Tag Archives: Philippe Milliau

Réorganisation du Bloc Identitaire - Interview de son Président, Fabrice Robert

Nouvelle organisation au Bloc Identitaire : interview de son Président, Fabrice Robert

[question]Novopress – Fabrice Robert, vous venez de publier un communiqué important puisqu’il contient des décisions prises, je vous cite, afin de mettre un terme « à une démarche qui portait gravement atteinte à l’unité, à la diversité et la dynamique du mouvement identitaire ». Vous y annoncez également que Philippe Milliau est déchargé de toutes ses responsabilités au sein du mouvement et ne sera pas dans le prochain bureau exécutif. Sans donner plus de précisions sur les raisons qui motivent ces décisions. Pourquoi ?[/question]

Fabrice Robert – Ces précisions ont été données à l’intéressé par courrier privé. Il ne m’a pas semblé utile de dresser son procès sur la voie publique. Cependant, je conçois qu’un minimum d’explications soit nécessaire. J’en donnerai deux. Je pourrais en ajouter bien d’autres.

D’abord, le fait que Philippe Milliau a prouvé sa grande difficulté à jouer collectif, en tentant à tout bout de champ de créer des clivages internes, de susciter des querelles entre les personnes, de monter les uns contre les autres. Il a démontré au fil des derniers mois une approche très stalinienne du mouvement au détriment de la logique de réseau qui est dans notre ADN. Il a introduit aussi parmi nous cette culture des partis classiques du « qui n’est pas avec moi est contre moi ». Bref, l’ensemble de sa démarche portait atteinte à l’identité du mouvement et à sa survie à moyen terme. Nous ne pouvions pas continuer comme ça.

Ensuite, il faut savoir que son analyse de la situation est en contradiction formelle avec les axes fondateurs du mouvement identitaire. Notamment en voulant abandonner totalement le terrain politique pour une orientation majoritairement axée vers le travail métapolitique. Certes, vous savez à quel point je suis attaché aux initiatives entrant dans le champ métapolitique. Je crois beaucoup à la force des stratégies d’influence pour faire avancer nos idées. Mais je pense aussi que nos combats doivent être menés en fonction de toutes les opportunités et de toutes les nécessités. L’engagement associatif et le travail métapolitique sont des outils de convergence qui sous-tendent et renforcent le travail politique. Ils ne sauraient suffire par eux-mêmes, pas plus que le combat politique ne peut ni ne doit se résumer à un engagement électoral, local ou pas. Nous devons rester souples, agir sur tous les fronts, ne rien s’interdire.

[question]On a pu lire ici ou là que vous étiez en retrait, que vous n’aviez pas prise sur les événements. Aujourd’hui, vous tranchez. Ne pensez-vous pas que vous auriez pu le faire avant ?[/question]

Il est très facile de diriger un groupe de manière dictatoriale. Ce n’est pas mon style et encore moins au sein d’un mouvement qui entend vivre collégialement. Je pense avoir suffisamment de légitimité pour ne pas avoir besoin de recourir à un autoritarisme qui, bien souvent, n’est qu’une marque de faiblesse. Je pense que nous nous devons, entre militants, amitié, confiance et patience. J’ai pris le temps de la réflexion, j’ai consulté un certain nombre de cadres et j’ai tenté de concilier la dérive que j’observais, les conflits qui en découlaient, avec la nécessité de continuer à travailler sans nous priver d’aucune compétence. Philippe Milliau est un logisticien. Hélas, il n’est pas que cela et je vous ai dit à l’instant les raisons qui m’ont contraint à stopper cette dérive. Je ne le fais pas par plaisir. Mais je sais que nous allions sottement sur le court terme dans un mur, d’autant plus sottement que c’est l’un des nôtres qui l’avait édifié.

Mon objectif est simple et rejoint mon devoir de président : protéger une certaine marque de fabrique des Identitaires, ce qui a fait que nous sommes aujourd’hui un courant politique original aussi bien sur le fond que sur la forme, et perpétuer le mouvement. L’ensemble du mouvement attendait de connaître ma décision. C’est désormais chose faite. Nous devons maintenant aller de l’avant car, devant nous, la rue est libre.

L’enjeu identitaire est, en effet, au centre des préoccupations de nos contemporains. A cet enjeu, tous les partis classiques européens apportent la même réponse stéréotypée et sclérosée. Partisans de la nation type IIIe République ou des communautarismes façon Ve finissante, tous nient les dimensions ethnique et civilisationnelle de la crise actuelle. Tous sont donc en retard à l’horloge de la grande histoire.

[question]Ne pensez-vous pas que certains militants peuvent être tentés de suivre Philippe Milliau ?[/question]

Que certains d’entre eux aient le désir de lui adresser un mot de sympathie, ce serait bien naturel ! Mais la question n’est pas affective. Il ne s’agit pas de savoir qui aime ou qui n’aime pas untel ou untel. La question est de savoir si nous voulons continuer ensemble le travail entamé il y a dix ans, sur les bases politiques définies alors et développées depuis. Ce qui importe aussi, c’est de voir que le noyau fondateur des Identitaires est soudé. C’est un signal fort porteur d’avenir.

[question]Ce n’est donc pas une crise ?[/question]

Nous devons faire face à une crise de croissance comme cela arrive à tous les mouvements en plein développement. En revanche, cela aurait pu se transformer en crise interne si je n’étais pas intervenu. Je pense même que, d’une certaine manière, c’est une chance que nous devons saisir. C’est ce que je demanderai à la prochaine direction qui sera bientôt réunie : une analyse politique approfondie, des objectifs de court et moyen terme revus et mis en place. Une nouvelle feuille de route est indispensable ainsi que le retour à un état d’esprit conforme à notre idéal et qui, il faut bien le dire, était pollué depuis quelques mois.

[question]Pensez-vous avoir arbitré un conflit entre Philippe Milliau et Philippe Vardon ?[/question]

Réduire cette histoire à un conflit de personnes ne serait même pas réducteur mais tout simplement faux. Ce serait une facilité d’analyse comme parfois certains journalistes en ont le secret : untel contre untel, les vieux contre les jeunes, ceux du Nord contre ceux de l’Ouest, etc.

La réalité est qu’il y avait une profonde divergence d’analyse avec Philippe Milliau, politique et stratégique. J’ai toléré cette divergence aussi longtemps que possible. A partir du moment où Philippe Milliau mettait en péril l’unité et l’avenir du mouvement, il me fallait trancher.

Je n’ai pas eu besoin pour cela de songer aux liens d’amitié qui me lient à Philippe Vardon depuis quinze ans. La pérennité des Identitaires passe avant tout.

[question]Maintenant que va-t-il se passer ?[/question]

La vie continue ! Samedi, nos amis parisiens du Bloc identitaire IDF et du Projet Apache vont mener une belle action à propos de la mainmise du Qatar sur la France. Nous avons une autre action d’agitation dans les tuyaux, d’ampleur nationale, mais je ne peux vous en dire plus pour le moment. Jeudi dernier, j’étais à Paris pour la sortie chez Xénia éditions du livre de débat sur l’Apéro saucisson pinard.

Bref, nous allons enfin pouvoir nous concentrer de nouveau sur le travail que nous avons à mener et ne plus perdre d’énergie à supporter ce qui, au fond, était insupportable.

[question]Vous annoncez une nouvelle direction opérationnelle ?[/question]

Oui, un nouveau bureau exécutif va être mis en place. Il ne sera pas très différent du précédent à ceci près qu’il comptera davantage de membres. Nous allons y faire entrer certains coordinateurs régionaux du Bloc ainsi que plusieurs représentants des mouvements de jeunesse.

De manière générale, et à travers l’épisode que nous venons de traverser, je crois important de travailler notre esprit « maison ». Je lance donc un appel aux trentenaires, anciens des JI ou de l’AJ, pour qu’ils rejoignent le Bloc et lui fournissent ainsi ses cadres naturels.

Université de rentrée du Bloc Identitaire : entretien avec Philippe Milliau [audio]

Université de rentrée du Bloc Identitaire : entretien avec Philippe Milliau [audio]

06/09/2011 14h30
GUERLESQUIN (NOVOpress) –
Université de rentrée du Bloc Identitaire : entretien avec Philippe Milliau 	<audio id="wp_mep_2"      controls="controls" preload="none"  >
		
		
		
		
		
		
		
		<object width="223" height="30" type="application/x-shockwave-flash" data="http://fr.novopress.info/wp-content/plugins/media-element-html5-video-and-audio-player/mediaelement/flashmediaelement.swf">
			<param name="movie" value="http://fr.novopress.info/wp-content/plugins/media-element-html5-video-and-audio-player/mediaelement/flashmediaelement.swf" />
			<param name="flashvars" value="controls=true&file=" />			
		</object>		
	</audio>
<script type="text/javascript">
jQuery(document).ready(function($) {
	$('#wp_mep_2').mediaelementplayer({
		m:1
		
		,features: ['playpause','current','progress','duration','volume','tracks','fullscreen']
		,audioWidth:223,audioHeight:30
	});
});
</script>
L’Université de rentrée du Bloc Identitaire, c’est déjà cette semaine : la présentation ayant été faite la semaine précédente, place désormais au contenu.

Pour nous en parler, Philippe Milliau (photo), membre du bureau exécutif du Bloc Identitaire et responsable de la formation.
Alors que de nombreux partis sont prêts à céder aux sirènes du franco-français, le Bloc s’affirme résolument européen avec la thématique : Europe, le combat identitaire de demain. Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Quel sera le contenu des ateliers pédagogiques qui émailleront les trois journées de séminaire ?
Quel message les Identitaires souhaitent ils adresser ?

Propos recueillis par Yann Vallerie

[MEDIA not found]

[box] Téléphone du secrétariat du Bloc Identitaire pour s’inscrire : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00). [/box]