Tag Archives: monde paysan

eric-zemmour

Eric Zemmour : « Les politiques n’ont rien compris à l’évolution du monde paysan »

02/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : A l’exception de Jean-Luc Mélenchon, qui a préféré une exploitation bio de l’Oise, tous les candidats à la présidentielle se précipitent au Salon de l’Agriculture, ce qui a fait ricaner Eric Zemmour ce matin sur RTL :

« Ils tâtent le cul des vaches sans se lasser, ils boivent des bières, ils prennent des petits chevreaux dans leurs bras, ils comptent les heures pour savoir qui restera le plus longtemps. […] Tous les candidats font les mêmes gestes, disent presque les mêmes mots. Tous semblent réciter une même leçon. Tous semblent imiter un même modèle, celui de Jacques Chirac. »

Mais « au temps de Chirac, les paysans sont devenus des agriculteurs, et un simple mot a tout changé. On se moquait de la qualité des produits, on se moquait de la pollution, on se moquait même des saisons. C’était le Pérou tous les jours, un Pérou qui avait pour capitale Bruxelles. La Politique agricole commune, la fameuse PAC, était une sorte de déesses aux cent bras à la fois, corne d’abondance et divinité protectrice ».

« Les politiques, qui passent leur temps à expliquer à la population que les temps changent et qu’il faut s’adapter au monde nouveau, devraient s’appliquer à eux-mêmes leurs préceptes sentencieux », poursuit Eric Zemmour, qui estime qu’« on ne peut plus faire du Chirac quand le monde de Chirac a disparu ».

« La PAC a jeté les agriculteurs dans la fournaise du marché mondial où la plupart des exploitations françaises en ressortent brûlées. […] Le modèle chiraquien avait une face cachée tragique. Elle a arraché des millions de paysans à la terre pour y mettre des machines. Le poids des agriculteurs dans la population active est passé d’un tiers il y a 50 ans à 3 % aujourd’hui. »

Désormais, sur le plan politique, « une petite minorité [d’entre eux] reste fidèle à la droite. Une grosse minorité se donne à Marine Le Pen. Une majorité s’abstient. Et chaque jour, ceux qui n’ont plus d’espoir se suicident. Loin, très loin des néons et des caméras du Salon de l’Agriculture »…

En finir avec l’agriculture industrielle, une impérieuse nécessité

28/02/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis des millénaires, c’est elle qui nous nourrit. Elle a même longtemps rythmé les vies d’une grande partie de nos aïeux. Et voilà que depuis une soixantaine d’années, l’agriculture prend un nouveau visage : celui d’une machine industrielle de toujours plus tournée vers l’efficacité immédiate, la production de masse et les rendements sur le court terme.

Au passage, elle s’est délestée d’une partie pourtant essentielle de son activité : la préservation de la terre. Saurons-nous réinventer une agriculture pour les siècles à venir ?

Une vidéo proposée par Data Gueule.


femmes-paysannes

Tribune Libre – La disparition du monde rural, par Vincent Revel

Malgré le choc des deux guerres mondiales, pouvant aussi ressembler pour les Européens à une longue, dramatique et coûteuse guerre civile, le choc majeur du XXe siècle pour notre continent aura probablement été la mort de notre paysannerie. Sous les coups d’une oligarchie mondialisée, l’ancien monde rural, enraciné dans un territoire, a laissé place à l’ère des villes mondes sans frontière.

travaux-des-champsDans son merveilleux livre Travaux des champs (éd. du Rocher, 2009), Alain Leygonie écrivait avec justesse que « le basculement dans la modernité » des populations rurales avait été l’événement le plus important des cent dernières années. Depuis les années 1960, nombreux furent nos hommes politiques à trahir la confiance de leurs électeurs habitant les zones rurales en leur laissant croire en un avenir meilleur. En 1945, près de 10 millions de Français travaillaient encore dans l’agriculture ! Aujourd’hui, la population active dans le monde agricole représente moins de 4 % des travailleurs !

Le chiffre ne cesse de baisser au profit de gros exploitants, vivant de subventions, devenus pour certains « les jardiniers d’une nature sans hommes ». A la place des villages respirant la vie et l’activité, un désert rural s’est installé, transformé parfois, pour les régions les plus ensoleillées, en décor pour touristes et retraités fortunés. Le mal est profond et notre élite, profondément urbaine, ne cesse de se désintéresser de cette ruralité qui lui renvoie l’image d’un passé riche de sens.

L’histoire de l’agriculture occidentale, basée sur l’exploitation familiale, a connu un bouleversement radical lorsque nos paysans sont devenus uniquement des exploitants, chefs d’entreprises, soucieux de productivisme avec un outil de travail complètement intégré à l’économie de marché. Dans cette agriculture moderne, les solidarités volent en éclat, le nombre de suicide augmente et les petites exploitations, à taille humaine, tendent, en règle générale, à disparaître.

Bientôt, si nous continuons à suivre aveuglément les conseils de nos technocrates, la France, au passé agricole millénaire, connaîtra « l’aire du vide ». Seules les plus grosses exploitations subsisteront. Avec un désir accru de posséder le maximum de terrains agricoles, les nouveaux grands propriétaires mettront en place aveuglément les nouvelles méthodes de travail, basées sur l’extensification de la production, et de la ferme de nos anciens restera un lointain souvenir remplacé par les exploitations-usines chères à nos dirigeants européens.

Le malaise est bien présent. L’endettement, parfois appuyé par des syndicats irresponsables, trop proches de lobbies puissants, pousse de nombreux agriculteurs à la faillite. Riches en terre mais pauvres socialement, de nombreux paysans travaillent à perte dans le seul but de ne pas tout perdre. Ceux pour qui le mot racine éveille encore quelque chose savent à quel point notre élite apatride est responsable de ce résultat catastrophique.

Face à ce terrible constat, nous assistons à présent, impuissants, à la naissance des métropoles. Contribuant à déconstruire le socle identitaire des provinciaux, cette folie urbaine de nos élus-notables locaux pousse de plus en plus les zones rurales dans l’ombre, comme un encombrant héritage que l’on voudrait oublier.

Avec la prochaine élection présidentielle, nous devrions tous avoir à cœur de reconstruire cette ruralité en nous détournant des faiseurs de rêves et de leurs grandes idées qui nous ont conduits la misère.

Vincent Revel

Crise agricole : la colère prend de l’ampleur

04/02/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

« Des subventions non, des prix, oui ! » Voilà l’un des nombreux slogans des éleveurs de l’Ouest pour protester contre la chute des prix de leur production.
« On en a assez que le gouvernement nous considère comme des mendiants », déclare Éric, agriculteur dans le Vexin français. « L’aide publique ne nous sauvera pas. Nous, ce que l’on veut, c’est une juste rémunération pour notre travail ».

Alors que le ministre de l’Agriculture a annoncé une rallonge de 125 millions d’euros aux 700 millions accordés l’an dernier dans le cadre du plan d’aide aux éleveurs, la colère du monde paysan face à la crise agricole ne faiblit pas.

En effet, aucune réforme n’a été amorcée pour réduire les normes et les charges qui pèsent lourdement sur la profession
malheureusement, le nerf de la guerre ne réside pas à Paris, mais bien à Bruxelles et Chicago.

Explication : beaucoup d’agriculteurs travaillent aujourd’hui à perte, tant les prix fixés par les géants de l’agroalimentaire et de la distribution sont bas. En ce qui concerne les marchés mondiaux, qui se font à la Bourse au grain de Chicago, ceux-ci fluctuent selon un cocktail mêlant catastrophes climatiques et spéculation boursière.

Ainsi, en pleine période de morosité économique mondiale, une sécheresse en Russie ou une inondation en Australie, sont aujourd’hui les seuls phénomènes capables de dynamiser les cours mondiaux et d’assurer un revenu décent aux agriculteurs céréaliers français…

En ce qui concerne les normes, selon une étude de la FNSEA, l’agriculteur passe aujourd’hui jusqu’à 20 % de son temps à remplir déclarations, justificatifs et duplicata pour toucher les aides liées à la PAC, et surtout éviter qu’il ne souffre de pénalités. Qui aurait cru que la pérennité de ceux qui nourrissent le monde dépende aujourd’hui de bureaucrates et de traders ?