Tag Archives: nom de domaine

Demain le .bzh… mais pour qui ?

Demain le .bzh… mais pour qui ?

15/06/2012 – 15h00
RENNES (NOVOpress Breizh) — Verra-t-on demain l’extension .bzh sur l’internet ? Évoquée depuis longtemps, l’hypothèse progresse avec le dépôt d’une candidature officielle à l’appel d’offres lancé par l’Icann. Cependant, le choix d’une désignation « communautaire » et non « géographique » pourrait rendre la validation plus difficile.

L’Icann, organisation chargée de la gestion internationale des noms sur l’internet, s’apprête à élargir la liste de ses « generic Top-Level Domains » (.com, .org, .net, etc.). Elle vient de publier une liste de près de deux mille candidats.

Parmi eux figure l’extension .bzh, sollicitée par l’association pointBZH avec le soutien de la région Bretagne (le dépôt de candidature, à lui seul, coûte une fortune : 185.000 dollars pour l’évaluation de l’Icann).

Parmi les autres extensions sollicitées figurent en particulier .aquitaine, .barcelona, .bayern, .berlin, .brussels, .catalonia, .cymru, et .wales, .london, .madrid, .paris, .saarland, .scot, .tirol ou .vlaanderen.

Mais contrairement à ces extensions géographiques, le .bzh est candidat en tant que domaine « communautaire », à l’instar de .bank ou .islam. En effet, il ne suffira pas d’être installé en Bretagne pour bénéficier de l’extension .bzh. Celle-ci, indique pointBZH, « devra être utilisée pour des sites Internet traitant de la Bretagne, de sa culture, sa langue, etc… ».

On peut craindre cependant que ce choix soit de nature à fragiliser la candidature puisqu’un domaine communautaire doit être utilisé « au profit d’une communauté clairement définie ». Le candidat qui le propose doit en outre « justifier de son statut de représentant de la communauté qu’il nomme dans la candidature en soumettant les approbations écrites soutenant la candidature ». Prouver qu’une association représente à elle seule la communauté bretonne est évidemment une gageure.

Le sort de l’extension .bzh ne sera connu que dans plusieurs mois, car l’Icann a prévu une procédure de validation extrêmement longue et minutieuse.