Tag Archives: mercantilisme

Le PSG n’est pas une pute ! Par Pierre-O

[Tribune libre] Le PSG n’est pas une pute ! Par Pierre-O

Méticuleusement, je refermai le papier d’allu sur mon jambon-beurre, que j’enfonçais au fond de mes poches. Mon père vérifiait qu’il avait bien pris les places et nous embarquions tout excité dans notre vieille voiture.

Ce soir, nous allions au Parc, et comme à chaque match, du haut de mes 10 ans, j’en ai le cœur qui bat.  Je vais voir Okocha, Robert ou Lama.

Ce soir, j’ai 20 ans. L’écharpe satin dans la poche, je passe les tourniquets de la tribune, serre quelques mains et écoute attentivement les consignes du capo pour le match de ce soir. La tribune va exploser, les traits sont tirés, notre fierté exaltée.

Le PSG, c’est tout ça. C’était tout ça. Des vendeurs à la sauvette, des « places, qui cherche des places ? », l’odeur du béton mouillé mélangé aux saucisses grillées, des sales gueules, des familles, des gyrophares, la clameur au loin, la chaleur des fumigènes, des tribunes colorées, des gants en cuir, le battement du tambour, et puis but.

But pour Paris. La foule en délire. Ca saute partout, des foyers lumineux qui s’allument d’ici et de là des tribunes. Et les tribunes qui se répondent puissamment, majestueusement.

Mais le PSG, c’était aussi des centaines de voitures et bus qui se déplacent chez l’adversaire. L’attente des heures en parcages, les vapeurs de bière, les clopes au bec, les fouilles interminables. Et des Parisiens qui chantent leur fierté d’être les descendants de Sainte Geneviève face aux insultes des locaux.

J’ai aimé ce PSG. Oh, pas d’un amour doux et tranquille, non. Notre relation était celle d’un couple fusionnel et je n’acceptais aucun écart de sa part. Des crises, j’en ai vues, du plan Larrue aux portes de la relégation, des éliminations sans raisons aux conflits de fans.

Mais c’était mon PSG, mon équipe, mon stade. Et parce que c’est ma ville, ma fierté, mon identité !

Mais voilà, certains ne voyaient pas cela d’un bon œil…

Fin des abonnements par tribune.

Interdiction de se déplacer au simple motif que notre cœur est rouge et bleu.

Suppression des associations de supporters.

Nouvel actionnariat d’un pays qui n’a de liens avec Paris que via sa Bourse et dont les pratiques humanistes sont aussi développés qu’il y a de saumons dans la Seine.

Une équipe renouvelée mais aux multiples cartes d’identités.

Des millions d’un coup.

Un public « crête teinte en blond, maillot floqué d’un surnom le plus ridicule possible, une écharpe par bras, le doigt levé le plus longtemps face à l’ennemi marseillais, casquette à la 50 Cent, lunette de soleil posée sur le bout du nez ». Et une ambiance digne d’un superbowl américain, lumières et musiques arrangées. Sauf que nous ne sommes ni au superbowl, ni Américains.

Et, dernière nouvelle, on annonce Beckham au PSG en janvier. Jeanne Calment vivrait encore qu’on la ferait signer pour vendre plus de maillots ! « Bad Boy » qu’on le surnomme… Un mec qui roule en cabriolet, qui change de coupe de cheveux comme de chemises, et dont le salaire n’a jamais été inférieur à 50 fois le salaire moyen britannique ! « Bad Boy » !

Messieurs les journalistes, les seuls bad boys du Paris.SG ne fréquentent pas les résidences privées mais les bars de la Capitale, vêtus d’une casquette et de gants en cuir. Et ont une paire de couilles.

Alors, certes, le PSG d’avant, c’était plus tumultueux et moins rentable. Mais c’était mieux parce que c’était nous.

Comment faites-vous pour balayer sans vergogne l’identité d’un club ? Comment pouvez-vous ignorer que l’enfant turbulent que nous étions s’est transformé en gamin pourri gâté ? Pourquoi construire un club sans ses fans et sans enracinement ? N’avez-vous pas honte quand vous vous déplacez à Sainté, Bollaert, ou Nice ?

Direction du PSG, je vous hais. Paris vous vomit. Nous ne lâcherons pas un morceau de notre club. Les vrais grands clubs européens vous rient au nez. Liverpool, Rome, Dortmund, et bien d’autres : eux ont un public. Vous avez des pantins.

Vous croyez que vous pouvez racheter une identité au club en injectant des millions dans des joueurs qui resteront deux saisons ? Vous pensez que vous attirerez les Parisiens au stade en nous promettant sandwichs et sécurité ? Vous songez sérieusement que Germain le Lynx va développer l’âme du PSG ? Mais messieurs, Paris n’est pas une pute !

Abolissez vos mesures. Pour Paris. Pour les Parisiens.

Le Paris.SG, c’est nous ! Le Paris.SG, ca n’est que nous ! Le Paris.SG, ca n’est plus que nous !

Fier d’être Parisien.

Pierre-O

Crédit photo : PSGMAG.NET, licence CC.