Tag Archives: maladie

Vu sur Facebook

L’image du jour – Les victimes de Tchernobyl

Publié le
Belgique : 81% des euthanasies sont pratiquées sans consultation du patient

Belgique : 81% des euthanasies sont pratiquées sans consultation du patient

28/10/2014 – BRUXELLES (NOVOpress)
Au moment où la Belgique autorise l’euthanasie des mineurs, une récente étude scientifique révèle que les décisions d’Arrêt d’alimentation et d’hydratation (AAH) sont prises dans 81% des cas sans l’accord du patient, et cela en dépit de leur droit. Cette décision conduit pourtant à la mort du patient concerné.

Cette étude a été menée par des chercheurs de l’Université de Bruxelles et de l’Université de Gand. Ils ont établi que si les patients n’avaient pas été consultés, c’était en raison de leur état de démence (40%), d’inconscience (35%), ou bien parce que cette décision « était le meilleur choix dans l’intérêt du patient » (8%).

Lire la suite

Virus de Schmallenberg : incurie européenne, réalisme russe

Virus de Schmallenberg : incurie européenne, réalisme russe

04/04/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) —
 Depuis le 20 mars dernier, la Russie a fermé ses frontières à toutes les importations de bétail vivant en provenance de l’UE. Pourquoi ?

Mis en cause, le virus de Schmallenberg. Ce virus est apparu en Allemagne au cours de l’année 2011 et affecte le bétail, en particulier les ovins, dans une moindre mesure les bovins et les caprins. Il se répand également en France.

Si une trentaine de départements sont déjà touchés, personne n’a l’air de s’affoler, aussi bien au niveau national qu’au niveau européen. Les autorités sanitaires sont formelles : ce virus ne se transmet pas à l’homme.

Sauf que, si le virus continue à se répandre, les conséquences pourraient être extrêmement graves. En effet, le virus de Schmallenberg affectent uniquement les femelles en gestation qui, si elles sont infectées, donnent naissance à des petits morts-nés ou tellement malformés qu’ils ne sont pas viables. C’est donc tout le cycle de reproduction du bétail qui est en danger.

En l’état actuel des connaissances encore très parcellaires sur ce virus, rien n’indique qu’il ne finira pas par sauter la barrière des espèces en contaminant le reste de la faune, voire l’homme, aucun vaccin n’existant pour le moment.

Les autorités sanitaires européennes font preuve d’une grande légèreté dans cette affaire : aucune mesure n’a été prise pour contenir la progression du virus. Les Russes ont quant à eux décidé d’appliquer strictement le principe de précaution.

Seule lueur d’espoir dans cet océan d’incompétence administrative, le virus, pour une raison inconnue n’affecte pas les porcs. Le saucisson est donc sauvé…

Spoutnik pour Novopress

Crédit photo : idf-fotos via Flickr (cc)