Tag Archives: Les Inrocks

Fanny Marlier

Alertés par Novopress, Les Inrocks corrigent leur article sur Rivarol

11/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Une « simple erreur d’écriture ». C’est ainsi que Fanny Marlier, collaboratrice des Inrocks, a justifié sa méga-boulette dans son article sur le banquet des 65 ans de l’hebdomadaire Rivarol après avoir été alertée par un lecteur de Novopress qui avait relevé l’erreur. Elle l’a corrigée.

Il fallait donc lire que Jean-Marie Le Pen « a rendu hommage à Antoine de Rivarol, pamphlétaire royaliste du 18e siècle, d’où le journal tire son nom » – ce qui est exact – et non pas qu’il a rendu hommage « à Antoine Rivarol, le fondateur du journal », né 155 ans après la disparition de l’auteur royaliste !

Si Fanny Marlier veut faire un stage à Novopress, qu’elle n’hésite pas à nous contacter…

Guyot Marlier

La version originale (très originale…) :

Inrocks Rivarol

La version corrigée :

Les Inrocks Rivarol 2

Smiley ébahi

Aux Inrocks, on croit qu’Antoine de Rivarol a fondé Rivarol !

10/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Question aux Inrocks : comment Antoine de Rivarol, mort en 1801, peut-il être présenté comme le fondateur de l’hebdomadaire Rivarol, créé en 1951 ? Dans son compte rendu du banquet organisé pour les 65 ans du journal, samedi à Paris, Les Inrocks écrit en effet : « Auparavant, dans son discours, il [Jean-Marie Le Pen] a rendu hommage à Antoine Rivarol, le fondateur du journal » ! C’est signé par Fanny Marlier, qui se targue de piger aussi à Technikart, France 24 et France 2. Et c’est un coiffeur qui a fondé Le Figaro ?

 

 

Inrocks Rivarol

bobard_historique

Bientôt les Bobards d’Or ! le bobard du jour est historique

01/03/2016 – MÉDIAS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Chers lecteurs, notez bien la date dans vos agendas : la 7e cérémonie des Bobards d’Or se tiendra le 14 mars prochain au théâtre du Gymnase, dans le Xe arrondissement de Paris. Vous ne serez pas déçus : la grande presse s’est absolument surpassée cette année en termes de désinformation ! Vous pouvez d’ores et déjà voter en ligne pour le « meilleur » Bobard, parmi les 10 présélectionnés.
Quel bobard a retenu votre attention aujourd’hui ?

Il s’agit du « bobard historique ». En 2015, le journal Les Inrocks faisait la chronique d’un livre sur Charles Martel. Le journal, estimant qu’il était écrit par « Un historien critique » soutenait l’auteur dans sa volonté de déconstruire un mythe identitaire et politique. Charles Martel ne serait qu’un épisode instrumentalisé pour en faire un symbole de la lutte contre la population immigrée. En réalité, l’auteur a été proche du syndicalisme révolutionnaire et la victoire de Charles Martel fait partie des manuels scolaires depuis longtemps. De grands historiens, comme Arthur Huby s’accordent à dire que la victoire de Poitiers en 732, marque l’arrêt de l’offensive arabe contre l’Europe et que Charles Martel apparut comme le sauveur du monde chrétien tout entier.
Alors, pour soutenir la réinformation, n’hésitez pas à aller voter sur Internet bobards-dor.fr ou directement sur le module de vote à droite de ce billet et à vous inscrire pour la cérémonie des bobards d’or le 14 mars !

L’application qui rend le mariage homo (presque) sympathique Comment, vous n’êtes pas encore sur Grindr ?

L’application qui rend le mariage homo (presque) sympathique – Comment, vous n’êtes pas encore sur Grindr ?

Il serait temps de se mettre à la page. Il faut vivre avec son époque, surtout quand elle est aussi magnifique que la nôtre, comme le clame « Les Inrockuptibles » à longueur de pages. Comme tous les étés, le journal des technobeaufs qui se croient branchés a pondu un numéro « spécial sexe » en août. L’immobilier, le classement des hôpitaux, l’influence des francs maçons, à chacun son marronnier.
Lire la suite

Audrey Pulvar à la direction des “Inrockuptibles” : révélateur des rapports incestueux presse/pouvoir politique

Audrey Pulvar à la direction des “Inrockuptibles” : révélateur des rapports incestueux presse/pouvoir politique

14/07/2012 — 16h30
PARIS (NOVOpress) — Pierre Salviac aurait-il eu raison au-delà du cas particulier de Valérie Trierweller ? Telle est la question que l’on peut se poser suite à la nomination d’Audrey Pulvar (photo ci-dessus)à la direction des Inrockuptibles, journaliste certes, mais surtout compagne d’Arnaud Montebourg… actuel ministre du Redressement productif. Evincée de France-Inter et de France 2, suite au fait qu’elle est en couple avec Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar a ainsi pu se recaser au sein d’un titre prestigieux de la gauche bobo. Ayant abandonné leur côté journal musical, les Inrocks sont devenus un mélange de Télérama et de Nouvel Obs pour trentenaires.

Magazine aux opinions de gauche clairement tranchées, les Inrocks sont depuis 2009 la propriété de Matthieu Pigasse, banquier d’affaires et vice-président Europe de la Banque Lazard, également actionnaire du Monde. Une énième preuve de l’alliance culturelle entre la gauche bobo et le monde des affaires.

Sans juger du talent et de la compétence journalistique d’Audrey Pulvar, sa nomination comme directrice générale, chargée de l’éditorial, ne peut que raviver les polémiques sur les rapports « incestueux » entre pouvoir politique et presse (polémique qui n’est pas du goût de Télérama). D’autant que ce mouvement à la direction des Inrocks montre un mouvement dans le sens inverse. En effet, Les deux nouveaux directeurs généraux [en plus d’Audrey Pulvar, Arnaud Aubron, ancien rédacteur en chef adjoint et cofondateur de Rue89 et de Libération, est nommé directeur général en charge du développement de la marque sur les nouveaux supports et hors-médias] succèdent à David Kessler, qui a quitté l’hebdomadaire il y un mois, pour rejoindre le cabinet du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

La présidence normale de François Hollande a l’air de respecter les bonnes vieilles traditions quant au fait que presse de gauche et pouvoir politique de gauche font à ce point si bon ménage.

Mais au-delà du cas particulier Montebourg/Pulvar/Inrocks, cette nomination montre qu’une seule presse d’opinion est admise en France, celle de gauche, qui fonctionne comme une caste, une oligarchie. Il serait temps qu’à côté de cette presse d’opinion de gauche, qui doit exister, la presse d’opinion identitaire ou patriote puisse sortir de son ghetto. Mais ça c’est une autre histoire…

Crédit photo : Lionel Allorge/Wikipédia sous licence CC.

Les “Inrocks” fébriles devant le cas Morrissey

Les “Inrocks” fébriles devant le cas Morrissey

02/11/2011 – 17h00
PARIS (NOVOpress) – Notre pays ploie, sans rompre fort heureusement, sous le nombre croissant de rebellocrates et de censeurs qui se sentent obligés de délimiter le périmètre de ce qui est acceptable ou non à leurs yeux. Parmi leurs jeux favoris, la traque des mal-pensants. Histoire d’assouvir leurs pulsions monomaniaques et de noircir du papier. C’est donc au tour des Inrocks par l’intermédiaire de JD Beauvallet de se parer de la toge d’un Robert le Bougre et d’intenter un procès quasi inquisitorial à Morrissey (photo ci-dessus), véritable icône du rock depuis plusieurs générations. Chanteur talentueux et indémodable du groupe phare des années 80, The Smiths, l’enfant de Manchester a par la suite entamé une carrière solo, qu’il poursuit depuis maintenant plus de vingt avec la maestria qu’on lui connaît.

Problème : Morrissey n’appartient pas au camp des bénis oui-oui prêt à chanter les louanges de « l’homme citoyen du monde », de la société multiculturelle ou autres fadaises dont raffolent sûrement les journalistes des Inrocks. Et cette propension à ne pas vouloir bêler en chœur avec le troupeau de l’antiracisme fait évidemment de Morrissey quelqu’un de suspect… Et ce n’est pas cette énième affaire qui risque de faire taire nos journalistes toujours avides de sensation fortes (sic). En proie à un litige qui l’oppose depuis plusieurs années au New Musical Express (NME), Morrissey a demandé la tenue d’un procès pour savoir, si effectivement, il avait tenu des propos qualifiés de racistes en 2007 lors d’un entretien avec le journaliste Tim Jonze (image ci-contre). Dans cet entretien, la clairvoyance du Moz’ l’aurait conduit à critiquer « la politique d’immigration de son pays » et toujours selon le journal, le chanteur « se serait lamenté de sa conséquence : la mort de l’identité anglaise ». Morbleu, on en tient un.

Un odieux facho qui pense (si ces propos sont avérés) que les vagues d’immigration qui se déversent en Europe et a fortiori en Angleterre ne sont pas franchement la panacée pour les peuples européens. Depuis plusieurs années, Morrissey se battait donc pour l’ouverture d’un procès en diffamation qui suite à des auditions a été accepté pour 2012 par le juge Tugendhat. Une première victoire pour Morrissey qui voit ici l’occasion de laver l’affront qui a consisté selon lui à déformer ses propos. Une vengeance du tabloïd qui n’aurait jamais digéré une arrivée du Moz’ sur scène « drapé dans un Union Jack » à Londres en 1992.

Pour le moment, Les Inrocks prennent le parti d’attendre la fin du procès au motif « qu’entre deux provocations goguenardes et six pirouettes, nous n’avons jamais parlé à un raciste : au pire à un patriote », dixit le grand sage JD Beauvallet. Attendre donc. Histoire « d’y voir plus clair une bonne fois pour toutes. Et de virer ou non le nom « Morrissey » de son carnet d’adresse ». Une tirade qui montre l’indépendance d’esprit dont fait preuve ce cher JD, qui tel un vrai rebelle patientera fiévreusement jusqu’à la décision du tribunal pour savoir si The Moz’ appartient au camp des méchants.

Et si la justice condamne le chanteur, alors la sanction ne se fera pas attendre. Viré sur le champ du carnet d’adresse de ce cher JD et des Inrocks. Un choc terrible pour le rocker qui à coup sûr ne s’en remettra pas…

Tremble Morrissey, tremble !

[box class= »info »]Crédit photo Une : Caligula/Wikipédia sous licence Creative Common[/box]

Pour les Inrocks, le Bloc Identitaire déclare sa flamme à Arnaud Montebourg

Pour les Inrocks, le Bloc Identitaire déclare sa flamme à Arnaud Montebourg

22/09/2011 – 19h00
PARIS (NOVOpress) –
Dans un article paru sur leur site Internet, les Inrockuptibles font état d’une “lettre d’amour” du Bloc Identitaire à Arnaud Montebourg. Comment cette flamme s’est-elle déclarée ? C’est le thème de la démondialisation, au cœur certes de la campagne d’Arnaud Montebourg pour la primaire socialiste, mais également au centre de celle des Identitaires pour l’élection présidentielle et au–delà.

Le Projet Apache avait déjà fait un acte de piraterie politique en indiquant soutenir la candidature Arnaud Montebourg à la primaire socialiste. Le Bloc Identitaire continue sur cette lancée et indique : “Nous lui demandons encore un petit effort pour rejoindre totalement nos positions », comme l’indique Fabrice Robert aux Inrocks. D’autant que l’hebodmadaire précise : “Localiste et farouchement européen, le Bloc identitaire s’estime sur la même longueur d’onde idéologique qu’Arnaud Montebourg”.

De plus, Fabrice Robert indique : “Il n’y a aucune volonté de nuire à Arnaud Montebourg, simplement la volonté de provoquer un débat. Il reconnait lui-même que ce sujet doit dépasser les clivages politiques.”

Cependant, le Bloc Identitaire dans sa lettre ouverte soulève les contradictions d’Arnaud Montebourg, qui certes préconise la démondialisation mais ne veut pas mettre fin à l’immigration. En réponse à cela, le Bloc Identitaire affirme que la démondialisation est un “louable engagement auquel doit s’ajouter impérativement pour être efficace l’interdiction à ces mêmes multinationales de ‘délocaliser à domicile’ en faisant venir ici une main d’œuvre étrangère et corvéable à merci. Le concept de démondialisation inventé par le Philippin Walden Bello ne précise-t-il d’ailleurs pas de ‘fixer les populations dans leurs aires d’origine’ !”

Au tour des Inrocks de s'intéresser aux Identitaires

Au tour des “Inrocks” de s’intéresser aux Identitaires

14/09/2011 – 20h30
PARIS (NOVOpress) – Décidement, les Identitaires ont les honneurs de la presse. Dernière preuve en date, un article du site des Inrocks. Revenant sur l’affrontement UMP/FN, les Inrocks citent Abel Mestre et Caroline Monnot au sujet des Identitaires pour affirmer : “Ils sont jeunes, activistes, provocateurs sans excès et savent utiliser comme personne les nouveaux médias”.