Tag Archives: Portugal

Photo du jour : Monsaraz, Portugal

Photo du jour : Monsaraz, Portugal

01/01/2014 – 19h00
LISBONNE (NOVOpress) –
Monsaraz est une petite ville portugaise du XIIème siècle perchée sur les hauteurs, située à quelques kilomètres de la frontière d’avec l’Estrémadure espagnol. Le château de Monsaraz faisait partie des commanderies templières en Alentejo (région au sud du Portugal).

Crédit photo : nunomrc via flickr (cc)

Photo du jour : Palais de Mafra, Portugal

Photo du jour : Palais de Mafra, Portugal

30/12/2013 – 19h00
LISBONNE (NOVOpress) –
Le Palais national de Mafra (portugais : Palácio Nacional de Mafra) est une ancienne résidence royale et monument de style baroque situé à Mafra, à 25 kilomètres au nord-ouest de Lisbonne. Sa construction a débuté en 1717 sous le règne de Jean V de Portugal, en accomplissement du vœu fait par le jeune roi, auquel la reine Marie-Anne d’Autriche venait de donner une descendance (Wikipédia). Notre photo montre la bibliothèque du palais. Pour l’anecdote, des chauve-souris y sont établies et y assurent la bonne conservation des livres en mangeant tous les insectes parasites qui pourraient abîmer les précieux volumes conservés là.

Crédit photo : sanijdam via flickr (cc)

Le Portugal veut accélérer l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne

Le Portugal veut accélérer l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne

07/05/2013 – 16h00
LISBONNE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) –
Le gouvernement portugais s’est prononcé en faveur d’une accélération des négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’UE, a déclaré hier le Premier ministre Pedro Passos Coelho lors de la visite officielle du président turc Abdullah Gül.

« Nous sommes convaincus que l’accélération de ces négociations serait une bonne nouvelle pour la Turquie comme pour l’Europe », a indiqué M. Passos Coelho, jugeant que les discussions entamées avec l’Union européenne, en 2005, « duraient depuis trop longtemps ».

Crédit photo : Cruks via Wikipédia (cc).

Les militaires portugais défilent contre l’austérité

Les militaires portugais défilent contre l’austérité

19/11/2012 — 19h30
PORTO (NOVOpress via le Bulletin de réinformation ) — L’austérité sert à de nombreuses coupes budgétaires et la Défense portugaise en fait actuellement les frais. A l’instar des militaires grecs et espagnols, c’est au tour des militaires portugais de défiler mais quant à eux en civil, pour protester contre les mesures d’austérité votées dans le budget 2013. Les militaires espèrent que la Cour constitutionnelle portugaise révisera ledit budget. Vaine tentative.

N’étant ni une banque, ni un lobby protégé par Bruxelles, la Défense a du souci à se faire. De fait, les technocrates mondialistes de L’Union européenne tiennent à faire appliquer leur doxa concernant l’équilibre budgétaire même si pour cela, il faut sacrifier une fonction régalienne pourtant primordiale.

Crédit photo : DR

calicarpo

Mariage avec un musulman : « un tas d’ennuis » selon le cardinal de Lisbonne

13/01/2012 – 12h00
LISBONNE (NOVOpress) –
Mgr José Policarpo, cardinal de Lisbonne et chef de l’Eglise catholique portugaise, a conseillé aux Portugaises de « réfléchir à deux fois » avant d’épouser un musulman, car selon lui, les mariages entre communautés catholiques et musulmanes seraient ‘source d’ennuis »

“Nous savons ce à quoi est soumise une jeune Européenne chrétienne la première fois qu’elle va dans leur pays, quand elle est soumise au régime des femmes musulmanes », a-t-il dit.

“Attention aux amours. Réfléchissez-y à deux fois avant d’épouser un musulman, pensez-y sérieusement car c’est s’attirer un tas d’ennuis qu’Allah ne sait pas où ils finiront”, a déclaré Mgr José Policarpo lors d’un débat public à Figueira da Foz.

“Il n’est possible de dialoguer qu’avec qui veut dialoguer. Avec nos frères musulmans, par exemple, le dialogue est très difficile”, a déclaré le cardinal patriarche. “Nous en sommes aux premiers pas, mais c’est très difficile car, pour eux, leur vérité est la seule”, a-t-il affirmé.

Les responsables de la communauté musulmane portugaise n’ont pas réagit pour le moment à ces propos. Cette communauté compte environ 40000 fidèles.

Il est impensable qu’en France les cardinaux haut placés tiennent le même genre de discours,  englués qu’ils sont dans le droit de l’hommisme et le politiquement correct.

Portugal : « La plus grande vague d'émigration depuis les années 60»

Portugal : « La plus grande vague d’émigration depuis les années 60 »

Le Portugal est l’un des pays les plus pauvres en Europe et dans le passé a toujours été touché par l’émigration. De ce fait quelques trois millions de Portugais vivent à l’étranger. Il y a 50 ans, de nombreux jeunes partaient vers de grands pays européens. Les départs se poursuivent aujourd’hui mais maintenant des milliers cherchent fortune dans les ex-colonies en plein essor : le Mozambique, l’Angola et le Brésil. 

La forte émigration vers l’Afrique et l’Amérique du Sud est d’autant plus une nouveauté pour le Portugal, qu’il ne s’agit cette fois pas d’ouvriers et de paysans quittant le pays à la recherche d’un avenir meilleur, mais de gens dotés d’une formation universitaire. « C’est la plus grande vague d’émigration depuis les années 1960 », indique Filipa Pinho, spécialiste de l’immigration portugaise de la BBC. Bien qu’aucune donnée officielle ne soit disponible, les chiffres parlent d’eux-mêmes dans ces dernières années. En 2009 et 2010, selon F. Pinho, 60 000 Portugais ont quitté le pays pour le Brésil, et l’intérêt pour l’Angola est en énorme croissance.

Un avenir brillant en Angola

En 2006 ont été délivrés à peine 156 visas pour le pays en plein essor de la côte ouest africaine ; ce nombre est passé à 23 787 en 2010. Depuis, 3 000 entreprises de ce pays riche en pétrole et en diamants appartiennent à des entrepreneurs portugais.

Et aucune fin du boom n’est en vue. Après 41 ans de sanglante guerre civile, un traité de paix a été signé en 2002. Aujourd’hui, le pays va être entièrement reconstruit. De l’infrastructure de télécommunications au secteur bancaire, de nouvelles zones d’activités sont créées, et presque partout la langue de travail est le portugais. Ceux qui ont réussi vivent luxueusement dans la capitale Luanda. Les quartiers de luxe poussent comment des champignons, et la quantité de voitures haut de gamme est impressionnante.

 Un profond fossé entre riches et pauvres

Mais pour de nombreux nouveaux arrivants, le début est moins agréable. Actuellement, près de cinq millions de personnes s’entassent dans une ville qui a été créée pour seulement un million d’habitants, et il en arrive toujours plus. Rien qu’entre 2005 et 2010, la population de Luanda a augmenté de 1,2 millions de personnes. Et malgré la croissance économique à deux chiffres, les deux tiers de la population vivent encore dans une grande pauvreté. L’espérance de vie est d’à peine 38 ans. D’autre part, il y règne une corruption rampante. Dans les statistiques publiées par Transparency International, le pays est régulièrement classé parmi les trois premiers pays les plus corrompus du monde.

Le grand chantier du Brésil

En plus de l’Angola, la porte est aussi ouverte aux jeunes Portugais au Brésil. Pour la Coupe du Monde 2014 et les Jeux olympiques de 2016, on y construit dans tous les coins. Cela attire de nombreux architectes et ingénieurs en Amérique du Sud. « La plupart des architectes que je connais ont émigré depuis longtemps au Brésil. » explique l’architecte portugais Eduardo Souto de Moura à Deutschlandfunk. De plus, il n’a lui-même aucune commande en vue au Portugal pour les prochaines années, et doit donc lui aussi chercher du travail à l’étranger.

Pour ceux qui restent se profile un long passage difficile. Le pays souffre d’importants problèmes structurels, a déclaré l’économiste Andreas Scheuerle à Exchange Online. À la fin des années 80, quand le rideau de fer a disparu, le Portugal a rapidement perdu du terrain par rapport aux pays de l’Est ; ses salaires, quoique bas, étaient tout de même environ un tiers plus élevés qu’en République tchèque. « Le Portugal doit élaborer à long terme un nouveau modèle d’affaires», précise M. Scheuerle.

Une lueur d’espoir à l’horizon

Cependant il y a du potentiel, nuance M. Scheuerle. D’une part, le tourisme peut être développé davantage, et d’autre part, la coopération avec le Brésil et l’Angola pourrait être renforcée. Par ailleurs la production a connu une légère reprise. Ainsi, les exportations de chaussures ont progressé de 27% par rapport à l’an dernier. De plus en plus de produits correspondent aux secteurs à haute valeur ajoutée, tels que la construction mécanique et électrique, indique à Exchange Online Francisco Veiga, expert en économie à l’Université de Braga. Il est convaincu que cette tendance va se poursuivre, mais cela exigera du temps et beaucoup d’argent.

[box class= »info »] Source : ORF.at [/box]
[box]Photo : Luanda, capitale de l’Angola.[/box]