Tag Archives: médecine

La France malade de sa médecine - Eléments N°148, juillet-septembre 2013

La France malade de sa médecine – Eléments N°148, juillet-septembre 2013

Présentation du dossier : Dans l’Antiquité, la maladie était considérée comme le résultat d’un déséquilibre de l’harmonie présidant aux combinaisons formelles de la nature. Aujourd’hui, l’être humain devient un assemblage de pièces détachées et d’organes à réparer qu’on surveille et qu’on change en attendant de pouvoir les modifier. La médecine pratique en quelque sorte l’autopsie des corps vivants, des vivants transformés en matériau biologique recyclable dans une structure d’échanges commerciaux infinis.

La marchandisation de la santé va de pair avec la médicalisation de l’existence, qui fait de la santé une sorte de nouvelle religion laïque, où le corps s’est définitivement substitué à l’âme dans le droit fil de la « biopolitique » dont parlait Michel Foucault. Cette idéologie médicale, d’origine américaine, relève d’un hygiénisme dogmatique qui, exploitant l’hypocondrie des individus, se traduit par une surveillance toujours plus grande des styles de vie, en conciliant puritanisme moral et homogénéisation conformiste des conduites avec l’acceptation de dispositifs politico-économiques nocifs.

Lire la suite

Lectures fermes pour une époque molle - Par Dominique Venner

Lectures fermes pour une époque molle – Par Dominique Venner

À celles et ceux qui me lisent, je présente tous mes vœux d’énergie, de courage et de beauté. Pour accompagner ces vœux, je vais commenter ma relecture récente d’un ouvrage fondamental et un peu oublié, voire dénigré (signe de qualité dans un environnement décadent) : L’Homme cet inconnu d’Alexis Carrel. Mon édition date de 1968, elle reprend l’édition Plon originale de 1935 (1) (image en Une, édition de 1957).

Prix Nobel de médecine en 1912, le Dr Carrel ne fut pas seulement un biologiste inventif et un virtuose de la chirurgie, c’était un esprit d’une hauteur exceptionnelle. Loin de s’enfermer dans sa discipline, il s’intéressait à tout ce qui se rapporte aux mystères de la vie humaine envisagée sous ses aspects physiologiques, intellectuels et moraux afin d’améliorer la société moderne.

Lire la suite

Médicaments génériques : l’Etat a berné les Français

Médicaments génériques : l’Etat a berné les Français

11/11/2012 – 08h00
PARIS
(NOVOpress) – Entre les Français et les médicaments génériques, la pilule ne passe plus vraiment : 57 % d’entre eux seulement (contre 62 % il y a un an) acceptent systématiquement la substitution d’un médicament d’origine par un générique. Cette défiance a augmenté de cinq points en un an, selon un sondage IFOP publié lundi. Par ailleurs, les Français sont plus réservés quant à l’efficacité des  génériques, 72% la jugeant similaire à celle des médicaments d’origine contre 77 % en 2011. Quant à la perception de la sécurité des génériques, elle baisse de dix  points, avec 61 % se déclarant convaincus que ces médicaments sont  « aussi sûrs » que les médicaments d’origine, contre 71 % en 2011.

Lire la suite

Des médecins humanitaires vont s'installer en Auvergne

Des médecins humanitaires vont s’installer en Auvergne

17/10/12 – 20h30
PARIS (NOVOpress)
– L’ONG Médecins du Monde a annoncé qu’elle allait ouvrir une mission dans le Puy-de-Dôme à destination du monde rural Le premier centre sera ouvert dans les Combrailles, une zone à cheval sur le Puy-de-Dôme, la Creuse et l’Allier. Il s’agit d’une première expérience tristement révélatrice de l’état de nos campagnes et qui confirme de fait, comme le démontre les travaux statistiques sur le sujet, que la véritable pauvreté se situe dans les zones rurales encore très largement autochtones et non dans les banlieues de l’immigration grassement subventionnées.

Lire la suite

"Soins interculturels" et "gestion des conflits" au CHU de Nantes

« Soins interculturels » et « gestion des conflits » au CHU de Nantes

24/01/2012 – 18h50
NANTES (NOVOpress Breizh) – Confronté à l’évolution de sa clientèle, le CHU de Nantes va former son personnel aux « soins interculturels ». Et aussi à la « gestion des conflits ».

Le CHU de Nantes recherche actuellement un fournisseur pour une « prestation de formation de (ses) agents aux soins interculturels ». « Soins interculturels » est une périphrase qui désigne généralement les soins aux immigrés.

L’importance croissante de la population immigrée parmi les patients pose des problèmes de plus en plus aigus au CHU de Nantes comme à la plupart des hôpitaux publics. « Les incidents sont presque quotidiens », déplore une aide soignante. « Souvent, il s’agit de simples problèmes de langue. Mais les intolérances culturelles et religieuses prennent de l’ampleur. Certains malades, et surtout leur famille, refusent nos manières de faire. On perd un temps fou à parlementer. Un temps qu’on ne peut plus consacrer aux autres malades. » Le cas devenu classique est bien sûr celui du musulman pratiquant qui refuse de laisser un médecin homme examiner sa femme.

Le dilemme est clair : maintenir les standards médicaux ou se plier aux exigences de la clientèle non intégrée. Pour éviter que les problèmes ne s’enveniment, certains établissements préfèrent la seconde solution, ce qui suppose une adaptation de leur personnel aux contraintes des « soins interculturels ». Quelle que soit la solution retenue, l’accueil de patients ne parlant pas le français ou refusant les pratiques médicales occidentales est source de coûts supplémentaires pour l’hôpital, au détriment du budget pour soigner les autres patients.

Simultanément, le CHU de Nantes recherche un fournisseur pour une « prestation de formation de (ses) agents à la gestion des conflits ». Sans préciser cependant s’il existe un rapport entre soins interculturels et gestion des conflits !

[Tribune Libre] Droit au casse PIP - Par Diane Fischer

[Tribune Libre] Droit au casse PIP – Par Diane Fischer

PIP : Poly  implant prothese.

Ma maman m’a toujours dit : «  mieux une jolie petite paires d’abricots bien à toi qu’une grosse paire de melons en plastock ». A croire qu’elle avait encore raison…

Par où commencer ? Passer sur le billard pour une paire de gros nibards c’est tout simplement nul. Non passer sur le billard et dépenser 4000 euros pour une paire de gros nibards ça rime à quoi ? Non, pardon, passer sur le billard , dépenser 4000 euros  et se retrouver avec une paire de prothèses contenant un additif pour carburants ( le Baysilone), ainsi que du Silopren et du Rhodorsil, utilisés dans l’industrie du caoutchouc  fallait-il s’y attendre ? Oui, en partie. En réalité, les produits provenaient d’entreprises de composants industriels et chimiques qui n’avaient jamais été testés cliniquement pour leur éventuelle nocivité sur l’organisme. Cela dit,  les femmes ayant eu recours à la pose de ces prothèses n’étaient pas censées le savoir, c’est un fait.

Donc deux coups de gueule : le premier contre tous ces produits soi-disant inoffensifs ou réputés bon pour la santé qui ne sont en réalité que du poison. Ces produits bien souvent peu ou pas contrôlés envahissent de plus en plus nos hôpitaux, des médecins de mèche avec de grands laboratoires pharmaceutiques  jouent avec  la santé de leurs patients. De plus, il est à noter que  les ratés de la chirurgie esthétique se multiplient  en même temps que sa pratique se banalise. Des femmes mal informées  se retrouvent bien souvent face à des médecins peu scrupuleux, les résultats en sont désastreux.

Le deuxième coup de gueule contre tous ces artifices. C’est moche, bien souvent on ne voit que ça et surtout ça n’est pas nous. Et comme ce qui va sans dire va encore mieux en le disant : n’oublions pas mesdames, que les canons de beauté du 21ième siècle sont dictés respectivement par des homosexuels  en quête perpétuelle d’androgynie,  ou par des fans de porno avec des actrices hongroises de 19 ans. N’oubliez pas non plus que même de sublimes actrices sont aidées par le dieu Photoshop. Simplement restons belles, rebelles… et naturelles.

Diane Fischer

[box class= »info »] Source : le webzine féminin Belle et Rebelle. [/box]

Dans l’Oise, la majorité des médecins sont désormais Roumains

Dans l’Oise, la majorité des nouveaux médecins sont désormais étrangers

08/12/11 – 19h00
PARIS (NOVOpress)
– C’est ce que révèle la dernière étude de démographie médicale du Conseil national de l’ordre des médecins : près de 60% des nouveaux médecins qui s’inscrivent à l’ordre des médecins de l’Oise ont obtenu leur diplôme à l’étranger. Par comparaison, le taux en Ile-de-France de médecins étrangers est de 28%, un chiffre déjà considérable.

Dans l’Oise ces médecins sont parfois originaires du Maghreb mais la majorité vient de Roumanie.
Ce phénomène, bien connu des services d’urgence hospitaliers, s’étend dorénavant à la médecine générale.

Si les compétences des médecins roumains semblent reconnues par le monde médical hexagonal, cette présence massive pose néanmoins des problèmes, dont le moindre n’est pas celui de la compréhension de la langue.

Par ailleurs, les syndicats pointent l’inégalité que met en lumière cette situation car en France, contrairement par exemple à la Roumanie, le numerus clausus bloque le nombre de médecins formés et diplômés chaque année.

Une situation choquante qui laisse de nombreux étudiants français sur le carreau bien qu’ils aient le niveau nécessaire, pendant qu’hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux embauchent des médecins étrangers. Et ce n’est pas la très faible augmentation (pour la médecine à peine 100 étudiants de plus pour toute la France) du numérus clausus 2012, annoncée par Xavier Bertrand, ministre de la Santé, qui va notablement changer cette situation organisée en permanence depuis les années 1980 par nos gouvernants tant de droite que de gauche.

Crédit photo : CG 94 photos, licence CC.

6 000 médecins algériens ont quitté leur pays pour s'installer en France

6 000 médecins algériens ont quitté leur pays pour s’installer en France

21/11/2011 – 18h40
PARIS (NOVOpress) —
Enfin une promesse tenue par Sarkozy. Pas forcément celle que l’on aurait souhaitée voir appliquer. Nicolas Sarkozy et l’UMP avaient promis l’instauration de l’immigration choisie, c’est désormais chose faite. L’immigration choisie ou comment piller les ressources intellectuelles de pays moins avancées et instaurer une concurrence déloyale entre travailleurs immigrés et autochtones.

Pour preuve, le cri d’alarme de l’ordre des médecins en Algérie qui assiste impuissant à l’exode des médecins algériens vers l’étranger notamment la France où « 6000 médecins algériens toutes spécialités confondues exercent actuellement dans l’hexagone ». Un chiffre qui repose sur les données émanant de l’ordre national des médecins en France. Un flux dont la source n’est pas près de se tarir car chaque année, des dizaines et des dizaines de médecins algériens viennent grossir les rangs de leurs compatriotes installés sur le sol français. Un constat d’autant plus préoccupant que selon Mohamed Bekat Berkani, président du conseil national de l’Ordre des médecins en Algérie, ces médecins auraient une utilité certaine « pour le développement du système de la santé en Algérie ».

Alors que le numerus clausus au concours d’entrée en médecine en France était devenu féroce à partir des années 80 et reste encore très insuffisant pour les besoins, la France se heurte aujourd’hui à cause de cela à une démographie médicale nettement insuffisante. Faisant suite à ce véritable aveu d’échec en matière d’anticipation politique, les gouvernants français n’ont rien trouvé de mieux que de puiser dans les ressources médicales de pays exsangues au lieu de former au sein des universités françaises les générations futures de médecins et autre personnel médical.
En empêchant un nombre suffisant de jeunes français de devenir médecins cela leur permet d’opérer, comme dans d’autres domaines, une véritable substitution de population.