Tag Archives: Kärcher

sarkozy

Du kärcher à l’abrogation du mariage pour tous : les fausses promesses de Nicolas Sarkozy

22/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Frédéric Saint Clair est mathématicien et économiste de formation. Dans une récente tribune publiée sur FigaroVox, il s’intéresse à la récente prise de position de Nicolas Sarkozy sur l’abrogation du mariage pour tous.

D’après lui, l’ancien président de la République ne cherche qu’une chose : faire l’actualité.

Nicolas Sarkozy ne désire pas simplement être présent dans les médias – car ceci est devenu assez commun en matière de communication politique, et, surtout, cela n’empêche personne d’être, malgré tout, invisible. Ce qu’il désire c’est faire l’actualité, c’est-à-dire la créer, la susciter, peu importe le sujet. L’objectif n’est pas qu’on parle de lui, mais qu’on parle autour de lui, qu’on discute ses propositions, qu’on fasse de ses positionnements le centre des débats. L’approche est astucieuse, car ainsi, ce n’est plus lui, par ses propres efforts, qui tente de s’élever au-dessus des autres, ce sont les autres – classe politique et société civile discutant ses propositions – qui le placent sur un piédestal. Lui propose, eux en discutent le bien fondé, l’opportunité, la véracité. Lui décide, eux commentent. Lui agit, eux perdent leur temps en commérages. Une hiérarchie presque implicite s’installe ainsi.

(…)

En 2007, Nicolas Sarkozy avait défrayé la chronique avec son désir affiché de passer les banlieues au Kärcher. Aujourd’hui, les banlieues sont toujours dans le même état. Il avait également crié haut et fort la nécessité d’abroger les 35 heures, proposition économique phare à la base de son «travailler plus pour gagner plus». Elles sont toujours en place. Face à l’échec du CPE et à la précarisation des jeunes en matière d’emploi, il avait lancé la proposition d’un contrat de travail unique: «Plus de flexibilité pour les employeurs et plus de sécurité pour les salariés.» Comprenne qui pourra… quoi qu’il en soit, rien de tel n’a vu le jour. Le ministère de l’Identité Nationale, qui a fait couler tant d’encre? Une coquille vide.