Tag Archives: Jean‑Louis Borloo

Rama Yade dans la nasse ?

Rama Yade dans la nasse ?

02/03/12 – 16h20
NANTERRE (NOVOpress via le Bulletin de réinfo de Radio Courtoisie) –
La situation de Rama Yade devient de plus en plus délicate.

Radiée des listes électorales de Colombes, l’ex‑secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme pourrait comparaître devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir triché sur sa domiciliation.

Et ce n’est pas son prochain ralliement à Nicolas Sarkozy qui pourrait arranger les choses.  Ce surprenant « soutien » intervient deux jours après que Rama Yade a été entendue par la Brigade de la répression de la délinquance aux personnes dans l’enquête préliminaire sur sa domiciliation et son inscription sur les listes électorales de Colombes.

Rama Yade soutenue par le Parti radical, qui a fait de son investiture « une priorité » selon un dirigeant, se trouve donc dans une impasse. Une impasse électorale car sa candidature est au cœur des négociations pour les législatives entre le parti de Jean‑Louis Borloo et le parti présidentiel. Et une impasse judiciaire si l’enquête confirme qu’elle n’a pas de domicile réel à Colombes. Le parquet de Nanterre se verrait dans l’obligation de la poursuivre pour fraude électorale. Voire pour faux et usage de faux si elle a trafiqué son bail, ce qui lui ferait encourir un an d’emprisonnement et 15000 € d’amende.

Crédit photo : Neno via Flickr, licence CC.

Pour Nissa Rebela, les Niçois en assez d'être un simple enjeu dans la carrière parisienne d'Estrosi

Pour Nissa Rebela, les Niçois en ont assez d’être un simple enjeu dans la carrière parisienne d’Estrosi

29/07/2011 08h00
Nice (NOVOpress) –
Alors que les problèmes ne cessent de s’accumuler dans sa ville, le maire de Nice, Christian Estrosi, préfère jouer les chevaliers blancs de l’anti-Front national en organisant un réunion publique le 11 septembre prochain contre les journées d’été de Marine Le Pen qui se tiendront tenant à Nice cette période-là.

Pour Nissa Rebela, “Les Niçois en ont assez d’être un simple enjeu dans le plan de carrière parisien d’Estrosi, qui ne cherche ici qu’à faire une ridicule démonstration de force. Non pas face à Marine Le Pen, mais en réalité dans un enjeu interne à son parti. Christian Estrosi est dans un conflit ouvert avec Jean-François Copé et n’a pas manqué de rappeler ces derniers jours qu’il dirigeait la deuxième fédération UMP de France.”

De plus, “si le maire de Nice avait vraiment voulu jouer la confrontation, il pouvait profiter du passage de Marine Le Pen pour lui proposer un débat
qui aurait certainement intéressé de nombreux Niçois. Mais quand on songe qu’il fuit ne serait-ce que quand il nous croise sur un marché et que notre présence au Conseil municipal (voir encore la semaine dernière…) est toujours vécue avec angoisse, il y avait peu de chances qu’il se lance dans une telle aventure”
, précise Nissa Rebela.

D’autant que “les Niçois savent bien comment l’UMP remplit ses réunions. Quand on attribue des marchés, quand on subventionne des associations, et surtout quand on dirige les trois principales collectivités locales (ville de Nice, département, Communauté urbaine), on ne peine pas à trouver du monde pour occuper les chaises, fussent-ils des employés. Tout le monde ici sait bien que dans le cadre des meetings de l’UMP il ne faudrait pas parler d’invités, mais plutôt de ‘convoqués’”, indique Nissa Rebela.

Nissa Rebela voit quand même un motif à se “réjouir” de cette “gesticulation grotesque” de Christian Estrosi. En effet, “Estrosi ne pourra pas se rendre à New York pour les commémorations des attentats du 11 septembre 2001. Rappelons que son déplacement dans cette ville en janvier 2008 avait coûté 138 000 euros aux contribuables !”