Tag Archives: Michéa

Le nouveau « Big Brother », par Dominique Venner

Le nouveau « Big Brother », par Dominique Venner

22/11/2012 — 08h00
PARIS (via le site officiel de Dominique Venner) — Dans un nouvel essai à contre-courant, Jean-Claude Michéa (ci-dessus) décrit l’étonnante alliance qui s’est peu à peu formée au-delà des années 1980 entre l’intelligentsia de gauche et le capitalisme mondialisé. Cette convergence, difficilement imaginable trente ans plus tôt, en pleine guerre froide, dans les années 1950, avait déjà été étudiée de façon précoce par la philosophe Flora Montcorbier (Le Communisme de marché. De l’utopie marxiste à l’utopie mondialiste, L’Âge d’Homme, 2000). Ce phénomène n’avait pas échappé non plus à La Nouvelle Revue d’Histoire qui l’avait analysé dans son n° 44 (septembre-octobre 2009) à l’occasion d’un article intitulé Violence et “doux commerce” (1).

Lire la suite

[Tribune libre] Le Parti socialiste n’est plus socialiste depuis mars 1983, par Paul Le Guern

[Tribune libre] Le Parti socialiste n’est plus socialiste depuis mars 1983, par Paul Le Guern

Dominique Strauss-Kahn : « le socialisme, c’est l’espoir, l’avenir et l’innovation »

07/10/2012 — 08h30
PARIS (NOVOpress Breizh) —
On a le droit de s’interroger : Le Parti socialiste est-il encore « socialiste » ? Une réponse s’impose : de gauche « sociétale » certainement, de gauche « sociale » plus du tout.

Pourtant « socialiste » le PS l’a été. A l’époque de François Mitterrand, avant qu’une idéologie de substitution – l’européisme – ne vienne remplacer le socialisme. Avec quelques grands moments : prise du pouvoir par M. Mitterrand au congrès d’Epinay (11-13 juin 1971), signature du programme commun de gouvernement avec le PCF (27 juin 1972). Selon Jean-Pierre Chevènement, la gauche « avait pris de bonnes résolutions. J’en sais quelque chose : j’étais sa plume à travers les deux programmes du Parti socialiste que François Mitterrand m’avait chargé de rédiger : “Changer la vie” en 1972, le “Projet socialiste” en 1979 » (« La France est-elle finie ?», Fayard).

Lire la suite