Tag Archives: livret de famille

8582-Chard

Le papa disparaît du nouveau Livret des parents !

Un congé de paternité ayant été instauré en 2002, l’heureux papa se voyait remettre un livret de paternité. Or, en 2015, à la suite du vote de la loi sur le « mariage » pour tous, les Caisses d’allocations familiales durent cesser de le diffuser, au motif, selon son directeur, qu’il était devenu « obsolète. » En effet, la loi Taubira prive délibérément l’enfant du droit d’avoir un père, à la place, si l’on ose dire, il pourra avoir deux mamans. Le livret en question sera remplacé, annonçait-t-on alors, par un livret de « parentalité » unisexe. Nous y sommes. Il a été présenté lundi par Laurence Rossignol, ministre « des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes ».

Il vise, dit-elle, à donner « des repères-clés » ; il est tragique et cocasse à la fois d’offrir des repères aux parents alors que l’on prive l’enfant de ce repère essentiel et structurant qu’est le père dont on ne trouve pas trace dans ce livret. « Où t’es, papa où t’es ? » chante Stromae. Nulle part, lui répond Mme Rossignol. Il est effacé. La mère, elle y est ! Mais il s’agit des « mères qui vivent seules leur grossesse. » C’est-à-dire celles, souvent homosexuelles, qui ont effectué une PMA à l’étranger. Ministre « des familles » elle veut faire de la place aux nouvelles, recomposées ou « homoparentales », au détriment de la famille traditionnelle : un père, une mère, ce n’est qu’une option parmi d’autres, sans doute « obsolète » qui ne mérite pas qu’on s’y arrête.

Le ministre en profite pour nous faire la leçon et nous indiquer comment élever nos enfants, en se faisant le chantre d’une éducation « correcte » qu’elle appelle « bienveillante ». Mais comme le dit Ludovine de la Rochère, de la « Manif pour tous » : « Avoir un père et une mère est le premier besoin de l’enfant. Alors que la ministre ne reconnaît même plus ce droit fondamental, ses conseils sur l’éducation sont malvenus. »

Au passage, le livret de Laurence Rossignol, enfonce quelques portes ouvertes : le bébé « ne crie pas pour vous énerver » ou « se fâcher après un bébé qui pleure ne sert à rien. » Cette bienveillance doit exclure l’usage de la fessée, est-il précisé au chapitre « Punitions corporelles » car « frapper un enfant (fessées, gifles, tapes, gestes brutaux) n’a aucune vertu éducative. Les punitions corporelles et les phrases qui humilient n’apprennent pas à l’enfant à ne plus recommencer, mais génèrent un stress et peuvent avoir des conséquences sur son développement ». C’est là une éducation malveillante. Cela étant dit et stigmatisé, Mme Rossignol ajoute, benoîtement, qu’il ne s’agit pas de « culpabiliser les parents » que serait-ce alors si elle voulait les culpabiliser !

Il faut toujours se méfier de telles « recommandations » gouvernementales. Généralement après un période dissuasive, dite encore pédagogique, sans résultat, on en appelle à la loi pour passer à la phase répressive. On peut donc redouter que la fessée ne finisse par devenir un délit, les parents étant poursuivis, éventuellement par leur chérubin devenu grand. En attendant, les « coupables » d’agression au postérieur de leur gamin pourront toujours aller s’en confesser dans « des lieux de soutien à la parentalité pour une éducation sans violence ».

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent n° 8582 daté du 7 avril 2016

Livret Parents