Tag Archives: libertaire

Patrik M. Loeff Ireland 1998 field

Interview exclusive de Tony O’Neill, leader du Parti du Peuple Celte 3/5 : l’Union Européenne

30/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Alors que les provinces françaises se battent pour sauver leurs langues et traditions régionales, NOVOpress vous propose une interview exclusive du fondateur irlandais du Parti du Peuple Celte – PPC —. Nous publions cet entretien-fleuve en cinq parties afin de vous en offrir une lecture plus agréable. La première est consacrée à la naissance du mouvement et aux questions politiques. La seconde est axée sur la défense de la culture celte, le monde celtique et les liens que noue le PPC avec la diaspora celte dans le monde. La troisième traite des questions liées à l’Union Européenne. Les deux dernières sont consacrées à l’immigration.
>

NOVOPRESS : Après un référendum sur le mariage homosexuel, largement encouragé par l’UE, pensez-vous que l’avortement, les mères porteuses pour les couples homosexuels ou la FIV pour les couples de lesbiennes vont être les prochains sujets imposés à la population Irlandaise ? Comment les gens vont-ils réagir ?
Tony O’Neill : Il n’y aura aucune limite aux attaques de l’ultralibéralisme libertaire culturel contre notre peuple et cela concerne l’avortement et autres abominations que vous mentionnez. La plupart des gens rejetteront ce programme imposé, mais quand ils le font, ils sont aussitôt désignés comme représentants de la « haine » et tout est fait pour les faire taire. C’est le travail du PPC que de devenir une avant-garde pour notre peuple et montrer que nous n’avons pas à nous soumettre à cette dégénérescence et que nous devons au contraire assumer notre combat.
Lire la suite

[Entretien exclusif] Charles Robin : "Mai 68 a permis la mutation du libéralisme en libéralisme-libertaire" (2/2)

[Entretien exclusif] Charles Robin : « Mai 68 a permis la mutation du libéralisme en libéralisme-libertaire » (2/2)

07/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Venu de l’extrême gauche – de la LCR exactement – Charles Robin est l’un des esprits les plus vifs de cette jeune génération qui a transporté sa critique sociale du champ libertaire vers le camp de la résistance anti-libérale enracinée.

Après plusieurs livres publiés en autoédition, il vient de signer aux éditions Krisis un remarquable ouvrage de synthèse sur la convergence libérale-libertaire qui a pris le contrôle de nos sociétés. Indispensable pour quiconque veut saisir les racines philosophiques de ce grand raz-de-marée qui souhaite gommer toutes les différences, les identités ; rompre toutes les filiations et les solidarités ancestrales, pour installer définitivement le règne du Même au service de la superclasse mondiale.

Si l’on peut ne pas partager toutes les options de Charles Robin, sur l’importance secondaire des identités ethniques, religieuses et culturelles dans notre société française, on ne saurait se priver d’une telle synthèse, à mettre dans notre bibliothèque aux côtés des récents ouvrages d’Alain de Benoist ou Hervé Juvin.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Mai 1968 a été un formidable point de convergence de l’extrême gauche libertaire et du capitalisme américanisé. Au-delà des slogans et de l’imagerie d’Epinal, quelle est l’importance réelle de ces « événements » ?

Dans son livre Néo-fascisme et idéologie du désir (1973), le philosophe Michel Clouscard décrivait les événements de Mai 68 comme une « contre-révolution ». Il voulait dire par là que ces événements avaient fourni au libéralisme l’occasion de sa mutation en une forme nouvelle, celle qu’il désigne sous le précieux concept de « libéralisme libertaire ».

Ainsi, à l’esprit du capitalisme autoritaire et traditionaliste hérité du fordisme et du taylorisme (marqué par la parcellisation des tâches et la mécanisation de l’industrie) allait désormais succéder un nouvel esprit du capitalisme, orienté non plus sur la répression du désir et l’interdit (incarné par le producteur), mais sur sa libération et la permissivité (incarné par le consommateur). En confondant ainsi tragiquement lutte anticapitaliste et lutte anti-autoritariste, les acteurs de Mai 68 allaient ainsi apporter une caution « libertaire » (donc « moderne ») à l’exploitation capitaliste de la liberté et du désir individuels. L’hypersexualisation de nos sociétés contemporaines (pour ce qui concerne, du moins, la présentation médiatique des choses) est évidemment symptomatique de cette opportunité du « lâcher-prise » pulsionnel pour la domination marchande. En sollicitant en permanence la participation à la machine capitaliste de notre bas-ventre, on s’assurait ainsi – si j’ose dire – de maintenir le centre gravitationnel de notre manière d’être et de notre rapport au monde en-dessous de la ceinture. Une forme paradoxale de la domination, puisqu’elle tend à convertir tous nos désirs individuels en ressource énergétique au service de l’industrie de la consommation.

Vous parlez d’économie libidinale pour caractériser l’étape d’extension du marché que nous connaissons actuellement. Que recouvre ce terme ?

Pour bien comprendre cette idée, il est absolument nécessaire de rompre avec cette opinion courante qui voudrait que toute domination politique emprunte obligatoirement les voies de l’autoritarisme et de la « soustraction de jouissance ».

En réalité, le libéralisme aura accompli cet exploit, inédit au regard de l’Histoire, d’avoir su articuler et tenir ensemble la plus complète des dominations avec la plus absolue – mais aussi la plus abstraite – des libertés pour les individus. Il aura suffi, pour ce faire, d’introduire méthodiquement dans nos esprits l’idée (héritée de la philosophie empiriste) que c’est dans la satisfaction de nos désirs pulsionnels que se manifeste le signe ultime de la liberté humaine.

Une réduction de la liberté à la pulsion, quand les Anciens voyaient justement dans la « retenue » à l’égard de ses passions et de ses affects la forme accomplie de la liberté et de la sagesse. Camus disait : « Un homme, ça s’empêche ». Autrement dit, un être humain se définit d’abord par sa capacité à dire « non », à refuser, à résister. N’est-il pas significatif, à cet égard, que le verbe « succomber » désigne à la fois le fait de céder à la « tentation » et de « rendre l’âme » ? L’économie libidinale du capitalisme – c’est-à-dire la stimulation et l’exploitation de notre libido au profit des intérêts du Marché – débordant évidemment le seul cadre de l’industrie du sexe, puisqu’il conditionne désormais l’ensemble de notre rapport à la marchandise : une marchandise déifiée, sacralisée et fétichisée, par laquelle se manifeste le règne de l’Avoir et du Signe, qui s’édifie sur les décombres de l’Être et du Sens.

Lire la suite

Éric Zemmour : « La Manif pour tous, un drame pour l’UMP »

08/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Lors de sa chronique pour RTL où il revient sur la dernière manifestation organisée par la Manif pour tous contre notamment la PMA et la GPA, Eric Zemmour tacle fortement l’UMP. Le journaliste politiquement non correct explique que la Manif pour tous est un drame pour l’UMP, car cette dernière, refusant de mener la guerre culturelle et la bataille des idées, ne veut pas s’opposer aux délires sociétaux et anthropologiques de la gauche. Rapellons que l’UMP n’a jamais abrogé le PACS…

Eric Zemmour précise ensuite que l’UMP ne reviendra pas sur le mariage pour tous car elle rejoint la gauche dans l’idéologie libérale-libertaire, expliquant que la PMA et la GPA peuvent être des marchés très rentables…

L’UMP semble vouloir donner raison à Eric Zemmour. Ainsi, interrogé ce matin sur RMC, la très sarkozyste Nadine Morano a indiqué que  la droite n’abrogerait pas le mariage pour tous. Mais le comble a été atteint par les sénateurs UMP qui ont élu à la présidence de la commission des Affaires sociales de la Haute Assemblée un membre de l’UMP, Alain Milon – élu du Vaucluse -,partisan de la PMA et de la GPA. Ce sénateur ose ainsi affirmé que la GPA n’est pas le sigen de la « marchandisation des corps », mais un « don » (sic). Il est vrai que lorsqu’elle était ministre de la Famille Nadine Morano avait claironné qu’elle pourrait pratiquer la GPA au bénéfice de sa fille en cas d’infertilité de cette dernière… Alain Milon s’est fait précédemment remarquer en 2011, car il souhaitait encadrer la « kafala », adoption selon une règle spécifique au droit musulman, jugeant « inadmissible pour les enfants » la non-reconnaissance de cette procédure.

Une réalité que devrait prendre en compte une bonne fois pour toutes la Manif pour tous qui semble servir de manière pathétique la soupe à l’UMP, allant jusqu’à ostraciser le Front national, le seul parti qui a indiqué clairement qu’il abrogera la loi Taubira…

 

Publié le
[Vu de gauche] revue de presse été 2014

[Vu de gauche] revue de presse été 2014

30/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Dans le droit fil des travaux entrepris par le Grece pendant plusieurs décennies, il nous semble toujours aussi important d’envisager le réel sans œillères idéologiques. Notre vision du monde doit pouvoir se nourrir de positions en apparence antagonistes et s’affiner en se confrontant à elles. C’est un fait : les questions de fond ont déserté l’arène politique. Loin des (trop) superficielles querelles politiciennes, qui emploient le plus souvent l’invective et la reductio ad hitlerum (y compris dans notre propre famille), nous tranchons pour un travail des idées dans la sérénité et le sérieux. Ce travail d’actualisation des concepts et analyses qui sont nôtres a pour principal souci de pouvoir s’inscrire dans le réel. Nous rejetterons donc, autant que faire se peut, les réflexions absconses et les jargons en tous genres. Le crayon en main, disséquant et annotant, mâchonnant et méditant, nous préparons les victoires sémantiques, idéologiques et politiques de demain.

Chaque mois, Novopress vous propose une courte synthèse du meilleur et du pire de la presse de gauche. Pas la gauche caviar, amie de la finance, façon Nouvel Obs. Pas la gauche Beaubourg ou Télérama. Bienvenue dans cette gauche où soufflent encore l’espérance révolutionnaire et la défense d’un peuple encore vivant. Bonne découverte de ses richesses … et de ses contradictions.

Revue de presse réalisée par Pierre Saint-Servant


Numéro été 2014 d'"Alternative libertaire"

Numéro été 2014 d' »Alternative libertaire »

Où l’écologie radicale est dans tous les esprits et dans tous les kiosques

Alternative libertaire  (AL) consacre une double-page intéressante à la dénonciation de la « transition écologique » et du green business, rappelant la nécessité d’une écologie conséquente face à ces éco-tartufferies. Décidément, l’écologie intégrale ou radicale est présente dans tous les esprits en cette année 2014 ! Depuis les Veilleurs, dont l’un des fondateurs Axel Rokvam vient de co-publier un essai particulièrement dense sur le sujet, jusqu’aux anarchistes d’Alternative libertaire. Avec lucidité, ces derniers ne se cachent d’ailleurs pas des paradoxes à résoudre tel que « la difficulté à concilier écologie et défense de l’emploi dans le système capitaliste ». Difficulté à laquelle se sont frottés nombre de pères de l’écologie radicale et qui ne peut être résolue sans une destruction totale du système économique actuel et son rédécoupage en petites entités de production sur le modèle de l’artisanat. C’est toute la démarche des socialistes « de guilde » tels que William Morris. Vous découvrirez mieux ce dernier, presque inconnu en France, dans le consistant dossier consacré par La Décroissance aux pères fondateurs du courant du même nom, numéro estival qui a déjà fait l’objet d’une recension positive dans les colonnes de Novopress.

Une lutte antifasciste de plus en plus consternante

Alors que l’oligarchie mondialiste renforce de plus en plus sa pression, certains perdent encore leur temp à lutter contre … le fascisme. Ainsi AL se félicite d’une manifestation d’opposants au nouveau maire frontiste d’Hayange et évoque « un vote de détresse plus que d’adhésion » tout en soutenant que « la progression de ce parti repose sur l’isolement, la peur et le désespoir ». On croirait entendre un expert TF1 ou lire l’une de ces fines analyses auxquelles Erwan Lecoeur nous a habitué. Vous avez dit « idiots utiles » ? Vous n’avez pas fini de vous étrangler. La commission antifasciste d’AL semble en effet vouloir prendre les armes « face à une extrême droite qui multiplie les attaques dans la rue [sic] (…) et dont les discours sécuritaires, racistes et xénophobes sont légitimés dans les actes depuis des décennies par les médias bourgeois et les dirigeants libéraux [resic] « . Consternant. CQFD (n°124) consacre une double page à un entretien avec Stéphane François intitulé « La Nouvelle Droite dans la face » et dont il ressort que la Nouvelle Droite est … à l’opposé de la caricature qui en est faite dans les milieux antifascistes. Il serait temps de voir les choses en face, non ?

Lire la suite

Éric Zemmour : « Macron et Vallaud-Belkacem font la paire »

28/0/08/2014 – PARIS (via RTL)
« Macron à Bercy, ce sont les recettes libérales à l’honneur : dérégulation, allègement du Code du travail et de la fiscalité à l’entreprise », explique Éric Zemmour. « Belkacem à l’Éducation, ce sont les lobbyistes féministes et gays en maîtres de la machine scolaire », poursuit-il.

Ces deux nominations « donnent la couleur idéologique » du gouvernement et « le révèlent presque à l’insu de ses auteurs », indique Eric Zemmour. « Macron le libéral et Vallaud-Belkacem la libertaire font la paire : ils entourent ce gouvernement d’une aura moderniste chère aux médias de gauche, au monde du show-biz et aux élites mondialisées », ajoute-t-il.

Publié le