Tag Archives: Méditerranéen

bateaub_norvegien_clandestins_mediterranee

+600 % de clandestins en Grèce en janvier. Vers le renvoi en Turquie des « réfugiés » secourus en mer ?

29/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Va-t-on enfin venir à des solutions de bon sens ? Des voix s’élèvent en Allemagne pour que les navires européens raccompagnent les naufragés ou « réfugiés » à leur point de départ plutôt qu’en Europe.

L’ampleur sans cesse croissante de l’invasion migratoire par mer — Plus de 100 000 clandestins ont déjà traversé la Méditerranée depuis le début 2016, soit plus que le total des six derniers mois de 2015 — devient alarmante, même pour les bonnes âmes. Le nombre de clandestins arrivant en Grèce en janvier est 600 % plus élevé qu’il y a 12 mois, selon Frontex. Des statistiques qui dessillent les yeux les mieux clos.

Les « réfugiés » secourus en Méditerranée par Frontex et l’OTAN sont systématiquement amenés sur les côtes européennes (principalement grecques), facilitant et encourageant d’autant la submersion migratoire. Pourtant, en Allemagne, certains réclament une reconduite en Turquie.
Ainsi, Hans-Peter Friedrich (CSU) a appelé Frontex à cesser d’emmener des migrants illégaux sur le territoire européen. Il a ajouté que le droit maritime international stipulait que les personnes secourues devaient être envoyées dans un endroit « sûr », et que cela pouvait être la Turquie, comme le stipulerait Frontex. Il a demandé à ce que la réglementation de l’UE, qui ne classe actuellement pas la Turquie parmi les destinations « sûres », soit modifiée le plus vite possible.
Une position appuyée par la ministre allemande de la Défense, Ursula Von der Leyen, qui considère aussi que la Turquie est un pays « sûr ». La ministre pense donc que les navires de l’OTAN devraient être autorisés à renvoyer des migrants en Turquie.

Pour autant, Frontex, dément avoir accordé ce statut de pays sûr à la Turquie.
Contrairement à de récentes déclarations, Frontex n’a jamais classé la Turquie dans les pays « sûrs », et ce n’est pas près de changer a rappelé Ewa Moncure, porte-parole de l’agence européenne de surveillance des frontières.

Naturellement, en plus des ces points juridiques, il faudra vaincre la résistance des associations et groupements immigrationnistes, qui n’ont pas manqué de monter au créneau. « Envoyer en Turquie des réfugiés secourus dans la mer Égée reviendrait à sonner le glas du droit d’asile », a par exemple déclaré Karl Kopp, de l’organisation d’aide humanitaire Pro Asyl.

Crédit photo : Kripos NCIS via Flickr (CC) = Overføring til « Peter Henry von Koss »

bobard_geographique_afp

Le bobard du jour est géographique

25/02/2016 – MÉDIAS (Les Bobards d’Or/Polémia)
Quand l’AFP perd la boussole en méditerranée…
L’AFP s’affiche mauvais élève du fond de la classe. Dans la nuit du 18 au 19 avril 2015, plusieurs centaines de clandestins ont trouvé la mort « dans le canal de Sicile », qui se trouve entre la Sicile et la Tunisie. Pourtant, la carte de l’AFP montre le « lieu approximatif du naufrage » dans les eaux territoriales libyennes, au nord de Tripoli, la capitale, à plus de 500 km du canal de Sicile… Tous les médias ont rapporté l’information en déplaçant le lieu du naufrage :

Pour Le Monde : « Le décompte macabre se poursuit dans le canal de Sicile »
Pour Le Parisien, c’est aussi « dans le canal de Sicile » que le naufrage a eu lieu.
Les Échos parlent aussi de naufrage dans le canal de Sicile et précisent « au large de Lampedusa ».
Le Figaro est encore plus précis : c’est « au cœur du canal de Sicile » que le naufrage a eu lieu.

Tout ceci est géographiquement faux :
• plus de 250 km séparent le lieu du naufrage de Lampedusa
• plus de 500 km séparent le lieu du naufrage du canal de Sicile

Mais le bobard géographique présente un intérêt politique et idéologique : culpabiliser les Européens. Car si le titre avait été « Naufrage au large des côtes libyennes », l’impact aurait sans doute été tout autre, d’autant que les médias se sont empressés, dans le même temps, de crier à « l’Europe démunie » « sommée d’agir » ou encore « au pied du mur »…


NOVOpress est partenaire officiel de la 7ème cérémonie des Bobards d’Or, qui se tiendra à Paris le 14 mars prochain. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Bobards d’Or (bobards-dor.fr) et sur la page Facebook de l’événement.

clandestins_bateau

Invasion migratoire : à qui profite le crime ? Réponse à 6 milliards d’euros

24/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Sans aller chercher très loin, les premiers profiteurs de l’invasion migratoire qui frappe l’Europe sont évidemment les passeurs, qui auraient, selon Europol, engrangé entre 3 et 6 milliards d’euros en 2015 grâce au trafic de clandestins.

Les réseaux criminels de passeurs de clandestins auraient amassé entre 3 et 6 milliards d’euros en 2015 selon Europol. L’office européen de police indique que ce ne serait qu’un début, ce montant pourrait doubler, voire tripler, si l’invasion migratoire continue à son rythme actuel, soit 140 000 « migrants » entrés en Europe depuis le début 2016.

« La lutte contre le trafic de migrants est une des principales priorités de l’UE dans le but de contrer la crise des réfugiés », a déclaré le Commissaire européen chargé de la Migration, Dimitris Avramopoulos, présent à Europol. De belles déclarations que l’on aimerait voir suivies d’effet, par exemple une politique dissuasive vis-à-vis de ce trafic d’êtres humains. Raccompagner systématiquement les naufragés recueillis par les navires européens à leur point de départ constituerait par exemple un premier pas, une réponse policière, voire militaire face aux complices de cette invasion un second.

En effet, Europol dit posséder des informations sur près de 40 000 personnes soupçonnées d’implication dans le trafic de migrants. Les suspects sont originaires de plus de 100 pays, mais proviennent majoritairement de Bulgarie, Égypte, Hongrie, Irak, Kosovo, Pakistan, Pologne, Roumanie, Serbie, Syrie, Tunisie et Turquie. Qu’est-il fait contre ces personnes ? A priori, pas grand-chose. Pas étonnant donc qu’Europol prévoie aussi que le flux de « réfugiés » et « migrants » ne semble pas devoir se tarir cette année.


900_migrants_lesbos

Nouvelle compagnie méditerranéenne de ferries : Frontex

19/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Un bateau de la mission de « surveillance des frontières » de Frontex a recueilli hier 900 clandestins. En raison du mauvais temps, c’est maintenant tous les migrants qui sont pris à bord des navires de Frontex.

Hier, le bateau bulgare « Obzor », en mission au large de l’île grecque de Lesbos pour le compte de Frontex, a recueilli en mer quelque 900 migrants. Ce n’est plus une mission de douane, c’est un véritable service de ferry qu’a organisé l’agence de surveillances des frontières européennes. En effet, l’Obzor a fait trois tournées ce jeudi entre le port de Mytilène, dans l’île de Lesbos, et la côte turque, distante de quelque 8 km. Ce navire de 43 mètres peut embarquer beaucoup plus de migrants que les vedettes de patrouille de Frontex, d’une capacité maximale de 50 personnes.

En raison du mauvais temps et du froid, nous embarquons maintenant tous les migrants que nous trouvons, car les risques sont beaucoup plus grands qu’en été

explique Ewa Moncure, porte-parole de l’agence européenne des frontières.

Et plutôt que de faire courir des risques aux migrants sur les premiers kilomètres de leur parcours, pourquoi ne pas aller directement les chercher à quai, en Turquie ? S’il n’est évidemment pas question de laisser mourir de froid des naufragés, la seule solution pour décourager les passages clandestins et dangereux serait des les ramener à leur point de départ, non de destination.


lampedusa  Sara Prestianni Noborder Network

Italie : 96 % de jeunes hommes parmi les « réfugiés »

13/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Tout le monde sait, même et surtout les journalistes qui mettent en avant des photos de femmes et d’enfants pour apitoyer le bourgeois, que les prétendus réfugiés qui déferlent en Europe sont en écrasante majorité des hommes jeunes. Mais quelle est la proportion exacte ? Les gouvernements européens se gardent bien de la donner.

En septembre dernier, les soi-disant décodeurs du Monde avaient profité de l’absence de chiffres officiels pour prendre à parti Marine Le Pen, qui avait osé parler de 75 %. Selon ces parangons de la rigueur médiatique, s’il y a « effectivement une majorité d’hommes » parmi « les migrants ayant traversé la Méditerranée pour venir en Europe », « la proportion pourrait se rééquilibrer, selon d’autres comptages ».

Or voici que nous disposons enfin de données statistiques précises. Elles concernent la province de Vicence, dans la région Vénétie, et il n’y a aucune raison de supposer que la situation n’y soit pas représentative de l’ensemble de l’Italie. La préfecture de Vicence a révélé les chiffres la semaine dernière : le nombre d’étrangers hébergés dans les centres d’accueil (complètement saturés) de la province est désormais de 1 360, dont 1 309 sont des hommes majeurs. Les femmes (« surtout des Nigérianes », désormais la main d’œuvre préférée des réseaux de prostitution) et les enfants représentent ensemble 51 personnes. Cette écrasante domination masculine ne tend nullement à se réduire. Le dernier arrivage d’immigrés, jeudi, comptait neuf personnes, toutes des hommes : huit Somaliens et un Togolais.
Lire la suite

8510-Chard

Un million de « migrants » en Europe en 2015 !

23/12/2015 – EUROPE (Présent 8510)

C’était un jeu au cours duquel les spectateurs incitaient les concurrents à risquer plus gros en criant « Le million ! Le million ! » Le million, nous l’avons, mais ce n’est pas un jeu, c’est une tragédie : l’Union européenne a officiellement dépassé cette année la barre du million de « migrants », pour la plupart musulmans, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Il ne s’agit là que des légaux, les autres sont sous-évalués à 500 000.
8510P1
Même un million est un chiffre digne de figurer dans le Livre des records puisque c’est le flux migratoire le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale. En 2014, ils n’étaient « que » 219 000. Cinq fois plus en un an, au fil de l’avance de l’État islamique en Syrie, mais aussi de l’appel inconditionnel d’Angela Merkel qui a accéléré le mouvement, convainquant ceux qui hésitaient à franchir le pas. Permettant du même coup aux terroristes islamistes de profiter de la naïveté désarmante, au propre comme au figuré, de l’Union européenne.

Car sur ce million, il y a la moitié de Syriens, ou plus précisément de titulaires d’un passeport de ce pays. Lequel document donnant droit au statut de « réfugié » est un sauf-conduit. Deux des trois terroristes du 13 novembre étaient munis de passeports syriens émanant d’un lot de 3 800 passeports vierges volés en Syrie. Les services de renseignement ont établi qu’EI a récupéré des dizaines de milliers de passeports vierges, non seulement en Syrie, mais aussi en Irak et en Libye, en prenant le contrôle d’administrations publiques lors de leurs avancées guerrières, que le groupe djihadiste se procure tout le matériel, passeports et imprimantes nécessaires à la fabrication de vrais-faux documents, donc indétectables.

Avec ces « authentiques » passeports, les contrôles aux frontières, même s’ils étaient rigoureux, ce qui n’est pas le cas, ne pourraient pas arrêter l’infiltration des islamistes prêts à nous frapper. Combien de terroristes parmi ces 500 000 « Syriens » ? La seule solution, c’est la fermeture immédiate et totale des frontières de Schengen, extérieures et intérieures.

Rien de tel n’a été décidé au sommet de Bruxelles dimanche. Seulement la création d’un corps de garde-frontières et de garde-côtes « fort » de 1 000 hommes à l’horizon… 2020 ! Si l’Europe manque de conviction, donc de zèle, pour contenir le flux des migrants, c’est qu’elle fait sien le jugement aberrant du Haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Antonio Guterres : « Alors que les sentiments anti-étrangers augmentent dans certains endroits, il est important de reconnaître les contributions positives des réfugiés et migrants aux sociétés dans lesquelles ils vivent. » Qu’il aille raconter ça aux Calaisiens, il verra comment il sera reçu ! Le directeur général de l’OIM, William Lacy Swing, dans le même registre, a déclaré en annonçant que l’Europe avait franchi le seuil du million de migrants : « Nous savons que les migrations sont inévitables, nécessaires et souhaitables. » Il n’y a donc rien à faire si ce n’est les accueillir avec des cris de joie au son du tambour et de la trompette. Mme Merkel serait parfaite en chef d’orchestre.

Guy Rouvrais

santini-autobus-700x357

Bari, capitale de l’accueil aux frères migrants et des tabassages de chauffeurs de bus

17/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)

Bari, la capitale des Pouilles, a une longue expérience de l’accueil des frères migrants. C’était au centre d’identification et d’expulsion de Bari qu’avait d’abord séjourné Mada Adam Kabobo, le tueur à la pioche de Milan, après avoir débarqué dans les Pouilles à bord d’un bateau d’immigrés clandestins.

Depuis cet automne, par surcroît, « après l’appel du pape François qui a demandé d’accueillir les migrants dans les structures ecclésiastiques », de nombreuses paroisses de Bari se sont transformées en annexes pour clandestins. « À Bari, s’était alors félicitée l’adjointe au maire, Francesca Bottalico, il y a un réseau de solidarité des citoyens qui sont prêts à accueillir les migrants et à collaborer avec la mairie pour des projets d’intégration ».

Le 6 décembre, le pape François avait du reste fait l’éloge de l’Italie du Sud qui, en accueillant Kabobo et les autres, avait « été un exemple de solidarité pour le monde entier ».

211152349-1676b298-8335-4af8-b4bb-535a5b9d5246

L’abbé Angelo Cassano, l’ami des migrants

Tout n’est pourtant pas encore parfait à Bari, comme l’avait souligné en septembre l’abbé Angelo Cassano, un curé spécialisé dans l’accueil des clandestins. Tout en se réjouissant hautement des propos de François pour « réveiller le sens de la solidarité » dans la ville, il ne s’en disait pas moins « inquiet du niveau d’agressivité », qui se manifestait, à l’en croire, par « les agressions dans la rue contre les frères migrants, les nombreux, trop nombreux, petits épisodes d’intolérance raciale ».

L’ecclésiastique n’avait pas jugé bon d’évoquer la situation des chauffeurs de bus, qui sont en première ligne dans les échanges avec les immigrés. La mise en place, en 2009, d’une navette gratuite réservée à ces derniers entre le Cara (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile) et la gare de Bari, n’a pas empêché les autobus et leurs chauffeurs d’être régulièrement pris pour cible.

Lors de la grande émeute de Bari en août 2011 – avec la participation de notre frère migrant Kabobo –, les clandestins avaient pris d’assaut un autobus, faisant de nombreux blessés. On avait échappé de peu à un massacre puisque les Africains allaient mettre le feu au véhicule, où se trouvaient encore le chauffeur et trois femmes, si un policier n’était courageusement intervenu tout seul pour les en empêcher.

Bari rivolta al centro Cara

Emeutes de clandestins à Bari, en 2011. La violence des clandestins à l’encontre de leur pays d’accueil n’est hélas pas une nouveauté

La litanie, depuis lors, est très longue. En décembre 2014, « deux Nord-Africains » s’étaient déchaînés à coups de pied et de poing contre un conducteur, auquel ils reprochaient de ne pas leur avoir ouvert la porte qu’ils voulaient. Ils lui avaient enfoncé les doigts dans les yeux et avaient tenté de les lui crever. Bilan : l’un des deux agresseurs s’était enfui, l’autre, « un Tunisien déjà connu des services de police », avait été arrêté, le chauffeur avait eu quinze jours d’ITT. Le journal local parlait alors « d’épisodes toujours plus fréquents » et citait un représentant syndical : « les chauffeurs vivent dans la terreur, surtout quand ils travaillent de nuit ». Le lendemain même, un autre chauffeur avait été passé à tabac par « un groupe de jeunes de couleur qui retournaient au centre d’accueil ».

Dernier épisode en date, il y a quelques jours, un conducteur a été agressé par un immigré qui réclamait des renseignements. « Le chauffeur, ne parvenant pas à comprendre ce que demandait l’individu, puisque celui-ci ne parlait pas l’italien, n’avait pu fournir les informations demandées ». Furieux, l’immigré s’est jeté sur lui et a tenté de l’étrangler.

Il est décidément urgent de donner aux chauffeurs de bus de Bari – et de toute l’Italie – une formation au bangala, au swahili, au kikongo, au wolof, etc., etc. Les paroisses pourraient peut-être organiser des cours du soir. Il est vrai que les chauffeurs de bus ne sont guère les bienvenus dans les églises italiennes, depuis que le pape François les a plus ou moins excommuniés pour racisme, dans un discours fameux – « Je me souviens de tant d’occasions ici à Rome, je montais dans l’autobus, quelques Tsiganes montaient, et le chauffeur disait : “Attention à vos portefeuilles”. Ça, c’est du mépris. C’est peut-être vrai, mais c’est du mépris. » Et n’avoir toujours pas appris la langue des frères migrants, ça aussi, c’est du mépris.

Flavien Blanchon

Immigration : et pendant ce temps, la Grande invasion continue… 

28/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Sur l’île grecque de Lesbos, les canots pneumatiques continuent de déverser leur flot de clandestins à un rythme soutenu. Si la voie maritime semble moins « à la mode » depuis que des cohortes innombrables ont choisi de passer par l’Europe centrale au départ de la Turquie, la Méditerranée reste un point d’entrée essentiel pour l’immigration clandestine. Lesbos, île grecque à quelques encablures des côtes turques est en première ligne pour les « migrants » du Moyen-Orient et d’Asie Centrale (Syrie, Irak, Afghanistan…), tandis que la voie « Sud », au départ de la Libye est privilégiée par les candidats venus de toute l’Afrique, que les mauvaises conditions météo ne suffisent pas à décourager.

Publié le
clandestins_bateau

12 migrants chrétiens, jetés par-dessus bord par des musulmans, ont péri en Méditerranée

27/11/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

15 migrants musulmans ont été arrêtés par les autorités italiennes, accusés d’avoir jeté par-dessus bord 12 migrants chrétiens originaires du Nigéria et du Ghana.

Les faits se sont déroulés le 17 novembre dernier, dans un canot pneumatique parti des côtes libyennes faisant route vers le nord.
Ce sont des occupants du canot qui ont dénoncé les coupables aux autorités. Des rescapés qui, eux-mêmes menacés, ont réussi à s’opposer « en constituant une chaîne humaine » sur le canot, selon une déclaration de la police de Palerme.

Ce scénario s’est déjà produit le 16 avril dernier, 12 personnes avaient péri en Méditerranée.
Nous n’avons à ce jour aucune information signalant que des migrants chrétiens auraient jeté par-dessus bord des migrants musulmans.