Tag Archives: Livr-arbitres

Sortie du nouveau numéro de « Livr-arbitres » consacré à Henri Vincenot

Sortie du nouveau numéro de « Livr-arbitres » consacré à Henri Vincenot

25/06/12 – 16h45
PARIS (NOVOpress)
– La revue de littérature non-conforme « Livr’arbitres » vient de publier son nouveau numéro largement consacré à l’écrivain bourguignon Henri Vincenot, chantre de l’enracinement et de la polyphonie des traditions.

Sortie du nouveau numéro de « Livr-arbitres » consacré à Henri VincenotFrançois Bousquet, Francis Bergeron, Sébastien Wagner et bien d’autres rendent ainsi hommage à l’inoubliable auteur de la « Billebaude » et du « Pape des escargots ».

On trouvera également dans ce numéro, comme toujours, de nombreuses recensions de livres, nouveautés ou rééditions, ainsi que des portraits d’écrivains et des nouvelles inédites.

Nous reproduisons ci dessous l’éditorial de ce riche nouveau numéro:

« Heureux les pays où il suffit aux ‘desperados’ d’un café-saloon pour jouer leur dernière chance. » Cette phrase de Roger Vailland me vient en écho d’une autre de Curzio Malaparte extraite de son Voyage en Ethiopie, récemment réédité chez Arléa : « Debout au milieu de la route, un jeune homme en uniforme fasciste — il s’agit peut-être du secrétaire du Faisceau — discute à voix basse avec un prêtre copte qui tient un parasol orné de bandes rouges et bleues. Assis à califourchon sur une chaise devant la porte de sa boutique (il y a écrit Saloon sur l’enseigne), le barbier napolitain, une flûte à la bouche, peine à monter et à descendre les degrés de la gamme de sol mineur. »

On connait les suites de l’aventure éthiopienne, comme bien d’autres, comme trop souvent, car pour son malheur l’homme oublie de tenir compte qu’il porte le mal en lui, même dans la vie « à l’état de nature ». Cet état de fait est d’ailleurs très bien illustré par un autre écrivain transalpin, Eugenio Corti, qui, après le magistral Cheval rouge, nous revient avec L’île paradis toujours à L’Age d’Homme, une allégorie abordant les conséquences de la célèbre mutinerie du Bounty : l’enfer est pavé de bonnes intentions !

Malaparte l’aura bien compris, lui qui passera sa vie de Charybde en Scylla, deux dangers du détroit de Messine que l’auteur de La Peau traversera lors de son voyage d’exil décrété par Mussolini : « Et voici, le gouffre de Charybde, là en face le rocher de Scylla qu’effleure déjà la lumière rosée déboulant des montagnes. Et la mer libre là-bas, une mer bleue striée de jaune, coupée de mille ruisseaux et rivières d’écume à la dérive, que la tempête en fuite a abandonnés derrière elle. » (L’excursion, Édition Nous)

Reste une question, primordiale : saurons-nous répondre à la musique entêtante du saloon ? Si oui, qui nous en libèrera ?!
Faites vos jeux la Roue de la Fortune tourne… »

« Livr’arbitres »
36 bis, rue balard
75015 Paris

www.livr-arbitres.com