Tag Archives: legitime defense

Présent Vardon

Le quotidien Présent apporte son soutien à Philippe Vardon

06/10/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Dans son édition datée du 7 octobre, le quotidien Présent apporte son soutien à Philippe Vardon, conseiller régional (FN) de Provence-Alpes-Côte d’Azur, condamné à six mois de prison pour s’être défendu d’une agression, et publie un entretien avec celui-ci. Nous le reproduisons ci-dessous.

Vardon— Philippe Vardon, vous venez d’être condamné à six mois de prison ferme par le Tribunal correctionnel de Draguignan (voir Présent d’hier), sur quels motifs ?

— Concrètement ? Pour m’être défendu et avoir défendu ma famille.

— Quels sont les faits ?

— Ils sont édifiants ! Le 30 mars 2014, après une journée passée en famille et avec des amis à Port-Fréjus et alors que nous allions nous enquérir des résultats des élections municipales, j’ai été agressé sur un parking, devant ma femme et mes enfants (sept mois et trois ans au moment des faits) par trois délinquants multirécidivistes. Ceux-ci m’ont clairement agressé pour mon engagement politique, puisqu’on a pu les entendre dire, avant de venir au contact, « c’est le type des mosquées » et qu’ils ont par ailleurs déclaré lors de leurs auditions qu’ils me connaissaient et m’avaient « vu à la télé ».

Selon une technique éculée, ceux-ci se posent bien sûr désormais en victimes, prétendant que c’est moi qui les aurais insultés et provoqués (cela avec mon fils de trois ans à mes côtés et ma femme en train d’allaiter celui de sept mois dans la voiture) alors qu’ils passaient tranquillement par là… La suite ? Un enchaînement de violences : le plus virulent arrive en trombe en m’invectivant, tente de m’asséner un coup de poing, je le repousse, il retourne à son véhicule où lui et ses amis vont « s’outiller » (manivelle, démonte-pneu, etc.) avant de revenir à la charge, je parviens à les tenir à distance de mes enfants et ma femme en utilisant la bombe lacrymogène de cette dernière puis ils me poursuivent dans de petites rues. C’est là que j’ai été blessé, coupé à la main par un outil tranchant (je précise que je suis le seul dans cette affaire à avoir présenté au tribunal des blessures constatées par un médecin légiste). Des policiers sont ensuite arrivés et ont eux-mêmes été contraints de faire usage de gaz lacrymogène pour me protéger des agresseurs, tentant de m’attaquer à nouveau et rejoints par d’autres. Un des assaillants a même sorti un couteau devant les policiers et un agent de police s’est blessé en repoussant la meute. Tout ce que je vous décris ici est dans les auditions et procès-verbaux…

— Vous avez décidé de faire appel, pourquoi ?

— Parce qu’au-delà de mon cas personnel on ne peut décemment laisser passer une telle injustice. Si on s’en tient à cette décision, alors plus rien n’a de sens. Un responsable politique, agressé pour son engagement, devant sa femme et ses enfants, se défendant, devrait être jugé de la même façon que ses trois agresseurs, armés et délinquants multirécidivistes ? Evoquons tout de même le profil de mes agresseurs : le seul parmi eux qui ait daigné se présenter à l’audience n’avait pas le choix puisqu’il est déjà emprisonné pour une autre affaire ! Il a déjà été condamné à 12 reprises (vols, violences, etc.). Les deux autres ont aussi des casiers chargés, et l’un d’eux est actuellement sous bracelet électronique, sortant récemment de prison lui aussi.

Un journaliste de Marianne a écrit – commentant ma condamnation – « Rappelons à toutes fins utiles que se faire justice soi-même n’est toujours pas autorisé par le code pénal. » Je me permets aussi de rappeler, « à toutes fins utiles », que se laisser agresser sans réagir n’est pas encore une obligation légale non plus ! Je crois que l’on devrait postuler que la défense est toujours légitime.

— Les soutiens se font très nombreux, qu’ils viennent d’officiels ou de simples compatriotes. Cet élan vous a-t-il surpris ?

— Je tiens à remercier tous ceux – Niçois rencontrés dans la rue, cadres et élus de notre mouvement, compagnons de lutte passés, actuels ou futurs – qui ont témoigné à ma famille leur soutien et leur amitié. Je ne m’attendais pas à un tel élan, mais au fond je crois qu’il est à la hauteur de l’injustice. Une injustice qui fait écho à celle ressentie par de nombreuses victimes confrontées à un système judiciaire sans boussole.

— Un tel jugement démontre – s’il le fallait – que de nombreux magistrats se servent de leur position contre l’intérêt du peuple français. Il faut donc certes reprendre la main politiquement, mais n’est-il pas également temps pour les patriotes d’investir la magistrature pour inverser le rapport de force ?

— Au-delà des nécessaires et utiles initiatives personnelles, je ne vous étonnerai pas en vous disant que la clef se situe pour moi dans un changement politique de fond que seule l’élection de Marine Le Pen, et à sa suite d’une majorité parlementaire bleu marine, peut permettre. Alors chacun pourra retrouver sa juste place dans les tribunaux, victimes et agresseurs.

propos recueillis par Pierre Saint-Servant

galinier

« La Racaille en prison, Galinier à la Maison ! » scande Génération Identitaire

08/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
René Galinier, 78 ans, a été condamné à cinq ans de prison, dont quatre avec sursis pour avoir défendu son domicile. Les cambrioleuses n’ont pas été inquiétées, mieux, elles ont été indemnisées. Génération Identitaire s’est mobilisé contre ce déni de justice.

René Galinier, 78 ans, originaire de l’Hérault était un retraité sans histoires jusqu’à ce 5 août 2010. Tiré de sa sieste par des bruits suspects, il se retrouve face à deux silhouettes fouillant dans la chambre voisine. Homme ? Femme ? Armée ou non ? Impossible pour lui de le savoir. Il prévient alors les secours et se saisit de son fusil. Après sommations, il est contraint de tirer et blesse les deux cambrioleuses, Salina et Marina, deux jeunes Roms d’origine serbe qui se sont introduites chez lui par effraction.

La cour vient de le prononcer coupable et le condamne à 5 ans de prison, dont 4 avec sursis. Son crime ? Avoir voulu défendre sa famille et son foyer. Bien qu’elles aient reconnu l’effraction et leur volonté de voler, les deux Roms ne seront quant à elles pas inquiétées. Elles s’en sortent donc sans aucune sanction pénale malgré avoir fait intrusion dans une propriété privée… Mais il y a pire ; elles ont déjà reçu 25 000 € de dédommagement pour l’une et 40 000 € pour l’autre.

Pour le mouvement Génération Identitaire, cette justice à deux vitesses est inacceptable. Les militants identitaires lorrains ont manifesté leur opposition le 6 juillet dernier devant le tribunal de Metz au cri de « La Racaille en prison, Galinier à la Maison ! »
Les militants réclamaient la libération immédiate de René Galinier (victime de la délinquance immigrée) et la condamnation des deux délinquantes roms avec leur expulsion immédiate et la restitution des sommes qu’elles ont reçues à titre d’indemnisation. Ils se sont aussi élevés contre
Cette justice qui justifie les agressions et les cambriolages au nom d’une détresse sociale !

Françoise Grolet, Conseillère régionale FN et présidente du groupe FN au Conseil municipal de Metz était présente aux côtés des militants identitaires.


[Tribune] Inacceptable ! Par Vincent Revel

[Tribune] Inacceptable ! Par Vincent Revel

13/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Que pouvons-nous faire ? Contre cette injustice qui fait du citoyen, victime de vols et d’agressions, un coupable en puissance, pour le simple fait d’avoir osé se défendre, je ressens comme beaucoup un sérieux malaise.

A l’image de Dominique Venner qui, confronté au déclin de notre nation, ressentant une forme d’impuissance face à la dynamique de déconstruction de nos sociétés occidentales, confiait dans Un Cœur rebelle s’être plusieurs fois posé cette question, je ne peux qu’être interpellé et profondément choqué par ces tribunaux de la République, devenus, avec le temps, des moyens d’action et de simples outils politiques entre les mains de nos nouveaux censeurs. Comme le dit Laurent Obertone dans son livre La France Orange Mécanique, nul citoyen d’aujourd’hui n’est à l’abri de cette violence, sans cesse justifiée, « or, pour des raisons morales – égalitaires -, la société – l’institution légitime – ne fait pas ce qu’il faut pour préserver les citoyens, et par-dessus le marché les prive de tout moyen de défense, en les criminalisant et en les culpabilisant… Les gens n’ont plus le droit de se défendre. »

Domestiqués, ils respectent les lois, suivent les nouvelles règles, imposées par notre bourgeoisie cosmopolite, et croient encore au contrat social qui les lie à l’Etat républicain, ou font mine d’y croire, jusqu’au jour où leur vie dérape, leur échappe. Broyés par une justice qui a épousé le dogme du bien vivre ensemble et les valeurs égalitaristes de nos sociétés multiculturelles, les citoyens courageux, ceux qui ont décidé de ne pas abdiquer devant l’intolérable et l’inacceptable, deviennent dès lors des symboles à abattre pour montrer au reste du troupeau ce qui attend ceux qui voudraient aussi se rebiffer.

Lire la suite

Taken 2 démarre fort !

12/10/2012 – 08h00
ISTANBUL (NOVOpress) – Le thriller Taken 2, réalisé par le Français Olivier Mégaton, fait un tabac dans le monde entier. Dans les cinémas de l’Hexagone, le film emmené par Liam Neeson, totalise plus d’1,2 millions d’entrées pour sa première semaine d’exploitation en France. Soit le sixième meilleur démarrage de l’année 2012. Un chiffre déjà supérieur  au total des entrées pour Taken qui avait attiré plus d’un million de spectateurs.

Continue reading

Publié le
Le Projet Apache et le BI Paris-IdF soutiennent le bijoutier de la Motte-Picquet

Le Projet Apache et le BI Paris-IdF soutiennent le bijoutier de la Motte-Picquet

01/08/2012 – 19h00
PARIS (NOVOpress) – Les Identitaires du Projet Apache et du Bloc Identitaire Paris – Ile de France ont manifesté leur soutien au bijoutier de l’avenue de la Motte-Picquet.

Rappelons que ce bijoutier, braqué pour la troisième fois, a eu le tort de tirer, avec une arme légalement détenue pour se protéger, avant que son agresseur armé, Mahjoub Ainani, tire. Le malfrat est mort et le bijoutier a été mis en examen pour « homicide volontaire » et placé sous strict contrôle judiciaire.

Lire la suite

Un bijoutier mis en examen pour homicide volontaire après avoir riposté contre son agresseur

[Màj] Un bijoutier mis en examen pour homicide volontaire après avoir riposté contre son agresseur

23/07/2012 — 11h10
Via 20 minutes.fr Des mots de soutien ont été placardés sur le commerce du bijoutier parisien qui a tué jeudi un homme ayant entrepris de braquer son commerce, a constaté ce dimanche un journaliste de l’AFP. « On aurait tous fait comme vous », « Merci. Ras le bol de la racaille », « Bravo pour votre courage », « Ce que vous avez fait est juste et courageux », pouvait-on notamment lire (…). Un appel à signer une pétition de soutien a également été affiché.

22/07/2012 — 12h00
PARIS (NOVOpress) — Tremblez braves gens. Vous voulez défendre votre bien ou vos proches ? Sachez bien que la légitime défense vous est interdite. C’est la douloureuse leçon qu’un bijoutier parisien retiendra après avoir riposté contre un délinquant qui voulait braquer son commerce.

Le bijoutier, ayant fait usage d’une arme à feu – le délinquant le braquant en étant armé – et après avoir été frappé par le braqueur – qui agissait en plein jour –, a été mis en examen pour homicide volontaire et placé sous contrôle judiciaire.

La défense du bijoutier a indiqué qu’elle allait tout faire pour prouver la légitime défense, d’autant que le commerçant avait un permis de détention d’arme, qu’il gardait son arme dans son coffre-fort et que surtout il a lui-même appelé les services de police.

Crédit photo : Edmond/Wikipédia sous licence CC

Cambriolage sanglant près de Mantes-la-Jolie

Cambriolage sanglant près de Mantes-la-Jolie

12/01/2012 – 08h00
PORCHEVILLE (NOVOpress) –
Un nouveau couple de Français a été victime d’un cambriolage dramatique. Une femme a été découverte morte et son mari gravement blessé mercredi à leur domicile de Porcheville (Yvelines), près de Mantes-la-Jolie. En milieu de matinée, la postière a constaté que le courrier n’avait pas été relevé. Alertés, les pompiers ont découvert le couple ligoté, la femme étant décédée et son mari gravement blessé. L’époux a été transporté dans un hôpital parisien dans un état grave. Son pronostic vital est engagé. Une pièce de la maison avait été fouillée. Une source proche du dossier évoque l’hypothèse d’une séquestration ayant mal tourné.

Face à une délinquance en plein essor et surarmée, les Français n’ont pas les moyens officiels pour se défendre. Les possibilités sont dérisoires (bombe lacrymogène, pistolet de défense à gaz ou à blanc…). A l’inverse des Etats-Unis où se défendre contre une agression est un droit. A l’image de Sarah McKinley, une jeune veuve de l’Oklahoma qui avait défendu victorieusement sa vie et celle de son bébé dans la nuit du Nouvel an alors que son foyer était agressé.

Crédit photo : Daniel Hoherd via Flickr, licence CC.

Légitime défense : un voleur abattu légalement par une jeune femme dans l'Oklahoma

Légitime défense : un voleur abattu légalement par une jeune femme dans l’Oklahoma

06/01/2012 – 18h00
WASHINGTON (NOVOpress) – Derrière la politique détestable, expansionniste, impérialiste et guerrière des Etats-Unis se cachent quelques lois fédérales protégeant les citoyens américains et leur liberté et dont nos dirigeants européens auraient tout intérêt à s’inspirer pour assurer la paix civile.

Outre le 2ème amendement de la constitution américaine, qui autorise chaque américain à posséder des armes à feux chez lui, des lois fédérales en vigueur dans une majorité d’Etats permettent aux citoyens de se défendre en cas d’agression, en cas de violation de domicile ou de tentatives de vol, de cambriolage, d’attaque à la personne…

La courageuse Sarah McKinley connaissait ses droits et n’a pas hésité à s’en servir, pour protéger son bébé et son habitation. Le soir de la Saint Sylvestre, alors qu’elle se trouve seule avec son bébé (son mari étant décédé la veille de Noël d’un cancer) , un homme essaie de forcer la porte de sa maison . Après avoir prévenu les secours, elle prend son fusil et attend que l’homme entre. L’officier de police l’informe de ses droits par téléphone et lui demande d’attendre l’effraction afin de pouvoir tirer en toute légalité, en vertu de la « Castle doctrine », la doctrine du château » (légitime défense) selon la loi en vigueur dans 30 États américains.

Lorsque l’homme pénètre dans la maison, elle met le bébé dans sa chambre, attend que l’homme entre dans la pièce où elle se trouve et ouvre le feu, abattant le délinquant qui meurt sur le coup.

En France, le politiquement correct, le refus de toute légitime défense réelle et la législation répressive sur les armes auraient amené  la jeune femme en prison pour homicide volontaire. Heureusement pour Mme McKinley, elle est américaine et ne sera pas poursuivi par la justice américaine.

A l’heure où des kalachnikovs et des armes de guerre circulent rapidement et librement dans de nombreuses cités, à l’heure où les délinquants s’arment facilement et n’hésitent pas à faire usage de leurs « jouets », il serait peut être temps que les gouvernants actuels prennent des mesures fortes permettant aux citoyens d’assurer leur propre sécurité quand celle-ci ne peut pas être assurée par les services de police.

Crédit Photo : Arnaud Frajoli via Flick sous licence Creative Commons