Tag Archives: OJIM

trump-2

Trump : les médias se trompent et vous trompent

Source : OJIM – « Trump : les médias se trompent et vous trompent »

L’Ojim a déjà analysé dans plusieurs articles l’attitude des des médias dans la campagne présidentielle de 2016 qui a vu la victoire sans conteste du « cheval noir » (dark horse) Donald Trump. Sur plus de 200 quotidiens américains moins de 10 (et les plus petits) se sont déclarés pour Trump. Les européens regardent CNN mais savent ils que les journalistes démocrates y donnaient à l’avance ses questions à Hillary Clinton dans les débats ? ». L’Ojim reviendra avec un dossier fourni sur ces faits en Europe comme aux États-Unis mais vous livre de suite quelques analyses et réactions à chaud.

Dans le registre burlesque citons Stéphane Benoit-Godet, rédacteur en chef du Temps de Genève le quotidien ultra conformiste de la Suisse francophone. Quelques qualificatifs pour Obama : digne, intègre, n’a pas failli. Quelques épithètes charmants pour Trump : sexiste, xénophobe, borderline (il y a d’excellents hôpitaux psychiatriques en Suisse), démagogue, menteur, tricheur. Il manque pédophile et pyromane. Et de se lamenter « C’est la fin de l’ère du politiquement correct ». Cet article a été – entre autres – commenté par Claude Chollet fondateur de l’Ojim dans un entretien à la radio russe Sputnik. Le malheureux Godet boit la ciguë jusqu’à la lie et dans son strabisme voit dans une élection ouverte « un choc terrible pour la démocratie ».

Plus mesuré et plus intéressant Romaric Godin dans la La Tribune souligne les effets des excès et des turpitudes de la « mondialisation heureuse » chère aux Minc et aux Attali. « La mondialisation financière en accroissant la division du travail au niveau mondial a désertifié des régions entières sans proposer d’alternatives. Lorsqu’une usine ferme dans le Michigan, rien ne la remplace réellement ». La globalisation a engendré sentiment de déclassement de la classe moyenne (celle qui vote Trump massivement) et insécurité. Et de conclure « La défaite des élites est aussi le signe que ces élites ne perçoivent pas les enjeux actuels ».

Dans une tribune à Breizh-Info le philosophe et essayiste Alain de Benoist voit plus qu’une coïncidence entre les deux 9 novembre, celui du 9 novembre 1989 : chute du Mur de Berlin et le 9 novembre 2016 : élection de Donald Trump. « Dans les deux cas, la fin d’un monde ». Au-delà de l’individu Trump que personne n’est obligé d’apprécier, « ce n’est pas le personnage de Trump qui est important. C’est le phénomène Trump ». Les électeurs « ont d’abord voté contre un système dont Hillary Clinton, symbole passablement décati de la corruption institutionnalisée, donnait une représentation exemplaire. Ils ont voté contre le « marigot de Washington », contre le politiquement correct, contre George Soros et Goldman Sachs ». Le commentateur incite pour autant les européens à ne pas se faire trop d’illusions car « aucun gouvernement américain, interventionniste ou isolationniste, n’a jamais été pro-européen ! ».

Lire la suite

[Rediffusion] Le Monde, les photos et l’invasion migratoire

[Rediffusion] Le Monde, les photos et l’invasion migratoire

Source : Ojim.fr (article du 07/09/2015)—  La violence morbide de la photo du petit Aylan publiée en couleurs et en pleine une du Monde daté du vendredi 4 septembre n’est pas dans les habitudes du journal du soir habituellement plus pondéré. Dans un article de son édition en ligne du 6 septembre signé Antonin Sabot, Le Monde se justifie et vend la mèche : il fallait influencer l’opinion française jusqu’ici rétive à l’incessant flux migratoire. Décryptage.

Une image mais pas n’importe laquelle, pas celle d’un enfant palestinien, pas celle d’un décapité de Daesh, non « une image symbolisant la mort de l’Europe nous renvoyant à notre indifférence collective » La mort de l’enfant n’est pas la conséquence des exactions islamistes ni des actions de ceux qui encouragent les passeurs mais celle de notre « indifférence collective ». La démarche culpabilisatrice est un peu grosse mais ça peut marcher, ça va marcher. D’ailleurs qui sont ces morts, le petit Aylan ou les noyés de la Méditerranée, sinon des « victimes de la forteresse Europe ». Vraiment ? L’Europe serait une forteresse ? Il semblerait que l’actualité des derniers mois l’assimile plutôt à une passoire… Et puis cet enfant est devenu un « emblème », une sorte de drapeau compassionnel destiné à sidérer les opinions européennes.

L’image fut tout d’abord publiée en ligne avec de désagréables réactions de lecteurs dénonçant une « image morbide et racoleuse ». Puis tout s’emballe, la presse quotidienne britannique du Times au Guardian publie la fameuse image. Alors il faut suivre mais pas n’importe comment, trouver l’angle qui permettra de faire basculer les consciences européennes du côté obscur de la faiblesse « Nous avons cherché le meilleur moyen de la présenter, avec un titre qui disait qu’elle serait peut-être la photo qui permettrait la prise de conscience de l’Europe » (c’est nous qui soulignons), écrit la responsable éditoriale Emmanuelle Chevallereau. Se pose alors la question du choix du meilleur angle, plusieurs images de la même scène sont disponibles. Celle où l’on voit le garde-côte turc observant le petit corps est « la plus forte » celle qui « marquera les consciences », vos consciences. La photo fait l’objet d’un éditorial du directeur du journal. « Cette photo, terrible, est en elle-même une prise de position » (c’est nous qui soulignons), ajoute Luc Bronner. Une prise de position en faveur d’un flux migratoire incontrôlé, inexorable, irréfragable et même souhaitable.

Comme le souligne Slobodan Despot dans l’édition en ligne de Causeur du 7 septembre « Les européens à qui l’on veut faire avaler sans broncher un des mouvements de population les plus colossaux de l’histoire ne sont pas des citoyens qu’on veut convaincre mais des chiens de Pavlov qu’on s’emploie à dresser ». Comme les prises se position du Monde le confirment. CQFD.

Dessin : Kichka (DR)

racisme_antiblanc

Médias et gouvernement : tous unis pour nier le racisme anti-blanc

Source : OJIM

Pas de chance pour le gouvernement. Alors qu’il lançait une grande compagne contre le « racisme », entendez « le racisme des méchants blancs qui refusent la diversité », une bande de « jeunes » un peu plus turbulente qu’à l’ordinaire, mettait Bruxelles à feu et à sang.

Toute honte bue, les médias ont vendu cette propagande gouvernementale comme si elle était la réalité « vraie », sans parler de la menace terroriste, autrement réelle celle-ci.

Comprenne qui pourra

On croyait pourtant avoir compris, comme nous le montrent les clips du gouvernement, que c’étaient les petits blancs ignares et les méchants skins et identitaires à front bas qui menaçaient la République. Mais est-ce envisageable que les individus qui nous gouvernent, compétents et sérieux, aient pu se tromper à ce point-là sur les dangers qui planent sur nos têtes ?

Il faudra que l’on nous explique un jour tout de même, pourquoi, quatre mois après le Bataclan, personne au gouvernement n’a songé, pour illustrer la « haine de l’autre », à montrer quelques fanatiques barbus en train d’éructer leur haine contre les mécréants ? Le gouvernement doit certainement avoir de bonnes raisons pour cela, des raisons subtiles et secrètes qui dépassent l’entendement des gens du commun…

Lire la suite

Migrants désespérés ou combattants organisés ?

Migrants : après Cologne l’AFP continue à ne voir que des femmes et des enfants…

Source : OJIM

Fin septembre 2015, l’Ojim évoquait déjà la manipulation par l’image orchestrée par les médias au sujet de la crise migratoire.

Alors qu’environ 80% des clandestins qui arrivent en Europe sont des hommes seuls, les agences de presse et les médias qui reprennent leur contenu n’ont de cesse de nous présenter sans arrêt des images de femmes, d’enfants voire de couples épris d’amour.

Près de quatre mois plus tard, et alors que Cologne est passé par là, la situation n’a pas changé. Comme l’a fait remarquer le compte Twitter des « Bobards d’or », qui en a publié quelques unes et se réserve sans doute le sujet pour la prochaine cérémonie, l’AFP poursuit sa campagne de désinformation en mettant largement en avant les femmes et les enfants, en dépit de la réalité du terrain.

Sur cette photo reprise par Jean-Yves Le Gallou, on voir par exemple un homme tenir la main à un enfant, suivi d’une femme et d’autres petits bambins.

Lire la suite

new jungle calais

Les «migrants» et le lobby «artistocrate»

Source : OJIM
Un décryptage fouillé et précis, comme l’OJIM sait les produire, sur le fameux « Appel des 800 » et sur les coups de pression médiatiques exercés par le lobby très élargi de ceux que Philippe Muray appelait les « artistocrates »… le dossier est en deux parties (ici et là), nous en rassemblons les principaux extraits.

Après la tragédie, la farce. Des mythes fondateurs et panthéonisés, dans l’imaginaire collectif français, de ces intellectuels prenant la défense des faibles et des opprimés contre le système et la foule, cette chevalerie de la plume dont les modèles furent Voltaire et Zola, on est tombés à la simagrée parodique et répétitive dont l’appel de Calais et ses 800 signataires représentent la plus accomplie des dénaturations.
[…]
Dans les 800 signataires, y a-t-il seulement une personnalité qui représente symboliquement un demi-Voltaire ? Quel est d’ailleurs le rapport de cette masse avec, à proprement dit, le métier de la réflexion, de la critique éclairée ou des spéculations métaphysiques ? […] Le « grand intellectuel isolé », dans la dernière version du mythe, se trouve ainsi désormais être une foule de 800 personnes composée essentiellement d’intermittents du spectacle… Et cette foule s’exprime sur un support particulier : Libération. […]

Nicolas Philibert

Nicolas Philibert

le cinéaste Nicolas Philibert ajoute: “Il y a un sentiment collectif de ras-le-bol face au mutisme des politiques et à la montée d’une pensée réactionnaire disséminée par une demi-douzaine d’intellectuels médiatiques”. Dans leur viseur, Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Éric Zemmour ou Michel Houellebecq, en couverture des hebdomadaires et invités régulièrement à la télévision », lit-on sur le site du Figaro dans le cadre d’un entretien du journaliste avec les initiateurs de l’appel. […] Nous ne nous trouvons donc pas dans la configuration de l’intellectuel isolé face aux passions de la foule mais dans celle d’une foule arguant fallacieusement d’une autorité morale pour s’en prendre à des intellectuels isolés et cela selon un ratio de deux-cents contre un ! […]
Lire la suite

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Source : Ojim.fr – En voilà un qui tire des conclusions pour le moins hâtives. Hugo Domenach, journaliste au Point, s’est basé sur un site douteux pour affirmer, le 9 avril, que « Jean-Marie Le Pen se proclame candidat à la présidentielle de 2017 ! »

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

En cette période de conflit entre le père et la fille au sein du Front National, l’annonce avait de quoi aggraver sérieusement la situation. Jean-Marie Le Pen, candidat en 2017, et donc contre sa fille ? C’est ce qu’a affirmé sans sourciller Le Point sur son site internet en se basant sur le site jeanmarielepen2017.com. L’auteur, constatant que le site avait été créé avant l’entretien polémique donné par Le Pen à Rivarol, y voyait là « la preuve que les récents « dérapages » du Menhir ne sont que le fruit d’une stratégie mûrement réfléchie… »

Mais le jour-même, le patriarche publiait un démenti sur son site, officiel celui-là, pour assurer qu’il s’agissait « évidemment d’un canular dont le but est de semer la zizanie au Front National ». Et celui-ci d’ajouter, taquin, qu’il était « affligeant de constater qu’un organe de presse en ligne prétendument sérieux comme lepoint.fr le reprenne pour argent comptant. Cela en dit long sur le sérieux de certains journalistes qui devraient tout d’abord vérifier la véracité de leurs allégations, b.a.-ba de leur métier. »

Car il est vrai, un simple coup d’œil averti permettait à tout un chacun d’émettre de sérieux doutes sur le caractère officiel du site en question : architecture incertaine, dressage de louanges abusif, ton trop engagé… Mais plutôt que d’assumer son erreur, Hugo Domenach a préféré botter en touche en assurant, les yeux dans les yeux comme Cahuzac, sur son compte Twitter : « Je ne suis pas l’auteur de l article sur la candidature de Le Pen. Erreur de signature. »

Faux, à en croire le site Fdesouche qui a publié dans la foulée une capture d’écran d’un courriel envoyé par hdomenach@lepoint.fr au webmestre du site supposé de Le Pen, où il demande justement si le président d’honneur du FN en est bien le responsable.

Trop impatient, désireux de sortir le scoop de la semaine ou encore par pure volonté de nuire au Front National, Hugo Domenach n’aura visiblement pas su attendre.

Depuis, sa signature a été retirée et l’article lui-même a été totalement revu. Il s’intitule désormais « Un site parodique annonce la candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 ! ». Or c’est bien Le Point qui a annoncé cette candidature, et en aucun cas ce site qui a été créé, semble-t-il, par des militants, en soutien à une candidature souhaitée du fondateur du FN.

Dans la soirée, Le Point a publié un court communiqué pour expliquer l’histoire de cette « faute ». « Le Point s’est laissé abuser quelques minutes – de trop – par ce site parodique. L’article, trop vite écrit, trop vite édité et trop vite publié, en contravention avec nos procédures de vérification habituelles, a en outre été attribué à tort à Hugo Domenach », explique l’hebdomadaire. Mais si ce dernier reconnaît bien une faute, il n’évoque à aucun moment la preuve fournie par Fdsouche montrant qu’Hugo Domenach est bien l’auteur du papier en question… ce qu’il nie toujours.

Départementales : du cigare de Valls au rideau de fumée

Départementales : du cigare de Valls au rideau de fumée

Source : ojim.fr – Sondages erronés, résultats illisibles, cacophonie orchestrée. Après le brouillage médiatique, l’OJIM (Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique) tente quelques éclaircissements.

Les élections départementales ont été l’occasion d’un grand cirque improbable où la plupart des grands médias, le soir des résultats du premier tour, paraissent avoir joué sans vergogne la partition qui leur avait été fournie par le gouvernement. Un grand trucage parfaitement décomplexé qui révèle encore une fois les tentatives désespérées de farder la réalité auxquelles se livrent tous ceux qui participent à la nébuleuse majoritaire médiatico-politique. Pourquoi ? Parce que le sol se dérobe sous leurs pieds, traumatisme qui engendre naturellement un réflexe de déni qu’on tente de faire partager au plus grand nombre afin de l’entretenir au mieux. Parce que ce déni bénéficie d’une grande force d’inertie, naturellement : on imagine toujours les situations un rien pérennes comme éternelles. Et puis tant que ce déni fonctionne, le pouvoir demeure entre les mêmes mains… Sauver les apparences, voilà donc ce qui semble l’obsession des tenants du système, et pour ce faire, il se trouve que ceux-ci ont les moyens de fabriquer des apparences. Et ce à quoi nous avons assisté tant durant la campagne des départementales que lors des résultats du premier tour, c’est à une gigantesque fabrique d’apparences ayant eu recours tant aux sondeurs qu’aux médias, à la rhétorique politicienne, aux découpages électoraux, aux auteurs de graphiques, tout cela dans l’élan d’une mobilisation générale pour jouer un scénario pré-écrit pariant sur la prophétie auto-réalisatrice, ou du moins, sur l’efficacité d’un tel cirque en termes de propagande.

Lire la suite

Entretien de Laurent Obertone pour l’Ojim sur « La France Big Brother »

Source : ojim.fr Après le très grand succès de La France Orange mécanique (Ring éd.) en 2013 – plus de 100.000 exemplaires vendus – Laurent Obertone récidive avec La France Big Brother (Ring éd.), un ouvrage décapant sur les pseudo-élites qui dominent le paysage médiatique français. Reprenant le genre épistolaire de courriers adressés à « Monsieur Moyen » (vous, moi, nous tous), il décrypte les mécanismes de domestication, de sidération, de manipulation des médias dominants et de leurs serviteurs. Une vidéo exclusive de l’Ojim.

Dessin : © Milady de Winter

Publié le
Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Source : www.ojim.fr – À force d’être régulièrement pris à partie, les journalistes travaillent-ils désormais avec des gardes du corps ? C’est ce que semblent indiquer plusieurs témoignages de manifestants ayant défilé hier à Paris à l’appel de la « Manif pour tous ».

Les voitures de presse avaient toutes été rassemblées à l’avant du cortège, séparées des manifestants par un cordon de sécurité. Certains journalistes étaient équipés de casques ; d’autres, donc, de gardes du corps… L’un d’eux a pris ces photos étonnantes (publiées par l’Ojim).

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps ! (1/2)

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps ! (2/2)

L’Ojim avait déjà recueilli des témoignages de cette curieuse pratique lors des manifestations pro-palestinienne de cet été. Apparemment, la pratique se généralise.

Il est vrai que depuis quelques années, les journalistes ne peuvent plus exercer leur travail sans un certain risque. Dès qu’ils apparaissent dans un lieu où s’exprime une colère, ils sont systématiquement insultés, moqués, voire molestés, que ce soit par des militants UMP, par des militants du Front de Gauche, par les « Bonnets Rouges », par la « Manif pour tous », par les manifestants de « Jour de Colère », par des chauffeurs de taxi en grève ou par les manifestants du port de Rouen (liste non exhaustive).

Des gardes du corps sont certes aptes à assurer la sécurité physique des journalistes mais ils ne résoudront pas un problème sur lequel ces derniers ne semblent pas vouloir se pencher : pourquoi ce divorce et cette hostilité ? Pourquoi les journalistes sont-ils mis dans le même sac que les politiques ? Pourquoi sont-ils soupçonnés de présenter l’information de manière partisane ? Pourquoi sont-ils accusés de relayer les intérêts et les points de vue des pouvoirs en place ? Pourquoi ce qu’ils écrivent ou filment provoque-t-il autant de colère ? Autant de questions que les gardes du corps, aussi efficaces soient-ils, ne résoudront malheureusement pas… En attendant, le symbole est éloquent de cette rupture totale entre eux et le « peuple ».

Crédit photo : Ojim (cc)

Le CSA met en demeure Radio Courtoisie

Le CSA met en demeure Radio Courtoisie

Qui a dit que le Conseil supérieur de l’audiovisuel ne servait à rien ?

Il est vrai qu’au regard de la vulgarité et de la bêtise des émissions de téléréalité, du développement exponentiel des programmes pornographiques et para-pornographiques, de la partialité permanente de l’information et des disproportions de temps de parole accordé aux différents courants politiques, on pouvait légitimement s’interroger sur l’efficience du contrôle effectué par cette institution dirigée par Olivier Schrameck, ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin.

Lire la suite

RESULTATS-ENQUETE-OJIM1

Indépendance de la presse : l’enquête accablante de l’Ojim

22/02/2013 – 17h20
PARIS (NOVOpress) – L’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (Ojim) vient de publier les résultats d’une consultation sur l’indépendance et la pluralité des journalistes et médias en France. Les résultats révèlent une fois de plus un décalage profond entre le système médiatique et les Français. On apprend ainsi que 85% des sondés pensent que la liberté d’expression en France se dégrade et 89% d’entre eux que les journalistes sont « déconnectés des réalités ».

Observatoire des médias : soyez informé sur ceux qui vous informent

Observatoire des médias : soyez informé sur ceux qui vous informent

A l’occasion de la “Cinquième Journée d’étude de la réinformation » de Polémia, Claude Chollet a présenté l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique :  un observatoire doublement utile par les portraits de journalistes qu’il publie mais aussi par ses « brèves » qui informent sur l’actualité des médias. Voici un résumé de l’intervention du président de l’OJIM.

Lire la suite

"On finira bien par les avoir", feuilleton estival de l'OJIM

« On finira bien par les avoir », feuilleton estival de l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique

09/08/2012 — 09h00
PARIS (NOVOpress) — L’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) nous offre son feuilleton de l’été, « On finira bien par les avoir ». Une fiction politico-journalistique en quatre parties. Dans la première partie, nous faisons connaissance de Jacky Blast, journaliste désabusé, alcoolisé et parti au Brésil pour s’éloigner de l’ambiance morbide de sa rédaction. Mais les évènements vont le rattraper. Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé, des situations existant ou ayant existé serait purement une coïncidence… bien entendu.

Pour lire la deuxième partie