Tag Archives: peine de mort

Asia Bibi

Ne laissons pas pendre Asia Bibi !, par Eric Letty

Que va-t-il advenir d’Asia Noreen, plus connue sous le nom d’Asia Bibi ? Cette mère d’une famille de cinq enfants, pakistanaise et chrétienne, a déjà passé plus de sept années en prison après avoir été accusée, en juin 2009, d’avoir blasphémé contre l’islam, et elle risque d’être bientôt pendue.

Asia BibiSept ans de prison dans une cellule minuscule, soumise à un régime d’isolement pour la protéger des autres détenues, avec la mort pour perspective ! Pour mériter pareil traitement, la jeune femme avait simplement bu un peu d’eau au même puits que des musulmanes qui lui avaient reproché d’être impure, et professé sa foi en Jésus-Christ. Crime inexpiable au Pakistan, où une loi promulguée en 1986 permet de s’emparer des biens d’un chrétien et de le faire condamner à mort sur une simple accusation de blasphème.

Le cas d’Asia Bibi est particulièrement tragique et émouvant, mais il n’est pas unique. En novembre 2014, un couple de chrétiens, accusé à tort d’avoir mis le feu à un Coran, avait été lynchés par la foule et brûlé dans un four à briques. Selon le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés, la loi sur le blasphème aurait déjà conduit plus de 11 500 chrétiens pakistanais à demander asile à la Thaïlande.

L’affaire Asia Bibi n’est pas passée inaperçue. Le Vatican a demandé sa libération. Le maire de Paris, Anne Hidalgo – c’est à son honneur – a proposé que la jeune chrétienne devienne citoyenne d’honneur de la ville de Paris et de l’accueillir dans la capitale lorsqu’elle sera libérée. Au Pakistan même, la communauté chrétienne, très minoritaire et menacée, a organisé, le 9 mars dernier des veillées de prières pour elle, dans quatre villes. Un musulman, le gouverneur du Pendjab Salman Taseer, a pris le risque de la défendre, de la visiter dans sa prison et de s’élever contre la loi de 1986 ; son courage lui a coûté la vie : il a été assassiné en janvier 2011 par son propre garde du corps. Une autre personnalité, Shahbaz Bhatti, ministre – chrétien – des minorités religieuses, opposé lui aussi à la loi sur le blasphème, a été tué par des islamistes en mars 2011. Ces meurtres n’ont pas empêché la Haute Cour de Lahore de confirmer en appel, le 16 octobre 2014, la condamnation à mort d’Asia Bibi, prononcée en première instance en novembre 2010. Les juges craignent pour leur vie…

La défense de la jeune femme a alors introduit un ultime recours auprès de la Cour suprême du Pakistan, qui se prononcera au mois d’octobre 2016. Par ailleurs, un avocat chrétien courageux, Me Sooba Bhatti, a écrit au chef de l’État pakistanais, le président Mammoon Hussain, pour lui demander d’user de son droit de grâce. Tout n’est donc pas perdu, mais le temps presse.Les lois de l’actualité veulent qu’une information chasse l’autre.

C’est donc à nous, chrétiens de France, qu’il appartient de nous mobiliser, pour prier, mais aussi pour réveiller les médias, alerter l’opinion publique et faire entendre l’appel que lançait la jeune mère, dans un texte publié par Le Figaro le 17 novembre 2014 : « Vous êtes ma seule chance de ne pas mourir au fond de ce cachot. S’il vous plaît, ne me laissez pas tomber. »

Eric Letty

Article paru dans Monde & Vie n° 930 daté d’octobre 2016

Visite surprise de Louis Aliot en Israël

Louis Aliot cite Badinter pour demander un débat sur la peine de mort

03/04/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Louis Aliot, vice-président du Front national, s’appuie sur Robert Badinter pour réclamer un débat… sur le rétablissement de la peine de mort. Sur sa page Facebook, le compagnon de Marine Le Pen cite en effet un extrait du discours prononcé, le 17 septembre 1981 à l’Assemblée nationale, par le garde des Sceaux de l’époque lors du débat sur l’abolition de la peine de mort :

 « Il est apparu au gouvernement qu’il était malvenu, au moment où vous décidez enfin de l’abolition dans la France en paix qui est heureusement la nôtre, de débattre du domaine éventuel de la peine de mort en temps de guerre, une guerre que rien heureusement n’annonce. Ce sera au gouvernement et au législateur du temps de l’épreuve – si elle doit survenir – qu’il appartiendra d’y pourvoir, en même temps qu’aux nombreuses dispositions particulières qu’appelle une législation de guerre. »

Commentaire de Louis Aliot : « Valls et Hollande nous disent que le pays est en guerre, donc le débat sur le rétablissement, partiel, de la peine de mort, dans l’épreuve, est parfaitement légitime… » Il ajoute : « Nous sommes effectivement plusieurs à le penser. »

Ci-joint un extrait de l’allocution de Robert Badinter lors de la séance à l’Assemblée Nationale du 17 septembre 1981 au…

Posté par Louis Aliot sur jeudi 31 mars 2016

Peine de mort

Face au terrorisme, la peine de mort revient dans le débat politique français

25/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Le rétablissement de la peine de mort ne serait-il plus tabou ? Olivier Dassault, député (Les Républicains) de l’Oise, s’est prononcé aujourd’hui pour son rétablissement pour les individus reconnus coupables d’actes terroristes. « Ce n’est pas les simples représailles du retrait de la nationalité ou une peine d’une période de sûreté pouvant aller jusqu’à 30 ans qui effrayeront ces ennemis de la liberté mais bien davantage la peur de tomber sous le couperet de la justice », estime-t-il dans un communiqué dans lequel il juge Manuel Valls « coupable de non-assistance à peuple en danger ». « Ces individus qui sont prêts à massacrer nos enfants, endeuiller des familles sur le territoire qui les a accueillis par leur naissance ou leur intégration n’ont plus à recevoir de compassion de la part de notre nation », ajoute Olivier Dassault.

Hier sur BFM TV, c’est Xavier Bertrand, président (LR) de la région Hauts de France, qui avait affirmé : « Quand il y a eu le débat sur la suppression de la peine de mort, je n’étais pas majeur, je n’étais pas parlementaire, mais j’avais suivi tous ces débats. […] À l’époque, si j’avais été député, je crois que je n’aurais pas voté l’abolition de la peine de mort. » « Aujourd’hui, ajoutait-il, avec le recul, je pense que supprimer la peine de mort a du sens à une condition : c’est que ceux qui étaient susceptibles de relever la peine de mort ne doivent jamais, jamais, sortir de prison. […] Pour protéger nos concitoyens, la seule façon est de mettre à l’écart définitivement ceux qui ont commis des actes atroces. »

Toutefois, le Front national reste le seul parti à envisager le rétablissement de la peine de mort. Il annonce, dans son programme, vouloir soumettre à référendum le choix entre le rétablissement de la peine de mort et l’instauration de la réclusion criminelle à perpétuité réelle.

 


Attentats: Xavier Bertrand réclame « la… par BFMTV

8565-Chard

Interview de Me Triomphe : affaire Vincent Lambert, une décision ubuesque

11/03/2016 – SOCIÉTÉ (Présent 8565)

Présent La nomination d’un tuteur était censée apaiser le conflit autour de Vincent Lambert. Que signifie la nomination de Rachel Lambert, partie prenante de ce conflit ?
Me Triomphe Cette nomination est incompréhensible et ubuesque. Le CHU souhaitait un interlocuteur neutre. Le procureur demandait un tuteur extérieur, ainsi que nous-mêmes. La décision du juge des tutelles de Reims a surpris tout le monde, à commencer par Rachel Lambert elle-même, comme me l’a confirmé un journaliste.
8565-Une
Présent Assiste-t-on à un acharnement judiciaire contre Vincent Lambert, alors que Viviane Lambert s’était dite prête à le transférer dans une structure adaptée ?
Me Triomphe Acharnement judiciaire du demi-neveu François, oui, à l’évidence, puisqu’il ne réclame rien de moins qu’une décision de justice ordonnant de mettre à mort son demi-oncle, en osant invoquer le fait que la non-exécution de la décision d’Éric Kariger lui cause un préjudice moral important ! Un acharnement médical a tenté de faire mourir Vincent, oui, puisque par trois fois le CHU a engagé une procédure collégiale et décidé deux fois de la mort. Mais la troisième fois, contre toute attente là également, le CHU a arrêté la procédure collégiale pour demander la nomination d’un tuteur.

En revanche, je ne crois pas qu’on puisse parler d’acharnement judiciaire avec cette décision du juge des tutelles. Je crois au contraire qu’il s’agit d’une décision totalement isolée d’un juge unique que personne ne comprend. C’est la raison pour laquelle nous avons immédiatement interjeté appel, appel qui est suspensif. Je ne vois pas la cour d’appel confirmer une telle décision.

Présent Comment les parents de Vincent Lambert ont-ils réagi à cette nouvelle ?
Me Triomphe Ils ont été, comme leurs avocats, sidérés. Personne ne pouvait s’attendre à une telle décision aussi contraire au droit, au bon sens et à la volonté d’apaisement qui sous-tendait cette procédure.
Il faut souligner deux points majeurs de cette décision. D’abord, le juge est d’un parti pris saisissant en faveur de Rachel et à l’encontre des parents. Elle prétend que Rachel est une épouse admirable qui s’est toujours occupée de son mari sans tenir aucun compte des éléments que nous avons apportés qui démontraient le contraire.

En réalité, en cas de conflit majeur entre membres de la famille sur la prise en charge du majeur à protéger, la loi, comme le bon sens, exige un tuteur extérieur. Ensuite et surtout, après avoir nommé Rachel tutrice, le juge des tutelles nomme l’UDAF (union départementale des associations familiales) subrogé tuteur, avec pour mission toute particulière de remplacer Rachel comme tuteur dans le cas d’une opposition d’intérêts entre Rachel et son mari Vincent. C’est bien l’aveu qu’elle ne peut être le tuteur défendant objectivement les intérêts de son mari !

Maintenant, il faut relativiser les conséquences de cette décision. Le tuteur n’a pas le pouvoir de réclamer la mort. Il donne juste un avis comme n’importe quel membre de la famille dans le cadre d’une procédure collégiale aux fins d’arrêter les soins (ici l’alimentation et l’hydratation). Le tuteur ne peut même pas décider d’un transfert. Seul le juge des tutelles est compétent pour décider du transfert.

La nomination de Rachel Lambert n’a donc que peu de conséquences juridiques. Mais il s’agit d’une décision symbolique considérable, qui exclut de facto ses parents, et qui jette de l’huile sur le feu. En attendant que l’appel soit tranché, Rachel n’est pas tutrice, mais le juge des tutelles peut prendre une décision de transfert.
En effet, comme l’a rappelé le procureur à l’audience, l’enjeu de la tutelle, quel que soit le tuteur nommé, c’est le transfert. Et il a déclaré qu’il y avait consensus pour ce transfert, non seulement de notre côté et de celui du parquet, mais également, et le fait est notable, du côté du CHU de Reims qui ne veut plus et ne peut plus garder Vincent. C’est donc ce que nous allons réclamer au juge des tutelles.

Cette décision devait être une décision d’apaisement qui prépare une prise en charge de Vincent ailleurs. Elle aura été décision inutilement et absurdement – si vous me permettez ce mauvais adverbe – conflictuelle. C’est désolant, mais, plus que jamais, le combat pour défendre Vincent, vulnérable et sans défense, continue !

Propos recueillis par Samuel Martin

valls_en_arabie

Visite de Manuel Valls à Riyad : du « tintouin » au pays de l’or noir

14/10/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Sous couvert d’un voyage à caractère commercial, le Premier ministre Manuel Valls a entrepris lundi une visite en Arabie saoudite. Sur sa page twitter Valls annonce triomphant « 10 milliards d’euros de contrats ! Le gouvernement mobilisé pour nos entreprises et l’emploi ».

Cette apparente victoire économique ressemble fort à un échange de bons procédés
L’Arabie saoudite investit en France en échange de l’appui du gouvernement français dans sa politique étrangère. La France y trouve son compte économiquement. Quant à l’Arabie, trahie par son allié américain qui a réchauffé ses relations avec l’Iran et a renoncé à intervenir en Syrie, elle rééquilibre sa diplomatie en direction de la France. Ces deux pays ont en effet des vues convergentes en matière internationale : intransigeance vis-à-vis de Bachar El-Assad, fermeté sur le nucléaire iranien ou encore entente au sujet du conflit yéménite.

Le gouvernement Valls n’a pour une fois pas de prévention morale
Chantre de la défense des droits de l’homme, Manuel Valls est peu sévère avec l’Arabie saoudite.
Prompt à s’émouvoir de supposées mesures liberticides à l’encontre de l’opposition russe, habitué des accusations gratuites contre le régime de Bachar El-Assad, le Premier ministre ne s’est guère fait entendre pour défendre Ali Al-Nimr, l’opposant saoudien chiite condamné à mort.

Et l’Arabie saoudite ne reste pas inactive sur le territoire français
Quant au prosélytisme de l’Arabie Saoudite en France, dans le financement et le développement de l’Islam radical, le gouvernement n’y trouve rien à redire. Les déclarations d’une Nadine Morano lui paraissent autrement plus dangereuses pour la République que le wahhabisme saoudien.



Lire la suite

anglais_condamne_350_coups_de_fouet

Arabie Saoudite : un Anglais condamné à 350 coups de fouet pour possession de vin. Valls en VRP trouve que tout va bien…

14/10/2015 – MONDE (NOVOpress)
Un Britannique de 74 ans a été condamné en Arabie Saoudite à un an de prison et 350 coups de fouet pour avoir dissimulé des bouteilles de vin artisanal dans sa voiture. Sa famille craint qu’à son âge, la sanction n’équivaille à une condamnation à mort. Au moment où sa famille se mobilise, Valls fait sa tournée de VRP et justifie le commerce avec cette dictature par des comparaisons douteuses.

Karl Andree avait été arrêté en août 2014 à Jeddah (ouest) en possession de bouteilles de vin artisanal puis condamné à un an de prison et 350 coups de fouet. Sa famille intercède auprès du Premier ministre britannique, James Cameron pour faire libérer cet homme de 74 ans avant l’application du châtiment corporel.
Il a fait son temps en prison, il devrait être libéré. En raison de son âge, nous craignons qu’il ne survive pas au fouet, déclare son fils Simon, 33 ans, sur les ondes de la BBC.
Le Foreign Office affirme suivre l’affaire de près et tout mettre en œuvre pour faire libérer le retraité.

valls_en_arabie

Valls en déplacement en Arabie Saoudite

Cependant, l’Arabie Saoudite, fief du wahhabisme, n’est pas réputée, à l’inverse de la France de Taubira, pour ses remises de peine. Ce pays qui a été cet été nommé à la tête du « panel de la commission des droits de l’homme » de l’ONU a encore récemment défrayé la chronique pour vouloir décapiter et crucifier un jeune homme de 21 ans pour avoir participé à une manifestation. Ce même pays vanté il y a quelques jours à peine par une collaboratrice de Taubira à l’occasion d’un « Forum franco-saoudien pour le dialogue des civilisations » qui aiderait à « trouver des solutions face à l’intolérance »… Pays qui par ailleurs mène une guerre d’agression contre son voisin yéménite.

Dans le même temps, Manuel Valls annonce 10 milliards de contrats avec ce pays et assume commercer avec un pays pratiquant la peine de mort en le comparant aux États-Unis…


Lire la suite

Chard-8370

Je suis Vincent Lambert (Présent 8370)

08/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)

La peine de mort est abolie sur tout le territoire de l’Union européenne, mais seulement pour les coupables. Pas pour les innocents. La torture aussi y est bannie. Or, Vincent Lambert aura cette double peine. Ainsi l’a arrêté la Cour européenne des droits de l’homme, validant les décisions de la justice française qui, elle-même, cautionnait celles des médecins. Ses parents y voyaient un suprême recours, il a été rejeté. Ils vont se battre, une fois de plus, pour essayer d’éloigner un instant encore les ombres aseptisées de la mort en blouse blanche.
Sinon, il périra par « sédation profonde ». Ah, cette expression technique et distanciée pour maquiller de neutralité médicale l’infâme régression vers une inhumaine barbarie !8370-Une
La sédation, c’est cesser de le nourrir et de l’abreuver, c’est le laisser mourir de faim et de soif, ce que nul n’aurait le cœur de faire pour un animal ; pour un chien, on dirait « le laisser crever », là, pour cet homme, notre semblable, notre frère en humanité, on dit « sédation ». Et dans cette mise à mort là, il y a un aveu et un démenti du jugement de la Cour européenne des droits de l’homme qui autorise l’arrêt des « traitements » dont bénéficierait Vincent Lambert. Or, il n’est pas malade, il est tétraplégique, c’est-à-dire handicapé, il ne bénéficie d’aucun traitement, seulement des soins dus à son coma. S’il était malade, en stade terminal, il suffirait de le priver des médicaments nécessaires à sa survie ou d’arrêter les instruments qui lui permettent de respirer artificiellement.

Torture, disions-nous… Car l’agonie par privation d’aliments et de liquides, ce n’est pas la mort en pente douce, c’est une longue, une très longue souffrance, une agonie qui n’en finit pas. Cette peine-là, il l’a déjà connue entre deux décisions de justice, il a été privé de nourriture et d’eau pendant 31 jours. Il a 38 ans, il est dans la pleine force de l’âge, ses organes vitaux ne sont pas déficients ; combien de temps faudra-t-il pour que son âme déserte son pauvre corps et dans quelle effroyable douleur, quelle indicible solitude va-t-il gravir ce calvaire édifié sur la colline européenne des droits de l’homme ?
Les sinistres missionnaires de l’euthanasie active nous murmurent alors : pour éviter cette mort-là, une petite piqûre suffirait ! L’alternative du Diable : ou faire mourir de faim et de soif ou d’une piqûre mortelle. Car ces propagandistes de la culture de mort n’envisagent jamais la seule qui vaille, conforme à la dignité humaine : le laisser vivre, comme toute personne humaine, et aller jusqu’au bout de son âge, fût-ce à travers la longue nuit d’une « conscience minimale » qui permet encore à un chrétien de tressaillir à la pensée du Jour ébloui qui n’aura pas de fin.

Mais on saisit le principe qui commande cet acharnement mortifère : il est des vies qui ne méritent plus d’être vécues. Vincent Lambert ne serait plus qu’un légume et, avec lui, 1 700 autres qui sont dans son cas. Voilà ces « humanistes », qui n’ont à la bouche que le mot de « dignité », qui privent des hommes de leur humanité parce qu’ils ne peuvent plus parler, bouger, agir, produire, consommer, surfer sur internet, prendre l’apéro, jouer au tiercé, la vraie vie quoi, celle qui vaut d’être vécue… Ce n’est pas une vérité révélée, mais une évidence biologique : quel que que soit son état, un être humain reste humain jusqu’au bout et ne se mue jamais en animal, en minéral ou en végétal, en légume.

Et maintenant ? Soutenons l’ultime bataille de ses parents. En attendant, ils ne peuvent qu’être là et l’aimer, puisque l’amour c’est aussi prendre soin de la solitude de l’autre sans jamais la combler ni même la connaître.

Guy Rouvrais

decapitation

L’Arabie saoudite recrute huit bourreaux

21/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
État prônant une religion de paix et d’amour cherche bourreaux pour décapitations et amputations. Débutants acceptés.

Le gouvernement d’Arabie Saoudite recrute huit bourreaux pour pallier au manque de personnel et à l’accroissement du nombre de condamnés. Ils seront amenés à exécuter des condamnés à mort en public et pratiquer des amputations sur des personnes condamnées pour vol.
L’annonce de ce recrutement coïncide avec une augmentation du nombre des exécutions dans le royaume, où viol, meurtre, apostasie, vol à main armée et trafic de drogue sont passibles de la peine capitale. Plus de 80 personnes ont déjà été exécutées depuis le début de l’année, selon les déclarations du gouvernement saoudien.
En 2014, d’après Amnesty International, l’Arabie saoudite faisait partie des cinq pays qui exécutent le plus de condamnés à mort dans le monde, avec plus de 90 exécutions.

Crédit photo : E. C. via Flickr (CC) = Matériel de décapitation (reproduction d’un équipement utilisé en Allemagne à la fin du XIXe siècle


Ma criminelle indifférence pour le Français Atlaoui - Tribune de Flavien Blanchon

Ma criminelle indifférence pour le Français Atlaoui – Tribune de Flavien Blanchon

Je fais des efforts. J’essaie de ne pas souhaiter, pour que cette exaspérante hystérie trouve du moins un autre objet, que l’Indonésie fusille au plus vite M. Serge Areski Atlaoui (photo). Quoi que ce personnage ait commis, il n’est pas responsable de ceux qui le soutiennent. Mais qu’on ne me demande pas de me lamenter sur sa possible exécution. L’indifférence est le mieux que je puisse faire.

En temps ordinaire, aux yeux de la caste politico-médiatique, être Français est tout sauf un titre à la considération. Le Français est naturellement coupable, pour les crimes de ses pères et pour son propre racisme, et ceux qui l’agressent, le volent ou l’assassinent sont toujours des victimes.

Jamais vous ne lirez dans les journaux que la petite Française Jeanne ou Marie a été violée et torturée, le jeune Français Paul ou Pierre tabassé et laissé pour mort. La moindre suggestion qu’il ne serait pas aberrant, en France, de faire une différence entre les Français et les autres, déchaîne des flots d’indignation.

Tout change dès lors que le détenteur plus ou moins improbable d’un passeport français a des ennuis judiciaires à l’étranger. En ce cas, il est invariablement innocent. Celle-ci passe des mois dans un ranch où des prisonniers sont torturés dans les caves, sans rien voir ni entendre et sans non plus se demander de quoi vit donc son beau basané. Ceux-là avaient ramassé en toute innocence des enfants qu’ils avaient pris pour des orphelins, pour les vendre par bonté d’âme à des bourgeois français en mal de parentalité.

Et M. Areski Atlaoui n’a rien trouvé d’étrange à ce qu’on lui offrît d’aller faire un peu de soudure au noir en Indonésie, en gagnant chaque semaine plus que le revenu annuel moyen du pays : il le valait bien !

Ce serait à croire que le peuple qui s’est longtemps fait gloire d’être le plus spirituel de la terre n’est désormais composé que de jocrisses et d’enfants de chœur.

Lire la suite

peloton d'exécution

États-Unis : vers le retour des pelotons d’exécution

03/04/2015 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Alors qu’ils doivent faire face à des difficultés d’approvisionnement en barbituriques pour injection létale, certains États prônent le retour aux pelotons d’exécution. C’est notamment le cas dans l’Utah qui avait, un temps, abandonné cette méthode pour les condamnations postérieures à 2004. Ronnie Lee Gardner était d’ailleurs le dernier condamné à mort de l’Utah à être passé devant un peloton d’exécution, en 2010.

D’après un sondage NBC, seulement 12% des Américains jugent l’idée acceptable. Mais les partisans de cette méthode en vantent la rapidité et l’efficacité.

Dans un reportage diffusé sur France 2, Bruce Burns, le sénateur du Wyoming, se confie sur le peloton d’exécution :

Les Américains sont très attachés à la peine de mort et prêts à l’appliquer par n’importe quel moyen.



Le peloton d'exécution : un bond en arrière… par libezap

Claude Bartolone (PS) : « Si on écoutait la majorité des Français, on virerait tous les immigrés ! »

09/10/2014 – PARIS (via 20 Minutes)
Vox populi, Vox dei ? En tout cas, ça ne l’est pas pour Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale, qui refuse d’écouter l’opinion dominante. Ce qui est un peu paradoxal pour des républicains et des démocrates qui devraient plutôt promouvoir la souveraineté populaire, fondement de nos institutions. Invité de la matinale sur France Inter, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, a annoncé que, si l’on écoutait la majorité des Français, « on rétablirait la peine de mort et on virerait tous les immigrés ». Et si justement on les écoutait ces Français ?

Publié le
Cette jeune chrétienne enceinte a été condamnée jeudi au Soudan à la peine de mort pour apostasie de l’islam. Ceci en vertu de la charia, en vigueur dans ce pays

Veillée de solidarité avec Meriam et d’indignation devant l’ambassade du Soudan le 26 mai

20/05/2014 – PARIS (NOVOpress) – Une jeune chrétienne enceinte a été condamnée jeudi à la peine de mort par pendaison pour apostasie de l’islam, au Soudan, malgré des appels d’ambassades occidentales à un respect de sa liberté religieuse. Née d’un père musulman, Meriam Yahia Ibrahim Ishag a été condamnée en vertu de la charia, en vigueur au Soudan depuis 1983, et qui interdit les conversions sous peine de mort.

Chrétienté-Solidarité demande la libération immédiate et inconditionnelle de cette femme de 27 ans, enceinte de huit mois et actuellement détenue avec son fils de 20 mois.

Une veillée de solidarité et d’indignation est organisée par Chrétienté-Solidarité devant l’ambassade du Soudan, 11 Rue Alfred Dehodencq, 75016 Paris, le lundi 26 mai à 19h. L’AGRIF se joint à la manifestation.

Pour plus d’informations c’est ici, et l’événement Facebook est là.

Nantes : un partisan de la peine de mort pour les homosexuels invité à la Rencontre annuelle des musulmans de l’Ouest

Nantes : un partisan de la peine de mort pour les homosexuels invité à la Rencontre annuelle des musulmans de l’Ouest

“C’est pourquoi, mes frères, l’homosexualité implique la peine de mort “.

19/05/2013 -15H00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
2.000 personnes sont attendues ce dimanche à la Cité des congrès de Nantes où se tiendra la 5e édition de la Rencontre des musulmans de l’Ouest. Parmi les invités, un partisan résolu de la peine de mort pour les homosexuels. Une présence qui ne semble pas déranger outre mesure l’oligarchie socialiste pourtant très « gay fiendly » de Nantes.

Lire la suite

Un nouveau sondage montre l'écart entre les souhaits des Français et l'oligarchie qui nous gouverne

Un nouveau sondage montre l’écart entre les souhaits des Français et l’oligarchie qui nous gouverne

16/01/2013 -18h15
PARIS (NOVOpress) – L’on comprend mieux pourquoi les Socialistes ne veulent pas user du référendum et faire appel au peuple quant au mariage civil pour les homosexuels. En effet, un sondage réalisé par le Cevipof et publié sous forme d’infographie par le quotidien Le Monde (ci-dessus) montre que les souhaits des Français sont bien loin de ce que l’oligarchie qui nous dirige veut nous imposer.

Lire la suite

Arabie Saoudite : un Philippin doit verser 800.000 euros pour sauver sa tête

Arabie Saoudite : un Philippin doit verser 800.000 euros pour sauver sa tête

15/11/2012 – 10h00
RIYAD (NOVOpress) – Un Philippin, condamné à mort en Arabie Saoudite, a quatre mois pour trouver 835.000 euros et sauver sa tête. Joselito Zapanta (ci-dessus), un ouvrier du bâtiment, a été condamné en 2010 à la décapitation pour le meurtre d’un Soudanais. Les autorités saoudiennes lui ont accordé ce sursis après des appels à la clémence du président philippin Benigno Aquino et le report de l’exécution prévue hier. 10 % de la somme auraient déjà été collectés.

Lire la suite

La Turquie veut rétablir la peine de mort et se met à dos l’Union européenne

La Turquie veut rétablir la peine de mort et se met à dos l’Union européenne

14/11/2012 – 16h30
ANKARA (NOVOpress) –
Leurre ou nouveau signe d’un refroidissement des relations entre la Turquie et l’Union européenne (UE) ? Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan (photo), vient d’affirmer qu’Ankara allait réfléchir à la possibilité de rétablir la peine de mort pour les crimes relevant du terrorisme. « Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont favorables à un rétablissement de la peine de mort, selon les sondages », a insisté Recep Tayyip Erdogan.

Lire la suite

Peine de mort : Marine Le Pen réaffirme la nécessité d’un referendum

Peine de mort : Marine Le Pen réaffirme la nécessité d’un referendum

12/10/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – A l’occasion de la Journée mondiale et européenne contre la peine de mort, Marine Le Pen a déclaré sur BFM-TV : « A titre personnel, je suis pour la peine de mort ». La présidente du Front national a réaffirmé son souhait d’un recours au référendum sur cette question. « Les Français doivent être interrogés. Du jour où on a supprimé la peine de mort, on a aussi supprimé l’enfermement à vie, qui n’existe pas en France. Ce qui veut dire que certains parents dont les enfants ont été massacrés, peuvent croiser l’assassin dans la rue. Je trouve ça inadmissible ».

Lire la suite

Une nouvelle chrétienne risque la peine de mort au Pakistan

Une nouvelle chrétienne risque la peine de mort au Pakistan

23/07/2012 –  20h00
ISLAMABAD (NOVOpress) – 
Une nouvelle fois, une chrétienne est menacée de mort au nom de l’islam au Pakistan. Une jeune chrétienne pakistanaise, atteinte de trisomie 21, est en prison depuis plusieurs jours. Elle est accusée de blasphème contre l’islam et risque la peine de mort. La police a arrêté la semaine dernière à Islamabad la petite Rimsha qui aurait été vue en public tenant des pages brûlées sur lesquelles se trouvaient des versets du Coran et d’autres textes islamiques.
Lire la suite