Tag Archives: novlangue

Haut Conseil à l’Égalité

Novlangue féministe au sommet de l’État

13/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Idéologie féministe au sommet de l’État
Le Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes est une institution des plus officielles : installé en l’hôtel de Matignon, cet organisme consultatif est attaché au Premier ministre, et le conseille pour diriger sa campagne idéologique féministe.

Ce Haut conseil a publié, il y a une semaine un guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe qui propose une novlangue officielle féministe
Il se permet en premier lieu de contredire l’Académie française, responsable de la suprématie du genre masculin sur le féminin : pour le Conseil, le neutre n’existe pas. Le masculin ne peut donc servir de genre neutre. Et puis, l’utilisation de mots féminisés comme auteurE, pompièrE, poétessE, officiERE, gouverneurE, RecteurICE éclaircit le texte et ne le rend pas plus laid : pour les auteurs, il n’existe pas de beau ou de laid en soi.

Dix recommandations pratiques sont ensuite émises : bannir toutes les expressions relevant de rôles sociaux « traditionnels » : mademoiselle, nom de jeune fille, nom d’épouse, etc.
Ensuite, accorder les noms de métier : on ne dira plus madame le chef de bureau, mais « madame la chef F E de bureau » ou madame le préfet mais « madame la préfèT E ».

Il faut également adopter une nouvelle syntaxe pour désigner en toutes circonstances les hommes et les femmes : mettre le suffixe masculin, un point, le suffixe féminin, un point, le « s » du pluriel. Par exemple, ne plus écrire : les conseillers municipaux, mais les conseiller.ères.s municipaux.ales.
D’autres conseils viennent renforcer ce catalogue orwellien : il est défendu d’évoquer les qualités « féminines » d’une femme : dire qu’elle est douce, que c’est une mère attentive, ou un cordon bleu. De même il faut éviter « D’organiser des concours de beauté, d’offrir une rose, d’offrir une plante verte au personnel féminin ».

Bref. Le gouvernement gaspille son temps et son argent à colporter la plus grossière des idéologies.


novlangue-2015-588x300

Les 1000 mots qui vous manipulent : le nouveau Dictionnaire de Novlangue est sorti

Source : Polémia
Ne dites plus clandestins, dites sans papiers ! Ne dites plus sans papiers, dites migrants ! Ne dites plus migrants, dites réfugiés ! Et surtout PADALMAGAME !
En 2008, le premier Dictionnaire de novlangue, plusieurs fois réimprimé, comportait près de 300 entrées. En 2013, Le Nouveau Dictionnaire de novlangue présentait plus de 500 mots. Mais les maîtres de la désinformation n’ont pas chômé depuis. Ni Polémia, ni Michel Geoffroy.

Voici donc ce nouveau Dictionnaire de novlangue consacré à Ces mille mots qui vous manipulent.

Ne dites pas rééducation des enfants mais déconstruction des stéréotypes de genre.

Ne dites pas délinquant multirécidiviste mais gentil garçon peu favorablement connu des services de police.

Ne dites pas Union européenne ni organisation de Bruxelles mais Europe.

Ne dites pas délinquant immigré mais jeune (même s’il s’agit d’un homme de 35 ans).

Ne dites pas repas halal mais repas aménagé.

Ne dites pas islamiste mais islamiste modéré.

Ne dites pas djihadiste mais individu déséquilibré ou loup solitaire autoradicalisé sur Internet.

Ne dites pas profanation d’une église ou d’une tombe catholique, dites dégradation (le terme profanation est en revanche incontournable s’agissant de faits concernant des sites juifs ou musulmans).
Lire la suite

Place de la République

La novlangue ne passe plus : les Français en overdose de « République » et « valeurs républicaines »

11/05/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Les incantations à base de « valeurs républicaines » et de « république » ne passent plus auprès de l’opinion, qui est désormais plus sensible au concept d’identité nationale.

Dès que nos gouvernants ont un échec ou une manipulation à cacher, ils en appellent aux « valeurs républicaines », dès qu’un opposant leur fait de l’ombre, ce dernier menace « la république ». La droite parlementaire, bonne fille, entonne le même refrain, avec l’UMP qui serait renommée « Les républicains ». Dommage, les Français se lassent de plus en plus vite de la novlangue de l’oligarchie, comme le démontre le sondage de l’IFOP publié dimanche 10 mai par le site Atlantico.

65 % des Français ne sont pas touchés par ces mots quand ils sont employés par les responsables politiques, car « ils ont été trop utilisés ». C’est le cas de 53 % des sympathisants de l’UMP et de 70 % de ceux du FN, mais de seulement 47 % de ceux du PS.
Entre « identité nationale » et « République », 38 % disent être davantage touchés par le premier terme, quand il est employé par des responsables politiques, 33 % par le second. 29 % ne savent pas.
Ils sont 47 % à l’UMP et 64 % au FN à être plus sensibles au concept d’identité nationale. En revanche, ce sont 54 % des sympathisants PS qui se déclarent plus touchés pas le terme « République ».

Crédit photo : Georgios Michalogiorgakis via Flickr (cc) : place de la République, Paris


 

 

 

Insécurité, islamisme : du déni de réalité à l’orchestration de la peur, la nouvelle stratégie de l’oligarchie

Insécurité, islamisme : du déni de réalité à l’orchestration de la peur, la nouvelle stratégie de l’oligarchie

Source : Polémia

Par Michel Geoffroy, essayiste.

♦« La peur soutenait déjà un fructueux commerce sécuritaire. Elle devient aujourd’hui un puissant moyen de sidération des autochtones à qui l’on apprend ainsi très tôt à raser les murs ».


La novlangue au service du déni d’insécurité

Face à l’augmentation de la délinquance, conséquence de l’idéologie laxiste qu’elle a mise en œuvre, l’oligarchie a d’abord inventé dans les années 1980 le fameux sentiment d’insécurité, une sorte de phobie d’extrême droite qui faisait, selon elle, voir la réalité sous un jour trop sombre. Elle a aussi inventé le concept d’incivilités qui permettait de banaliser la progression des délits, notamment ceux imputables aux jeunes issus de l’immigration.

On nous a ainsi expliqué, par exemple, qu’il était traditionnel de brûler des voitures à la Saint-Sylvestre. Car chaque fait divers se trouvait dépeint sous des couleurs les plus lénifiantes possibles : on nous présentait les délits voire les crimes comme incompréhensibles car intervenant toujours jusque-là dans des quartiers populaires mais tranquilles ou sans histoire (*). On ne comprenait donc pas le coup de folie qui avait pu saisir les auteurs de ces actes : sans doute parce qu’un banal vol de sac à main, une drague ou une bagarre par balles avait mal tourné. Bref, ce n’était pas vraiment la faute de ces individus bien connus des services de police, mais plutôt le fait de victimes de la malchance, du chômage et de la discrimination.

La novlangue au service du déni d’islamisme

L’apparition de délits commis par des personnes se réclamant de l’islam a subi le même traitement politico-médiatique. On a ainsi assisté à la négation systématique du caractère islamiste de ces agissements, comme par exemple lors des attaques commises en France à la Noël 2014.

L’oligarchie a donc mis l’accent sur le caractère isolé de ces loups solitaires, victimes d’une autoradicalisation pathologique. Même si ensuite on découvrait que leurs proches faisaient l’objet de poursuites ou que des filières avaient été démantelées !

Ou bien on les présentait comme des individus au comportement incompréhensible ou incohérent, comme par exemple dans le cas du profanateur du cimetière de Castres. Ou bien encore des individus dérangés, ce qui permettait d’ôter toute signification autre que médicale à leurs actes. On a même été jusqu’à nous présenter l’auteur musulman d’un attentat à l’arme automatique en Belgique comme un amateur d’armes !

Pas d’amalgame

Lire la suite

Réforme du collège : la novlangue obligatoire

Réforme du collège : la novlangue obligatoire

Source : Le Figaro – « Réforme du collège : la novlangue obligatoire ! » – « Aller de soi et de l’ici vers l’autre et l’ailleurs ». Non, ce n’est pas le titre de la brochure d’une secte post-Raélienne mais bien celui des nouveaux programmes de collège pour les langues étrangères et régionales (cycle 4, page 17). Ce jargon « pédagogiste » fait son grand retour dans les nouveaux programmes scolaires pour l’école primaire et le collège.

Ainsi, dans la section consacrée à l’éducation physique et sportive le lecteur apprend avec bonheur que l’élève ne nage pas, non, il « traverse l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête ».

Pas question non plus de s’adonner à de vulgaires jeux de raquettes, l’objectif c’est de « rechercher le gain d’un duel médié par une balle ou un volant » (page 23). Toujours dans cette section l’élève est invité lors des activités de combat à «vaincre un adversaire en lui imposant une domination corporelle symbolique et codifée». Une prose digne des plus belles pages de Cinquante nuances de Grey.

Au-delà de ces citations absconses qui amusent et inquiètent les réseaux sociaux, ces programmes sont le révélateur d’une réalité bien plus inquiétante: la déconnexion consommée entre ceux qui les rédigent et les autres, qui les subissent au quotidien. En effet, comment ne pas s’inquiéter du fait que personne, au sein du conseil supérieur des programmes, n’ait perçu le caractère risible des intitulés et la vacuité du vocabulaire employé ?

Choix conscient ou non, l’emploi d’une telle novlangue est par essence le produit d’une idéologie déréalisante, c’est également un moyen de tenir à l’écart les parents en rendant, par l’utilisation d’un charabia scientiste, extrêmement compliqué ce qui pourrait être simple et clair. Au fond, les programmes sont réalisés non pas pour les élèves et les enseignants, mais bien au nom d’une certaine conception du système éducatif, d’une certaine idée de l’enfant.

Lire la suite

Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un "déséquilibré" musulman

Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un « déséquilibré » musulman

18/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Kiosque courtois)
A Castres, ce sont des tombes chrétiennes qui ont été profanées (215 tombes). Dans ces conditions, la majorité des médias a préféré parler de tombes « dégradées »  ou « vandalisées ». Il en est de même de François Hollande. Le terme « profané » est réservé aux tombes juives et musulmanes, les seules jugées sacrées. Comme l’explique Madame Léridon, directrice de l’information de l’AFP : « On pèse les mots. »

La procureure‑adjointe a déclaré « N’avoir vu aucune connotation à caractère religieux ou racial ».

Pourtant, de nombreuses croix ont été cassées ou jetées à terre. « Ce sont clairement des atteintes aux symboles de la foi chrétienne. », a déclaré le maire de Castres.

Le suspect interpellé était en djellaba et récitait des prières musulmanes ! Mais, selon la procureure adjointe, « étant dans un état délirant inaccessible à la communication, le suspect a été hospitalisé d’office ». Bon sang, mais c’est bien sûr, encore un « déséquilibré ».

 

 

 
Crédit photo : DR.

Novlangue : le Dictionnaire s’enrichit de 100 nouvelles occurrences

Novlangue : le Dictionnaire s’enrichit de 100 nouvelles occurrences

05/10/2014 – PARIS (via Polémia)
Michel Geoffroy a fait sienne la devise de Boileau : « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage ».

♦ « Le propre de la langue révolutionnaire est d’employer des mots connus mais toujours en sens inverse » (Jean-François La Harpe, Du fanatisme dans la langue révolutionnaire ou de la persécution, Migneret, Paris 1797).

Voici 100 nouvelles occurrences de novlangue. Le voyageur savourera particulièrement la novlangue des transports :

Panne électrique. Euphémisme employé dans les transports ferroviaires pour signifier aux usagers que des vols de métaux ont eu lieu. Voir « perturbations », « difficultés de circulation ».
Evénements défavorables. Euphémisme utilisé par la RATP quand des supporters de l’équipe d’Algérie de football bloquent la circulation des bus.
Difficultés de circulation. Euphémisme utilisé par la SNCF pour cacher aux usagers que des grèves sporadiques ou des actes de malveillance perturbent la circulation des trains. Voir aussi « panne électrique », « événements défavorables »
Polémia

Lire la suite

Vallaud-Belkacem lance au CNRS « les nouvelles sciences du genre », avec cocktail

Vallaud-Belkacem lance au CNRS « les nouvelles sciences du genre », avec cocktail

01/03/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le Centre National de la Recherche Scientifique (créé en 1939 sur le modèle de l’Académie des sciences de feu l’URSS) est la gigantesque bureaucratie centrale de la recherche subventionnée en France, et un des principaux foyers de production de la pensée unique, avec la novlangue qui va avec. Il a lancé en 2012, à grand renfort d’acronymes inintelligibles, son « Défi Genre » : « L’InSHS depuis 2010 a placé le genre dans ses priorités thématiques avec des résultats : lancement du RTP Etudes Genre, coloriage [ ! ] de postes de CR ouverts au concours 2011, 2012, 2013 dans 7 sections SHS, mise en place d’un Institut du Genre (GIS) regroupant 35 UMR SHS dans 30 universités et écoles ».

Ledit Institut du Genre organise lundi 10 mars « une journée consacrée aux “Nouvelles sciences du genre” au siège du CNRS : 3 rue Michel-Ange, 75016 Paris » – les chercheurs, subventionnés, pardon chercheur-e-s subventionné-e-s, luttent contre les « stéréotypes sociaux », mais toujours dans les beaux quartiers. Un cocktail sera offert.

Lire la suite

Allemagne : le Conseil de l’Europe réclame la censure généralisée du "racisme" et de l’"homo/transphobie"

Allemagne : le Conseil de l’Europe réclame la censure généralisée du « racisme » et de « l’homo/transphobie »

26/02/2014 – STASBOURG (NOvopress)
La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), « organe de protection des droits de l’homme du Conseil de l’Europe », (en Une photo du Conseil de l’Europe) a publié hier son nouveau rapport sur l’Allemagne. Tout en se félicitant des « progrès accomplis » ces dernières années, l’ECRI considère qu’il existe encore « une impunité considérable dans le domaine de l’incitation à la haine ».

Quoiqu’il « n’existe pas d’outil statistique fiable pour mesurer l’étendue de la violence et du discours de haine motivés par le racisme et l’homo/transphobie », l’ECRI est convaincue que « les incidents racistes, xéno-, homo- et transphobes » sont en réalité très nombreux et ne sont pas déclarés à la police. Elle déplore en particulier que « les problèmes des personnes transgenres ne soient pas encore assez ancrés dans la conscience collective ». D’après elle, « l’homo/transphobie est l’un des grands problèmes dans les écoles allemandes »le racisme anti-blanc, quoique mis en lumière par plusieurs affaires récentes, y compris dans la grande presse, n’est pas mentionné.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Anne Hidalgo est-elle titulaire d’un doctorat en novlangue ?

Publié le
Entretien avec l'auteur du Nouveau dictionnaire de novlangue

Entretien avec l’auteur du Nouveau dictionnaire de novlangue

07/11/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – La fondation Polémia, dirigée par Jean-Yves Le Gallou et spécialisée dans l’analyse critique des médias, vient de rééditer son Dictionnaire de Novlangue. Novlangue… Le terme fait immédiatement penser à l’univers totalitaire que George Orwell décrit dans son roman de science-fiction 1984. Le principe de la novlangue est simple : plus on diminue le nombre de mots d’une langue, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir, plus on rend les gens incapables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l’affect. Dans l’introduction à son ABC de la lecture, le poète et critique Ezra Pound démontrait également à quel point le langage façonne la pensée. Novopress a souhaité rencontrer l’auteur de ce dictionnaire, Michel Geoffroy, pour un entretien exclusif.

La novlangue ne correspond pas seulement à un tic ridicule, signe de reconnaissance de l’oligarchie et de la classe médiatique. Elle s’attaque à la pensée, comme l’avait bien vu également G. Orwell. En n’employant plus certains mots elle tente de nous priver de la capacité de conceptualiser, de réfléchir par nous mêmes. Le débat lancé en 2012 visant à retirer le mot « race » de la constitution n’était pas innocent sur ce plan. – Polémia

NOVOpress : Le Nouveau dictionnaire de Novlangue vient d’être réédité. Pouvez-vous revenir sur la genèse de cet ouvrage ? Pourquoi ce livre ?

Michel Geoffroy : L’idée du dictionnaire de la novlangue est venue de l’analyse critique de la désinformation médiatique effectuée par la fondation Polémia dans le cadre de son action de ré-information. Les médias ne diffusent pas des « informations » en effet comme ils le prétendent, mais une idéologie – c’est-à-dire une vue du monde – conforme aux intérêts de ceux qui les possèdent et les dirigent : les grandes banques et les grandes entreprises transnationales.

Lire la suite

Homophobie, islamophobie… la psychiatrisation puis la criminalisation des normes populaires

Homophobie, islamophobie… la psychiatrisation puis la criminalisation des normes populaires

Ci-dessus : le « Centre Scientifique d’Etat Serbsky » à Moscou, un des principaux centres d’examen en URSS pour faire passer les dissidents pour des malades mentaux, et les hospitaliser en hôpital psychiatrique.

Le suffixe « phobe » est habituellement utilisé en chimie (aversion), en biologie (sensibilité réactive à un stimulus) mais surtout en psychologie et en psychopathologie (peur morbide, appréhension).

Nous avons assisté, ces dernières années, à son utilisation extensive à la vie sociale par des groupes de pression financés par des milliardaires (Bergé, Soros, etc.) et relayés par les médias et les politiques, pour désigner (stigmatiser dans les faits) des catégories d’opinion qui refusent ou critiquent le prosélytisme de ces normes.

Lire la suite

France : la dictature pépère

France : la dictature pépère – Par Jean-Yves Le Gallou

Malgré les rodomontades sur la Syrie de François Hollande, qui s’est fait piéger par le recul des Etats-Unis et devient ridicule, revenons sur la situation en France avec cette tribune de Jean-Yves Le Gallou.
Novopress

—————-

Le 14 juillet 2013, certains opposants à la loi Taubira ont crié « Hollande dictateur ! » : la clameur a pu paraître excessive compte tenu de la bonhomie du président de la République et de sa recherche constante du compromis.
Encore faut-il noter que cette recherche du consensus se fait sur la ligne de la plus grande pente idéologique, et que le chef de l’Etat – quel qu’il soit – inscrit sa démarche dans un Système de plus en plus verrouillé.

A y regarder de plus près, ce qui se met en place c’est une dictature pépère à base de monopole idéologique, de confusion des pouvoirs, de médias univoques, de société de surveillance, de prise de contrôle de l’enfance, de viol des consciences et de persécutions des dissidents.

Lire la suite

Incarcération de Nicolas : la République totalitaire

Incarcération de Nicolas : la République totalitaire

La France se trouve dorénavant en Non-démocratie.

Un régime totalitaire présente cinq caractéristiques : une idéologie unique ; une novlangue ; une confusion des pouvoirs économique, politique, médiatique et culturel ; l’alliance de la police politique et de la police de la pensée ; les atteintes répétées aux libertés fondamentales. La République française a basculé dans un tel régime. L’incarcération, le 19 juin 2013, de Nicolas, en tant que simple opposant politique, en est l’illustration. Nous vivons à l’heure de la NON-démocratie française.

Lire la suite

Les mots, la novlangue et les remplaçants

Les mots, la novlangue et les remplaçants

« Imbus de matérialisme et d’utilitarisme les tenants du Système qui nous oppresse tiennent le langage pour chose secondaire et négligeable.»

Bien que d’habitude on tienne les mots pour choses secondaires, négligeables, bien qu’on considère les questions qu’ils posent comme des questions byzantines, les mots – notre sang et notre sève – véhiculent un pouvoir plus que considérable : énorme, décisif ; un pouvoir qui découle non seulement de ce que les mots disent, mais de la façon dont ils le disent – c’est-à-dire de « l’aura poétique » qui entoure tout mot, y compris le plus banal.

Lire la suite

Exorcisme sémantique sur la race. Changer les mots pour nier les faits – Par Jean Ansar

Exorcisme sémantique sur la race. Changer les mots pour nier les faits – Par Jean Ansar

Nous sommes dans une société totalitariste d’apparence. Le pouvoir politico-médiatique tente d’imposer une société virtuelle pour ne pas affronter la réalité. Parfois d’ailleurs, cela marche. Cela passe cependant par une hypocrisie sémantique permanente. Ainsi en supprimant le mot race de la législation, on croit supprimer le racisme. On cède en fait partiellement au lobby anti raciste qui manipule cette notion pour imposer ses vues métissées à une société encore rétive.

La proposition de loi du Front de gauche supprimant le mot «race» de la législation française a donc été définitivement adoptée, jeudi 16 mai, à l’Assemblée nationale.

Lire la suite

Loi Taubira : la police de la pensée, voilà l’ennemi !

Loi Taubira : la police de la pensée, voilà l’ennemi !

Scène d’anthologie, mardi 23 avril 2013, place des Invalides, à l’issue de la manifestation contre la loi Taubira :

Une jeunesse ardente prend à partie des journalistes (?) de Canal+ qui courent se réfugier derrière les CRS. Difficile de mieux souligner l’alliance des médias et du pouvoir. La connivence entre la police de la pensée et la police tout court, comme dans les régimes totalitaires les plus perfectionnés. Jean-Yves Le Gallou fait le point sur les responsabilités des médias dans la loi Taubira.
Polémia.

Lire la suite