Tag Archives: métro

Manuel Valls : « On a fermé les yeux en Europe sur la progression des idées extrémistes »

24/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Hier matin sur Europe 1, Manuel Valls a trouvé le coupable de la vague d’attentats qui, depuis des années, sème la terreur en Europe : c’est « on » ! « Pendant des années, a affirmé le Premier ministre, on a fermé les yeux, partout, en Europe mais aussi en France, sur la progression des idées extrémistes du salafisme, des quartiers qui, à travers ce mélange de trafic de drogue et d’islamisme radical, ont perverti une partie de la jeunesse. » « On », ça ne serait pas, entre autres, lui-même ?

Publié le
Freres Bakraoui

Qui sont les magistrats qui ont remis les salopards de Bruxelles en liberté ?

23/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Il est maintenant certain, pour la police belge, que les frères El Bakraoui sont les deux kamikazes qui se sont fait exploser à l’aéroport international et dans le métro de Bruxelles. Il est tout aussi certain que, hier et pour de nombreux mois encore, Khalid (celui du métro) comme Ibrahim (celui de l’aéroport) auraient dû être en prison !

 

 

Ibrahim El Bakraoui avait été condamné, en novembre 2010, à une peine de neuf ans de prison pour avoir tiré à de nombreuses reprises sur des policiers – et blessé l’un d’eux – après un braquage raté contre un bureau de change bruxellois. 2010 + 9 = 2019. Pourquoi était-il dehors ? Pour bonne conduite ?

Khalid El Bakraoui avait, lui, été condamné, en 2011, à cinq ans de prison pour des vols avec violence. 2011 + 5 = 2016. Il semble qu’il était sorti depuis un bon moment. On peut savoir pourquoi ?

Et on peut avoir les noms des magistrats qui ont décidé de leur libération ? Dans la faillite générale des institutions, en Belgique comme en France, la magistrature est l’un des derniers secteurs à opérer dans la plus totale impunité. Même, comme c’est le cas ici, en cas de mise en danger de la vie d’autrui.

 

 

Suspects attentat Bruxelles

Attentats de Bruxelles : un des suspects « bien connu » des services de police !

23/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Selon le quotidien belge La Dernière Heure, l’enquête sur les attentats commis hier à Bruxelles a fait, dans la soirée, d’importants progrès. Le commando ne se limite pas aux hommes qui ont fait exploser les bombes : la police est en effet à la recherche de deux véhicules, une Renault Clio et une  Audi S4 noire « appartenant à un Limbourgeois de 22 ans fiché depuis l’an passé en terrorisme par la Sûreté de l’État » ! Ce véhicule a été vu à l’aéroport « avec trois ou quatre individus à son bord ». « Le propriétaire de l’Audi , un certain A., âgé de 22 ans, révèle La Dernière Heure, était fiché en terrorisme par la Sûreté après un déplacement suspect effectué en avril 2015 en Arabie saoudite. Il s’y est rendu en compagnie de trois Limbourgeois de 22, 25 et 26 ans, et d’un Anversois de 33 ans quant à lui d’origine marocaine. »

D’autre part, selon ce même quotidien, une partie du commando kamikaze ayant frappé à l’aéroport de Bruxelles « serait arrivée à Brussels Airport mardi matin à bord d’un taxi » : c’est le chauffeur de ce taxi qui a livré l’adresse schaerbeekoise à laquelle il a embarqué les terroristes, « provoquant ainsi la perquisition de ce mardi après-midi. Perquisition lors de laquelle la police a retrouvé des produits chimiques et un engin explosif contenant des clous ».

La police belge a diffusé l’image ci-dessus, prise par la vidéo-surveillance de l’aéroport, de trois individus poussant des chariots : les deux hommes portant chacun un seul gant noir pourraient être les kamikazes, le troisième serait en fuite.

Le bilan, toujours provisoire, des attaques revendiquées par l’Etat islamique s’élève à 34 morts et 202 blessés : 14 morts et 96 blessés à l’aéroport, 20 morts et 106 blessés à la station de métro de Maelbeek.

migrants_secourus

La carte du métro de Berlin traduite en arabe pour les « migrants ». Bientôt la même chose à Paris ?

15/09/2015 – ALLEMAGNE (NOVOpress)
La compagnie des transports berlinois (BVG) a décidé de proposer un plan du métro de Berlin en arabe. Cette initiative est destinée à « aider les migrants arabophones à se déplacer dans la capitale allemande« .

Le communiqué de presse donne quelques précisions :

Toutes les traductions ont été faites par Ebrahim Kadour, lui-même un réfugié qui est arrivé à Berlin il y a quelques semaines, avec l’aide d’une membre du groupe berlinois de soutien.


Lire la suite

Monde parallèle : « Les immigrés sont les seuls à céder leurs places aux personnes âgées dans le métro »

Monde parallèle : « Les immigrés sont les seuls à céder leurs places aux personnes âgées dans le métro »

13/03/2015 – MILAN (NOVOpress)
En Italie comme en France, les bobos vivent au pays des Bisounours. Dernière illustration de ce décalage, l’actrice Lella Costa, grand soutien du maire immigrationniste et philo-Roms de Milan, Giuliano Pisapia. Confrontée à Matteo Salvini à la télévision, dans la populaire émission-débat Le invasioni barbariche, elle n’a pas craint de déclarer la semaine dernière : « dans le métro les seuls qui se lèvent pour laisser leur place aux personnes âgées sont les immigrés non-européens ».

Matteo Salvini, qui a mis l’extrait en ligne, a commenté sur sa page facebook : « Selon Lella Costa, actrice bonne et solidaire, “les immigrés sont ceux qui te laissent leur place dans le métro”. C’est sûr, et ils oblitèrent tous leurs billets. Mais dans quelle monde vivent les belles âmes de gauche ??? Vous qui prenez le métro ou l’autobus, qu’en dites-vous ? »

Les propos de l’actrice bobo ont été abondamment tournés en dérision sur les réseaux sociaux. « Tous ces Roms et ces immigrés “de luxe” qui se lèvent pour céder leur place à Lella Costa dans le métro à Milan, moi je ne les ai jamais vus… malchance ? »

 

Un autre a tweeté :« Mais où elle vit cette bonne femme ?? Mais quand est-ce qu’elle a rêvé cette histoire ? »

 

Et un autre encore : « Lella Costa se drogue, désormais c’est évident »

 

L’opinion la plus partagée est que l’actrice « Lella Costa a démontré par cette phrase qu’elle n’avait jamais pris le métro ».

Génération identitaire en tournée de sécurisation dans le métro parisien

Génération identitaire en tournée de sécurisation dans le métro parisien

10/05/2014 – PARIS (NOVOpress) – Après Lille et Lyon, c’est au tour de Paris : Génération identitaire, le mouvement de jeunesse du Bloc identitaire, poursuit ses tournées de sécurisation des transports en commun. Vêtus de sur-vestes jaunes bien visibles marquées d’un lambda, ses militants ont parcouru les couloirs du métro parisien hier vendredi en début de soirée.

Leur objectif ? Sensibiliser les pouvoirs publics sur l’insécurité apparemment endémique des transports en commun, mais pas que. « Si les gens ont des questions, nous répondons, nous expliquons. Et s’il y a une agression, nous agissons. Nous sommes là car la police n’a pas les moyens d’assurer la sécurité partout et tout le temps » a expliqué l’un des militants présent à 20 Minutes.

L’accueil du public est globalement très positif. Celui des chiens de garde du Parti socialiste l’est nettement moins, comme en témoigne ce tweet hallucinant de SOS Racisme, jamais en retard pour défendre la racaille contre les Français de souche.

Agression du métro de Lille : l’abjection - par Gabriel Robin

Agression du métro de Lille : l’abjection – par Gabriel Robin

26/04/2014 – LILLE (via Boulevard Voltaire)
« J’avais peur. Il m’a dit que j’étais une pute, qu’il allait appeler son cousin, qu’ils allaient me violer à plusieurs. » C’est ainsi que s’exprimait, sur RTL et sous le choc, la jeune femme victime d’une agression dans le métro de Lille (photo). Le mercredi 23 avril 2014, à 22 h 30, l’innommable se produit. Plus de 30 minutes d’agression, sans aucune aide extérieure : un film d’horreur.

Cette femme, mère de quatre enfants, est entrée dans une station de métro, située au sud de Lille, afin de rentrer à son domicile de Tourcoing. Les menaces ont immédiatement commencé. Monsieur Abdelnour B., Marocain de 19 ans, est saoul, lubrique, bien décidé à faire vivre un enfer à sa victime. Dans son esprit – désinhibé par l’alcool et probablement un mode de vie dans lequel les mâles sont tout puissants –, les femmes n’appartiennent même plus au genre humain, elles sont destinées à satisfaire les envies sexuelles les plus basses et les plus immédiates, ni plus ni moins que des bouts de viande. Il se sent fort, il est un dominant, personne n’osera s’opposer à lui ; d’ailleurs, les autres passagers empruntent volontairement l’autre rame, laissant la jeune femme à son sort. Son témoignage est édifiant et révélateur : « Les gens sont partis dans l’autre rame tout au fond. Ils m’ont laissée toute seule et ils me regardaient me faire agresser ! »

Lire la suite

Vu sur Twitter

NKM fait souvent des « rencontres incroyables » dans le métro à Paris

Publié le
Les contribuables vont passer à la caisse : 500 000 euros pour les tags !

Les contribuables vont passer à la caisse : 500.000 euros pour les tags !

17/05/2013 –  18h30
PARIS  (NOVOpress) – La police des transports a interpellé mardi dans le Val-d’Oise trois hommes soupçonnés d’avoir dégradé du matériel de la RATP et de la SNCF avec des tags. A cause d’une nouvelle encre indélébile, le coût de ce vandalisme s’élèverait à plus de 5O0 000 € ! Les forces de l’ordre ont récupéré au domicile des individus des bombes de peinture, croquis de tags, ainsi qu’un fusil et un pistolet. Ces tags font référence à «ZNAK SUITE FERAY» et à «PVC95» tracés sur des trains stationnés dans des gares parisiennes.

Lire la suite

Baromètre twitter politique des Alpes-Maritimes : Philippe Vardon deuxième devant Christian Estrosi

Baromètre twitter politique des Alpes-Maritimes : Philippe Vardon deuxième devant Christian Estrosi

05/11/2012 — 12h45
NICE (NOVOpress) — L’édition niçoise du quotidien Metro s’en étonne mais le relève quand même. « Tous les mois, Metro établit grâce à l’outil de mesure Klout le classement des personnalités politiques azuréennes les plus influentes sur les réseaux sociaux. Le chef de Nissa Rebela bouscule la suprématie de l’UMP dans ce 3ème baromètre ».

Lire la suite

Ema West, l'anglaise qui "dit tout haut ce que les Anglais pensent tout bas" passera Noël en prison

Ema West, l’Anglaise qui « dit tout haut ce que les Anglais pensent tout bas », passera Noël en prison

07/12/201 – 17h30
LONDRES (NOVOpress) –
Décidément, la justice anglaise semble perdre totalement la tête en ce moment. Elle vient en effet de décider de maintenir une femme en prison cet hiver « pour sa propre sécurité ». La prison servirait donc en Angleterre à assurer la sécurité des individus, étrange conception.

La femme incarcérée est Ema West, cette mère de famille anglaise qui avait littéralement « pété les plombs » dans le métro londonien (photo ci-dessus), en hurlant à qui voulait bien l’entendre qu’il y avait trop de noirs et de Polonais en Angleterre et en demandant à certains passagers de « rentrer dans leur pays ». Néanmoins, aucune violence, aucune injure tombant sous le coup de la loi (l’Angleterre a une conception différente de la liberté d’expression que le pays de la loi Fabius-Gayssot) n’a été prononcée.

Pourtant, après avoir subi un véritable lynchage médiatique, certains journalistes appelant à la « montrer du doigt » et à la dénoncer (la vidéo a été visionnée plus de 7 millions de fois), elle a été arrêtée puis incarcérée. Sa décision de maintien en détention est justifiée par les menaces de mort qu’Ema West et sa famille auraient reçues depuis fin novembre.

Outre la décision proprement hallucinante de la justice (maintenir une personne qui n’a commis aucun crime ni aucun acte de violence derrière les barreaux), la question est de savoir si les propos tenus par Ema West au grand jour dans le métro londonien ne sont pas ceux d’une majorité de petits blancs anglais de la classe ouvrière et de la classe moyenne.

Insécurité dans le RER E : forces de l’ordre en masse… pour escorter le préfet

Insécurité dans le RER E : forces de l’ordre en masse… pour escorter le préfet

08/11/2011 – 10h00
PONTAULT-COMBAULT (NOVOpress) –
Impressionnante démonstration de force sur la ligne du RER E vendredi soir. Une cinquantaine de policiers, gendarmes et représentants de la sûreté ferroviaire, ont débarqué dans les rames à hauteur de Pontault-Combault (Seine-et-Marne). L’Etat a-t-il enfin décidé de mettre les moyens pour lutter au quotidien contre la délinquance ?

Pour notre confrère Le Parisien, il s’agissait plutôt d’escorter Pierre Monzani, le préfet de Seine-et-Marne, désireux de mieux connaître le vrai visage de l’insécurité qui frappe les Franciliens lors de leurs trajets, « d’où l’important déploiement de force », précise Louis Moulin, le journaliste. De tels effectifs ne seraient pas superflus en temps normal sur le RER E. En avril dernier, une bande multiethnique avait lynché un « jeune homme » à la gare de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Une triste réalité qui touche toutes les lignes où, passées 22 heures, « la précaution est de s’installer dans le wagon de tête, pour être le plus près possible du conducteur en cas d’agression », relate Gaëlle Borgia sur le site internet du Master professionnel « Formation aux pratiques du journalisme européen » à l’université Sorbonne Nouvelle Paris III.

Photo : Crédit photo : Par Jori Avlis via Flickr, licence CC.

Ce que révèle l'affaire "Mohamed vs Babu", par Simon Charles [tribune libre]

Ce que révèle l’affaire « Mohamed vs Babu », par Simon Charles [tribune libre]

Paris, octobre 2011 : comme tous les jours, une altercation éclate dans le métro. Mohamed, ressortissant égyptien « en situation irrégulière » s’en prend à une jeune femme. De manière plus ou moins agressive, en fonction des témoignages. « Babu », un Indien hindou, fraîchement débarqué en France lui aussi, intervient. Les deux hommes sortent du métro. Sur le quai, ils en viennent aux mains. Mohamed pousse alors « Babu », qui chute sur les rails et s’électrocute. Il meurt sur le coup. Mohamed est mis au placard, « Babu » devient le héros du métro. Il fait la une des journaux.

Les média s’emparent de l’histoire. Après Steve Jobs, ils trouvent un deuxième héros en l’espace de quelques jours. Quelle aubaine. Entre Steve Jobs, combattant de l’Occident (marchand), inventeur de gadgets « made in Asia » pour dépressifs en tout genre, porte-étendard de l’individualisme consumériste… et « Babu », le gentil « migrant » venu pour fuir la misère et travailler, qui intervient pour sauver une jeune femme de la barbarie : ah quelle belle semaine mes amis ! Comme les médias en parlent, les gens en parlent. Des machines à café aux tables de restaurant d’entreprise, « Babu » devient le sujet de conversation obligatoire. Et puisque les gens en parlent, le gouvernement DOIT s’en mêler. Il envoie donc deux ministres, dont Frédéric Mitterand (certainement attiré par les talents de « jeune boxeur » de la victime), rendre un vibrant hommage au héros. Une petite loi pour compléter le tableau, peut-être ?

On sait que ce mécanisme en quatre temps (fait divers – reprise médiatique – émotion collective – réaction gouvernementale) régit dorénavant la « vie politique » de notre pays. Nicolas Sarkozy, et les autres politiques dans son sillage, doivent ainsi avoir une opinion sur tous les sujets. Ils peuvent être appelés sur tous les fronts, y compris les plus grotesques. Emportés par le tourbillon de l’émotion et du court-terme, ils n’ont aucune vision de l’avenir d’un pays qu’ils dirigent à vue, au gré des tempêtes médiatiques. Qu’importe, il leur faut bouger, être présent, éteindre un par un les incendies émotionnels activés par l’emballement médiatique. On peut estimer qu’avec cette affaire « Babu », on a touché le fond du délire médiatique. En effet, chose de plus en plus fréquente, les médias se sont cette fois-ci lourdement trompés. Ils ont déclenché l’emballement à partir d’un postulat faux et précipitamment acté : « Babu » DOIT être un héros.

Pourquoi ce dernier doit-il l’être ? Parce que l’agresseur est un clandestin égyptien, tout simplement. Ce nouveau fait divers en plein Paris pourrait accentuer le réveil des ardeurs et le sentiment de ras-le-bol anti-immigrationiste de la part des Français. Ces derniers qui n’hésitent pas à afficher de plus en plus leur intention de vote, et leur sympathie pour les courants patriotes, à l’aube des prochaines échéances électorales. La démocratie est en danger. Mais « Babu » constitue un excellent rempart contre les risques de déviance idéologique. Dans son rôle, il est parfait. L’agresseur est immigré MAIS le sauveur est lui aussi immigré. OUF !

Sauf qu’hélas, « Babu » ne serait finalement pas le sauveur rêvé. Il n’est semble-t-il pas ce héros artificiel que nous ont trop vite fabriqué les médias. En effet, selon les premiers élements de l’enquête et notamment ceux émanant de la vidéo-protection (version orwellienne du mot « vidéo-surveillance »), il s’avèrerait que « Babu » aurait cogné le premier. Qu’il n’aurait pas agi seul, mais avec une bande de copains indiens. Que Mohamed n’aurait pas agressé la victime, mais lui aurait simplement « proposé des bonbons » avant de se concentrer sur « son portable et son Facebook » – dixit son avocat. Enfin, que Mohamed aurait simplement repoussé « Babu ». Bref, la « défense » met un sacré bâton dans les roues de la version officielle médiatico-gouvernementale. C’est que Frédéric Mitterand doit se sentir bien bête après un tel hommage, non ?

La position du système, celle de compenser l’agression commise par un immigré clandestin par l’intervention héroïque d’un autre immigré, est en effet totalement ébranlée par la réalité des faits : en plein coeur de Paris, une bande d’Indiens s’en est pris à un Egyptien qui était agressif. Qui a raison ? Comment cela s’est-il passé ? Quand parlera la fameuse jeune femme agressée dont personne ne dit mot ? Autant de questions qui demeurent, et auxquelles seule une enquête prodonde pourra répondre.

Une enquête sur un fait particulièrement grave, puisqu’il y a mort d’homme. Un fait divers grave, également, pour le système dès lors que le déroulement nous oriente vers deux conclusions qui mettent à mal le politiquement correct ambiant :
– il s’agit là d’une énième manifestation (dramatique cette fois-ci) de l’insupportable tension quotidienne qui règne dans le métro et les transports franciliens.
– l’affaire s’oriente vers un conflit « inter-ethnique » au sein d’une société multicurelle dont l’échec se révèle chaque jour un peu plus, tant cette dernière se mue en une jungle multi-raciste.

Parlant de la demande de libération de son client, l’avocat de Mohamed a mis le doigt là où cela fait mal : « Le juge a préféré le laisser en détention provisoire car il craint à la fois que Mohamed ne fuie et que sa libération ne crée un émoi dans la communauté indienne ». Tout est dit. S’il est libéré, Mohamed peut donc en effet fuir et retourner en Egypte. S’il est condamné, et si l’injustice se ressent, les membres de la communauté égyptienne descendront-ils dans la rue ? Se retrouveront-ils en face de ceux de la communauté indienne, eux-aussi choqués ou véxés ? C’est donc dans un climat de tension communautaire que l’affaire se déroule.

Plus que toute autre chose, l’affaire « Babu » souligne ce que jamais la République jacobine n’osera accepter : la communautarisation et la ghettoïsation de sa capitale, devenue une ville dégénérée, ultra-violente et multi-raciste.

Trust médiatique : TF1 prend le contrôle de Metro

Trust médiatique : TF1 prend le contrôle de “Metro”

29/07/11  21h00
PARIS (NOVOpress)
– Le groupe de médias français TF1 (appartenant à Bouygues) a annoncé qu’il contrôlait désormais en totalité le journal gratuit Metro France, grâce à l’acquisition des 65,7% du capital du quotidien qui n’appartenaient pas encore à TF1.

“Après avis favorable des instances représentatives du personnel concernées, le groupe TF1 annonce avoir finalisé ce jour l’acquisition des 65,7% du capital de Metro France détenus par Metro International, ce qui porte à 100% la participation de TF1”, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Cette nouvelle concentration médiatique est loin d’être négligeable, car Metro, premier journal gratuit distribué en France en 2002, est aujourd’hui le 2ème journal d’information du pays avec plus de 2,4 millions de lecteurs quotidiens et une diffusion moyenne de 760 000 exemplaires dans les 15 plus grandes villes de France.

Pas forcément une très bonne nouvelle pour la pluralité et la liberté de l’information en France…