objets de plaisir ». Les ateliers ne manquent pas non plus d’imagination, en témoigne leur thème : écrire son scénario sexuel, se réapproprier son corps trans par les trans eux‑mêmes, massage et jeux de corde. Une performance est également programmée dans les jardins de Sciences-Po, consacrée au rituel d’activation de fétiches. Tout un programme…

L’idéologie du genre a donc de beaux jours devant elle, à n’en pas douter.

Crédit photo : Vive Les Internets via Wikipédia (cc).