Tag Archives: Parti pirate

Contrôle d'internet : la résistance s'organise

Contrôle d’internet : la résistance s’organise

07/06/2012 – 12h00
PARIS (NOVOpress) — Avec HADOPI, ACTA et maintenant SOPA (Stop Online Piratery Act), projet de loi déposé au Congrès américain en novembre dernier, on voit bien que les gouvernements veulent prendre le contrôle d’internet. Si toutes ces lois sont contournables en partie pour des utilisateurs avertis, en revanche l’internaute ne peut plus faire grand chose quand les sites sont bloqués ou le réseau coupé. Au-delà de l’activisme « conventionnel » type Anonymous ou Parti Pirate par exemple, certains essaient d’avoir des idées originales pour contourner le problème.

La première consiste en la réactivation de l’idée du darknet, rebaptisée Meshnet (projectmeshnet.org) : « Le projet Meshnet rêve d’un Internet alternatif, libéré de la censure et ouvert de nouveau à l’innovation et à la libre pensée, détenu par les individus plutôt que par les multinationales et les gouvernements ». Bien. Comment ? En constituant un réseau « maillé » : chaque individu est un nœud du réseau, les individus sont reliés entre eux directement sans l’intermédiaire d’un fournisseur d’accès. L’idée n’est pas aussi saugrenue qu’il y paraît puisque des réseaux de ce type existe déjà et fonctionnent : B.A.T.M.A.N (open-mesh.org/projects/open-mesh/wiki) ou Guifi (guifi.net/en). Mais ils ne couvrent pour le moment que des zones limitées et les performances du réseau sont encore inférieures à l’internet actuel. Le développement va donc encore prendre du temps mais c’est faisable. Les initiateurs du projet Meshnet en sont conscients : « Nous adorerions transformer notre vision en réalité, mais notre plan pour le moment est de créer des îlots de réseaux maillés à travers le monde, allant de quelques nœuds à des centaines, et d’étendre ces réseaux autant que l’on peut. »

Controle d'internet : la résistance s'organise

Le groupe de hackers Hackerspace Global Grid a une idée encore plus folle : envoyer des satellites dans l'espace pour prendre le relais du réseau si il venait à être censuré ou coupé. Photo : DR.

Avec le réseau « maillé » on reste encore dans des procédés connus. Le groupe de hackers Hackerspace Global Grid a une idée encore plus folle (www.bbc.com/news/technology-16367042)  : envoyer des satellites dans l’espace pour prendre le relais du réseau si il venait à être censuré ou coupé. Le projet n’en est qu’à ses balbutiements pour l’instant. La première étape consiste en la conception d’un GPS inversé pour localiser les satellites, des chercheurs y travaillent (Constellation). Ensuite il faudra créer des stations portables (peu chères, moins de 100 €, pour être accessibles à tous) qui se synchroniseront avec les satellites, permettant ainsi une connexion constante et libre. Évidemment en l’état ce n’est encore que de la science-fiction, mais demain qui sait. Qui a dit que la piraterie ne faisait plus rêver ?

Vidéo d’explication du projet : youtu.be/iuwkzNjaPwc

Spoutnik, pour Novopress

[Lu sur le net] La préfecture de Paris perd 75 000 circulaires du Parti Pirate

[Lu sur le net] La préfecture de Paris perd 75 000 circulaires du Parti Pirate

06/06/2012 – 18h55
Via NUMERAMA 75 000 électeurs de la deuxième circonscription de Paris ont reçu dans leur boîte aux lettres une enveloppe dans laquelle figuraient les circulaires des candidats, sauf celle du Parti Pirate. La préfecture, en dépit de preuves contraires, assure ne jamais les avoir reçues.

C’eLa candidate Véronique Bover Sayous, qui se présente dans la 2ème circonscription de Paris (celle de François Fillon), a en effet appris que les services de la préfecture avaient égaré 75 000 circulaires qui devaient être distribuées par courrier aux électeurs, parmi toutes les autres circulaires des candidats à l'élection législative.st un incident majeur pour le Parti Pirate, qui pourrait avoir d’importantes répercussions nationales si l’accès au financement public se joue à quelques circonscriptions près. La candidate Véronique Bover Sayous, qui se présente dans la 2ème circonscription de Paris (celle de François Fillon), a en effet appris que les services de la préfecture avaient égaré 75 000 circulaires qui devaient être distribuées par courrier aux électeurs, parmi toutes les autres circulaires des candidats à l’élection législative. C’est par ce document que nombre d’électeurs sont informés de l’existence et du programme des différents candidats.

« Samedi 2 juin, par un coup de téléphone d’un habitant de la circonscription, nous apprenons que notre circulaire ne fait pas partie du courrier envoyé aux électeurs« , raconte l’équipe de campagne de Mme Bover Sayous, une metteur en scène de 44 ans. « Après moult coups de fil, il nous est confirmé que nos circulaires n’ont pas été diffusées pour une raison bien simple : les services de la préfecture prétendent ne jamais les avoir reçues« .

Pour sa part, le Parti Pirate assure « après enquête » que les circulaires sont bien parties à temps de chez l’imprimeur, qu’elles ont été acheminées par le transporteur, et ont bien été livrées au prestataire de la préfecture. « Le prestataire de la préfecture ignore quant à lui l’endroit où peuvent bien se trouver ces 75 000 circulaires, soit 60 colis pour 420kg« , se lamente la formation politique. Au total, comme l’atteste un récépissé signé par le prestataire, 160 colis avaient été livrés ; mais seuls 50 ont été retrouvés, soient 65 000 circulaires sur l’ensemble des 205 000 qui avaient été livrés.

Le fait est d’autant plus étrange que « précédemment, les services de la préfecture avaient aussi égaré 40 000 de nos 50 000 bulletins de vote, avant de les retrouver, ainsi que les 65 000 circulaires d’un autre candidat pirate« .

75 000 électeurs de la deuxième circonscription de Paris ont reçu dans leur boîte aux lettres une enveloppe dans laquelle figuraient les circulaires des candidats, sauf celle du Parti Pirate. La préfecture, en dépit de preuves contraires, assure ne jamais les avoir reçues.Ce genre d’incidents n’est pas rare dans les campagnes électorales, mais il peut avoir des conséquences fâcheuses pour les petits partis pour lesquels chaque voix compte. En effet, le Parti Pirate a pour objectif d’obtenir 1 % des voix dans au moins 50 des 101 circonscriptions où il se présente, pour accéder au financement public. Le cas échéant, chaque voix sera ensuite convertie en euros, avec environ 1,60 euro par suffrage exprimé en sa faveur.

Or avec 18 candidats dans la circonscription où s’affrontent Axel Khan (PS) et François Fillon (UMP), la dilution promet d’être très importante et l’accès au 1 % de voix pourrait se jouer sur quelques voix seulement.

Face au refus de la préfecture d’entendre le problème et d’y apporter une réponse, Véronique Bover Soyous a décidé de suspendre sa campagne. Elle tiendra ce mercredi soir une conférence de presse. D’ores et déjà, le Parti Pirate a prévenu de son intention de défendre ses droits, au besoin en justice.

[box]Auteur : Guillaume Champeau pour Numérama. Article original de Numérama publié le 06/06/2012. Licence cc[/box]

"Faut il se préparer à prendre les armes ?" Par Rick Falkvinge, fondateur du Parti pirate suèdois (tribune libre)

« Faut il se préparer à prendre les armes ? » Par Rick Falkvinge, fondateur du Parti pirate suèdois (tribune libre)

Quand je constate que les abominations législatives intitulées SOPA, PIPA et NDAA se conforment au DMCA et au Patriot Act aux États-Unis, je prends conscience que le pire scénario possible concernant les libertés individuelles est en passe de se concrétiser.

Les discussions au sein du Parti pirate suédois ont longtemps eu pour sujet ce que nous pouvions faire pour empêcher l’Europe de s’enfoncer dans une sorte de totalitarisme fascisant. Les États-Unis sont déjà perdus, ils s’y enfoncent irrémédiablement. Notre travail consiste à empêcher l’Europe de suivre allègrement le même chemin, pour au contraire se libérer à temps de ses chaînes. C’était déjà perceptible il y a cinq ans, aujourd’hui c’est d’une évidence criante.

Un article difficile à rédiger : cela m’a pris plus de vingt-quatre heures pour rédiger cet article, après une semaine passée à glandouiller. D’habitude, c’est le genre d’article que je réalise en trente à quarante-cinq minutes dès que je sais quoi raconter. Dans le cas présent, le problème n’était pas de savoir quoi écrire, car il y a beaucoup à dire, mais de savoir jusqu’où aller. Au final, j’ai décidé de livrer le fond de ma pensée sans retenue.

J’utilise dans ce billet une image déjà employée par beaucoup, celle des quatre « boîtes ». La liberté se défend avec quatre boîtes : la caisse à savon, l’urne électorale, le tribunal (NdT: jury box, en anglais, soit « le banc des jurés ») et la boîte à munitions. À utiliser dans cet ordre.

Mon blog étant à vocation internationale, je me dois d’expliquer ici le sens de l’expression américaine. Ces « quatre boîtes » ne sont pas évidentes à identifier pour un non-anglophone qui en outre vit hors de la sphère culturelle américaine.

La suite ici

 

[Kiosque étranger] Odyssey Marine, compagnie "pirate", touche le gros lot du gouvernement britannique

[Kiosque étranger] Odyssey Marine, compagnie « pirate », touche le gros lot du gouvernement britannique

27/09/2011 – 16h00
LONDRES (NOVOpress) – Odyssey Marine, une compagnie spécialisée dans la recherche et le sauvetage de trésors sous-marins, vient de conclure un accord avec le gouvernement britannique pour le partage des gains issus du trésor du SS Gairsoppa, un vieux cargo chargé avec 200 tonnes d’argent, coulé par les allemands en février 1941.

Retrouvée à près de 4000 mètres de profondeur, l’épave repose sur le fond, les panneaux de cale ouverts, ce qui va simplifier l’accès à la cargaison pour les robots qui seront envoyés depuis la surface pour explorer le site, où l’attend près de 150 millions d’euros sous la forme de pièces et de barres d’argent convoyée de Calcutta à Londres.

Cette compagnie américaine est connue pour ses méthodes proches de la piraterie, ne s’embarrassant jamais de considérations archéologiques dans sa recherche de métaux précieux.

Un procès retentissant l’oppose toujours au gouvernement espagnol sur la possession de 500.000 pièces d’argent volées dans une épave espagnole, coulée par les Anglais au large de Cadix en 1804. Il est dommage que cet article de Cahal Milmo, un des grands enquêteurs de l’Independent, n’en dise pas un mot.

Des pirates à l'Assemblée nationale en 2012 ? [audio]

Des pirates à l’Assemblée nationale en 2012 ? [audio]

25/09/2011 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – 8,9% : c’est le score réalisé par le Parti pirate allemand lors des élections régionales de Berlin, devenant la 4ème force politique de la ville, avec 15 députés au parlement régional.

Né en Suède en 2006, suite aux poursuites engagées contre les fondateurs du site « The Pirate Bay », le Parti pirate s’est déployé dans une trentaine de pays, unis depuis l’an dernier sous la bannière du Parti pirate international. Avec, à chaque fois, le même socle de revendications : libérer l’accès à la culture en légalisant le téléchargement, mais aussi lutter contre les monopoles privés et renforcer la transparence des institutions et la protection des droits des citoyens.

La France aussi possède son parti pirate. Hadopi, menaces sur l’Internet illimité, restriction des libertés individuelles, blocage du web… les pirates français s’élèvent contre ce qu’ils estiment être des dérives autoritaires de plus en plus fortes réclamées par des « lobbys » et relayés par les gouvernements successifs.

Présentation du Parti pirate en compagnie de Maxime Rouquet, son président (photo ci-dessous), qui revient sur l’entrée des pirates au parlement berlinois et qui nous parle également d’un abordage prévu sur l’Assemblée nationale en 2012.

[MEDIA not found]
Le Parti pirate grand gagnant des élections locales à Berlin

Le Parti pirate grand gagnant des élections locales à Berlin

21/09/2011 – 19h30
BERLIN (NOVOpress) – C’est la grosse surprise des élections locales du dimanche 18 septembre à Berlin. Le Parti pirate obtient 16 sièges au parlement régional. Avec 8,9% des suffrages. Et surtout un score plus de quatre fois supérier au FDP (le parti libéral, partenaire de la coalition gouvernementale d’Angela Merkel).

Tel son homologue français, interrogé par le Nouvel Observateur, le Parti pirate milite pour : “la défense des libertés et des droits du citoyens, le libre accès au savoir et à la culture (en promouvant le partage), et la lutte contre le système des monopoles (notamment en remettant en cause les brevets). Le tout dans une démarche citoyenne, une véritable démocratie participative”.

Le Parti Pirate casse la dichotomie politique droite-gauche traditionnelle. Si certaines de ses mesures sociales le rapprochent de la gauche (gratuité des transports en commun, droit à une allocation universelle), il se réclame de garndes figures du libéralisme comme Alexis de Tocqueville ou Thomas Jefferson. De plus, son fondateur avait sa carte à la CDU (le parti d’Angela Merkel) alors que certains de ses membres se réclament de Karl Marx.

En tout cas, le succès du Parti pirate est tel qu’il a obtenu plus de sièges que de candidats présentés :  16 sièges pour 15 candidats…

Les sites web de neuf préfectures bloqués par un pirate algérien

Les sites web de neuf préfectures bloqués par un pirate algérien

05/09/2011 – 11h00
SAINT-BRIEUC (NOVOpress Breizh) – La guerre informatique est-elle pour demain ? En tout cas, le risque est patent : le site web d’une préfecture bretonne reconnait être bloqué par une attaque d’un pirate. Mais huit autres préfectures sont aussi bloquées par le pirate sans indiquer pourquoi. L’intrus est algérien.

Les spécialistes de la sécurité et de la prospective militaire gambergent depuis longtemps sur le risque d’une cyber-attaque russe ou chinoise contre les sites web officiels des États-Unis. Ce risque n’est ni éventuel ni futur ni géographiquement éloigné : la Bretagne l’a sous les yeux. Depuis plus d’un mois, le site internet de la préfecture des Côtes d’Armor indique être bloqué à la suite de l’attaque d’un pirate informatique.

Sur la page d’accueil du site, on peut lire (copie d’écran ci-dessus) le message suivant : « Victime d’un pirate informatique, le site internet www.cotes-darmor.gouv.fr est hors-service depuis le 24 juillet 2011 ».

En réalité, la préfecture des Côtes d’Armor n’est pas la seule visée : huit autres sites préfectoraux français sont bloqués de la même manière. Mais seule la préfecture bretonne a été assez honnête pour en préciser la cause : les autres (Lot, Manche, Landes, etc.) indiquent simplement que leur site est « indisponible » ou même… « en maintenance » !

Le journal en ligne PC Impact a publié un article détaillé signé Marc Rees sur cette attaque. Il révèle que son auteur est un pirate algérien, dont le pseudonyme est SaMo_Dz. Un pseudonyme en forme de revendication identitaire, puisque Dz est le code international de l’Algérie.

Législatives 2012 : le Parti pirate organise des pique-niques

Législatives 2012 : le Parti pirate organise des pique-niques

En vue des prochaines élections législatives, les responsables du Parti pirate invitent les partisans à venir les rencontrer lors de pique-niques qui se dérouleront dans toute la France.

Le Parti pirate prépare sa campagne pour les prochaines élections législatives. Pour mobiliser ses troupes, et les potentiels électeurs, le mouvement propose à ses adhérents d’organiser des pique-niques décentralisés. Les responsables du mouvement invitent les partisans à venir les rencontrer lors de ces manifestations qui se dérouleront dans toute la France. […]

Dans un communiqué, le Parti pirate rappelle : « C’est pour en finir avec les lois injustes et dépassées avant même d’être promulguées que l’on rejoint le Parti pirate. Il faut prendre le vent des nouvelles technologies et des nouveaux usages, plutôt que s’ancrer dans des idéologies du passé et défendre des situations de monopole qui n’avantagent plus que quelques intermédiaires. » Dans sa ligne de mire, la Hadopi et la Loppsi 2. […]

[box class= »info »] Source et l’article complet : 01net. [/box]