Tag Archives: Martine Aubry

8555-Chard

Faillite des gauches

26/02/2016 – POLITIQUE (Présent 8555)

Tandis que notre pays s’enfonce dans la crise, que se creusent la dette et les déficits, que l’ombre noire du terrorisme islamique plane sur lui, les socialistes débattent âprement d’une question existentielle qui s’apparente à celle sur le sexe des anges : où est la vraie gauche ? « Nous représentons la gauche moderne », assure Martine Aubry parlant d’elle et des frondeurs, reprenant la formule de Manuel Valls qui l’appliquait à sa politique et fustigeait la « gauche passéiste ».
Réplique de l’édile lilloise : « Nous sommes la gauche progressiste. » Mélenchon explique que Martine Aubry ne fait que se rallier à ce qu’il a toujours dit, lui le porteur de la vraie croix socialiste. Ce jeu de ping-pong peut durer un moment encore, car dans cette querelle des anciens et des modernes, tout le monde veut être moderne.
8555_Une
C’est la réforme du Code du travail, portée par Myriam El Khomri, qui a déclenché les hostilités et a contraint Mme Aubry à sortir de sa tranchée nordiste pour monter au front. Depuis, les vieux croyants du socialisme ne sont qu’imprécations, fulminations, condamnations, hurlant à la trahison des sublimes idéaux de la gauche. La vérité pourtant est que les socialistes ont depuis un moment déjà mis de l’eau libérale dans le vin rouge du socialisme, non par vertu, mais par nécessité, le projet du ministre du Travail aujourd’hui n’en est que la dernière manifestation.

Qui, chez les anciens comme les modernes du PS, donne toujours du socialisme la définition du dictionnaire : « l’appropriation collective des moyens de production » ? Qui fait toujours sienne la formule de Mitterrand en 1971 : « Celui qui n’accepte pas la rupture avec le capitalisme celui-là, je le dis, il ne peut pas être adhérent du Parti socialiste » ? En 1983, alors au pouvoir, il dut renoncer à ces billevesées pour éviter d’achever la ruine du pays par l’application du programme commun.
En 2002, loin de rompre avec le capitalisme, le gouvernement Jospin le restaura de 1997 à 2002, il fut le Premier ministre qui privatisa le plus. Rappelons que Martine Aubry et Jean-Luc Mélenchon y étaient ministres. La « trahison » vient de loin, les poulains de Hollande, Valls, Macron, El Khomri, s’inscrivent dans sa continuité en dépouillant le socialisme de ses dogmes exténués.

Mais cette faillite idéologique s’accompagne d’une autre, bien plus grave, dont Hollande est le syndic. Les socialistes ont trahi les ouvriers, les oubliés, les laissés-pour-compte de la société dont ils prétendaient être les défenseurs.
L’ancêtre du PS, c’était la SFIO : Socialistes français de l’internationale ouvrière. Il n’y a plus d’ouvriers au Parti socialiste, occupé par les bobos, les hauts fonctionnaires et les apparatchiks. Au point qu’en 2002 Pierre Mauroy, qui avait connu, dans le Nord, un socialisme ouvrier, dut lancer au candidat Jospin : « Ouvrier, ce n’est pas un gros mot ! »
Ces gens-là n’ont entendu parler du peuple que par ouï-dire. De Hollande à Mélenchon en passant par Aubry et Valls, ils sont pour les immigrés au détriment des travailleurs français dont ils ignorent la souffrance.
Et ils s’étonnent que ceux-là, leurs électeurs d’hier, se tournent vers le Front national, seul à les défendre.

Guy Rouvrais

martine_aubry

Désunion à gauche

25/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La maire de Lille Martine Aubry a publié une tribune incendiaire dans Le Monde, attaquant la politique gouvernementale, et visant particulièrement Manuel Valls puis François Hollande. Dans cette tribune, intitulée « Sortir de l’impasse », elle est accompagnée de plusieurs autres membres du Parti socialiste, comme Benoît Hamon, Daniel Cohn-Bendit, Yannick Jadot ou encore Christian Paul, pour aborder certains points comme la réforme sur le droit du travail, la déchéance de nationalité et la gestion de la crise migratoire. Ils déplorent au fur et à mesure toutes les mesures prises par l’exécutif depuis le début du quinquennat.

En parallèle, Martine Aubry affirme qu’il existe des réponses et des réponses modernes. Pour le droit du travail par exemple, dite loi El Khomri, il y a des solutions pour que, d’une part, la compétitivité des entreprises soit améliorée, et, d’autre part, assurer davantage de protections aux salariés. Elle renchérit ensuite en scandant « La gauche progressiste et moderne, c’est nous ! Il y a une gauche réformiste, c’est nous ! »

Cette attaque frontale ne manifeste-t-elle pas une crise plus globale au sein de la gauche ?
La gauche française connaît aujourd’hui de véritables dissensions et cette tribune ne fait que les révéler. À quelques mois des campagnes électorales, les auteurs de cette tribune précisent que le problème vient du gouvernement en place et pas du socialisme, et s’en désolent pour le futur et pour la France « Que restera-t-il des idéaux du socialisme lorsque l’on aura, jour après jour, sapé ses principes et ses fondements ? ».
Il y a donc une opposition entre la gauche passée « Les vieilles recettes » et la gauche moderne, réaliste, qui a les solutions. Mais pour d’autres politiques, comme Michel Sapin, cette opposition anciens/modernes est pratique pour la critique, et ils estiment que les alternatives concrètes manquent encore à ce discours.

Crédit photo : Parti Socialiste via Flickr (CC) = Martine Aubry 2eme primaires citoyennes


Manuel Valls passera‑t‑il le test de mardi à l’Assemblée ?

Manuel Valls passera‑t‑il le test de mardi à l’Assemblée ?

07/04/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Rien n’est moins sûr. Dans la perspective du vote de confiance qui aura lieu demain mardi 8 avril, Manuel Valls s’est expliqué sur la méthode qu’il compte appliquer en tant que Premier ministre. Arguant de sa jeunesse et de son dynamisme, il espère redorer l’image de son « gouvernement de combat » qui, jusqu’à présent, n’est pas vu d’un très bon œil.

A droite comme à gauche, les critiques ont fusé. Martine Aubry, furieuse de la nomination de Manuel Valls, est à la manœuvre contre le nouveau Premier ministre. Par le biais de son bras droit, elle fait circuler depuis les résultats des municipales un « contrat de majorité » dans les rangs des députés socialistes. Les 82 signataires de ce document, pour la plupart issus de l’aile gauche du parti, menacent de ne pas accorder la confiance si le gouvernement ne coopère pas plus avec le Parlement. Depuis que les écologistes sont sortis du gouvernement, la majorité à la chambre est plus que jamais compromise pour l’exécutif. Les dix députés du Front de gauche ont déjà affirmé qu’ils s’opposeraient au gouvernement issu du remaniement.

Si la confiance du Parlement n’était pas accordée, François Hollande ferait face à une crise politique majeure et n’aurait sans doute d’autres choix que de dissoudre l’Assemblée nationale.

Crédit photo : Claude Truong-ngoc, via Wikipédia, (cc).

35 heures : Rendons à César ce qui appartient à Jules – Par Yves Cadic

35 heures : Rendons à César ce qui appartient à Jules – Par Yves Cadic

02/12/2012 — 08h30
NANTES (NOVOpress Breizh) –  Le 10 octobre 1997, Lionel Jospin, Premier ministre, annonçait le dépôt d’un projet de loi concernant la réduction du temps de travail, au nom de la lutte contre le chômage et du progrès social. Il revient naturellement à Martine Aubry, ministre du Travail et de l’Emploi, de mettre en musique cette grande affaire. Les 35 heures deviennent la durée légale du travail au moyen de deux lois votées en juin 1998 (Aubry 1) et en décembre 200 (Aubry 2).

Lire la suite

Faits & Documents n°344 du 15 au 31 octobre 2012. Portrait : Le Siècle

Faits & Documents n°344 du 15 au 31 octobre 2012. Portrait : Le Siècle

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 15 au 31 octobre 2012 vient de paraître, avec les biographies des nouveaux membres du club Le Siècle (première partie). Extrait.

Unique club d’influence réelle en France, le club le Siècle a recruté au cours de ces derniers mois une vingtaine de membres d’après les listes secrètes que nous avons récupérées. Voici donc les biographies de ces nouveaux membres et membres invités qui appartiennent désormais au « cœur du pouvoir ».

Lire la suite

Faits & Documents n°338 du 1er au 15 juillet 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (III)

Faits & Documents n°339 du 1er au 15 juillet 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (III)

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 1er au 15 juillet 2012 vient de paraître. Au sommaire, les portraits du gouvernement Ayrault (3ème partie). Extrait.

Faits & Documents n°338 du 1er au 15 juillet 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (III)Voici la troisième partie des biographies des membres du nouveau gouvernement socialiste, qui demeure homogène, tous les ministres candidats ayant été élus au premier ou au second tour. S’y ajoutent quatre nouveaux ministres qui seront traités par la suite.

Kader Arif. Ministre aux Anciens combattants. De son véritable prénom Abdelkader, Kader Arif est né le 3 juillet 1959 à Alger (Algérie française). Aîné de quatre enfants, il est le fils d’un harki qui devait réussir à rejoindre la métropole (il avait alors 3 ans et demi). Son père (qui sera ouvrier agricole, bûcheron, ouvrier du bâtiment) était du Sud-Ouest algérien, sa mère de la Mitidja. La famille habitait Maison-Carrée (devenu El-Harrach). Ses parents, tous deux décédés, étaient analphabètes. Il semble qu’il ne soit pas marié, mais vivrait en concubinage (avec ses trois filles). Il a fait ses études à Castres et à Toulouse. Il sera notamment employé d’un cabinet d’architectes (1992-1995) et directeur régional d’une agence de voyages, Nouvelle Liberté (1995-1999). En 1999, à 40 ans, il intègre la faculté de Toulouse, y décrochant semble-t-il aussitôt une maîtrise de communication en faisant valider son expérience professionnelle. Fort de ses amitiés politiques, il est engagé dans la foulée comme cadre d’administration universitaire de Toulouse-Le Mirail (1999-2001). Il aurait par ailleurs été salarié d’un « établissement public d’aide aux rapatriés » (Marianne, 24 novembre 2003). Il semble qu’il ait milité dans les milieux antifascistes toulousains dans les années 1970, le déclencheur étant le putsch anticommuniste du général chilien Augusto Pinochet. Il s’engage aux élections municipales de 1977 puis finit par rejoindre le Parti socialiste en 1983. Il figure aussi parmi les fondateurs de France Plus, l’un des premiers lobbies politiques de l’immigration. Il doit toute sa carrière à Lionel Jospin, dont il devint le chauffeur lorsque ce dernier se parachuta en Haute-Garonne en 1988 comme conseiller général de Cintegabelle. Par la suite, après la défaite de 2002, c’est avec Arif que Jospin réapparaîtra pour la première fois dans un meeting, aux européennes de 2004. De même, à l’été 2006, Arif sera l’un des très rares à plaider pour une nouvelle candidature de l’ancien Premier ministre. Devenu l’un de ses assistants parlementaires, il se voit confier la direction de la fédération du département (la 4e de France en nombre d’adhérents) en 1999 (qu’il dirige jusqu’en 2008). Conseiller municipal (chargé des sports) de Castanet-Tolosan, dans la banlieue de Toulouse, de 1995 à 2001, il entre au bureau national du PS en 2000 (sur demande de Lionel Jospin à François Hollande, qui conservera le poste de premier secrétaire jusqu’en 2008), puis au secrétariat national en 2002 (en charge des relations internationales, puis de la mondialisation). En 2004, il conduit la liste européenne socialiste dans le Sud-Ouest et devient député européen (réélu en 2009). À Bruxelles, il siège en particulier aux assemblées parlementaires mixtes Euromed et UE-Turquie (ainsi que vice-président de l’intergroupe rugby, sport qu’il a pratiqué au début des années 80 comme talonneur de Castres). Il s’est officiellement prononcé pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne (La Turquie dans l’Union européenne ? C’est toujours oui !, tribune libre dans Le Monde, 21 février 2008). En 2009, cet antisioniste a proposé, pour soutenir les Palestiniens de la bande de Gaza, qu’un euro soit prélevé sur chaque cotisation d’adhérent, proposition aussitôt rejetée. En 2005, il devient le n°3 de l’appareil socialiste en tant que secrétaire aux fédérations. C’est à ce titre qu’il préside la commission chargée du décompte final des bulletins lors de l’élection au poste de premier secrétaire qui opposera vivement Ségolène Royal et Martine Aubry (ce qui sera tout bénéfice pour Hollande, avec une Royal écartée et une Aubry trop politisée…). Dans l’équipe de campagne de François Hollande, il est responsable des relations avec le Parlement européen et de l’Europe lors des primaires, puis responsable du pôle Coopération. En juin 2012, celui qui est conseiller municipal de Toulouse depuis 2008 est imposé comme « candidat de la diversité », se présentant pour la première fois à une élection au suffrage universel, obtenant au premier tour 30,84 % dans la 10e circonscription de la Haute-Garonne, face à l’UMP-Parti radical Dominique Faure (24,41 %) et deux candidats socialistes dissidents, tous deux conseillers généraux, Daniel Ruffat, maire de Sainte-Foy d’Aigrefeuille depuis 2001, et Gilbert Hébrard, maire de Vendine depuis 1983. Sa suppléante, qui va donc le remplacer à l’Assemblée nationale (où il a été réélu en juin 2012 avec 57,78 % face à Dominique Faure), est Emilienne Poumirol, fille de militants anarchistes espagnols réfugiés outre-Pyrénées…

[box class= »info »]Lire la suite : abonnez-vous à Faits & Documents, Lettre d’informations confidentielles d’Emmanuel Ratier – Abonnements France métropolitaine : 78 euros / an. Abonnements étranger et outre mer : 93 euros / an. En savoir plus : www.faitsetdocuments.com[/box]

Photo en Une : Crédit Parti Socialiste (cc) via Flickr

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des biens connus « Bulletins de Réinformation » de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte enrichi d’images.[/box]

FRANCE

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Aubry‑Hollande, bonnet rose et rose bonnet. Le débat télévisé entre Aubry et Hollande a montré aux Français la parfaite interchangeabilité des deux prétendants socialistes.

Les éditorialistes de la presse régionale s’en sont donné à cœur joie. Cherchant « ce qui les différencie vraiment », la Dépêche du Midi du sieur Baylet juge, je cite : que « Les postures qui sont apparues (…) tiennent davantage d’un effet de tribune pour congrès PS que d’une véritable divergence idéologique. » L’éditorialiste de l’Alsace persifle : « Les deux candidats proposent la même politique fiscale, sociale, européenne, et il faut pousser loin les investigations pour trouver des divergences autres que de forme ou de priorités. » Pour les Dernières Nouvelles d’Alsace, la complémentarité est si parfaite qu’on peut parler de complicité, je cite : « Pas de démondialisation, pas de protectionnisme, ont‑ils entonné en cœur, l’une finissant même les arguments de l’autre, et vice‑versa. Une complicité de fait, si nette qu’elle a dû ulcérer le troisième homme [Arnaud Montebourg] ». Fin de citation.

Nord Eclair enfonce également le clou : « Il y avait sur le plateau de France 2, écrit son éditorialiste, deux sociaux‑démocrates et deux Européens de stricte obédience. » Quant au Télégramme, il considère, je cite : qu’« Un nouveau couple est apparu dans la politique française. En effet, on voit mal un François président sans une Martine Premier ministre. » Fin de citation. Le hold‑up médiatique perpétré par un parti politique, le Parti socialiste, sur une chaîne publique, France 2, venant après la nauséabonde saga DSK, est apparu à de nombreux Français comme totalement insupportable.  Le débat fut un festival de propositions générales et de formules creuses, la palme revenant sans conteste à François Hollande qui a déclaré vouloir être, je cite : « le président de la victoire ».

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Les deux prétendants ont naturellement joué à « Plus rassembleur que moi, tu meurs ». Si Hollande engrange les ralliements de Valls, Royal et Baylet et compte une avance de huit points sur Martine Aubry, il ne peut néanmoins envisager sereinement la victoire au second tour. La maire de Lille a en effet la haute main sur l’appareil du parti, et la mobilisation de son système clientéliste peut lui permettre de l’emporter sur son rival. L’étonnant de l’histoire est la mutation spectaculaire de Hollande, caricature du consensus mou il y a encore un an. En 2007, « Flanby », du nom de ce dessert industriel sirupeux au caramel de synthèse, n’était connu que pour une seule chose : être le « défaut » de Ségolène Royal, sa compagne de l’époque. Aujourd’hui, Ségolène pleure et Flanby rit. Une explication à ce superbe rebond : le père de François Hollande est un homme de la droite pure et dure. Bon flan ne saurait mentir.

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écritArnaud Montebourg, avec 17 % des voix au premier tour, ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour. [NDLR : depuis l’émission de ce kiosque, Montebourg a déclaré qu’il soutiendra François Hollande au second tour, «à titre exclusivement personnel».] Sans doute déçu par les réponses très évasives que lui ont fait les deux prétendants, Montebourg a finalement fait dans le « ni ni », laissant toute latitude à ses 420.000 électeurs et qualifiant Aubry et Hollande, je cite, de « candidats (…) qui utilisent les recettes retardataires du passé par rapport à la situation extrêmement grave dans laquelle nous sommes ». Fin de citation. Sauf en ce qui concerne l’immigration sur laquelle le trio se rejoint, Aubry et Hollande, deux chantres de l’hyperclasse mondiale et du libre‑échangisme, sont à l’opposé des thèses de Montebourg. Martine Aubry est soutenue par Alain Minc, héraut de la « mondialisation heureuse » chère à Strauss-Kahn. Quant à François Hollande, il  l’est par Henri de Castries, le PDG d’Axa. Le site Françoisdesouche nous rappelle opportunément les déclarations de Hollande en 2008 : « On n’est pas là pour être simplement les protecteurs de nos concitoyens ». Avec le concept de démondialisation, Montebourg a reconnu mardi sur Europe 1, je cite : qu’« il ne s’agit pas d’une question de plus à gauche ou pas. J’ai obtenu le soutien de gens qui sont en train de partir vers l’extrême droite et je considère que ma candidature a été une forme de rempart contre le lepénisme ». Fin de citation. Marine Le Pen n’a pas attendu Arnaud Montebourg pour mettre la démondialisation et la lutte contre les privilèges de l’hyperclasse mondiale au cœur de sa campagne. La géographie du vote Montebourg recoupe d’ailleurs celle du vote Front national. Le message des Identitaires « votez, Montebourg » est également bien passé puisque les scores de l’élu de Saône-et-Loire sont particulièrement élevés à Orange et Bollène, villes proches des Identitaires, dirigées par les Bompard.

L’Etat au secours de la Corrèze endettée. Dur rappel à la réalité. En pleine euphorie électorale, l’Etat a annoncé devoir débloquer une enveloppe de 75 millions d’euros pour sept départements. Figure en tête le département de la Corrèze avec 1.400 euros de dette par habitant. Information banale me direz-vous en ces temps de banqueroute généralisée. Mais il se trouve que le président du Conseil général de la Corrèze n’est autre que… François Hollande. Un exemple sur mille de la dilapidation des finances publiques : en 2010, Hollande décide d’équiper chacun des élèves de 6e et leurs enseignants d’un iPad. Soit un total de 3.300 tablettes numériques pour un budget d’un million et demi d’euros.

Marine Le PenMarine Le Pen défie la présidente du Medef. Laurence Parisot,  présidente du Medef (et par ailleurs propriétaire de l’institut de sondages Ifop), vient de publier « Un piège bleu Marine » contre le Front national.  Ainsi que l’écrit Emmanuel Ratier dans le dernier numéro de Faits & Documents, ce livre particulièrement lamentable, façon « Marie Chantal chez les prolos », explique doctement aux ouvriers français que « voter Marine, c’est pas bien ». Pour Laurence Parisot, tenante du libéralisme mondialisé le plus échevelé (adepte d’une France « ouverte » et « métissée »), et évidemment membre du Siècle, l’élection de Marine Le Pen entraînerait « l’effondrement immédiat de l’économie » et « une cascade très rapide de catastrophes ». Des assertions qui ne s’appuient sur aucun argument : sur les 144 pages écrites en gros caractères, la présidente du Medef n’a été capable de pondre qu’une vingtaine de page sur l’économie. Le co-auteur de ce livre semble être (sous pseudonyme) une certaine Rosine Lapresle-Tavera qui avait défrayé la chronique en janvier 2009, apparaissant, via sa société de conseil Elzévir, comme la salariée la mieux payée du Medef, avec 25.000 euros par mois pour un simple mi-temps. Pour discuter de ce « Piège bleu Marine », la présidente du Front national a proposé un débat public à la patronne du Medef, qui l’a décliné.

Nouveau ralliement à Marine Le Pen. L’avocat Karim Ouchikh, ancien maire adjoint de Gonesse dans le département du Val‑d’Oise et membre du Parti socialiste jusqu’au début des années 2000, vient de rallier le Front national. Même s’il ne possède pas encore la carte du parti, M. Ouchikh a d’ores et déjà noué des contacts avec Marine Le Pen, en expliquant notamment, je cite, qu’il n’était « plus en phase avec la logique fédéraliste et pro‑européenne du PS. ».

D’après un sondage Harris pour le compte du magazine Télé Star, 73 % des Français considèrent que les journalistes de télévision sont « peu ou pas indépendants » à l’égard des responsables politiques. Les pires résultats sont obtenus par David Pujadas (Bobard d’or 2010), Claire Chazal qui a interrogé Strauss‑Kahn (tous deux membres du Siècle), et Laurence Ferrari : moins de 5 % des Français les croient indépendants. A contrario, c’est aux sites Internet d’information que les Français font le plus confiance en matière d’information politique.

Menaces sur des journalistes de France 2 après la diffusion d’une émission sur la Palestine. La diffusion sur France 2 d’une émission sur les territoires palestiniens a déclenché une polémique, obligeant la direction de la chaîne à rencontrer prochainement l’ambassadeur d’Israël et les représentants de la communauté juive en France. Le président du CRIF a jugé, je cite : « qu’a été présenté, d’un conflit complexe, une image caricaturale […], sans éviter les insinuations à la limite des théories conspirationnistes antisémites ». Le présentateur de l’émission, Etienne Leenhardt, aurait été physiquement menacé. Un groupe facebook appelant au boycott de France Télévisions a été créé, et demande que la chaine de télévision France 2 présente des excuses au nom de tout le groupe France Télévisions. Le syndicat national des journalistes a répondu, je cite : « Il n’y a aucune excuse à présenter quand un travail professionnel sérieux a été accompli » et demande au groupe France Télévisions comment il compte, je cite encore : « protéger les journalistes qui se trouvent directement menacés ».

 

MONDE

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Sanglantes répression d’une manifestation copte par l’armée égyptienne. Les récentes attaques contre des églises dans le sud de l’Egypte ont provoqué la colère des chrétiens égyptiens. Ils se sont réunis dimanche pour manifester contre le nouveau gouvernement du maréchal Hussein Tantaoui. Les blindés de l’armée égyptienne ont alors foncé dans la foule, tuant vingt cinq personnes et faisant des centaines de blessés. Pour les chrétiens, la situation est bien pire que sous le régime de Moubarak, où ils pouvaient au moins compter sur la neutralité de l’armée. Depuis le prétendu « printemps arabe », les Coptes doivent faire face au harcèlement continuel des Frères musulmans, leurs églises sont saccagées, brûlées, avec dorénavant la complicité du pouvoir. Les Frères musulmans devraient être la première force politique du pays lors des élections législatives de novembre. L’article 2 de la nouvelle constitution égyptienne précise que la chariah est désormais le fondement du droit. Plus de cent mille Coptes ont fui l’Egypte depuis mars dernier. La présence chrétienne sur la terre d’Egypte, très antérieure à l’islam, est en train de disparaître sous nos yeux, alors même que les terres encore chrétiennes de la vieille Europe sont en proie à une islamisation galopante.

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Refus des Etats‑Unis de détruire les plantations de pavot en Afghanistan. Lors d’un forum international, le ministre russe des Affaires étrangères a feint de s’étonner du fait que les Américains interdisent à la Force internationale d’assistance à la sécurité en Afghanistan de détruire les plantations de pavot afghan qui fournissent plus de 80% du volume mondial d’opium. Explication possible : la plus grande partie de l’héroïne afghane arrive en Europe en transitant par le Kosovo dont il enrichit le pouvoir mafieux. Washington a fait du Kosovo sa plate-forme européenne d’intervention dans la perspective désormais hautement probable d’un conflit majeur avec l’Iran. L’Afghanistan a été parmi les premiers pays à reconnaître l’indépendance du Kosovo.

Kiosque Courtois du samedi 15/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit L’armée grecque se prépare à acquérir 400 chars lourds américains M1 Abrahams pour 1,28 milliard d’euros. A titre de comparaison, la France a dû se contenter par souci d’économie de 140 chars lourds Leclerc. Rappelons que le total des aides apportées à la Grèce par l’Europe et le FMI a atteint la modique somme de 160 milliards d’euros…

David Cameron veut réguler les flux migratoires de la Grande Bretagne. (Ce sujet prévu n’a pas eu le temps d’être présenté à l’antenne). Sous la pression des députés de sa majorité conservatrice, le Premier ministre britannique promet de diminuer les entrées d’immigrés, et appelle les britanniques à le soutenir. Dans la foulée, David Cameron annonce une baisse de l’immigration britannique pour… 2015. Une promesse déjà faite mais non tenue : comme en France, les flux migratoires britanniques dépassent les 200 000 entrées par an.

Kiosque Courtois du samedi - L’actualité de la semaine en écritQuand les peuples votent mal, ils doivent revoter. Idem pour les parlements. Le Parlement slovaque (photo) avait eu l’impudence de rejeter mardi le renforcement du fonds européen dite « de stabilité financière » (FESF) décidé le 21 juillet par Bruxelles, en fait un fonds destiné à voler au secours des pays de l’euroland menacés de banqueroute. Inquiète, l’Union européenne a demandé mercredi à la Slovaquie d’approuver rapidement le renforcement du FESF, en soulignant son importance « cruciale » pour la zone euro. Elle a été promptement exhaussée puisque l’opposition de gauche s’est entendue jeudi avec trois partis de droite de la coalition gouvernementale, pour abonder le FESF, en échange d’élections anticipées. Deuxième pays le plus pauvre de la zone euro après l’Estonie, la Slovaquie suit actuellement une sévère cure d’austérité, dont pâtit lourdement la population. Plus de 60% de la population sont opposés à la participation de leur pays au renforcement du FESF. En Slovaquie comme en France, le système mondialiste s’assoit sur la volonté et la souffrance des peuples.

Retour à la France. Nous vous l’annoncions hier : une enseignante de Béziers s’est immolée par le feu jeudi dans la cour de son établissement. La jeune femme a succombé à ses blessures hier, en fin de journée.

Les Identitaires aiguillons de la campagne présidentielle ?

Les Identitaires aiguillons de la campagne présidentielle ?

03/10/2011 – 17h30
PARIS (NOVOpress) –
Après Arnaud Montebourg et sa lutte pour la démondialisation, les candidats à la primaire socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 s’inspireraient-ils des Identitaires ? Derrière cette question un peu osée, c’est le sentiment que l’on peut avoir à la suite des déclarations de Martine Aubry en faveur de la relocalisation des activités industrielles.

Dans un communiqué, le Bloc Identitaire souligne que « Martine Aubry s’est livrée à un vibrant plaidoyer pour la relocalisation de l’industrie et de l’économie. Une logique qui ne peut qu’aboutir aussi à la relocalisation des hommes, que les identitaires eux n’ont pas de pudeur à exprimer. Après un autre candidat à la primaire socialiste, Arnaud Montebourg, et sa défense de la démondialisation, voici que c’est désormais Martine Aubry qui vient se rallier aux positions notamment défendues et proposées par les Identitaires. Une attitude tranchant nettement avec sa soumission au politiquement correct sur bien d’autres sujets… »

Le Bloc Identitaire indique: « Qu’ils se situent comme aiguillon ou comme avant-garde, ou qu’ils expriment simplement les solutions de bon sens qui devraient s’imposer à tous, il n’en reste pas moins que les Identitaires continuent de montrer la voie à une part de plus en plus importante de la classe politique française. Loin de nous enfermer dans une logique groupusculaire ou sectaire, nous nous en félicitons bien au contraire. »

D’autant que, selon ce communiqué, « ceux qui pensent que l’action et l’influence des Identitaires se limiteraient à la seule question de l’islamisation ont été à nouveau détrompés ».

D’où l’interrogation de notre confrère Nouvelles de France, qui se demande si les Identitaires ne cherchent pas à influencer la primaire socialiste.

A noter que notre confrère a réalisé un entretien vidéo avec Philippe Vardon.

Réunification de la Bretagne : Martine Aubry botte en touche

Réunification de la Bretagne : Martine Aubry botte en touche

12/09/2011 19h00
MOELAN-SUR-MER (NOVOpress Breizh)
– En visite hier à la fête de la Rose du PS finistérien, qui se tenait à Moëlan-sur-Mer, Martine Aubry  a présenté son programme devant les 1500 militants et sympathisants qui avaient fait le déplacement. Interrogée sur la question de la réunification de la Bretagne, la candidate aux primaires socialistes s’est contentée, comme en mars dernier le Président de la République, de botter en touche.

Accompagnée des oligarques finistériens du PS Louis Le Pensec, Jean-Jacques Urvoas et  Marylise Lebranchu (François Cuillandre, maire de Brest et Bernard Poignant, maire de Quimper, qui dirigent le comité de soutien à François Hollande étaient absents…), la candidate aux primaires socialistes a rappelé les grandes lignes du programme socialiste, utilisant au passage les habituels poncifs  – « ici  vous ne cherchez pas la division en cultivant la peur de l’autre » – pour tenter de justifier le phénomène sans précédent des migrations ethniques dont l’Europe fait l’objet depuis quelques décennies.

Interrogée sur la réunification de la Bretagne par le Télégramme, le maire de Lille a répondu que « sur une question comme celle là – c’est toute l’histoire de la Bretagne et de son patrimoine  qui sont en cause –  c’est à la population de décider. Je sais que le périmètre est un peu compliqué à mettre en place (sic), que les habitants des Pays de la Loire doivent voter avec les Bretons. La question touche trop à l’identité pour qu’une décision soit prise d’en haut. Il y a une belle collaboration entre les Pays de la Loire et la Bretagne, il faut continuer… ».

Une position identique à celle prise par Nicolas Sarkozy en mars denier. La législation actuelle rendant impossible – de facto – la réunification, c’est en réalité une fin de non recevoir qu’a donné Martine Aubry. Sur cette question, les Bretons –  selon elle « un peuple pionnier, battant, résistant » (!) – savent désormais à quoi s’en tenir.

Martine Aubry et la conformité à la charia d'une piscine lilloise

Martine Aubry et la conformité à la charia d’une piscine lilloise [vidéo]

Etranges discordances entre les dires de Martine Aubry et l’enquête sur place de l’émission Thema de Arte, concernant une piscine publique conforme à la charia à Lille, ville dont Martine Aubry est le maire. Cela gênerait-il Martine Aubry sur le plan national ?

*** Cette vidéo a malheureusement un décalage du son.

Le Parti socialiste et la langue de bois : Récit d'une prise de contact

Le Parti socialiste et la langue de bois : récit d’une prise de contact [audio]

Les scandales qui touchent actuellement le Parti socialiste et Martine Aubry plus particulièrement (accointance avec la mouvance musulmane intégriste, gestion de la Mairie de Lille et clientélisme musulman, etc.) devraient mettre les potentiels adhérents en éveil : ce parti n’est manifestement pas aujourd’hui le parti de tous les Français, mais bien le parti de tous les prosélytismes, tantôt envers les musulmans, tantôt envers les gays ou encore envers les immigrés clandestins.

Un citoyen socialiste et laïque a-t-il sa place aujourd’hui au sein du Parti socialiste ? C’est ce qu’à souhaité savoir Monsieur Gilbert, adhérent potentiel au Parti socialiste de Lille (59) qui souhaitait néanmoins, avant de franchir le pas avoir, quelques éclaircissements sur les pratiques communautaires instaurées par Martine Aubry ainsi que sur les liens souhaités entre Ségolène Royal et l’extrême gauche française.  La gène et la langue de bois étant manifestement de mise à la fédération nordiste du Parti socialiste, nul doute que M. Gilbert interrogera prochainement la rue de Solferino afin de savoir si oui ou non, il peut adhérer au Parti Socialiste avec l’assurance de ne pas servir de relais à des idées toutes sauf socialistes.

[MEDIA not found]
Lebranchu

Quand un (éventuel) futur ministre régale ses amis aux frais du contribuable

[box]En cas de victoire de la gauche en 2012, trois députés élus en Bretagne peuvent espérer se retrouver ministres : Jean- Marc Ayrault, Jean-Jacques Urvoas et Marylise Lebranchu. Cette dernière, député de Morlaix, est une grande amie de Martine Aubry, ce qui lui donne de sérieuses chances de retrouver un maroquin.[/box]
En 2000, le premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, l’avait nommée ministre de la justice bien qu’elle fût entièrement ignorante en la matière.

Depuis les élections législatives de 2007, Madame Lebranchu a hérité au Palais-Bourbon d’un job qui nourrit bien son homme : questeur. Les questeurs assurent la gestion de la maison, ce qui leur procure une indemnité « renforcée » et primes diverses et variées. Mais ce sont surtout les avantages en nature qui assurent un train de vie confortable aux questeurs. En particulier la mise à disposition d’un bel appartement qui permet de « recevoir ».

C’est ainsi que le soir même de l’annonce de la candidature de Martine Aubry à la primaire socialiste, les parlementaires amis étaient invités à fêter l’évènement à la questure de l’Assemblée nationale dans les appartements de Marylise Lebranchu. Aux frais du contribuable, évidemment.

La députée de Morlaix fera partie d’un « comité stratégique » chargé de veiller à « l’orthodoxie » (sic) de la campagne du maire de Lille. Tout naturellement Marylise Lebranchu croit beaucoup aux chances de sa copine : « Martine Aubry a montré ce qu’elle est capable de faire quand les choses sont extrêmement complexes et très difficiles ».

Effectivement, lorsqu’on a été capable de se faire élire Premier secrétaire au congrès de Reims, il n’y a rien qui soit « complexe » ou « difficile »…

Martine Aubry, une dhimmi ? Entretien avec Pierre Cassen de Riposte laïque [audio]

Martine Aubry, une dhimmi ? Entretien avec Pierre Cassen de Riposte laïque [audio]

Les rumeurs vont bon train actuellement sur Martine Aubry. La sphère politique est en ébullition. La course à la présidentielle semble lancée pour de nombreux candidats, prêts à tous les coups pour parvenir à la victoire. Néanmoins, au-delà des rumeurs sur l’alcoolisme ou la sexualité de Martine Aubry, qui – au final – ne regardent que la personne concernée, la question des rapports entretenus avec les milieux musulmans intégristes par une candidate potentielle à l’élection présidentielle mérite d’être soulevée.

En islam, un dhimmi signifie allié ou protégé et désigne un non-musulman ayant conclu un traité de réddition déterminant ses droits et ses devoirs. A travers l’ensemble de l’oeuvre de Martine Aubry, notamment en faveur des musulmans de la municipalité de Lille, la question de savoir si elle est ou non une dhimmi, une soumise à l’islam, mérite d’être posée, afin que les Français puissent voter en toute âme et conscience lors des prochaines échéances électorales à venir.

Pour répondre à nos interrogations, nous avons interrogé Pierre Cassen, animateur du site Riposte laïque et qui en tant qu’homme de gauche et syndicaliste CGT,  connaît parfaitement la carrière et les travaux mis en oeuvre par la candidate aux primaires du Parti socialiste.

Propos recueillis par Yann Vallerie

[MEDIA not found]
Aubry procès

Martine Aubry, épouse Brochen, se plaint des « rumeurs » : Riposte Laïque persiste et signe !

[box class= »info »]Par Riposte Laïque[/box]

C’est du sérieux ! Les journaux télévisés en parlent, les quotidiens s’emparent de l’affaire, le JDD en fait sa page une, ce dimanche ! Martine Aubry va contre-attaquer durement, sur les rumeurs malveillantes dont son mari et elle seraient l’objet. D’affreux sites internet véhiculeraient des horreurs sur son compte, et sur celui de son malheureux époux, Jean-Louis Brochen. La candidate PS aux présidentielles annonce qu’elle a averti les sites en question, et que si ceux-ci avaient l’outrecuidance de ne pas retirer  leurs articles, ils seraient poursuivis devant les tribunaux !

Naturellement, des journalistes ont affirmé que notre journal ferait partie des premiers visés… France 3, Le Monde, L’ Express, Le Figaro et quelques sites moins connus nous font l’honneur de nous citer, voire de nous attribuer l’origine de certaines de ces rumeurs. (1)

Nous constatons avec amusement que la vérité que colportent des sites comme Riposte Laïque et d’autres, notamment sur la connivence de Martine Aubry avec Amar Lasfar et les islamistes, commence à porter ses fruits, puisque la voilà obligée de sortir du bois, et de rendre publiques ces rumeurs, quitte à leur faire une publicité inespérée, et sans doute contre-productive.

Nous apprenons également que quelques sites ont préféré prendre les devants, et retirer certains articles parlant du mari de Martine Aubry, Jean-Louis Brochen. Nous n’en ferons rien, nous persistons et nous signons, et nous assumons l’intégralité du numéro spécial que nous avions consacré à la secrétaire du Parti socialiste, le jour où elle a annoncé sa candidature (2).

Nous assumons les vidéos publiées (nous en ajoutons même une, ci-dessus), le dessin animé d’un de nos lecteurs, et surtout les articles répertoriés de Fanny Deulin, Chantal Crabère, Christine Tasin, Leila Adjaoud, Jacques Philarchein, Jeanne Bourdillon, Marie-José Letailleur, Alain Dubos Maurice Vidal… et tous les articles publiés sur le bilan et les orientations de celle qui entend, avec son parti, amener notre pays vers « une nouvelle civilisation ».

Le Journal du Dimanche évoque des rumeurs sur la supposée homosexualité de Martine Aubry, ou sur son prétendu alcoolisme. Les avocats de Martine Aubry ne trouveront nulle trace de tels propos dans les dizaines d’articles qu’ils éplucheront sur notre site. Ce n’est pas notre terrain. Ils ne trouveront aucune phrase affirmant que Jean-Louis Brochen est un salafiste converti à l’islam, information que certains autres sites ont relayé à tort. Là encore, la désinformation n’est pas notre terrain, pourquoi raconter des mensonges sur Brochen, quand la vérité est suffisamment accablante ? Pourquoi se priver de remarquer la complémentarité de l’action de l’avocat Brochen, son appartenance à la Ligue des Droits de l’Homme, et la ligne politique de son épouse ?

Qu’on ne nous fasse pas le coup de l’avocat qui ne serait pas d’accord avec les causes qu’il défend, mais se comporterait en amoureux d’une Justice qui se fait un honneur de fournir un défenseur à chaque accusé. Les causes défendues par Brochen (jeunes filles voilées, gang de Roubaix, groupe de rap Sniper) sont éminemment politiques, et se doivent d’être relevées. Si Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen et lui-même avocat, défendait systématiquement des négationnistes ou des antisémites notoires, ne serait-il pas tout aussi légitime de relever ce fait, qui serait loin d’être neutre politiquement, et indolore pour l’image de sa compagne ?

De même, si nous insistons fréquemment sur la filiation de la maire de Lille avec Jacques Delors, c’est parce qu’elle incarne dans la continuité la ligne politique et l’oeuvre européiste de son père, dans une vision politique porteuse de la disparition de notre pays et du détricotage de la République une et indivisible au service d’une Europe fédérale des régions.

Nous ne retirerons donc pas un seul article consacré à Aubry et aux siens. Nous ne nous laisserons pas davantage intimider par les menaces à peine voilées de la première secrétaire du Parti Socialiste  que nous ne l’avions été quand le maire de Trappes, via son avocat, nous avait menacés de poursuites judiciaires pour un article sur sa commune qui lui déplaisait… (3) Et nous ne l’avions été pas davantage quand l’avocat de la Ligue des Droits de l’Homme nous avait, de manière grotesque, sommé de retirer l’interview du 1er avril de Michel Tubiana, estimant que ce poisson d’avril, de tradition gauloise, portait préjudice à son client. (4) Nous remarquons d’ailleurs, avec la multiplication des procès intentés par les organisations dites « anti-racistes », ou par des manifestations débouchant souvent sur des violences physiques, que ce sont aujourd’hui des pans entiers de la gauche qui sont les pires ennemis de la liberté d’expression. Voltaire disait : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». Aujourd’hui, autres temps, autres mœurs, Aubry et certain de ses supporters disent ouvertement : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, et je ferai tout pour que vous ne puissiez plus jamais le dire ! »

Nous ne combattons pas Martine Aubry sur des rumeurs, mais sur sa ligne politique. Cette femme incarne tout ce que nous refusons, sur des dossiers comme l’islamisation de la France, l’immigration, l’insécurité, l’Union européenne au service du mondialisme. Nous la considérons, elle et ses amis du Parti socialiste, comme les pires adversaires de notre modèle républicain, laïque, social et civilisationnel. Nous ne voulons pas du modèle de société multiculturelle qu’elle veut nous imposer, pas davantage du changement de population qu’elle impulse, et nous réclamons la liberté de l’écrire, chaque semaine, dans nos colonnes.

Nous trouvons inquiétant, à l’époque où Nicolas Sarkozy veut museler la liberté d’expression que permet « Internet », de savoir qu’il pourra compter – exactement comme pour la ratification du « traité de Lisbonne » – sur de solides appuis, du côté socialiste. Nous trouvons curieux cette haine qui s’exprime, à l’encontre d’Internet, chez des personnalités aussi diverses que Philippe Val, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Daniel Cohn-Bendit et nombre de journalistes professionnels. Ceux-ci paraissent regretter le temps béni où la liberté d’informer appartenait à une caste médiatique bien en cour, qui décidait, souvent en accord avec le pouvoir en place, ce que le bon peuple devait et savoir et ignorer. Comme ils paraissent nostalgiques de leur petit pouvoir, et en vouloir à une nouvelle presse, souvent constituée de militants bénévoles, qui, par les informations qu’elle donne, rend intenable certains des silences de ceux qui se prennent pour de vrais journalistes, parce qu’ils ont une carte professionnelle…

N’en déplaise à Martine Aubry, nous allons finir cet édito en colportant une autre « rumeur ». Nous donnons raison à Arnaud Montebourg, qui a courageusement publié un rapport sur les pratiques quasi-mafieuses du Parti socialiste et de son chef de file, Jean-Noël Guérini, (5) dans les Bouches-du-Rhône (Arnaud Montebourg parlant de liens avec le grand banditisme). Le dossier, accablant, était sur le bureau de Martine Aubry. Que croyez-vous qu’il advient ? Rien, classé sans suite, par un vote de 26 dirigeants sur 27… Que croyez-vous qu’il va se passer ? Jean-Noël Guérini soutiendra Martine Aubry, lors de la primaire socialiste. Roger Heurtebise résume cet accord Aubry-Guérini : « Touche pas à mon pote Nono, et je soutiendrai ma pote Martine ! ».

Cela n’est nullement une « rumeur », mais la terrible réalité de ce qu’est devenu le Parti socialiste. Cela n’empêchera pas Martine Aubry et les siens de se réclamer de la gôche morale, et de gémir que ceux qui véhiculent des « rumeurs » à son encontre tiennent des propos « nauséeux », qui « rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire » !

Sauf que cela ne trompe plus grand monde, et grâce à ces « rumeurs » rendues publiques par la cheftaine du PS, toute la France connaît à présent la connivence de Martine Aubry avec Amar Lasfar et les islamistes…

Source : Riposte Laïque.

(1) http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/11/aubry-des-rumeurs-anciennes-et-connues-a-lille_1547197_823448.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/martine-aubry-part-en-guerre-contre-les-rumeurs_1010712.html?xtor=x

(2) http://ripostelaique.com/pour-une-france-islamisee-votez-martine-aubry-brochen-nee-delors-bande-dessinee.html

(3) http://ripostelaique.com/Le-maire-de-Trappes-et-son-avocat.html

(4) http://ripostelaique.com/le-proces-contre-rl-ne-suffit-plus-la-ldh-et-tubiana-veulent-maintenant-faire-condamner-nos-poissons-davril.html

(5) http://actu.orange.fr/politique/montebourg-inquiet-que-le-ps-soit-solidaire-d-elus-en-lien-avec-le-grand-banditisme_157228.html