Tag Archives: Maaloula

Jumelage Béziers-Maaloula : affirmons nos valeurs ! (Présent 8202)

Jumelage Béziers-Maaloula : affirmons nos valeurs ! (Présent 8202)

03/10/2014 – BEZIERS (NOVOPress)
L’acte est hautement symbolique. Ainsi l’a voulu Robert Ménard. En organisant le jumelage de sa commune avec la ville martyr de Maaloula (photo), le nouveau maire de Béziers, qui n’hésite pas à proclamer sa foi catholique au grand désespoir des médias laïcards, a en effet voulu témoigner avec force aux chrétiens d’Orient la solidarité des Biterrois et de la vraie France face à la barbarie islamiste.

Une du numéro 8202 de "Présent"

Une du numéro 8202 de « Présent »

De tradition catholique

Celui qui, pour la première fois, a exigé et obtenu qu’une messe soit célébrée cette année en ouverture de la Féria de Béziers et rappelait quelques jours plus tard sur RMC que « ce pays est de tradition catholique et j’y tiens », l’avait annoncé fin août. Alors que plus d’un millier de personnes, anonymes et élus, s’apprêtaient à se rassembler, place de la Madeleine, pour « apporter leur soutien aux chrétiens et aux minorités d’Irak », Robert Ménard, via le service communication de la Ville, indiquait avoir noué « des contacts en Syrie pour faire part de sa proposition, qui a été très bien accueillie, d’un jumelage avec Maaloula ». Et il précisait : « Depuis des mois, des populations entières du Moyen-Orient sont persécutées par des fous d’Allah en raison de leur foi. Les chrétiens sont particulièrement menacés. Face à ces persécutions, la municipalité de Béziers ne peut rester inactive. Elle a décidé de témoigner de sa solidarité et de sa compassion. »

Invité jeudi sur Radio Bleu Hérault, Robert Ménard a annoncé cette fois-ci son départ, le 10 octobre prochain, pour Maaloula la chrétienne, « qui a été martyrisée, occupée par les islamistes, libérée, occupée, libérée » et qu’« on ne peut pas laisser tomber ». Aux journalistes, semble-t-il perplexes, l’ancien président de Reporter sans Frontières a expliqué : « Je suis différent des autres maires. Ils font des jumelages pour avoir des voyages faciles. Moi, (…) je justifie un jumelage, s’il y a un sens et pour affirmer des valeurs, ou s’il y a un intérêt économique. » Avant d’ajouter, non sans émotion : « Maaloula, c’est le dernier village où l’on parle l’araméen, la langue du Christ. Ce n’est pas rien… »

Maaloula, ville martyr

Située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Damas, Maaloula, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, l’un des berceaux du christianisme, connue dans le monde entier pour ses habitants parlant l’araméen, pour ses refuges troglodytiques datant des premiers chrétiens ou encore pour la ferveur avec laquelle on y célébrait chaque année la fête de l’Exaltation de la Croix, était la merveille chrétienne du Proche-Orient. Et puis, en huit mois, la ville est tombée par deux fois aux mains des djihadistes du Front al-Nosra, qui l’ont entièrement vidée de ses milliers d’habitants chrétiens.

Lire la suite

Maaloula, village-symbole du martyre des chrétiens en Syrie, renaît de ses cendres

Maaloula, village-symbole du martyre des chrétiens en Syrie, renaît de ses cendres

14/09/2014 – MAALOULA (NOVOPress)
Le village de Maaloula, symbole du martyre des chrétiens en Syrie, renaît de ses cendres. Un an après sa prise par les terroristes djihadistes et six mois après sa reconquête par l’armée syrienne et le Hezbollah, Maaloula dont l’une des singularités est d’avoir une partie de ses habitants parlant encore la langue du Christ (l’araméen) a célébré dans la nuit du 13 au 14 septembre, la fête de l’Exaltation de la Sainte-Croix en illuminant une croix sur l’une des collines surplombant le village. Le tout sous l’œil attentif des groupes d’auto-défense chrétiens.

Djihadistes : Exécution de chrétiens, enlèvements et destructions religieuses

Le 4 septembre 2013, après avoir attendu plusieurs mois sur les collines dominant le village, les djihadistes du front Al-Nosra prenaient d’assaut Maaloula. C’est un attentat-suicide (vidéo ci-dessous) perpétré par un combattant jordanien sur le poste de contrôle de l’armée syrienne à l’entrée du village qui va lancer les hostilités. De septembre 2013 à avril 2014, le village de Maaloula va être être le champ de bataille entre djihadistes et l’armée syrienne, avant la reconquête définitive par les troupes de Bachar el-Assad et du Hezbollah. Les monastères et églises vont connaître, durant les quelques mois de son occupation par les islamistes, une destruction des bâtiments et le vol des icônes, statues et peintures.

Du côté de la population, malgré la fuite d’une bonne partie d’entre elle, trois chrétiens vont être immédiatement tués par les djihadistes et six autres vont être kidnappés. A ce jour, leurs familles n’ont toujours aucune nouvelle de leur sort éventuel.

Par ailleurs, douze religieuses orthodoxes du monastère Sainte-Thècle seront enlevées par les djihadistes et détenues plusieurs mois avant d’être libérées grâce au paiement d’une rançon de 7 millions de dollar par le Qatar.

Mais ce que beaucoup de chrétiens vont vivre comme une trahison, c’est le fait que des habitants musulmans sunnites vivant en paix au milieu d’eux, vont accueillir les islamistes comme des libérateurs !

Lire la suite