Tag Archives: IVG

angie-camp-ivg

Angie Camp émeut en présentant sur Facebook son « délit d’entrave à l’IVG »

07/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Des centaines de partages, des dizaines de commentaires émus et reconnaissants : Angie Camp émeut la toile en présentant sur Facebook son « délit d’entrave à l’IVG », à savoir une photo de… son enfant. Un petit garçon, qui va bientôt avoir deux ans. Voici ce témoignage, en accès libre sur sa page Facebook.

« Mesdames et messieurs les Députés, Sénateurs et autres politiciens de tous bords, journalistes et politologues, philosophes post-modernes et lettreux, 

Je vous présente mon délit d’entrave à l’IVG. Il va bientot avoir 2 ans et, rien que par son existence, il a permis la naissance d’un autre petit. Vous me pardonnerez sûrement, Madame la Député de Haute Garonne, de creuser encore un peu plus le trou de la sécurité sociale en ayant donné la vie à un enfant qui ne faisait pas partie d’un projet parental. Peut-être même arriverez-vous à lui accorder une existence réelle ou au moins virtuelle. Messieurs et mesdames les Députés, élus du peuple français, dépositaires de leurs choix et de leur volonté, n’oubliez pas que vous n’êtes pas libres de vos votes.

Avec le délit d’entrave à l’IVG, avec les grands discours sur le droit à disposer de son corps, sur vos envolées contre « la fashosphere catholique qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire », vous niez une réalité. Vous vivez dans vos idéologies sans jamais regarder à l’extérieur des palais que vous deshonorez. Nous sommes nombreuses, très nombreuses à avoir fait le choix de garder nos enfants, même si ils ne s inscrivaient pas dans un projet parental, même si ce n était pas le bon moment, même si certaines les ont confié à une autre famille. Non ! Nous n’obeissons pas à une pseudo morale. Non! On ne nous a pas forcé à les garder.

En revanche, l’État, a travers son personnel médical, ses représentants, ses assistantes sociales, ses structures d’aide nous fait sans cesse culpabiliser, nous pousse à bout, nous refuse la capacité de faire le choix de la vie. Laquelle n’aura jamais entendu « mais vous êtes jeune, vous en aurez d’autres que vous aurez choisi. Allez avorter en Angleterre. » (Necker – décembre 2014) / « Non je n appuierais pas votre dossier, vous avez de la famille en France pour vous héberger » (Mairie de Paris 7e – mai 2015) / si l enfant ne s inscrit pas dans un projet parental […] il n’ a pas de réalité virtuelle, il devra aller voir un psy (Député de Haute Garonne – 2016) et autres petites reflexions bien senties.
Notre réalité est LA réalité !

Vous n’avez pas le droit d’enlever aux femme la possibilité de poser un choix et donc d’avoir accès à TOUTES les données lui permettant de le faire librement et ceci, sans pression des fonctionnaires que vous êtes et que sont les employés de vos services. Surtout, vous n’avez pas le droit de vous cacher derrière « le droit à disposer de son corps ».

Le droit à disposer de son corps nécessite de connaître TOUTES les alternatives. 

Merci de nier mon choix.
Merci de nier mon enfant.
Merci de nier la réalité.
Merci de nier la vie.
Merci de nous permettre d’être encore plus fières d’être mères.
Merci de nous encourager à nous battre pour notre descendance.
Merci de nous montrer que vous ne serez jamais à la hauteur du peuple que vous êtes censés représenter.
Merci de nous mettre en première ligne contre cette culture de mort que vous prônez.
Merci. »

Evêques IVG

Délit d’entrave à l’IVG : les évêques en colère

Il fallait que le gouvernement aille loin pour réveiller ainsi la colère de la conférence des évêques de France, d’habitude si discrète… En 1974, Simone Veil elle-même avait reconnu que si les évêques s’étaient mobilisés – et leurs ouailles derrière eux – le texte n’aurait jamais pu passer l’Assemblée nationale. L’opposition avait été bien trop discrète et les quelques courageux réunis autour du professeur Jérôme Lejeune n’avaient pas été entendus.

Quarante ans plus tard, le sujet n’est pas clos et les conséquences désastreuses de cette loi continuent à se multiplier. Mais cette fois-ci, les « cathos » ne comptent pas laisser faire, trop c’est trop.

C’est d’abord le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, qui a posé une question ayant le mérite de la clarté : « Quelle est l’obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l’avortement comme point d’intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça, je ne sais pas. » Le constat est aussi factuel que glaçant, et renforcé par une remarque de Jean-Frédéric Poisson, député et rapporteur d’une étude sur les moyens de l’Etat islamique, qui affirmait sur le plateau de BFM TV, en face de Laurence Rossignol : « Lorsque j’ai demandé l’interdiction des sites djihadistes, on m’a répondu qu’il était impossible de les bloquer en raison de la liberté de l’information. » Au moins les choses sont claires : on peut donc islamiser tranquillement, mais s’opposer efficacement à l’avortement, certainement pas.

Un tel entêtement – sans réaction majeure de l’opposition politique – relève évidemment d’un acharnement qui flirte dangereusement avec le totalitarisme.

En effet : après avoir fait de l’avortement un « droit fondamental », supprimé la notion de détresse puis le délai de réflexion obligatoire avant un tel acte, le gouvernement s’attaque cette fois-ci à ses opposants, ceux qui continuent – sur internet – à dire la réalité de l’avortement, à prévenir des conséquences psychologiques qu’il peut engendrer et à proposer des alternatives.

C’est la raison pour laquelle Monseigneur Pontier, porte-parole de la CEF a directement écrit une lettre à François Hollande, lui demandant clairement de supprimer purement et simplement cette proposition de loi, décrite comme une « grave » atteinte aux libertés. Le ministre répond qu’il s’agit de faire taire ceux qui dissuadent en faisant peur : gênant, puisque c’est la simple description de l’avortement qui est dissuasive, et donc la vérité…

Le Cardinal Vingt-Trois a lui aussi pesé ses mots d’ordinaire si modérés pour s’opposer frontalement au projet : c’est un projet « très grave » dont l’objectif est « de faire la promotion de l’avortement comme l’issue normale d’une grossesse. » En clair, la « culture de mort » dénoncée il y a déjà des années par Saint Jean-Paul II, puis Benoît XVI et le pape François après lui.

La loi sera discutée à l’Assemblée nationale ce jeudi après-midi et l’ambiance risque d’être… animée. Huit députés ont déposé des amendements contre le texte, et certains sont prêts à ne rien lâcher. Puisqu’en politique les courageux sont rares, il convient de les citer : Jacques Bompard, Véronique Besse, Jean-Frédéric Poisson, Patrick Hetzel, Philippe Gosselin, Marion Maréchal Le Pen, Hervé Mariton et Yannick Moreau.

Marie Pommeret

Article paru dans Présent daté du 2 décembre

estrosi

Mis devant ses contradictions, Christian Estrosi se couche

20/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)

Pour plaire aux manifestants de la Manif pour tous, Christian Estrosi avait nommé Catherine Grenier au conseil général sur les questions de famille. Son engagement pro-famille et contre l’avortement ayant été révélé par le lobby LGBT, le nouveau président de la région PACA rétropédale. On l’aurait mal compris, elle ne sera chargée que des questions intergénérationnelles et pas de la famille.

Faire de la politique semble donc réservé à certains courants d’opinion malgré le cri du réel et l’anniversaire contesté de la loi Veil.

Les 41 ans de la loi Veil ? c’était le 17 janvier 1975
La loi Veil a dépénalisé l’avortement.
Elle fut une véritable « boîte de Pandore », qui a initié toutes les dérives éthiques et morales actuelles en autorisant qu’il puisse être porté atteinte à la vie du plus faible, du plus innocent : l’enfant à naître dans le sein de sa mère.

L’IVG a un impact démographique considérable…
220 000 IVG ont lieu chaque année. Un avortement pour 4 accouchements. En 41 ans, c’est près de 9 millions d’enfants qui n’ont pas vu le jour… À cela s’ajoute la douloureuse réalité du traumatisme post-avortement que connaissent d’innombrables femmes.
On ne peut pas ne pas mettre en parallèle les 200 000 immigrés qui, chaque année depuis 40 ans, entrent en France. Ce double phénomène permet le « Grand Remplacement », selon l’expression de Renaud Camus.

Néanmoins, la culture de mort continue son offensive
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé vendredi 15 janvier que l’intégralité des actes liés à un avortement (consultations, analyses, échographies…) sera remboursée à 100 % à partir du 1er avril.
Cela n’est pas le cas, par contre, pour les femmes qui poursuivent leur grossesse. Par exemple, les 2 premières échographies ne sont remboursées qu’à 70 % !
Aucune véritable mesure de prévention de l’avortement n’est envisagée. Au contraire, la ministre va supprimer d’ici l’été le délai de réflexion de sept jours exigé pour une femme souhaitant un avortement.

Note positive, selon un sondage IFOP, 25 % des Français restent hostiles à l’avortement sans limites
Et ce malgré le matraquage progressiste quasiment quotidien.
Enfin, ce que ne disent pas ces sondages, ce sont les protestations de jeunes filles pauvres contraintes d’avorter sous la pression de leurs parents ou de leur « copain ». Ce que ne disent pas non plus les sondages, c’est le recul du nombre de médecins acceptant de pratiquer un avortement.


Jacques Bompard à L'Assemblée

IVG : Jacques Bompard propose de faire écouter le cœur de l’enfant à la mère

08/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dans le cadre du débat sur le projet de loi santé, les députés de l’opposition veulent tenter de réinstaurer le délai de réflexion prévu avant un avortement volontaire (IVG). Un délai supprimé en commission par un amendement de la députée PS, Catherine Coutelle.

Si ces députés souhaitent revenir à délai de sept jours, Jacques Bompard propose – quant à lui – de l’allonger à deux semaines. Dans un autre amendement, le député du Vaucluse souhaite aussi :

Faire prendre conscience à la mère de la réalité de ce qu’elle porte en lui faisant écouter le cœur de l’enfant.


 

 

L’Assemblée Nationale supprime en commission le délai de réflexion préalable à l’avortement

L’Assemblée Nationale supprime en commission le délai de réflexion préalable à l’avortement

Ci-dessus : Échographie 3D à 12 semaines. DR.

20/03/2015 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Un délai de réflexion de 7 jours, et deux visites médicales sont encore requis avant tout avortement volontaire (ce délai peut être réduit à deux jours pour éviter de dépasser la limite légale de la fin de la douzième semaine de grossesse). Cela ulcère le député PS Catherine Coutelle, président de la délégation des droits des femmes à l’assemblée : pour elle, ce délai de réflexion est « infantilisant » ; il a pour tort de stigmatiser « l’avortement comme un acte médical à part ». Elle a donc déposé un amendement pour la suppression de ce laps de temps. Le ministre de la Santé, Marisol Touraine, voulait simplement le réduire à 2 jours. Mais dans la nuit du 18 au 19 mars, les députés ont supprimé purement et simplement le délai de réflexion, en commission des affaires sociales.

Pourtant, le législateur s’insurge de plus en plus contre les engagements à la légère dans les actes de la vie quotidienne. Par exemple, le Code de la Consommation prévoit que dans de nombreuses circonstances suite à tout achat, le consommateur dispose d’un délai de sept jours francs pour exercer son droit de rétractation sans avoir à justifier de motifs. Ainsi, on peut tuer un enfant non-né sans délai de réflexion ; mais on a un délai de 7 jours pour annuler l’achat de son berceau.

Catherine Coutelle souhaitait aussi supprimer la clause de conscience des médecins relative à l’avortement

L’intéressée trouvait cette clause redondante par rapport à la clause générale de conscience du corps médical. Marisol Touraine s’est résolument opposée à une telle suppression : selon elle, le contexte de tension sociale ne s’y prête guère. Catherine Coutelle a donc retiré son amendement ; la clause de conscience des médecins est sauvegardée. Mais on remarquera que personne ne conteste sa suppression sur le fond.

Lire la suite

Les chaussons de bébé les plus chers du monde : plus de 14.000 € (Présent 8240)

Les chaussons de bébé les plus chers du monde : plus de 14.000 € (Présent 8240)

Entretien avec le Dr Dor
France : « 600 tués chaque jour par l’avortement »

La cour d’appel de Paris a récemment confirmé les demandes des parties civiles et aggravé les condamnations du docteur Dor dans l’« affaire des chaussons ». Il avait été condamné en première instance pour délit « d’entrave à l’IVG ». En juin 2012, il avait offert une médaille miraculeuse et des chaussons de nouveau-né à une femme qui se rendait au Planning familial à Paris…

 

Les chaussons de bébé les plus chers du monde : plus de 14.000 € (Présent 8240)— Malgré l’aggravation des condamnations en appel, expliquez-nous, docteur, pourquoi vous considérez que ce jugement marque un recul pour ceux qui défendent le « droit à l’avortement ».

— En effet, la CADAC (Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception) a obtenu 800 €, le Planning familial national 400 € et le Planning familial parisien 400 € et Mme Buscat-Mugnien, celle qui a reçu les chaussons, 2 000 €. Avec les frais de justice, on arrive à un total de 4 353 € aux parties civiles, ce qui est considérable pour le petit budget de SOS Tout-Petits. Mais elles ont été déçues du jugement car elles espéraient obtenir une condamnation plus forte, d’autant plus qu’au pénal la condamnation de 10 000 € a été réduite à 5 000 € et 5 000 € avec sursis. On peut donc se demander si les juges n’ont pas voulu tempérer le durcissement constant des textes législatifs. Dont la dernière loi Belkacem du 4 août dernier qui sanctionne toute entrave à l’information sur l’IVG avec 30 000 € d’amende et deux ans d’emprisonnement, et supprime la condition de détresse avérée que la loi de 1975 exigeait pour ouvrir droit à une IVG.

Lire la suite

Jacques Bompard à L'Assemblée

La tirade anti-avortement de Jacques Bompard à L’Assemblée

27/11/2014 – PARIS (via BFMTV)
Jacques Bompard a demandé « pardon » mercredi pour « les enfants qui ne naitront pas », « pour Simone Veil », pour « votre intolérance ». L’élu du Vaucluse a fait toute une tirade contre l’avortement: « Ces nombreux attentats contre le bon sens », alors que l’Assemblée nationale s’apprêtait à réaffirmer le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse en France et en Europe.

Crédit photo Une : DR

Centre pastoral Jean-Paul II de Pau de Navia

Espagne : nombreuses profanations d’églises par les pro-avortement

20/02/2014 – 16h35
MAJORQUE (NOVOpress) – Samedi 8 février, alors que venait de commencer la célébration de la messe de 14 h en l’église Sant Miquel de Palma de Majorque (Îles Baléares), un groupe d’une dizaine de jeunes gens partisans de l’avortement a fait irruption dans ce lieu de culte. Les poings levés et aux cris de « avortement libre et gratuit » et « les rosaires hors de nos ovaires », ils se sont avancés jusqu’au sanctuaire de l’église mais des fidèles se sont interposés et les ont repoussés hors de l’église. L’affaire n’a duré que cinq minutes. Une vidéo de la profanation, tournée par l’un des participants à cette profanation, a ensuite été adressée à la presse locale : elle est signée d’un groupe majorquin qui se nomme « Assemblea Antipatriarcal »  sur Facebook.

Lire la suite

Manuel Valls déclare la guerre aux catholiques

Manuel Valls déclare la guerre aux catholiques

27/01/2014 – 12h35
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Manuel Valls, ministre de l’Intérieur – et des cultes – a déclaré dans Le Monde du 23 janvier que « les intégristes de l’ultradroite catholique, rejoints par une partie de la droite » sur le discours de l’avortement représentent une des premières menaces pour la République. Dans son discours, les catholiques sont à mettre au même plan que les intégristes islamistes, évoqués par le doux mot de banlieue.

Être opposé à l’avortement et à sa banalisation suffit désormais pour recevoir l’infamante qualification et être mis dans le même sac que ceux qui veulent imposer la charia en France.

Les socialistes appliquent le processus qui consiste à pousser hors du débat tout ce qui s’oppose à leur projet sociétal. Ce qui était modéré hier sera donc mécaniquement extrémiste demain. Une pétition a été lancée par l’Observatoire de la christianophobie et demande au président de la République de désavouer les propos de Manuel Valls. Elle a réunis plus de 2.500 signatures.

Crédit photo : guerric via Flickr (cc)

Amendement de la loi Veil : la droite divisée sur la notion de "détresse"

Amendement de la loi Veil : la droite divisée sur la notion de « détresse »

23/01/2014 – 12h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – Les députés français ont adopté mardi soir un amendement à la loi Veil de 1975 (photo Simone Veil à l’époque du vote de la loi) qui instaurait le droit à l’avortement volontaire pour toute « femme enceinte que son état place en situation de détresse ». Désormais il s’agit de remplacer cette mention par « le droit des femmes à choisir ou non de poursuivre une grossesse ». Tous les groupes politiques ont voté la mesure, y compris l’UMP, à l’exception de quelques députés comme Jean-Frédéric Poisson. Marion Maréchal-Le Pen a également voté contre. Le projet de loi espagnol comme le succès de la Marche pour la Vie dimanche donnait un relief particulier au vote.

Qu’en est-il de l’amendement UMP ?

Lire la suite

Le débat sur l'IVG revient aujourd'hui à l’Assemblée nationale

Le débat sur l’IVG revient aujourd’hui à l’Assemblée nationale

20/01/2014 – 14h05
PARIS (NOVOpress) – La proposition de certains parlementaires PS de réécrire la loi Veil de 1975 sur l’interruption volontaire de grossesse relance le débat. La refonte viserait à supprimer la référence à la « situation de détresse » de la femme, justifiant le recours à l’IVG, même si elle n’est pas appliquée en pratique — rappelons que plus d’un tiers des françaises ont déjà eu recours à l’avortement. Seconde mesure : l’extension du délit d’entrave à l’IVG au « fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur une interruption de grossesse ». Les associations de soutien aux femmes choisissant de garder leur enfant risquent désormais jusqu’à deux ans de prison et 30.000 € d’amende.

Ce débat anime aussi les plateaux télévisés et Roselyne Bachelot, ancienne ministre de François Fillon, a eu l’occasion de prendre farouchement la défense du droit à l’avortement : « Il s’agit, a‑t‑elle dit, d’une liberté imprescriptible, nous l’avons conquise il y a 40 ans, il n’est pas question de revenir sur ce droit ».

Crédit photo : petervidrine via Flickr (cc)

Plusieurs dizaines de milliers de participants à la Marche pour la Vie

Plusieurs dizaines de milliers de participants à la Marche pour la Vie

19/01/2014 – 18h00
PARIS (NOVOpress) –
Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé ce dimanche à l’appel de la Marche pour la Vie. Pour cette neuvième édition, les participants ont montré qu’ils voulaient que la France s’inspire du modèle espagnol, où désormais l’accès à l’IVG est plus restreint. Et ce alors que le gouvernement socialiste français veut assouplir l’accès à l’IVG, notamment en enlevant certaines clauses de la loi Veil qui peuvent empêcher l’avortement, mais aussi pénaliser plus les opposants à l’avortement.

A noter que plusieurs prélats, et non des moindres comme Mgr Barbarin, primat des Gaules, ont participé à cette marche.

Les médias français, fidèles à leur entreprise de désinformation comme lors des grands rassemblements de la Manif pour tous, ont minimiser de manière ridicule le nombre de participants. I-Télé parlant seulement de… 300 participants.

Ils ont dû confondre avec le nombre de partisans de l’IVG réunis place d’Italie à Paris qui n’étaient effectivement que quelques centaines…

Une députée UMP encourage la contraception anonyme des mineures

Une députée UMP encourage la contraception anonyme des mineures

22/11/2013 – 12h00
PARIS (NOVOpress) – La députée UMP Bérengère Poletti a proposé un amendement au projet de loi de finances de la sécurité sociale 2014, adopté cette semaine à l’unanimité des députés « UMPS ».

Lire la suite

La liberté d’expression est chaque jour plus menacée… en France

La liberté d’expression est chaque jour plus menacée… en France

Image ci-dessus : copie d’écran du site avortementivg.com : DR.

30/09/2013 – 17h20
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – Najat Vallaud‑Belkacem s’inquiète de l’existence de sites internet d’information qu’elle juge « Biaisée voire hostile à la pratique de l’IVG ». Le groupe socialiste du Sénat a alors déposé un amendement visant à étendre le « délit d’entrave à l’IVG » qui punit aujourd’hui les actes commis pour empêcher un avortement. Adoptée en première lecture – à l’unanimité ! – cette nouvelle disposition permet ainsi de punir de la même peine (deux ans d’emprisonnement et 30.000 € d’amende) ceux qui tenteraient d’informer les femmes sur les dangers de l’avortement volontaire. Pour museler ceux qui s’opposent, par les mots, à sa propagande, le gouvernement est même prêt à porter atteinte à l’obligation déontologique du médecin d’informer sa patiente !

Lire la suite

Où et comment avorter en quelques clics de souris

Où et comment avorter en quelques clics de souris

09/03/2013 – 12h00
PARI
S (NOVOpress) – Après les bons contacts pour un dîner romantique, voyager pas cher ou trouver l’âme sœur, voici les bonnes adresses pour avorter. Le site web, Ivglesadresses.org (copie d’écran ci-dessus) vient d’être mis en ligne. Il recense tous les lieux spécialisés dans l’IVG en Ile-de-France. L’avortement industriel (220 000 par an en France) en quelques clics de souris : « Où avorter ? » propose le moteur de recherche du site web. L’initiative a été lancée par le Revho. Ce réseau militant veut « rendre accessible la méthode d’IVG médicamenteuse en ville ».

Lire la suite

Etats-Unis : grande manifestation « pro-vie » dans les rues de Washington

Etats-Unis : grande manifestation « pro-vie » dans les rues de Washington [vidéos]

26/01/12 – 12h00
WASHINGTON (NOVOpress)
– Des dizaines et des dizaines de milliers de personnes, dont un très grand nombre de jeunes, ont manifesté hier dans la capitale américaine contre l’avortement volontaire pour l’annuelle « March for Life » (Marche pour la Vie).

Malgré un froid intense, les manifestants venus de tout le pays ont convergé sur l’immense esplanade du « Mall » avant de partir en direction de la Cour Suprême.

Lire la suite

IVG remboursé à 100% : l’avortement de masse à la hausse ?

IVG remboursé à 100% : l’avortement de masse à la hausse ?

27/10/2012 –  12h00
PARIS
(NOVOpress) – L’actualité autour de l’avortement pourrait prêter à sourire si ses conséquences n’étaient pas cruelles pour l’enfant à naître et l’avenir des peuples. Ainsi, le site… Info bébés titrait le 26 octobre : « L’IVG remboursée à 100% pour toutes les femmes en 2013 ». Etrange information pour un site Internet qui veut « chouchouter bébé ». Toujours est-il que les députés viennent en effet d’adopter un article en faveur du remboursement intégral de l’avortement par l’assurance maladie.

Lire la suite