Tag Archives: livres

Les Batailles qui ont changé l’Histoire, de Arnaud Blin

Les Batailles qui ont changé l’Histoire – par Arnaud Blin

Source : Realpolitik.tv.

Cette recension a été publiée dans le numéro 4 de Conflits. Si vous souhaitez acheter ce numéro au format numérique, rendez-vous sur la e-boutique de Conflits en cliquant ici.

C’est au milieu du XIXe siècle que l’historien britannique J.F.C. Fuller publie ses Batailles décisives du monde occidental. Reflet de son époque, celles-ci étaient toutes des batailles remportées par les Occidentaux. Longtemps les orientalistes avaient négligé les faits militaires des sociétés non occidentales. Cela se justifiait, pour certains, par le fait qu’elles avaient été aisément vaincues au xixsiècle par l’Europe. Il fallut la victoire de Mao en 1949 pour que l’on s’intéressât à l’antique stratège chinois Sun Zi, pourtant traduit en français avant la Révolution française. On peut aussi s’étonner qu’il n’y ait aucune étude, avant ces dernières années, consacrée à l’histoire militaire de l’Empire ottoman qui fit trembler l’Europe de la chute de Constantinople (1453) au second siège de Vienne (1683) ou sur l’empire qui a connu la plus longue durée, celui des Byzantins.

Les Batailles qui ont changé l’Histoire, de Arnaud BlinL’excellent ouvrage d’Arnaud Blin, un des stratégistes les plus remarquables de sa génération, auteur entre autres d’un Tamerlan (Perrin, 2008) tout à fait original, remet en perspective les batailles à l’échelle du monde non occidental et cherche à déterminer en quoi elles ont été décisives.

Son choix, discutable comme tout choix, a le mérite de réhabiliter des batailles considérées généralement comme secondaires parce qu’elles n’ont pas engagé de gros bataillons. Parmi celles-ci, la plus importante n’est-elle pas la chute de Tenochtitlan/Mexico en août 1521 par une troupe d’Espagnols de moins de deux mille hommes, renforcés par des contingents indiens désireux d’en finir avec la tyrannie aztèque ? En une opération combinée terrestre et lacustre dirigée par un capitaine de génie alliant le sens politique, la diplomatie et la stratégie – sans même évoquer le courage physique – un empire est abattu. L’Amérique latine aura ainsi été constituée comme un « extrême Occident » par une poignée d’Ibériques.

Lire la suite

« Les Chemins de Damas/Le dossier noir de la relation franco-syrienne », de Christian Chesnot et Georges Malbrunot

« Les Chemins de Damas/Le dossier noir de la relation franco-syrienne », de Christian Chesnot et Georges Malbrunot

Note de lecture de Camille Galic

« C’est la classe gouvernante française qui, par inconséquence, ignorance volontaire des réalités locales, droitdel’hommisme passionnel mais aussi esprit de lucre exacerbé poussant à servir les intérêts et les caprices de potentats arabes, a largement contribué à la création des “ Chiens enragés” ».

Que faire des djihadistes français, musulmans d’origine ou convertis, partis combattre en Syrie où certains ont été transformés en bourreaux, comment empêcher les survivants de nuire ensuite sur le sol national, quels centres de détention et quels programmes de « déradicalisation » élaborer à leur usage ? Ce sont les questions lancinantes que toute la classe politique se pose, la suggestion avancée par Nicolas Dupont-Aignan de « rouvrir Cayenne » ayant, bien sûr, été repoussée avec horreur.


L’hyperclasse responsable et coupable

Mais l’hyperclasse oublie de faire son mea culpa. Car c’est elle, et elle seule, qui a créé un terreau favorable en laissant submerger notre pays par des millions d’immigrés musulmans ; elle qui a leurré nos compatriotes en s’accrochant à la fiction d’un « islam de tolérance » ; elle qui a œuvré à la dislocation de la cellule familiale, le rôle de pater familias étant abandonné à des imams fanatiques ; elle qui, en favorisant la mixité raciale sous couleur de mixité sociale, a aussi facilité l’embrigadement des jeunes Européens ; elle qui, en imposant le métissage comme valeur d’avenir et de progrès, a fabriqué des individus déstabilisés choisissant des causes extrêmes pour échapper à l’inconfort de leur situation et s’affirmer ; elle, enfin, qui a érigé l’instauration au Moyen-Orient de la démocratie occidentale comme la lutte du Bien contre le Mal et a donc poussé à s’engager idéalistes, cabochards, révoltés ou délinquants pour rejoindre les rangs d’une rébellion si abusivement présentée comme laïque, intègre et progressiste alors qu’elle était dès l’origine gangrenée tant par l’islamisme que par la corruption. Cette dernière caractéristique, il est vrai, ne gênait en rien nos « élites », elles-mêmes viciées jusqu’au trognon, ce qui explique les ambiguïtés, les virages et les positions (ou les postures) si contraires à l’intérêt national marquant depuis une trentaine d’années nos relations avec les pays du Proche- et du Moyen-Orient.

De Juppé le faux prophète…

Lire la suite

Des livres aux quatre vents, dispersion de la bibliothèque de Dominique Venner

Des livres aux quatre vents, dispersion de la bibliothèque de Dominique Venner

11/10/2014 – LYONS-LA-FORÊT (NOVOPress)
« Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut », Dominique Venner dont la fréquentation des Antiques était naturelle, avait pleinement fait sien ce conseil de Cicéron. Il s’était constitué, au fil des années, une bibliothèque impressionnante dont une partie seulement était dispersée ce dimanche 5 octobre. Les plus nobles volumes avaient été transmis à sa famille, ce sont tout de même quelque 10.000 volumes qui étaient proposés.

Outre Emmanuel Ratier (Faits & Documents), Philippe Conrad (La Nouvelle Revue d’Histoire), Benoit Loeillet (Librairie du Paillon et Europa Diffusion), cette vente exceptionnelle a réuni plus de 200 personnes dans l’Hôtel des ventes Pillet de Lyons-la-Forêt, Village normand noble et plein de charme, où Dominique Venner s’était installé il y a de nombreuses années. Parmi les adjudications les plus remarquables : les œuvres complètes reliées de Robert Brasillach qui ont dépassé les 800 €, ainsi que le lot dédié à la Grèce antique qui a été remporté pour 500 €. Ceux consacrés au Moyen-Age, au monde celtique ou à la Gaule ont également suscité un vif intérêt. Au-delà des valeurs respectives des nombreux ouvrages composant des lots parfois très divers, ce sont les annotations, remarques et développements personnels, de la main de Dominique Venner qui étaient particulièrement recherchés.

Souhaitons que ces nombreux volumes, qui ont nourri le travail de Dominique Venner durant plusieurs décennies, soient féconds pour préparer dans les esprits d’aujourd’hui les victoires intellectuelles, politiques et civilisationnelles de demain. Ce doit être pour nous une conviction : un livre est une arme !

Pierre Saint-Servant

[Entretien exclusif Novopress] Joachim Veliocas : "Je ne m’attendais pas à voir le sujet en Une du Figaro" 

[Entretien exclusif Novopress] Joachim Veliocas : « Je ne m’attendais pas à voir le sujet en Une du Figaro » 

31/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Joachim Veliocas de l’Observatoire de l’islamisation a semble-t-il réussi le buzz médiatique de ces derniers jours. En effet, son enquête portant sur la vente de livres jihadistes dans les magasins Carrefour pendant le Ramadan s’est retrouvé à la Une du Figaro et est même désormais relayée par la presse étrangère. Novopress l’a rencontré à cette occasion.

Propos recueillis par Arnaud Naudin


Joachim Veliocas, vous venez de frapper un bon coup. En effet, notamment le Figaro, la presse relaie votre enquête sur la vente de livres jihadistes lors du Ramadan chez Carrefour. Comment la presse a-t-elle été informée de votre enquête ?

La presse a été informée via les réseaux sociaux. Judith Waintraub du Figaro a « retweeté » notre enquête vidéo dès le 18 juillet, et ses autres confrères du journal ont fait de même comme Stéphane Kovacs. Ils avaient 15 jours de décalage mais c’est mieux que Le Monde qui n’en parle toujours pas aujourd’hui alors que la polémique est relayée dans la presse internationale ce jour même. Stéphane Kovacs a écrit l’article de lundi dernier, et eut la délicatesse de me prévenir avant parution. Je ne m’attendais pas à voir le sujet en Une du Figaro !

Pouvez-vous revenir sur votre enquête ?

Deux auteurs sont visés dans mon enquête. L’un, l’imâm Nawawi,(1233- 1277) est un des fondateurs de l’école juridique shaféite du sunnisme, qui compte quatre écoles, les autres étant le malékisme, le hanbalisme et le hanéfisme. Une référence intemporelle, son surnom est quand même « Le cheikh de l’islam », ses livres sont dans toutes les librairies musulmanes, même à l’Institut du monde arabe, un incontournable de la jurisprudence islamique. Dans deux livres vendus dans les 1.000 points de ventes (dont Carrefour, Fnac etc.) Les 40 hadith et Les Jardins des Saints il prescrit, et cela n’a jamais été suspendu car il se base sur les propos de Mahomet, de tuer les apostats, de tuer les couples non mariés. Concernant le jihad, Nawawi rapporte les paroles de Mahomet qui aurait déclaré : « Parcourir le monde signifie combattre pour la cause de Dieu » dans Le Jardin des Saints édité chez AlBouraq . Il ne s’agit pas de simplement se défendre mais d’imposer la parole d’Allah plus haute que celle des autres religions, le prophète des musulmans dit encore : « Le combat mené pour que la parole de Dieu soit la plus élevée est le combat pour la cause de Dieu ». Plus élevée que les lois impies de la république française par exemple…

Le même ouvrage interdit aux esclaves de quitter leurs maîtres, l’esclavage n’a jamais été aboli par les juristes musulmans, et pour cause le prophète lui même l’a autorisé ! Il faut savoir que l’esclavage est largement pratiqué aujourd’hui dans les Etats islamiques, comme au Niger, en Mauritanie, au Nigeria, au Soudan, en Arabie Saoudite, au Qatar. Pendant mes études, j’avais un camarade marocain, Mohamed, qui m’assurait que ses parents avaient un esclave noir à la maison. Une charge qui s’hérite de père en fils, ils seraient heureux et bien traités selon cet ami avec qui j’avais étudié et entretenais d’excellents rapports. Mais cet esclavage-là n’intéresse pas Christiane Taubira qui considère le sujet uniquement comme une arme pour culpabiliser les Français blancs.

Lire la suite

« Le Miel » de Slobodan Despot, par Jean-Yves Le Gallou

« Le Miel » de Slobodan Despot, par Jean-Yves Le Gallou

« Road trip » poétique et roman de réinformation

♦ Il faut lire Le Miel, court et lumineux roman de Slobodan Despot, paru dans la collection Blanche de Gallimard.


« Le Miel » de Slobodan Despot, par Jean-Yves Le GallouVoici son argument brièvement présenté: « En sauvant un apiculteur déraciné, le Vieux, au bord d’une route délabrée par la guerre, Vera l’herboriste ignore qu’elle se sauve elle-même. Pour le comprendre, il lui faudra recueillir l’histoire du fils, Vesko le Teigneux, encore prisonnier de ses peurs.
Le voyage épique de Vesko en voiture avec son père, à travers un pays devenu étranger, n’a été possible que par la grâce d’une substance bénéfique, un véritable viatique : le miel. Chacun de nos gestes compte. »

Ce road trip poétique à travers l’ex-Yougoslavie déchirée par la guerre est aussi un roman de réinformation.

Dans Le Miel il n’y a ni « bons » ni « méchants » mais des hommes qui luttent. Slobodan Despot nous y montre l’envers du miroir : la guerre vue du côté des diabolisés.

Lire la suite

Racisme anti-blancs : Débat entre Gérald Pichon et Aymeric Patricot

Racisme anti-blancs : Débat entre Gérald Pichon et Aymeric Patricot

21/06/2014 – PARIS (NOVOpress) – Débat entre Gérald Pichon, auteur de « Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas » (Editions Idées) et Aymeric Patricot auteur de « Les petits blancs. Un voyage dans la France d’en bas. » (éd. Plein jour).

Sur Radio Courtoisie le 13 juin 2014, dans l’émission Libre Journal des idées politiques de Max Lebrun sur le thème : « À la rencontre des petits Blancs ».

Les incroyables trésors de l’Histoire : l’exemplaire de « La mer des Hystoires », ayant appartenu au roi Charles VIII

21/06/2014 – VIDÉO Le Point Charles VIII est le premier roi de France à posséder des livres imprimés qu’il conservait dans sa bibliothèque d’Amboise. Troublante coïncidence, cet intello royal périt, à l’âge de 27 ans, en se cognant la tête contre un linteau de porte. La Mer des Hystoires est, selon Jean-Marc Chatelain, chargé de collections à la réserve des livres rares de la BNF, un des plus beaux ouvrages imprimés français du XVe siècle. Il a été tiré en plusieurs exemplaires par Pierre le Rouge, qui fut le premier à porter le titre de libraire et imprimeur du roi. Celui que nous vous présentons, imprimé sur un vélin d’une finesse exceptionnelle, est l’exemplaire remis à Charles VIII. Source : lepoint.fr

Publié le
« Syrie, une guerre sans nom ! / Cris et Châtiments » de Geneviève et Jean-Claude Antakli

« Syrie, une guerre sans nom ! / Cris et Châtiments » de Geneviève et Jean-Claude Antakli

« Mais on peut toujours lire, et l’ouvrage des Antakli fournit en munitions ceux qui ne supportent plus “les mensonges qui nous ont fait tant de mal”… »

Lors de la présidentielle syrienne du 27 mai 2007 à laquelle avaient participé 11,2 millions de citoyens, Bachar al Assad avait été plébiscité par 97,62% des votants. Sept ans plus tard, dont près de trois années de guerre civile, le chef d’Etat syrien a recueilli, le 3 juin, 88% des suffrages : 11,6 millions de personnes s’étaient déplacées sur les 15,8 millions d’inscrits dans les zones sécurisées.


« Une mascarade », ont tonné, unanimes, les chancelleries occidentales cependant que le dissident Michel Kilo ironisait dans Le Monde « C’est comme si Hitler avait organisé une élection en 1944 », avant de « remercier M. Hollande pour tout ce qu’il fait pour nous car c’est un devoir moral, pour la communauté internationale, de nous sauver des griffes de ce sauvage ».

Il est possible que ce scrutin n’ait été qu’une farce – mais comme beaucoup d’autres. Se poser en arbitre des élégances politiques et en gardienne de l’éthique est singulièrement malvenu de la part de la France, qui vit se dérouler en mai 2002 une caricature d’élection : « l’escroc » Chirac l’emportant avec le score stalinien, ou « assadien » si l’on préfère, de 82% sur « le fâcho » Le Pen au terme d’une hystérique « quinzaine de la haine » orchestrée par la gauche et mobilisant jusqu’aux enfants des écoles.

Lire la suite

Vu sur Facebook

Français, prêts pour votre prochaine révolution ?

Publié le
L’aigle de Rome : pour l’Empire et pour Mithra. Le roman de Wallace Breem nous parle de nous

L’aigle de Rome : pour l’Empire et pour Mithra. Le roman de Wallace Breem nous parle de nous

Nous sommes tous quelque part nés en 753 av. J.-C. Dans tout européen, il y a un enfant de Rome, une nostalgie de la ville qui a conquis le monde et imposé un  ordre par ses armes et par ses lois. La fascination de Rome n’est plus à démontrer pas seulement dans l’histoire, mais également au cinéma et dans la littérature.

L’aigle de Rome : pour l’Empire et pour Mithra. Le roman de Wallace Breem nous parle de nousLa réédition  chez « Invicta » de l’Aigle de Rome de Wallace Breem est là pour nous le rappeler. Le livre remonte à 1970. Il retrace le moment clé en 406 ap. J.-C. où, par un terrible hiver, le limes  ou ce qu’il en reste a craqué face aux barbares malgré l’héroïsme des légionnaires. Le héros du livre, un certain général Maximus aurait inspiré celui du Gladiator (image ci-contre) de Russel Crowe, sauf que ce film est lui-même un remake du bien nommé « Chute de l’empire romain » puisque c’est de cela qu’il s’agit.

Lire la suite

La « fille aux loups » va devoir rembourser 22,5 millions de dollars à son éditeur

La « fille aux loups » va devoir rembourser 22,5 millions de dollars à son éditeur

18/05/2014 – PARIS (NOVOpress via Kiosque courtois)
Sale temps pour les faussaires. Misha Defonseca, Monique de Wael de son vrai nom, avait fait fortune grâce à un ouvrage classé parmi les « meilleures ventes internationales », Survivre avec les loups, publié en 1997 et qui racontait son histoire de petite rescapée de la Shoah.

Une histoire en fait inventée de bout en bout. Parlera‑t‑on un jour des autres supercheries des profiteurs du malheur ? C’est moins probable…

Ci-dessous vidéo qui date de la découverte de la désinformation, et qui l’analyse.

« Le Nouvel Observateur / 50 ans de passions »… [et de mystifications] de Jacqueline Remy

« Le Nouvel Observateur / 50 ans de passions »… [et de mystifications] de Jacqueline Remy

« Claude, faites attention quand vous allez vendre, ne faites pas n’importe quoi .»

♦ Pendant cinq décennies, sur fond de lutte des ego entre ses fondateurs – le travailleur du chapeau Jean Daniel et l’industriel et inlassable bailleur de fonds Claude Perdriel –, « Le Nouvel Observateur » fut à la France ce qu’était Ceausescu à la Roumanie : le « Danube de la pensée ». « On est des intellos, faut pas déconner ! » protestait d’ailleurs sa rédaction quand, les ventes étant en chute libre, Perdriel, bien que prodigieusement enrichi par son usine de saniboyeurs, avait le mauvais goût d’envisager quelques économies. Mais les meilleures choses ont une fin et, le 8 avril, le mécène, soucieux des intérêts de ses héritiers légitimes, a fini par vendre son « enfant » à la triade Pierre Bergé/Xavier Niel/Matthieu Pigasse déjà propriétaire du « Monde ». Alors qu’une page s’achève, engageons un retour sur le passé avec le livre de Jacqueline Remy, « Le Nouvel 0bservateur / 50 ans de passions » (1). C.G.

Lire la suite

Vu sur Facebook

Le Sénat a adopté la loi pour des livres plus chers sur Internet et sans gratuité totale des frais de port

Publié le
Le Qatar, un ami qui nous veut du mal

Le Qatar, un ami qui nous veut du mal

La France, un paradis fiscal pour un géant financier : Camille Galic a lu les deux dernières monographies sur le Qatar.

Peuplé de 1.903.447 habitants dont les deux tiers d’étrangers répartis sur 11.586 km2 seulement, soit un peu moins que la région Ile-de-France, le Qatar intrigue, le Qatar inquiète. Il est vrai que son avidité capitalistique et ses ambitions géopolitiques sont inversement proportionnelles à sa population et à sa superficie. Sur les cinq livres qui viennent de lui être consacrés, nous en avons retenu deux : Qatar/ Les secrets du coffre-fort et Le Vilain Petit Qatar. Le premier, plus informatif, le second, plus polémique. C.G.

Lire la suite

MEMORABLES 5 – Les classiques de la culture européenne – Servitudes et grandeurs militaires, Alfred de Vigny

MEMORABLES 5 – Les classiques de la culture européenne – Servitudes et grandeurs militaires, Alfred de Vigny

Alfred de Vigny, portrait en uniforme de gendarme de la Maison du roi, (attribué à) François Joseph Kinson (1771-1839), Musée Carnavalet (Paris).

Ce qui est mémorable est «digne d’être conservé dans les mémoires des hommes» dit Le Robert. Celle des Français, en ce début de siècle, semble de plus en plus courte. Dans le seul domaine littéraire, des auteurs tenus pour majeurs par des générations de lecteurs sont tout simplement tombés aux oubliettes. Pas seulement des écrivains anciens, de l’Antiquité, du Moyen Age, de la Renaissance ou des Temps modernes mais aussi des auteurs proches de nous, disparus au cours du XXème siècle.

Lire la suite