Tag Archives: Jeune Bretagne

Clandestins de Pacé (35) : le « vivre ensemble » à l’épreuve de la réalité

Clandestins de Pacé (35) : le « vivre ensemble » à l’épreuve de la réalité

10/11/2012 – 08h00
RENNES NOVOpress Breizh – L’affaire du squat de Pacé (Ille-et-Vilaine) continue de faire du bruit. Alors qu’à l’appel du « Réseau 35 de vigilance contre le racisme et la xénophobie d’Etat » 200 personnes ont manifesté mercredi dernier pour soutenir les 250 clandestins qui occupent illégalement l’ancienne maison de retraite (photo ci-dessus), une très violente rixe avait opposé la veille des personnes issues de deux communautés différentes.

Lire la suite

Squat de l'ancienne maison de retraite de Pacé (35) par des clandestins : Jeune Bretagne exige l'expulsion immédiate

Squat de l’ancienne maison de retraite de Pacé (35) par des clandestins : Jeune Bretagne exige l’expulsion immédiate

14/10/2012 — 12h00
PACE (NOVOpress) — Comme malheureusement beaucoup de régions, la Bretagne n’échappe pas à la présence de plus en plus massive de clandestins, avec tous les problèmes qui en découlent. Dernier exemple, le squat par des clandestins de l’ancienne maison de retraite de Pacé (35). Squat favorisé par les collabos de l’immigration qu’est l’association DAL (Droit au logement).

Lire la suite

Education nationale : un cas de discrimination politique à Guerlesquin ?

Education nationale : un cas de discrimination politique à Guerlesquin ?

08/09/2012 – 09h30
GUERLESQUIN (NOVOpress Breizh) –
Le nouveau gouvernement le proclame haut et fort : le ministère de l’Education nationale recrute. Mais, manifestement, pas que sur des critères strictement professionnels. Un jeune Breton vient semble-t-il d’en faire la triste expérience. Une plainte pour discrimination a été déposée.

Répondant à une offre d’emploi d’assistant d’éducation émanant du collège Roz-Avel de Guerlesquin (29) [photo ci-dessus] diffusée le 13 juin par Pôle Emploi, le jeune Yann Vallerie adressait au principal de l’établissement son CV accompagné d’une lettre de motivation.

Lire la suite

L’hommage des identitaires bretons aux deux femmes gendarmes assassinées

L’hommage des identitaires bretons aux deux femmes gendarmes assassinées

30/06/2012 — 19h30
BREST (NOVOpress Breizh) –
Les 22 et 23 juin dernier, des membres du mouvement Jeune Bretagne se sont rassemblés devant les tribunaux de grande instance (TGI) de Brest et de Nantes. Les militants identitaires ont voulu ainsi rendre hommage aux deux femmes gendarmes assassinées dans le Var.

25 militants à Brest le soir du vendredi 22, une vingtaine de Nantais, le samedi après midi, se sont retrouvés devant les palais de justice de ces deux villes bretonnes pour rendre hommage aux deux femmes gendarmes victimes d’un délinquant multirécidiviste. Recueillement et colère, tels étaient les mots d’ordre des Bretons réunis derrière une banderole « gendarmes assassinés, la justice coupable ? ».

Les militants identitaires ont voulu ainsi clairement mettre en cause une certaine pratique de la justice en France, dénonçant « cette “justice” qui préfère chercher des excuses à la racaille et réduire ainsi considérablement certaines enquêtes policières. Cette justice qui cherche à enlever aux citoyens et aux représentants de l’ordre tout droit à la légitime défense, préférant sans doute que les nôtres tombent sous les coups de la racaille, plutôt que de les laisser se défendre, eux et leurs familles. » Pour eux « la justice, les tribunaux, doivent être des institutions au service du peuple et non pas des laboratoires où des apprentis sorciers distilleraient leurs méthodes folles et criminelles. »

Abdallah Boumezaar, qui a reconnu avoir tué les deux femmes gendarmes dimanche à Collobrières (Var), a été mis en examen et écroué pour homicide volontaire et assassinat. Sa compagne est également poursuivie pour «complicité et dissimulation de preuves». Le couple avait déjà été condamné à de nombreuses reprises. Tandis qu’Abdallah Boumezaar a été incarcéré de mai 2005 à septembre 2011 pour des faits de violences, de rébellion ou de trafic de stupéfiants, sa compagne a elle aussi un casier judiciaire chargé. En novembre 2011, elle avait été condamnée à 3 ans de prison, dont trois mois ferme pour une série de vols.

Le 13 juin dernier Boumezaar comparaissait devant le tribunal correctionnel de Toulon, soit quatre jours avant le drame de Collobrières, pour une affaire de coups et blessures sur sa propre mère. Pour des raisons qui lui sont propres, le parquet s’est refusé à requérir lors de cette audience de comparution immédiate la fameuse peine plancher qui aurait renvoyé l’homme derrière les barreaux et sans doute évité la tragédie.

A propos de la mort des deux femmes gendarmes, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a cru bon de parler d’ « imprévu ». Au vu du passé judiciaire du prévenu et de sa dangerosité, le mot paraît pour le moins inapproprié.

http://youtu.be/U373SphHdvI

Les Identitaires bretons se mobilisent pour la préservation de l'environnement

Les Identitaires bretons se mobilisent pour la préservation de l’environnement [vidéo]

11/07/11 – 14h00
CARQUEFOU (NOVOpress)
– Hier, dimanche 10 juillet 2011, les habitants de Carquefou en Loire-Atlantique ont pu bénéficier d’une action de la Brigade d’intervention rapide identitaire (BARID) – section environnement. Cette dernière, comme elle l’indique dans un communiqué, “est intervenue dans un contexte de sauvegarde et de protection de la Bretagne sur une des trop nombreuses zones bretonnes souillées par des individus non seulement peu soucieux des règles élémentaires de propreté mais plus grave encore totalement indifférents à la préservation de notre terre, celle que nos aïeux nous ont léguée et sur laquelle, depuis des siècles, tant de courageux Bretons ont œuvré et continuent à le faire.”

Considérant que le “patrimoine environnemental doit être conservé et préservé, les Identitaires bretons de Jeune Bretagne, ayant pleinement conscience des dangers qui le menace se trouveront désormais partout où ils le jugeront utile”.

Enfin, la BARID invite toutes celles et tous ceux qui souhaitent franchir le pas de spectateur sensibilisé à celui d’acteur mobilisé à la rejoindre.