Tag Archives: mers et océans

Sea Sheperd, le dernier pirate. Documentaire

Dans Le dernier pirate, soyez le témoin privilégié de l’engagement quotidien et du danger encouru par ces pirates des temps modernes. Deux bateaux de la « Sea Shepherd » traquent des baleiniers japonais dans la mer de Ross, près de l’Australie, dans une course-poursuite polaire où les écologistes deviennent de vrais pirates des temps modernes. Au milieu de décors époustouflants, les militants utilisent des moyens peu conventionnels pour lutter contre l’activité des baleiniers illégaux…

Publié le
Environnement : les océans transformés en décharges à ciel ouvert...

Environnement : les océans transformés en décharges à ciel ouvert…

05/04/2014 – PERTH (NOVOpress) – Les recherches en cours au large de la côte Ouest de l’Australie, dans l’océan Indien, n’ont pas encore permis de localiser l’avion disparu de la Malaysian Airlines, le désormais tristement célèbre Boeing 777-200, mais elles ont une fois de plus attiré l’attention sur les monceaux de détritus flottant dans les océans, rendant les recherches encore plus ardues.

Les éléments qui composent ces décharges flottantes vont de la taille d’une bouteille en plastique à celle d’un conteneur maritime, qui se transforment en plaques de déchets, littéralement appelées « soupes de plastique », d’un poids équivalent à plusieurs millions de tonnes, emportées par les cinq grands gyres océaniques.

Lire la suite

Vient de paraître : Géopolitique des océans, de Cyrille P. Coutansais

Vient de paraître : Géopolitique des océans, de Cyrille P. Coutansais

Vient de paraître : Géopolitique des océans, de Cyrille P. Coutansais Longtemps cantonnée à des activités immémoriales, l’exploitation des océans se trouve à un tournant : ressources en hydrocarbures, minérales ou génétiques s’ajoutent à des porte-conteneurs devenus le soubassement de la globalisation pour faire de la mer un nouvel Eldorado.

Celui-ci participe de l’expansion de criminalités transnationales qui connaissent, du narcotrafic à la traite d’être humains en passant par la piraterie, une expansion continue, à l’inverse de mouvements terroristes qui ne parviennent pas à s’adapter à ce milieu.

Si, dans ce nouveau cadre, l’US Navy demeure incontestée, des ambitions chinoises, indiennes se font jour, à l’inverse des Nations européennes qui peinent à conserver leur rang.
Les enjeux ne sont pourtant pas minces : du contrôle des routes maritimes stratégiques aux espaces donnant accès à ces nouvelles richesses, l’avenir une fois encore se jouera en mer.
4ème de couverture.

Conseiller juridique à l’État-Major de la Marine, Cyrille P. Coutansais est l’auteur de nombreux articles sur le domaine maritime.

Lire (.pdf 425 ko) : Géopolitique des océans (table des matières) (74)

[box class= »info »] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Marée noire en mer du Nord : la Shell tente d’en minimiser les conséquences

Marée noire en mer du Nord : la Shell tente d’en minimiser les conséquences

24/08/2011 – 19h00
EDIMBOURG (NOVOpress Breizh) – Dix jours après le début de la marée noire provoquée par la rupture d’un oléoduc situé en mer du Nord, à environ 160 kilomètres de la ville écossaise d’Aberdeen, le groupe pétrolier Shell a annoncé lundi dernier que celle-ci aurait finalement été stoppée. Selon les autorités britanniques c’est le pire épisode de pollution pétrolière survenu dans les eaux écossaises depuis une décennie.

Selon la firme anglo-néerlandaise des plongeurs auraient réussi à fermer la soupape de l’oléoduc de la plateforme Gannet Alpha, d’où s’échappait du pétrole. La Shell reconnait que près de 218 tonnes de pétrole se seraient écoulées dans la mer du Nord en raison de cette fuite. Vendredi dernier, selon les gardes-côtes, une nappe de pétrole d’une superficie totale de 6,7 km2 (représentant environ 3,6 tonnes de pétrole brut), flottait encore à la surface de la mer.

La Shell, qui a fait part de son intention de vidanger les centaines de tonnes de pétrole encore contenues dans l’oléoduc, estime que cette marée noire « n’aurait pas eu d’impact significatif sur l’environnement », y compris pour les oiseaux de mer. Une affirmation démentie par l’association britannique de protection des oiseaux RSPB, qui estime que « toutes les fuites de pétrole peuvent présenter un danger pour la vie sauvage ». Un avis partagé par le porte-parole du mouvement Jonk gréng, Philippe Schockweiler, qui estime que « cette nappe de pétrole aura un impact incommensurable sur les oiseaux, les phytozoaires, les microorganismes de la mer du Nord ainsi que sur l’ensemble de l’équilibre écologique de la région ».

Il semble établi par ailleurs, selon une étude réalisée par le Health and safety executive (HSE) – l’organisme britannique de contrôle de la sécurité – que la sûreté à bord de 96 % des installations en mer du Nord soit insatisfaisante et que 20 % d’entre elles montrent de « sérieuses défaillances ». La firme pétrolière se serait vu infliger, depuis les six dernières années, 25 blâmes pour infraction aux normes de sécurité.

Après l’officialisation de sa responsabilité dans la pollution du delta du Niger – l’extraction du pétrole a provoqué une pollution massive de l’eau potable et aura des conséquences désastreuses pour les forêts de mangroves locales – par des experts du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), ce nouvel évènement met une fois de plus en cause le pétrolier anglo-néerlandais. « La pire compagnie pétrolière britannique en termes de sûreté de ses installations », affirme le journal écossais The Sunday Herald. Apparemment sans risque d’être sérieusement démenti.

"Le Monde du silence" revisité

“Le Monde du silence” revisité [vidéo]

En 2004, la mer Rouge accueille les plongeurs de l’Équipe Cousteau, 50 ans après les images révolutionnaires du film “Le Monde du Silence”, de Jacques-Yves Cousteau et de Louis Malle.

Grâce aux aventuriers de la Calypso qui pendant deux années explorèrent les fonds sous-marins de la Méditerranée à l’océan Indien, un public émerveillé découvrait à la fois la beauté du spectacle insoupçonné de la vie sous-marine et le sentiment que cette extraordinaire richesse de la nature devait être protégée. Aujourd’hui, l’Equipe Cousteau à bord du navire Alcyone revisite les lieux explorés par le commandant Cousteau.