Tag Archives: Maxime

Embastillement des opposants au mariage homosexuel : saison II

Embastillement des opposants au mariage homosexuel : saison II

Honoré Daumier, « L’avocat », via Wikipédia (cc).

13/03/2014 – LYON (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Mardi 11 mars, un partisan du mouvement d’opposition à la loi Taubira portant en partie sur le mariage homosexuel, la Manif pour tous, prénommé Maxime, a été condamné en cour d’appel. Aux ordres du pouvoir, la Chancellerie avait contesté un jugement trop clément à son goût, faute de prison ferme.

Pourquoi le parquet a‑t‑il fait appel de la première condamnation ?

En première instance, Maxime a été condamné au double des réquisitions du procureur. C’est déjà une chose très rare. Mais le parquet n’a pas été satisfait d’un succès si éclatant. Pourquoi ? Assurément parce que c’est un procès politique.

Qu’est‑ce qui est reproché au militant ?

Maxime, soutenu par Solidarité pour tous, reconnaît avoir été turbulent, dans un climat de violence généré par les forces de l’ordre. Mais il dément avoir frappé un policier et une journaliste. Le policier et la jeune journaliste n’ont pas eu un seul jour d’ITT. En bref, ils n’ont eu aucun mal à se remettre de ce qui n’était tout au plus qu’un bleu, ou une égratignure.

Lire la suite

Maxime : la justice socialiste frappe à nouveau très fort

Maxime : la justice socialiste frappe à nouveau très fort

11/03/2014 – LYON (NOVOPress)
L’adage prétend que la justice est la même pour tout le monde, mais le réel semble souvent démontrer le contraire. Dernière preuve en date, Maxime G., apprenti frigoriste de 24 ans et opposant à la loi Taubira, a été condamné à 18 mois de prison dont 6 mois ferme et incompressibles. Ce pour avoir soi-disant agressé un policier (0 jour d’ITT) et un journaliste (6 jours d’ITT).

Interrogé par Solidarité pour Tous, qui soutient les militants opposés à la loi Taubira, Maxime G. détaille cette condamnation et surtout apporte des précisions utiles quant aux faits qui sont à l’origine de cette condamnation.

Lors de cette triste date du 23 avril 2013, jour du vote du projet de loi sur le mariage homo, j ai fait l’objet d’une arrestation pour des violences sur des agents dépositaires de l’autorité publique et d’une journaliste. On m’accuse injustement d’avoir porté à leur encontre des coups. Cela est faux, ils n’ont d’ailleurs aucun jour d’ITT.

Quant à cette journaliste, j’ai appris par la suite qu’elle était très connue dans le milieu de l’extrême gauche. Très soucieuse de prendre des clichés des manifestants anti-mariage, elle aurait effectivement essuyé des coups, mais ne venant pas de moi ! La preuve en a été apportée puisqu’elle ne m’a pas reconnu comme l’agresseur lors d’un tapissage deux heures après.

Lire la suite