Tag Archives: polémique

manif_jeunes_contre_loi_travail

Mobilisation de la jeunesse contre la loi travail

18/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Jour de colère, acte II. Après les manifestations du 9 mars dernier, des lycées et des universités ont été bloqués jeudi à Paris et en province, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes opposées au projet de loi Travail, et des milliers de jeunes sont dans la rue.

Le gouvernement pourtant avait pourtant remanié son projet face à la levée de boucliers générale, se disait désormais confiant d’avoir une majorité.
En réalité, les opposants à cette réforme du Code du travail entendent bien maintenir la pression après une première mobilisation réussie la semaine dernière, à peine plus d’un an avant la présidentielle. Hier, on comptabilisait 200 lycées mobilisés, dont 40 à Paris, soit deux fois plus que la semaine dernière. Dans la capitale, plusieurs sites universitaires, notamment la Sorbonne, ont été fermés sur décision de l’administration.

Qu’attendent tous ces jeunes ?
Certains réclament le retrait du projet, d’autres seulement des modifications, notamment sur les motifs de licenciements économiques ou sur le plafonnement des indemnités aux Prud’hommes. Mais dans les discussions place de la Nation, il est finalement peu question de barèmes d’indemnités ou de forfait-jours. Les élèves ont simplement « pris goût » à la rue, dit un lycéen.

Cependant, un point en particulier a convaincu une partie des syndicats étudiants : la garantie jeunes pour tous.
Il s’agit d’un dispositif d’accompagnement renforcé vers l’emploi. Il existait depuis 2013 déjà, mais était limité à un nombre restreint de jeunes de 18 à 25 ans. Ce dispositif dure un an et consiste en un accompagnement social, une aide financière et des formations et stages pour des jeunes sans diplômes, recrutés par les missions sur un critère de motivation et d’engagements. Cette garantie va devenir un droit pour tous les jeunes sans emploi ni formation.

Pour les contestataires comme l’Unef, « les soi-disant mesures jeunes, c’est de l’enfumage, ça ne mérite pas d’arrêter la mobilisation », car il n’y a pas « l’investissement budgétaire » adéquat pour les 900 000 jeunes concernés.


hollande_valls_el_khomri

Hollande et Valls au chevet de la loi El Khomri

15/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

François Hollande et son Premier ministre ont été en contact tout le week-end et se sont retrouvés hier soir pour finaliser un projet amélioré de la réforme du Code du travail. Manuel Valls le présentera aujourd’hui aux partenaires sociaux. Il est à noter que ce morceau à quatre mains entre le président et son numéro 2 s’est joué en l’absence de la ministre du Travail Myriam El Khomri pourtant rapporteuse de la loi. Selon le Premier ministre, il faut « Un compromis qui soit dynamique et ambitieux  corriger, rectifier, changer ce qui doit l’être ».

Deux points cruciaux en question
Ce projet amélioré a pour objectif de revenir sur deux éléments de la réforme particulièrement sensible. En premier lieu, le plafonnement des indemnités prud’homales, c’est en effet ce point du projet de loi qui a agité les syndicats. La loi prévoit des indemnités largement en deçà de ce que les juges prononcent en moyenne aujourd’hui. De plus, les modalités de plafonnement retenues favorisent largement les grandes entreprises par rapport aux PME. Le second grand chantier de ce projet amélioré c’est de calmer les ardeurs des étudiants et lycéens très remontés contre la réforme du Code du travail.
• Le plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement sans cause réelle ni sérieuse, mesure très critiquée par les syndicats, est abandonné. Il ne sera maintenu qu’à titre indicatif.
• Le gouvernement a décidé d’élargir la garantie jeunes, initialement limitée à 100.000 personnes d’ici 2017, à tous les jeunes sans emploi ni formation.

Une très forte mobilisation contre le projet de loi
Tout au long de la semaine, de nombreux manifestants ont battu la rue pour faire montre de leur colère. Aux prises avec une tension sociale sans équivalent depuis 2012, et les plus importants mouvements de rue depuis le « mariage pour tous », le couple exécutif est au bord du précipice. Outre les principaux syndicats, de nombreux lycéens participent aux manifestations, partout en France une centaine de lycées ont été bloqués. De nouvelles manifestations étaient prévues hier et jeudi 17 mars dans plusieurs grandes villes.

valls_assemblee

Manuel Valls réagit à l’impopularité de la réforme sur le droit du travail

07/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le Premier ministre a accordé aujourd’hui un entretien au Journal du Dimanche. Il s’est engagé à améliorer la loi en ce qui concerne le plafonnement des indemnités prud’homales et l’assouplissement des règles de licenciement économique. Ce sont en effet, les deux mesures les plus impopulaires, dont les syndicats ont demandé le retrait. Il a déclaré que : « Ces deux points feront, bien sûr, l’objet d’améliorations […], mais, ce qui serait terrible, c’est le statu quo ». En attendant, Manuel Valls a décalé de 2 semaines le passage de cette loi au conseil des ministres, le reportant au 24 mars.

Des réactions ont-elles eu lieu parmi l’opposition ?
Cette loi pourrait permettre d’argumenter contre le gouvernement de gauche, en 2017 : « Le changement, il ne viendra pas de la rue, il viendra des urnes » a déclaré Florian Philippot, député européen et numéro 2 du Front National. Cependant, il a prévenu : « Je n’irai pas manifester mercredi, nous laisserons la liberté à nos militants, électeurs et sympathisants d’y aller ou pas (…) Le changement, il ne viendra pas de la rue, il viendra des urnes, et on le verra probablement l’an prochain à l’occasion de la présidentielle et des législatives ».
La réforme du droit du travail ne serait qu’une application des directives de Bruxelles ?

Et Florian Philippot d’ajouter : « Mme El Khomri, elle ne sait pas très bien ce qu’il y a dans sa propre loi, il y a trois mois, elle ne savait pas ce qu’était un CDD (…) Je crois qu’elle est utilisée comme porte-parole, de manière assez cynique d’ailleurs, par le gouvernement et par François Hollande pour dérouler la feuille de route de Bruxelles, qui est d’une violence inouïe et qui ne va pas créer un seul emploi. Ce n’est pas en ayant un salarié Kleenex, ce n’est pas en gérant la pénurie, ce n’est pas en organisant la précarisation générale de la société française (…) qu’on va arranger les affaires de la France ».

zemmour_rtl

Éric Zemmour : « Manuel Valls n’attend même pas que les jeunes soient dans la rue pour être foutu… »

04/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Sur RTL, Éric Zemmour livre son analyse sur la manifestation prévue le 9 mars à laquelle sont invités les jeunes.

La loi sur la réforme du marché du travail a été précipitamment retirée par le gouvernement. L’appel à manifester lancé par les syndicats aurait-il fait peur à Manuel Valls ?

Éric Zemmour livre une critique sans concession du gouvernement :

Chirac est foutu, les jeunes sont dans la rue, Rocard est foutu, les jeunes sont dans la rue, Baladur est foutu, les jeunes sont dans la rue, Villepin est foutu, les jeunes sont dans la rue. La rime était riche, mais un brin répétitive. Elle avait besoin d’être renouvelée. On attendait beaucoup de ce nouveau gouvernement, on n’a pas été déçus »

Pour l’éditorialiste, Manuel Valls « se prend pour Clemenceau, mais on surnommait Clemenceau “le Tigre”. Valls est un tigre de papier. Il n’attend même pas que les jeunes soient dans la rue pour être foutu. Avant, nos dirigeants se couchaient dès qu’ils apercevaient plus de trois boutons d’acné boulevard Saint-Germain. »


8559-Chard

El Khomri, le maillon faible

03/03/2016 – POLITIQUE (Présent 8559)

En plein débat sur la réforme du droit du travail, le ministre Myriam El Khomri, a dû être brièvement hospitalisée, on a parlé de « stress » parce qu’elle était lasse que des députés socialistes lui savonnent la planche pour la faire choir. En réalité, elle a bien glissé, mais dans sa baignoire, l’hygiène recelant des dangers insoupçonnés.
Quittant son lit de douleur, elle s’est donc attelée de nouveau à sa tâche, la mission impossible qui consiste à faire avaler à la gauche une réforme du Code du travail qu’applaudissent le Medef et la droite libérale. Elle a foncé sans états d’âme, le premier ministre ayant assuré qu’il « irait jusqu’au bout » malgré les cris des syndicats et les chuchotements de ses propres ministres.
8559_Une
Las, à peine avait-elle repris le collier, que Valls et Hollande amorçaient la marche arrière ! Reculade ? Renoncement devant le flot des protestations ? Mais non ! Seulement, concertation avec les syndicats, explication avec les députés socialistes pour « améliorer » le texte, jure Hollande la main sur le cœur.
Pensez si la CGT va l’améliorer, qui en demande l’abrogation ! Aucun gouvernement d’ailleurs n’enterre un projet de loi ! Il le confie à une commission, il annonce une consultation nationale ou il en suspend l’application provisoirement, cela va de soi, et au bout d’un moment on n’en parle plus. Là, Valls consulte jusqu’à ce que son texte, passé à la moulinette syndicale, ne soit plus qu’un simulacre de réforme.

Myriam El Khomri ne sait plus sur quel pied danser, elle sait seulement que ce ne doit pas être dans sa baignoire. En bon petit soldat, elle s’inclinera. C’est pour cela qu’elle a été choisie. Rien ne la prédisposait à occuper ce poste clé.
Jusque-là secrétaire d’État à la politique de la Ville après avoir été chargée de l’enfance à la mairie de Paris, le droit du travail lui était Terra incognita. Il y avait sur les rangs des postulants bien plus compétents, tels Alain Vidalies ou Jean-Marc Germain. Mais ils étaient moins dociles, car ils pesaient d’un autre poids politique que Mme El Khomri. À ces hommes « forts », on a préféré ce maillon faible que Valls et Hollande peuvent soumettre à leur guise, elle suivra fidèlement leurs tours et détours.

Lors du récent remaniement, le critère pour nommer les nouveaux ministres et sous-ministres était leur capacité à avaler les couleuvres de l’Élysée et de Matignon. Voyez les écologistes, qui sans frémir, en une semaine, ont accepté de voir l’activité des centrales nucléaires prolongée de dix ans, constaté le dépôt d’un amendement du gouvernement mettant fin à la règle « pollueur-payeur » et, enfin, la décision d’un tribunal autorisant la prospection pour le gaz de schiste !

Revenons à la slalomeuse de baignoire. Elle n’a évidemment aucune autorité face aux syndicats qui savent qu’elle n’est qu’un pion sur l’échiquier du gouvernement, ils ne lui accordent donc aucun crédit. D’ailleurs, la concertation avec eux se fera autour de Valls, Myriam El Khomri n’en étant que la greffière en chef. Alors que le chômage déchire le tissu national, un ministre du travail sans autorité et déjà déconsidéré ne peut qu’aggraver de son insignifiance personnelle l’impuissance générale pour le malheur du pays.

Guy Rouvrais

Myriam El Khomri

Projet de loi El Khomri : tentatives de diversion de l’exécutif socialiste ?

02/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Hier, nous avions abordé la question du projet de loi El Khomri à l’égard duquel le gouvernement a reculé de 15 jours sa présentation officielle en conseil des ministres. Mardi, on a assisté à des démarches visant à faire croire qu’il n’y avait pas de recul.

Expliquez-nous !
Si, d’un côté, il y a la peur d’être désavoué, notamment par les syndicats, de l’autre, la peur d’apparaître comme un gouvernement qui recule est présente. Manuel Valls a affirmé : « le recul, ce serait abandonner le texte ». En réalité, François Hollande cherche à masquer un recul, ce qui est habituel depuis plusieurs années. Les gouvernants tentent de dissimuler, quitte à adopter des postures apparemment agressives.
Ainsi, Hollande a déclaré « J’ai fait tout au long de ces années la priorité à l’emploi, je ne changerai pas, pour moi c’est l’essentiel. Il n’y a pas d’autre voie que le mouvement. Rien ne serait pire que l’immobilisme ». Certes, des paroles martiales, mais on peut se demander si elles ne masquent pas des faiblesses. Autre élément de phraséologie hollandienne : « Il vaut mieux prendre du temps pour mieux en gagner ». Bref, la rhétorique offensive quand le bateau coule…

Il s’agirait donc d’une pure stratégie de communication
Il est intéressant de noter que le malaise du ministre de Travail a fait l’objet d’un traitement médiatique au sommet. Hollande a affirmé que le malaise n’était qu’« un accident domestique » et que l’intéressée serait « sur pied dès ce soir ». Faut-il y voir une volonté d’allumer un contre-feu médiatique, quitte à se servir d’un fait banal ? La question est posée. Bref pour dissimuler une affaire — en l’espèce, un recul qui écorne une image réformiste —, on crée une autre affaire… Stratégie classique. Dans un monde médiatique, tout peut servir. Peut-être faudrait-il voir la récente polémique sous cet angle ?

Loi El Khomri : la réforme du Code du travail ne passe pas à gauche

19/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Le MEDEF en a rêvé, Myriam El Khomri l’a fait, c’est le sentiment d’une bonne partie de la gauche, qui se braque à l’idée d’un passage en force de la réforme du Code du travail.

Le projet de loi de Myriam El Khomri sur la réforme du Code du travail braque la gauche. Alors que le texte n’est même pas arrivé sur les pupitres des députés, les frondeurs du PS – et pas qu’eux — mettent en garde le gouvernement tant sur le fond du texte que sur la forme.

Pour la forme, Myriam El Khomri a menacé d’emblée de recourir au 49.3. « Nous voulons convaincre les parlementaires de l’ambition de ce projet de loi. Mais nous [avec le Premier ministre] prendrons nos responsabilités. » Cette phrase, prononcée par le ministre du Travail a mis le feu aux poudres. Elle porte bien la patte de la méthode Valls, habitué à mettre une pression maximale en début de négociation et à ne pas lâcher par la suite, comme l’a montré l’adoption sans vote de la loi Macron, une grosse arête qui est restée coincée dans la gorge des députés socialistes.
Lire la suite

Maitena Biraben

«Le FN tient un discours de vérité»: Canal+ dérape -brièvement-… dans le réel !

25/09/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
La chaîne phare du politiquement correct, Canal+, commet un « dérapage » majeur : lors du Grand Journal, l’animatrice parle du « discours de vérité qui est tenu par le Front national ». Elle ne devrait pas tarder à finir dans un camp de rééducation pour journalistes, à force de déraper dans le réel…

C’était hier soir et ça fait déjà le « buzz » sur la toile et les réseaux sociaux. Pensez ! Sur Canal+, le maître étalon de la bien-pensance, la référence du prêt-à-penser bobo, l’animatrice du Grand Journal ose tenir des propos qui ne sont pas défavorables au Front National !
Pourtant, tout semblait bien parti : Maïtena Biraben recevait, jeudi soir, l’avocat Éric Dupond Moretti dans une émission consacrée au « politiquement correct ». Bon thème, bon client, tranquille quoi. On joue à se faire un peu peur en évoquant la France qui ne serait plus « le pays des droits de l’homme » (heureusement, Bruxelles veille à nous remettre dans le droit chemin). Et là, c’est le drame :
Maïtena Biraben enchaîne :

Vous savez que ces propos, les propos de la vérité sont souvent tenus et incarnés par le Front national aujourd’hui. Rarement par le Parti socialiste, très rarement par les partis classiques, c’est quelque chose qui vous pose problème ? Ou que vous entendez et qu’à la fin des fins, vous comprenez ?

La réponse de Éric Dupond-Moretti est sans intérêt, Front national pas beau, tout ça, alors la donzelle insiste :

Et pourtant les Français se reconnaissent dans ce discours de vérité qui est tenu par le Front national…

Par deux fois, elle tient un propos qui peut être interprété en faveur du grand méchant loup. Double dérapage en direct ! Aussitôt, la toile s’enflamme, Philippe Gildas, ancien présentateur de l’émission en tête « Une connerie comme ça, je ne l’ai jamais faite. » Et d’ironiser sur sa carrière « Elle peut apprendre », a-t-il poursuivi.

Si quelques internautes se félicitent – naïvement — qu’il y ait enfin une journaliste politiquement incorrecte sur cette chaîne, c’est son invité, M° Éric Dupond-Moretti, qui prend le mieux sa défense :

C’est du direct. Qui peut penser que Maïtena Biraben pense qu’il s’agisse d’un discours de vérité ? C’est débile de faire une polémique comme ça. Le langage est complètement cadenassé. C’est insupportable ces conneries.

Eh oui, une petite sortie de route dans le réel, ça peut arriver à tout le monde. Reconnaissons à M ° Dupond-Moretti son honnêteté quand il parle de « langage cadenassé ».



Lire la suite

19_mars_1962

Béziers : la rue du « 19 mars 1962 » débaptisée, réactions hostiles de la gauche

14/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Le maire de Béziers a décidé de renommer la rue du « 19 mars 1962 », date qui fait référence à la fin de la guerre d’Algérie. Robert Ménard assure que ce n’est pas un événement que l’on peut commémorer puisqu’il ne s’agit pas d’une victoire.

Des habitants de cette rue ont réinstallé une plaque provisoire pour marquer leur hostilité. La défaite de la France (du moins, sur le papier) leur plaît, ils y sont attachés au point de s’insurger contre cette promesse de campagne tenue.

Un tel mauvais état d’esprit inquiète. Il y a, en effet, une marque ostentatoire d’agressivité à l’égard de la France dans l’attachement à cet armistice. Il marqua le début d’une grande répression sanglante au slogan évocateur : « la valise ou le cercueil ».

C’est après cette date que le plus grand nombre de « Pieds-Noirs » furent tués.

Quel élu français digne de ce nom voudrait nommer une rue, acte toujours symbolique, avec une telle date ?


Marion Maréchal Le Pen a fait trembler Manuel Valls

Marion Maréchal Le Pen a fait trembler Manuel Valls

11/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Lors d’une question au Premier ministre à l’assemblée nationale, la députée du Vaucluse Marion Maréchal Le Pen (Front National) a évoqué les scandales judiciaires impliquant le Parti Socialiste depuis l’investiture de François Hollande. Elle a aussi vivement critiqué son combat obsessionnel contre le FN.

La réponse de Manuel Valls n’a en rien varié de son habituelle outrance, de ses antiennes républicaines. Ce qu’il n’a pas dit s’est vu, par contre, en s’énonçant par de violents tremblements qu’il ne pouvait réprimer.



Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

19/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le dernier livre de Michel Houellebecq, intitulé « Soumission », sortira le 7 janvier prochain. L’écrivain imagine la France en 2022: un candidat issu d’un parti musulman remporte l’élection présidentielle face au Front national et le pays est bouleversé. Le livre, qui n’est pas encore dans les rayons, fait déjà polémique.

Voici comment Le Nouvel Obs présente l’ouvrage :

Le scénario général est assez simple. Le second mandat de François Hollande s’achève. Les «Indigènes européens», qui naturellement «refusent la colonisation musulmane» et invitent à «préparer la guerre civile», ont pris le relais d’un «Bloc identitaire divisé en multiples fractions qui se comprenaient et s’entendaient mal». C’est la fête.

Là-dessus, élections présidentielles : comme le PS, l’UMP et l’UDI aident Mohammed Ben Abbes (Fraternité musulmane) à l’emporter contre Marine Le Pen (Front National), celui-ci nomme Bayrou premier ministre. Et nous voilà avec un héros qui, lui aussi, s’appelle François. Il pratique les amours tarifées, est spécialiste de Huysmans à «l’Université islamique de Paris-Sorbonne», et se demande s’il doit ou non se convertir à l’islam. Se convertira? Se convertira pas? C’est le fil rouge du livre.

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

31/10/2014 – NEW YORK (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
A New York, une jeune femme blanche a voulu témoigner du harcèlement dont elle est régulièrement victime dans les rues de la ville, en réalisant une vidéo. Le résultat en est pour le moins édifiant. Elle a été accostée 100 fois en 10 heures, créant ainsi le « buzz » sur les réseaux sociaux et les sites d’informations.

Cette vidéo, qui interpelle sur la réalité du quotidien des femmes new‑yorkaises, se double d’une polémique raciale. Les hommes qui importunent ou insultent la jeune femme sont en effet en très grande majorité des hommes de couleur, « noirs » ou « latinos ». Si à la fin du montage il est bien précisé « que les expériences de harcèlement ont impliqué des personnes de toutes origines », il n’en fallait pas moins pour que le camp de l’antiracisme monte au créneau, dénonçant une nouvelle « stigmatisation » sur des critères raciaux.

Une expérience similaire avait été conduite dans les rues de Bruxelles en 2012, avec des résultats identiques concernant le profil de la population masculine incriminée, en l’occurrence très majoritairement black ou beur…

Le shooting sexy d’une skieuse libanaise fait scandale

13/02/2014 – SOTCHI (NOVOpress)
Une skieuse libanaise représentant son pays aux JO de Sotchi fait beaucoup parler d’elle après la diffusion d’une vidéo la montrant les seins nus lors d’une ancienne séance photo, poussant les autorités à réclamer une enquête.

Publié le
Suède : si la vérité n’est pas politiquement correcte, alors elle est raciste

Suède : si la vérité n’est pas politiquement correcte, alors elle est raciste

19/12/2013 – 16h00
STOCKHOLM (NOVOpress) –
Le principal quotidien suédois, Dagens Nyheter, toujours très respectueux du message politiquement correct, a pourtant publié la semaine dernière une publicité pour un livre sur l’immigration « Le camouflage immigrationniste » (ci-dessus). D’habitude, Dagens Nyheter ne passe pas de telles annonces et les deux auteurs du livre avaient négocié pendant un mois avant de voir leur publication acceptée.

Le contenu de la publicité avait bien entendu été examiné en profondeur par l’équipe éditoriale du journal, y compris son rédacteur en chef qui n’avait trouvé aucune incohérence dans les faits présentés.

Mais cela n’a pas suffi à éviter une tempête de réactions parmi « l’élite », journalistes, professeurs politiques et autres leaders d’opinion qui ont évoqué de la « propagande raciste » et un « sujet xénophobe ». Les commentaires parlaient de « publicité raciste » et ont demandé au journal de s’excuser. La journaliste Alexandra Pascalidou a dénoncé une publicité « au service de la propagande raciste ». Et une page Facebook a été créée contre le « racisme dans nos médias ».

Lire la suite

Propos sur les Roms : Luc Jousse, maire UMP de Roquebrune-sur-Argens, se défend

05/12/2013 – 12h40
ROQUEBRUNE (NOVopress) –
C’est la polémique du moment. Luc Jousse, maire UMP de Roquebrune-sur-Argens dans le Var, aurait affirmé, selon Médiapart, regretté que les secours arrivent trop tôt lors de l’incendie d’un camp de Roms installé dans sa commune.

Luc Jousse a vite été pris dans la tourmente. L’UMP se désolidarisant de lui – son cas sera évoqué lors d’un conseil national le 11 décembre prochain – et SOS racisme porte plainte contre lui. SOS racisme qui a une indignation sélective. On n’a, en effet, pas entendu cette officine antiraciste protester contre l’incendie d’un campement rom – l’année dernière – dans les quartiers nord de Marseille par des maghrébins…

Pour se défendre, Luc Jousse indique n’avoir fait que répéter les propos d’un riverain excédé.

Continue reading

Publié le
Décès du général Aussaresses, figure controversée - réactions sur Twitter

Décès du général Aussaresses, figure controversée – réactions sur Twitter

04/12/2013 – 18h40
PARIS (NOVOpress) –
Aujourd’hui a été annoncé le décès du général Aussaresses, figure controversée. Ancien de la France libre, il est créateur du 11ème Choc, le bras armé du SDECE (l’ancêtre de la DGSE). Mais cet officier gaulliste reste associé à l’usage de la torture pendant la guerre d’Algérie, avouant même l’avoir pratiquée personnellement. Il sera condamné pour apologie de son usage et retiré des cadres de la Légion d’honneur par Jacques Chirac.

L’annonce de son décès n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux, notamment Twitter. Florilège.

Lire la suite

Canada : la photo d'accompagnatrices d'enfants dans une crèche de Verdun provoque de fortes réactions

Canada : la photo d’accompagnatrices d’enfants dans une crèche de Verdun provoque de fortes réactions

29/11/2013 – 08h30
VERDUN (NOVOpress) –
La photo ci-dessus a tout changé dans la vie des responsables d’une crèche de Verdun (Québec). Sam et Julie (prénoms modifiés pour protéger leur identités) déclarent que leur vie et leur entreprise sont en danger depuis que cette image a circulé sur les réseaux sociaux, vue 9.000 fois en 48h sur Facebook, et suscitant des commentaires très agressifs.

La photographe s’excuse

Plus tôt en journée, la femme qui a pris la photo de deux éducatrices en niqab à Verdun s’est excusée auprès des deux femmes, du préjudice qu’elle a pu leur causer en publiant le cliché sur Facebook, par le biais de lettre envoyée à La Presse. « Si j’avais pu imaginer que cette photo puisse devenir virale, j’aurais brouillé les visages des enfants. En aucun cas, je n’ai voulu vous causer préjudice. Veuillez m’excuser si c’est le cas », écrit Élisabeth, qui veut taire son nom de famille.

Lire la suite

Le président du MJS, Thierry Marchal-Beck, se ridiculise une nouvelle fois à l'égard du Bloc identitaire

Le président du MJS, Thierry Marchal-Beck est-il un « kapo de camp de rééducation socialiste » ?

13/11/2013 – 21h10
PARIS (NOVOpress) –
Illustre inconnu, et se distinguant par une servilité hors du commun à l’égard des dirigeants socialistes, le dispensable Thierry Marchal-Beck (ci-dessus), président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS), a une obsession : les Identitaires, et une méthode : l’outrance, qui s’approche souvent de la diffamation.

Pour preuve sa réaction envers un tweet de Fabrice Robert suite aux huées contre François Hollande lors des cérémonies du 11 Novembre.

Lire la suite