Tag Archives: MSI

Fratelli d'Italia : « Mêler la tradition avec l'innovation »

Fratelli d’Italia : « Mêler la tradition avec l’innovation »

03/03/2014 – ROME (NOVOpress)
La droite italienne qui est souvent un mystère difficilement compréhensible de notre côté des Alpes connaît moult rebondissements et transformations. Dernier exemple en date Fratelli d’Italia qui vient d’organiser des primaires en attendant un congrès. Se plaçant dans l’héritage d’Alliance nationale. A cette occasion, Novopress a interrogé Carlotta Andrea Buracchi, porte-parole de Fratelli d’Italia pour la région d’Arezzo.


Samedi 22 et dimanche 23 février ont eu lieu des primaires importantes pour Fratelli d’Italia ? Quel était l’objet de ces primaires ? Un nouveau programme, un nouveau symbole, de nouveaux chefs ? Quel est le but du congrès des 8 et 9 mars prochains ?

Il y a une semaine ont eu lieu les premières consultations primaires de la droite politique italienne, organisées par Fratelli d’Italia – Alliance nationale. Tout les citoyens pouvaient y participer, pas seulement les adhérents, pour choisir non seulement le symbole du mouvement mais également 8 principes importants quant à la ligne du mouvement (en répondant « oui » ou « non » à des questions qui allaient du rapport avec l’UE jusqu’à l’immigration, la réforme présidentielle [à savoir l’évolution vers un régime présidentiel, NDLR], le protectionnisme, la prostitution, l’aide fiscale aux familles nombreuses, etc.) et les « Grandes Électeurs » qui participeront au congrès du parti les 8 et 9 mars à Fiuggi [lieu hautement symbolique, puis que c’est là en 1995 que le MSI se transforma en Alliance nationale, NDLR]. Le but de ce congrès sera surtout d’entériner la présidence de Giorgia Meloni à la tête du mouvement – elle était la seule candidate – et de définir le programme à partir du verdict des primaires.

Le symbole adopté (photo) reprend certes le nom de Fratelli d’Italia, mais également celui d’Alliance nationale et la flamme du MSI. En quoi cet héritage, cette filiation sont importants ?

L’intention était de mêler la tradition représentée par la flamme du Mouvement social italien (MSI) contenue dans le symbole d’Alliance nationale avec l’innovation à laquelle le présent nous appelle. Se « projeter » dans le futur avec une classe des jeunes dirigeants politiques mais avec un regard vers le passé glorieux de la droite italienne dont nous représentons la continuation naturelle. Et en fait le symbole qui a gagné repropose la même logique proposée à la fin de 1993 par Alliance nationale : le cercle le plus grand représentant le futur, l’innovation qui englobe en bas le cercle qui représente le passé nos « racines », exactement comme la croissance d’un arbre ; on voulait représenter graphiquement l’évolution de notre histoire, celle de la droite politique italienne. En plus, il faut souligner qu’Alliance nationale est « la maison politique », le mouvement où la plupart de nos membres et dirigeants a été formée ou bien a commencé à s’occuper de politique. Enfin, comme l’indiquait Giorgio Almirante, l’un des « modèles » de la droite italienne : « Ne pas renier, ne pas restaurer »…

Lire la suite

Italie : après les élections, Gianfranco Fini fait ses cartons

Italie : après les élections, Gianfranco Fini fait ses cartons

Affiche du parti nationaliste Forza Nuova, avec un (plus ou moins) jeune Gianfranco Fini, avant sa « conversion », faisant le salut romain. Légende : « Ne fais pas comme lui, ne trahis pas ». Crédit photo : DR

04/03/2013 – 08h00
ROME (NOVOpress) – Gianfranco Fini était la référence européenne des médias du Système, le modèle de la transformation réussie d’un abominable fasciste, non seulement en homme de gouvernement, mais en grande conscience morale. L’homme qui était passé de « Mussolini a été le plus grand homme d’État du siècle » (1994) à « Le fascisme fut le mal absolu du XXe siècle » (2003). Celui qui, en 1998, voulait interdire aux homosexuels d’être instituteurs (« c’est anti-éducatif pour les enfants »), et qui, en 2006, a pris position, au nom de l’égalité des droits, pour la reconnaissance civile des couples gay. L’architecte, avec Umberto Bossi de la Ligue du Nord, de la loi ultra-restrictive Bossi-Fini sur l’immigration, devenu l’avocat du droit de vote aux immigrés, de l’introduction du droit du sol, de la régularisation des clandestins. Il n’y a jamais que le premier pas qui coûte et, dans ce sens-là, les reniements sont toujours admirables.

Lire la suite