Tag Archives: Jean-Yves Le Drian

Jacques Myard

La CIA fait ses emplettes sur la technologie, la recherche et le savoir faire français

23/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le Cegid est le premier éditeur français de logiciels de gestion. C’est un acteur majeur de l’informatique en nuage. Les fonds d’investissements étatsuniens et britanniques Silver Lake et AlphaOne Capital Partners viennent de lancer une offre publique d’achat.

D’autres domaines sont aussi concernés par ce type d’opération. C’est le cas notamment des secteurs de la sécurité et de l’énergie. Ainsi, le rachat d’Alstom par General Electrics a placé entre les mains étatsuniennes une partie de la technologie nucléaire française.

D’autres secteurs stratégiques ont ou vont subir le même sort. C’est le cas notamment d’Airbus qui a vendu son département d’électronique de défense au fonds étasunien KKR. Ce même fonds prévoit de racheter la société Morpho à Safran. Morpho domine le marché de la sécurité et de la biométrie et vient de signer un contrat avec l’Inde pour la création de pièces d’identité biométriques.

Le patron de ce fonds n’est autre que David Petraeus, ancien directeur de la CIA. Qu’en pense le gouvernement français ? Interrogé par Jacques Myard, député (LR) des Yvelines, à l’Assemblée nationale, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a botté en touche. Les Etats‑Unis ont très bien compris les rapports de force de la guerre économique, qu’ils utilisent aux dépens de leurs alliés. Mais il existe un manque de stratégie flagrant de la part du gouvernement français.

Affiche LGBT Lyon

Les attaques ad hominem du militant gay Pierre Marchetti alias Nawak

15/04/2016 – LYON (NOVOpress) : Mgr Barbarin, Christine Boutin, Frigide Barjot et Laurent Wauquiez figurent sur l’affiche de la 21e Marche des fiertés LGBT qui aura lieu le 9 juillet à Lyon, révèle le journal Lyon Capitale. « Ce dessin militant est une grande fierté pour moi puisqu’il porte un message politique clair et nominatif. C’était une volonté de la LGP de Lyon. Le défi était génial et culotté puisque la LGP “ose“ », a expliqué le dessinateur Nawak, auteur de l’affiche.

On passera sur le fait que les personnalités représentées ne sont absolument pas ressemblantes pour s’arrêter sur le badge que porte Mgr Barbarin : « Don’t ask, don’t tell » (« Ne demandez pas, n’en parlez pas »), qui est une référence directe à la doctrine en vigueur dans l’armée américaine entre 1993 et 2011 : elle voulait qu’on ne demande pas aux soldats leur « orientation sexuelle » et que ceux-ci n’en fassent pas état…

Ce que ne mentionne pas Lyon Capitale, c’est que, pour prix de son forfait, Nawak, qui se veut drôle en se définissant lui-même comme « membre émérite du puissant lobby gay, destructeur de la famille et de civilisation », empochera une somme de 500 euros  – les trente deniers de Judas ? –, le prix fixé par la Lesbian and Gay Prise de Lyon pour récompenser le lauréat de son concours d’affiches organisé selon un cahier des charges très strict.

Ce que ne dit pas non plus Lyon Capitale, c’est que Nawak est le nom d’« artiste » de Pierre Marchetti, chargé de mission handicap à la mairie (PS) de Créteil, dans le Val-de-Marne, après avoir été le webmaster de cette même ville. Il était auparavant le directeur de la communication de la ville de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, auprès du maire (PCF), Jacqueline Rouillon-Dambreville.

En remontant encore dans sa biographie, on découvre que ce sympathique garçon a commencé sa carrière professionnelle en étant le webmaster de la mairie de Lorient, dans le Morbihan, alors dirigée par Jean-Yves Le Drian, l’actuel ministre de la Défense.

Pierre Marchetti alias Nawak est un habitué des attaques ad hominem bien glauques comme en témoignent les dessins ci-dessous ciblant Marion Maréchal-Le Pen – affublée d’un brassard piqué à Plantu –, Ludovine de La Rochère et Christine Boutin.

Nawak Marion

Nawak La Rochère

Nawak Boutin

piquemal_sur_tvl

Le pouvoir civil cherche à faire peur au pouvoir militaire

08/03/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Une analyse intéressante, à mettre en écho avec l’éditorial de Maxime de La Devèze sur Boulevard Voltaire, que nous avons publié tout à l’heure. (NDLR NOVOpress).

On se souvient que le général Piquemal avait été appréhendé par la police puis enfermé en garde à vue durant deux jours, pour avoir participé à une manifestation anti-invasion contre la jungle de Calais, le 6 février dernier, et qui avait été interdite par les pouvoirs publics.

Cette arrestation avait fait parler d’elle… et semble avoir de nouvelles suites…
Après avoir été arrêté puis traîné dans la boue par plusieurs médias, le général Piquemal risque désormais de passer devant un conseil de discipline, sous l’impulsion du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui voit dans la participation du général à la manifestation anti-migrant une rupture de son devoir de réserve.
En effet, le général Piquemal n’est pas à strictement parler à la retraite : il est encore membre de la « deuxième section », un statut qui permet de rappeler des généraux ayant cessé leurs activités en mettant leurs compétences à contribution en cas de conflit.
Le conseil disciplinaire viserait donc à exclure le général Piquemal de cette deuxième section. En outre, le ministre a annoncé qu’une modification du code de la Défense allait permettre par la suite à ce dernier d’exécuter directement cette procédure, et ceci sans passer par aucun conseil.

Cette décision est lourde de symboles
Cet acharnement à l’encontre du général, qui plus est ex-patron de la Légion étrangère, est un signal clair envoyé au pouvoir militaire : « ne vous occupez pas de politique ». Si le pouvoir s’acharne contre un ancien militaire, général, et ancien patron d’un des corps d’armée les plus prestigieux, c’est pour faire comprendre qu’il sera intraitable. L’Armée reste l’un des derniers bastions français du patriotisme, du sens aigu du devoir et de l’honneur. Pour cette raison, il est possible que cette dernière capte à l’avenir une grande partie de la confiance voire des espoirs des Français. Nos élites civiles jugent sans doute que, par mesure de précaution, il faut commencer à faire des exemples.

14_juillet_soldats

Et si notre salut venait finalement de l’armée ?

Source : Boulevard Voltaire
Ceux qui se taisent beaucoup sont souvent très écoutés.

La semaine dernière, plusieurs déclarations inouïes ont marqué le fil des actualités. C’est le pape qui, le premier, parle « d’invasions arabes », après avoir appelé à l’accueil. Rappelons que l’hospitalité existe aussi bien dans la tradition européenne qu’orientale, et que nulle part dans le monde accueillir ne signifie se soumettre à la religion du nouvel arrivant. Ce serait même plutôt le contraire.

C’est ensuite l’entretien du commander de l’OTAN en Europe, publiée dans le Guardian. Le général en chef affirme que « ISIS » (Daech) est un cancer qui prolifère au sein des migrants. Lui ne s’embarrasse pas des éléments de langage daechiens de notre ex-ministre des Affaires étrangères…
Lire la suite

le_drian

On n’est pas à une contradiction près : la France et la Russie collaborent contre le terrorisme

22/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
Aucune ligne de conduite et parfois heureusement : c’est ainsi que l’on peut résumer la politique extérieure française. Alors que l’on applique des sanctions à l’encontre de la Russie, nous n’hésitons plus à collaborer avec ce pays pour lutter contre le terrorisme.

Opprobre généralisé, refus de vendre les frégates Mistral au nom des droits de l’homme bafoués en Ukraine, sanctions économiques reconduites pour les mêmes motifs, officiellement, la Russie est un État peu fréquentable.
Pourtant, depuis les attaques islamo-terroristes du 13 novembre, la Russie, pas rancunière, a tendu la main à la France, ordonnant par exemple à sa marine de se mettre au service de la protection de notre porte-avions Charles de Gaulle.

Un minimum de réalisme a conduit la France à ne pas refuser cette main tendue comme elle avait naguère refusé l’offre d’échange de renseignements sur les djihadistes des services secrets syriens. Ainsi, les deux pays ont-ils conclu un accord le 26 novembre visant à coordonner leurs frappes contre l’État islamique. C’est dans ce cadre que les ministres de la Défense russe, Sergueï Choïgou, a reçu son homologue Jean-Yves Le Drian.
« Nous avons convenu de renforcer nos échanges dans le domaine de l’information militaire, à la fois sur le bilan de nos frappes et la localisation »
des groupes terroristes, a déclaré Jean-Yves Le Drian à l’issue de cette rencontre.
La réunion a également révélé une vision commune de la situation en Libye. Les ministres ont aussi exprimé leur inquiétude à propos de l’intensification de l’activité de Daech dans la région de l’Afrique du Nord.

Crédit photo : Pymouss via WikiCommons (CC) = Jean-Yves Le Drian

Dissolution du 110ème régiment d'infanterie : réaction d'un officier

Dissolution du 110ème régiment d’infanterie : réaction d’un militaire

06/11/2013 – 15h00
PARIS (NOVOpress) – Novopress publie en exclusivité le témoignage d’un militaire français suite à l’annonce de la dissolution du 110ème Régiment d’Infanterie, basé en Allemagne.

Le régiment de Port au Prince va être dissout… L’annonce peu retentissante dans les médias jeudi dernier de la dissolution du 110ème régiment d’infanterie, c’est-à-dire 1000 hommes et leur famille, démontre, s’il en était encore besoin, que les médias sont inféodés au pouvoir en place ou devrais-je dire au « régime » ou encore, mot cher à Jean d’Ormesson, à l’inaptocratie actuelle.

La programmation des départs des unités au Mali est prévue jusqu’en 2015. C’est dire si les blabla du chef de l’État qui vient de dire que la France y resterait après avril 2014 suite à l’assassinat des deux journalistes de RFI sont pleins de sens…

Cette dissolution nous prouve également que c’est bel et bien la vision électoraliste de nos dirigeants qui commande une fois de plus dans toute restructuration, délocalisation ou dissolution, car en Allemagne on ne craint pas le vote sanction ! En effet, dissoudre un régiment – vu le peu qu’il nous en reste – est déjà en soit plus qu’hallucinant ; mais quand celui-ci est un régiment d’infanterie, ça relève du délire, quand on sait que le taux d’activité de l’infanterie à 20 régiments était de 120% l’année dernière, on a du mal à s’imaginer avec 1 et même 2 régiments en moins à l’horizon 2016.

Lire la suite

Jean-Yves le Drian n’achète pas « breton »

Jean-Yves le Drian n’achète pas « breton »

Photo ci-dessus : Le Drian préfère rouler en Suzuki qu’en Peugeot ou Citroën.

01/05/2013 – 18H00
RENNES (NOVOpress Breizh) –
Quand on prétend assurer le leadership de la Bretagne, il convient de faire attention : les actes doivent être en conformité avec les discours. Montrer le bon exemple s’impose également. Posséder des réflexes « bretons » relève aussi de la bonne gouvernance – même dans le cadre de la vie privée. Parmi ceux-ci, on peut placer le principe : « acheter breton ». C’est valable, par exemple lorsqu’on veut acheter une voiture…

Lire la suite

Le Drian

La profanation de la chapelle de la base navale de Toulon n’émeut pas Jean-Yves Le Drian

14/12/2012 – 14h00
TOULON (NOVOpress Breizh) –
Samedi dernier, la chapelle de la base navale de Toulon avait été gravement profanée. « Peut-on espérer la venue de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, pour lui aussi condamner fermement cette action comme il le ferait très probablement pour d’autres religions ? » s’interrogeait le correspondant de NOVOpress qui relatait l’évènement. Bonne question. Une semaine plus tard, Jean-Yves Le Drian (photo), n’a non seulement pas trouvé le temps de se rendre sur place, mais sa réaction se fait toujours attendre.

Lire la suite

Faits & Documents n°347 du 1er au 15 décembre 2012. Portrait : Jean-Yves Le Drian

Faits & Documents n°347 du 1er au 15 décembre 2012. Portrait : Jean-Yves Le Drian

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 1er au 15 décembre 2012 vient de paraître, avec (entre autres) un portrait de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Extrait.

[divider_1px]

La Défense, dernier fondement de l’indépendance de la France, est en train de craquer. C’est le ministère (en fait le seul) qui paie le plus lourd tribut à la crise : diminution des crédits, diminution des engagés, diminution des moyens. Pour être clair, l’ensemble des militaires français peut être réuni dans le Stade de France (en 2015, 54 000 emplois auront été supprimés en sept ans) et nombre d’entre eux doivent désormais se battre… pour être payés (le système Louvois de paies est défaillant…). Un signe de plus que la France est en train de devenir un pays de seconde, voire de troisième zone. Pour faire avaler la pilule, Jean-Yves Le Drian, un franc-maçon « d’origine chrétienne ». Bref, un homme roué choisi pour faire « passer la pilule » aux militaires et avaliser, si ce n’est l’abandon de la force de frappe, du moins l’intégration poussée dans l’OTAN.

Lire la suite

Jean-Yves Le Drian : ministre de la Défense ou syndic de faillite de l’armée française ?

Jean-Yves Le Drian : ministre de la Défense ou syndic de faillite de l’armée française ?

07/11/2012 – 18h00
PARIS (NOVOpress Breizh) – Ministre de la Défense depuis le 16 mai dernier, Jean-Yves Le Drian (photo)  sera-t-il le syndic de faillite de l’armée française ? La lecture de l’article de Georges-Henri Bricet Desvallons publié par Polémia sous le titre “Armée française : la ruine en héritage ?” pourrait le laisser penser. L’auteur, docteur en science politique et spécialiste des questions de défense, établit en effet un constat sans complaisance de la situation économique et logistique des armées françaises qui, depuis leur professionnalisation en 1996, se paupérisent au fil des gouvernements successifs en moyens matériels et en effectifs.

Lire la suite

Bretagne : Un pape de transition

Bretagne : Un pape de transition

06/08/2012 — 18h50
RENNES (NOVOpress Breizh) — Pour Jean-Yves Le Drian (photo), la grande affaire s’appelle Bretagne. Devenir président du conseil régional correspondait à son ambition suprême. Avec lui l’esprit breton souffle dans l’hémicycle René Pléven. En devenant ministre de la Défense, il peut continuer à servir la Bretagne en privilégiant le volet naval, pour le plus grand bénéfice de Saint-Nazaire, Lorient et Brest. Mais en ces temps de disette budgétaire, il n’est pas certain qu’il puisse lancer des opérations susceptibles d’apporter du travail à la construction navale. À moins, évidemment, que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ne trouve un avantage certain à donner de l’activité à Saint-Nazaire et, par voie de conséquence, à Lorient.

Lire la suite