Tag Archives: javier portella

Vu sur Twitter

Les communistes 2.0 de Podemos

05/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une excellente analyse du mouvement Podemos par l’essayiste espagnol Javier Portella, publiée chez nos confrères de Polémia : à lire !

Publié le
Front national : On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs - par Javier Portella

Front national : On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs – par Javier Portella

02/09/2014 – PARIS (via Polémia)
Dans Boulevard Voltaire Nicolas Bonnal, favorable au Front national, explique qu’à tout prendre il ne faut pas souhaiter… sa victoire car les banques et le pouvoir américain dresseraient « un mur, plus haut et plus électrifié que le Mur de Berlin ». L’essayiste espagnol Ravier Portella ne partage pas ce point de vue. Pour lui « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs » et il faut accepter le principe d’un grand bouleversement. Au passage Portella rappelle que « toutes les révolutions que l’histoire a connues (qu’elles aient été vertueuses ou crapuleuses) se sont produites, d’abord, dans un seul pays qui, isolé, a dû faire face à des ennemis internes et externes ». Un texte à lire et à méditer. Polémia


Le 25 août – au lendemain de la Saint-Barthélemy, comme l’auteur le souligne avec intention– il est paru sur Boulevard Voltaire un article signé Nicolas Bonnal et intitulé « La victoire du Front national est-elle souhaitable ? » dont l’importance me paraît incontestable… même s’il me faut contester tout à fait ses conclusions.

Celles-ci mènent l’auteur, qui partage pourtant les vues du Front national, à souhaiter… sa défaite. Pour une seule raison : la crainte d’effaroucher nos puissants ennemis – les banques et le pouvoir américain –, qui dresseraient « un mur, dit-il, plus haut et plus électrifié que le Mur de Berlin » afin d’empêcher les bouleversements de politique, d’économie et de société qu’entraînerait la victoire du Front si celui-ci était conséquent, bien entendu, avec lui-même.

A suivre un tel raisonnement, nous sombrerions alors dans la paralysie la plus complète – pire : dans la servitude volontaire – jusqu’à la fin des temps. Ce n’est pas là l’intérêt de l’article. C’est dans ses prémisses.

Lire la suite

Alain de Benoist : "Le suicide de Dominique Venner fut à l'opposé de tout désespoir et de toute lâcheté"

Javier Portella : « Parler de Dominique Venner, cela revient à parler nécessairement de l’Europe »

11/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
Samedi 17 mai à Paris aura lieu le premier colloque consacré à Dominique Venner « écrivain et historien au coeur rebelle ». Ce colloque se tiendra à la Maison de la Chimie – 28 bis, rue Saint-Dominique 75007 Paris -, à partir de 14h30. Les frais de participation sont de 10 euros. Attention, le nombre de places limités, il vaut mieux s’inscrire par le biais de cette billetterie. Des ouvrages de Dominique Venner seront en vente lors de ce colloque.

A cette occasion, Novopress a interrogé les intervenants de ce colloque. A commencer par Javier Portella. Propos recueillis par Romain Lecap.


Pourquoi ce colloque? Était-ce la volonté de Dominique Venner ?

Il est évident que quand on accomplit un geste comme celui réalisé par Dominique Venner il y a un an, on ne le fait pas pour que la page soit tournée et l’affaire oubliée. On le fait, entre autres, pour rendre possibles justement de tels actes et tout ce qu’ils impliquent.

Ce colloque intervient près d’un an après le sacrifice de Dominique Venner. Avec le recul, quelle importance accordez-vous à ce geste ?

Ce n’est pas tous les jours qu’on ne se suicide – à la cathédrale Notre-Dame de Paris, de surcroît – alors qu’on est en parfait état de santé et qu’on n’est nullement accablé sur le plan personnel. Ce n’est pas tous les jours, autrement dit, qu’on se suicide pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le petit moi de celui qui accomplit un tel geste. Le petit moi… Ou ce qui revient au même, le grand, l’énorme, le boursouflé moi du petit mec de nos jours qui, dans son hédonisme vide, se prend pour le plus grand mec : rien n’est plus opposé à l’esprit de Dominique Venner. C’est justement pour porter témoignage contre lui, c’est pour dénoncer son enflure, son vide incapable de sacrifice et de visée communautaire, que Dominique Venner s’est sacrifié. Pour nous tous, et pour le Tout : pour ce grand Tout appelé civilisation, destinée, Europe.

Ce n’est pas tous les jours, disais-je, que de telles choses arrivent. Mais quand cela arrive, son importance s’accroît nécessairement avec le temps, même si les petits mecs en détournent… et pour cause, la tête.

Lire la suite

francedanger

[Agenda] Assises « La France en danger » du samedi 10 mars 2012, contre le droit de vote des étrangers : le programme

[box class=warning]L’association Nationalité Citoyenneté Identité nous communique[/box]

Communiqué de presse du 10 février 2012

CONTRE LE DROIT DE VOTE DES ETRANGERS, DEFENDONS NOTRE IDENTITE !

Le Samedi 10 Mars, à l’espace Charenton, à Paris, se tiendront les assises « La France en danger », sur le thème de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité. La salle, située 327 rue de Charenton (station de métro Charenton), à Paris, sera ouverte au public et à la presse à partir de 9h et jusqu’à 19h.

 Il sera tout d’abord question, lors de ces assises, de revenir sur l’évolution des notions de citoyenneté et de nationalité depuis l’Antiquité en France et en Europe et de facto de souligner la dangerosité du droit de vote des étrangers tout comme son incompatibilité avec notre histoire et nos traditions.

En deuxième partie, la question du « grand remplacement » de population qui se passe actuellement en Europe et en France sera abordée. De la nécessaire refonte du code de la nationalité France à la construction d’une souveraineté européenne, toutes les solutions pour relever la tête des européens seront abordées.

Pour débattre de ces questions, nous avons réuni un plateau regroupant une vingtaine de personnalités de renom dont des personnalités internationales :

– Omar Ba (écrivain)

– Yvan Blot ( www.democratiedirecte.fr)

– Jean Paul Gourevitch (sociologue)

– Fabrice Robert (Bloc Identitaire)
– Javier Portella (El Manifiesto)
– Jared Taylor (American Renaissance)
– Filip Dewinter (Vlaams Belang)
– Pierre Cassen (Riposte Laique)
– Yves Laulan (démographe)
– Marc Rousset (écrivain)
– Eric Maulin (universitaire)
– Philippe Conrad (historien)
– Henry De Lesquen (club de l’horloge)
– Jean Yves Le Gallou (fondation Polémia)
– Guillaume Thieulloy (les 4 vérités)
– Jean Paul Bourre (journaliste)
– Jean Raspail (écrivain)
– Jean Claude Empereur (politologue)
– Guy Rachet (écrivain) 

La journée sera présidée par Catherine Blein, présidente de l’association NCI (Nationalité, Citoyenneté, Identité) et ancienne porte parole du comité contre le droit de vote des étrangers, dont des représentants régionaux seront également présents.  Nous attendons un millier de personnes pour cette journée, qui sera intégralement retransmise sur Internet.

La billetterie sera ouverte à partir de 9h le samedi 10 Mars 2012. Vous pouvez également vous inscrire par Internet via paypal

Vous avez également la possibilité de réserver vos places par Internet, via le lien paypal sécurisé ci-dessous :

Billetterie

Pour toute demande d’accréditation presse, merci de contacter l’attachée de presse de l’association, au 06-40-57-03-31 ou par mail : nationalite.nci@gmail.com

Le bureau de l’association Nationalité Citoyenneté Identité

Association Nationalité Citoyenneté Identité
BP 10432 – 22200 Guingamp
06 40 57 03 31 – 
nationalite.nci@gmail.com

http://www.nationalite-citoyennete-identite.com
Facebook : facebook.com/pages/La-France-en-danger/250091775063932

affiche annonce3