Tag Archives: mordrel

3357707455

Chronique littéraire : Le mythe de l’hexagone, d’Olier Mordrel

Peu importe que l’on juge favorablement ou défavorablement les engagements et les prises de positions de cette figure historique du mouvement breton que fut Olier Mordrel; figure historique tout aussi controversée que « maudite » et « sulfureuse », dès lors qu’elle est vue à travers le prisme du politiquement correct et du parti pris  idéologique. Là ne se situe pas la question.

« LE MYTHE DE l’HEXAGONE », paru en 1981 chez l’éditeur Jean Picollec, constitue un ouvrage de référence fondamental, au propos d’une valeur intemporelle, et que je ne saurais trop vous conseiller de lire, de relire, de faire lire, de découvrir ou de redécouvrir. Comme son titre l’indique, Mordrel y démonte point par point, sous la forme d’un magistral rappel historique concernant chacune de ses régions,  le mythe du prétendu « Hexagone », ce mythe tenace sur lequel prétendent s’appuyer les diverses chapelles du nationalisme français, et auquel s’accrochent plus largement tous les adeptes de la croyance jacobine en une prétendue nation « une-et-indivisible ».
Ainsi que le rappelle l’auteur avec brio, celle-ci ne constitue en aucune manière une nation digne de ce nom, puisqu’elle est en réalité composé d’au moins vingt nations très différentes -qualifiées de façon dévalorisante de « régions »-, annexées sous la contrainte au prix d’une acculturation intensive et d’une confiscation de leurs prérogatives légitimes, sur fond de centralisme administratif aux relents impérialistes, voire colonialistes. Du reste, ces annexions ne remontent bien souvent pas à la nuit des temps, contrairement à une croyance trop largement répandue. Ce n’est en effet qu’en 1532 qu’un traité d’union a été conclu entre la France et la Bretagne, cette dernière étant restée autonome jusqu’en 1789, date de la suppression de son autonomie et de son annexion pure et simple. Ce n’est qu’avec le traité des Pyrénées, en 1659, que le « Nord-Pas de Calais » fut en grande partie annexé par la France, la conquête militaire ayant été parachevée vingt ans plus tard, en 1679. Ce n’est que depuis 1769 que la Corse a été annexée par la France. Quant au Comté de Nice et à la Savoie, ils n’ont pour leur part été annexés qu’en…1860 ! Etc etc. Les exemples sont légion, et en réalité, peu nombreuses sont les régions qui sont « françaises » de très longue date. Ce constat vient nous rappeler l’importance capitale de la seule alternative permettant de respecter réellement l’autonomie, l’identité et la diversité des peuples et des nations réels : celle d’un fédéralisme intégral, interne comme externe, non seulement à l’échelle des actuels Etats-Nations, mais aussi, beaucoup plus largement, à l’échelle continentale tout entière.
« LE MYTHE DE L’HEXAGONE » d’Olier Mordrel est malheureusement épuisé depuis longtemps, et n’a hélas  encore fait l’objet d’aucune réédition à ce jour. Chose infiniment déplorable, eu égard à la grande qualité de l’ouvrage, ainsi qu’à la portée du message qu’il délivre. Espérons vivement qu’un éditeur prendra prochainement l’excellente initiative de remédier à ce très regrettable état de fait. En attendant, vous pourrez toujours, moyennant quelques efforts de recherche et un peu de chance, faire l’acquisition de l’objet à prix variables chez les bouquinistes, via Internet ou ailleurs.
Pour conclure cette rapide présentation, rien de mieux que de reproduire ici cette fort pertinente citation de Pierre-Joseph PROUDHON, qui conserve aujourd’hui toute sa valeur : « La nation française actuelle se compose d’au moins vingt nations distinctes, et dont le caractère observé dans le peuple et chez les paysans est encore fortement tranché… Le Français est un être de convention, il n’existe pas… Une nation si grande ne tient qu’à l’aide de la force. L’armée permanente sert surtout à cela. Ôtez cet appui à l’administration et à la police centrales, la France tombe dans le fédéralisme. Les attractions locales l’emportent » .

Hans CANY

MYTHE_HEXAGONE.jpg

Quatrième de couverture :
Tout au cours de l’Histoire, il apparait toujours deux Frances, face à face, qui se haïssent au point souvent de s’entretuer. rien de tel dans les autres pays européens : ils ont tous connu des conflits internes, mais pas ce perpétuel antagonisme.
Le spectacle de la France, par ailleurs, proclame la même absence d’unité, qu’il s’agisse des appartenances historiques de la moitié de ses provinces, des orientations géographiques de ses diverses parties, des cultures populaires qu’on y rencontre, des types humains…
Par contre, le système et les institutions politiques que Paris a imposés aux peuples que réunit l’Hexagone depuis les débuts de la monarchie, loin d’exprimer sa diversité fondamentale, sont les plus unifiés du monde et, même quand il est question de décentralisation, l’Etat fait un tabou de son « une-et-indivisibilité » !
C’est cette conclusion choquante dont Olier Mordrel -l’homme qui a derrière lui soixante ans de lutte pour les libertés bretonnes- découvre les origines et les causes. En arrachant à l’ombre et au silence les réalités vivantes que comprime l’Hexagone, en faisant justice des légendes apologétiques qui prétendent justifier le tabou, il jette sur la France une lumière qui en découvre la vraie nature, et autorise l’espoir d’une renaissance que paralysent aujourd’hui les idées stéréotypées et sclérosées.
Il faut reléguer aux archives le mythe de l’Hexagone et rendre la parole à la diversité, synonyme de vie et de liberté.
Ce livre traite du problème et de l’histoire de toutes les contrées de l’Hexagone : de la Flandre à la Guyenne, de la Corse à la Normandie, de la Franche-Comté au Pays Basque, de la Bourgogne au Languedoc, de l’Alsace à la Bretagne, de la Savoie au Pays Toulousain.